GT TOUR. FABIEN BARTHEZ ET MORGAN MOULLIN TRAFFORT CHAMPION DE FRANCE 2013

 

 

GT TOUR 2013 PAUL RICARD - BARTHEZ - Jerome POLICAND et Morgan MOULLIN TRAFFORT - LES CHAMPIONS 2013 - phoro Claude MOLINIER

GT TOUR 2013 PAUL RICARD – BARTHEZ – Jerome POLICAND et Morgan MOULLIN TRAFFORT – LES CHAMPIONS 2013 – photo Claude MOLINIER

 

Deux ans après avoir remporté le Gentlemen Trophy, et pour sa troisième saison complète seulement, Fabien Barthez a décroché son premier titre majeur en sport automobile.

L’ancien gardien de l’Equipe de France a été sacré, le week-end dernier, Champion de France GT, avec son équipier, Morgan Moullin-Traffort et le Team Sofrev-ASP de Jérôme Policand, qui empoche au passage le titre par Equipes.

Deux victoires, quatre podiums, trois pôles et 14 résultats dans les points en 14 courses pour décrocher un sacre dans l’ultime épreuve, avec 21 points d’avance.

Tels sont les chiffres de la Ferrari, la n°16 du Team Sofrev-ASP. Les deux pilotes et le team manager, Jérôme Policand, nous livrent leurs sentiments après cette couronnement.

 

Fabien Barthez : « Ce n’est pas juste une course ! »

 GT TOUR 2013 LE MANS MOULIN TRAFFORT felicite arrivee par BARTHEZ Photo Claude MOLINIER autonewsinfo


GT TOUR 2013 LE MANS MOULIN TRAFFORT felicite arrivee par BARTHEZ Photo Claude MOLINIER autonewsinfo

 

Fabien, comment te sens-tu après cette finale ?

« Enfin libéré ! On a joué le titre jusqu’au bout. Dans la voiture, ça allait, mais quand on sait toutes les choses qui peuvent se passer durant une course, on avait la pression. L’objectif, c’était comme depuis le début de la saison : ramener l’auto jusqu’à l’arrivée. Au final, on a le titre, on est champions. Jérôme a su tout mettre dans le bons sens, avec les ingénieurs, les mécanos… La saison a été une grande expérience pour tout le monde, vraiment enrichissante. Si nous n’avions pas gagné le titre, ça aurait été la même chose. Mais là, il y a la cerise sur le gâteau. »

Quel regard portes-tu sur ce titre ?

« C’est inattendu ! Quand on voit qu’en face il y a des pointures, des équipages comme Beltoise-Pasquali, des Panis-Debard, des Hassid, Vannelet chez les Gentlemen Drivers, ou des Leclerc chez les « A ». Il y avait du lourd. C’est un titre énorme, que l’on décroche à l’issue d’une saison complète. Ce n’est pas juste une course ! A l’origine, nous n’étions pas là pour gagner le championnat. Nous étions dans une logique de course après course et nous n’avons jamais pensé au titre avant cette dernière épreuve. Du coup, je me sens… je ne sais pas quoi dire. C’est inattendu tout simplement. »

 

 GT-TOUR-2013-PAUL-RICARD-Podium-course-2-1er-BMW-TDS-ESTRE-HASSID-avec-en-plus-les-CHAMPIONS-2013-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT


GT-TOUR-2013-PAUL-RICARD-Podium-course-2-1er-BMW-TDS-ESTRE-HASSID-avec-en-plus-les-CHAMPIONS-2013-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT

 

L’émotion semble en tout cas très forte…

« Il y a de l’émotion. Vis-à-vis de Jérôme, vis-à-vis de Morgan, de mon ingénieur que j’ai depuis trois ans et de toute l’équipe. On passe beaucoup de temps ensemble. Quand il le faut, on se dit les choses. Il y un grand partage au sein du team. On a créé cette aventure tous ensemble, y compris avec tous les mécanos et on a vécu de grands moments. C’est parti de notre rencontre il y a cinq ans. C’est un tout, qui inclut aussi notre saison avec Olivier Panis et Eric Debard. Nous avons beaucoup appris avec eux. C’est une construction. On construit depuis plusieurs années pour vivre des moments comme celui là. Je remercie Jérôme et Morgan pour cette aventure humaine. Ce feeling humain, nous voulons le garder. »

Comment juges-tu, ton évolution au niveau du pilotage ?

« J’ai encore beaucoup à apprendre, je le sais, je le vois. J’ai encore à progresser dans la gestion des qualifications, dans des situations de course, pour garder mes pneus frais, gérer sous safety car. Le pilotage, c’est 80% ou 90% de technique, et je n’y suis pas encore. J’atteindrais peut-être ce niveau d’ici deux ou trois ans. Je suis toujours dans une phase de progression, avec de l’expérience à prendre. »

 

Morgan Moullin Traffort : « C’est un titre énorme ! »

 

GT-TOUR-2013-PAUL-RICAR-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-JEROME-POLICAND-et-MORGAN-MOULIN-TRAFFORT

GT-TOUR-2013-PAUL-RICAR-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-JEROME-POLICAND-et-MORGAN-MOULIN-TRAFFORT

 

Morgan, comment as-tu vécu ce dernier meeting ?

« Avant et pendant la dernière course, c’était un très grand stress durant la course. Tant que ce n’est pas joué, on imagine tout ce qui fait qu’on ne va pas être champion. Et puis une fois le drapeau à damiers passé, ce sont plein d’émotions. J’ai pensé à tout ce qui s’est passé depuis mes débuts en sport auto, à tous mes proches. C’est énorme et ça dépasse tout ce à quoi je m’attendais. Il y avait tellement de monde. Ce titre, c’est une grande fierté de l’avoir décroché avec Fabien, qui a finalement peu d’expérience. On a fait face à une forte concurrence pour ce qui est seulement sa troisième année complète en course. C’est un titre énorme ! »

Après la course, tu évoquais les galères…

« Oui parce qu’il y en a eu et que je n’ai jamais eu beaucoup de budget pour courir. Heureusement, il y a eu des gens comme Jérôme Policand pour me faire rouler mais aussi Sofrev, Jean-Luc Beaubelique, Maurice Ricci et d’autres. Il y a eu la crise et j’étais à pied, mi 2010. Donc après le titre, c’est vrai que j’en avais gros sur la patate… »

 

 GT-TOUR-2013-PAUL-RICAR-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT-sur-le-podium


GT-TOUR-2013-PAUL-RICAR-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT-sur-le-podium

 

Tu es champion avec Fabien, mais vous n’avez jamais parlé de titre. Étrange non ?

« L’objectif, c’était le Top 5. Nous n’étions pas les favoris face à des équipages composés de jeunes ou de pilotes plus expérimentés. La régularité et notre mental ont beaucoup compté. Avec Fabien, on se tire vers le haut. Tout au long de l’année, nous sommes partis vers les circuits le jeudi, avec toujours la même chose à l’esprit : on y va pour se régaler, pour accomplir notre passion. Nous étions sans pression. En étant dans ce contexte, de prendre du plaisir, nous prenions ce que nous avions à prendre et c’était la bonne approche. »

La fin de saison a semblé plus éprouvante. Était-ce dû à la pression ?

« Inconsciemment peut être que ça a joué, mais nous avons tout de même été très performants. A Lédenon, sans une erreur en qualif ou l’accrochage, je pense qu’on gagne. Les gens m’ont beaucoup parlé de Lédenon, mais nous avons fait la saison comme cela, en attaquant et sans jamais rien lâcher. Je suis un attaquant, et cela a fait la différence sur certains tracés, comme au Mans, ou à Magny-Cours où je reprends plusieurs positions dans le dernier tour. »

 

GT-TOUR-2013-PAUL-RICAR-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-BARTHEZ-passe-devant-le-stand-et-Morgan-MOULIN-TRAFFORT

GT-TOUR-2013-PAUL-RICAR-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-BARTHEZ-passe-devant-le-stand-et-Morgan-MOULIN-TRAFFORT

 

Jusqu’où pouvez-vous aller avec Fabien ?

« Nous avons un objectif Le Mans. Il est capable de grandes choses et ce n’est pas fini ! Il lui manque encore un peu d’expérience. Mais il est impressionnant. Il regarde une vidéo, et le tour d’après il a gommé le point noté auparavant. C’est fabuleux de travailler avec un pilote qui a de telles aptitudes. »

On a senti une émotion vraiment particulière après le titre. Comment l’expliques-tu ?

« Il y a deux aspects, l’humain et le sportif. C’est un vrai beau titre, face à des grands pilotes, une forte concurrence. Il y aussi l’aventure humaine entamée lors de notre rencontre, entre Fabien, Jérôme et moi à Nogaro. Tout est parti de là, et on est champions cinq ans après ! C’est le plus beau moment de ma carrière. On s’était fixé cet objecitf ensemble, et on l’a accompli. Mais avec un an d’avance. Il y a toujours une part de rêve, car c’est ce qui fait avancer, mais on arrive à atteindre des buts que l’on n’osait imaginer. C’est fort. »

 

Jérôme Policand : « Un contexte qui fait et que l’émotion est intense »

 

 GT TOUR 2013 PAUL RICARD - JEROME POLICAND avec le tee shirt DU TEMPS OU IL EST TOMBE AMOUREUX DE LA COURSE AUTOMOBILE - photro Claude MOLINIER


GT TOUR 2013 PAUL RICARD – JÉRÔME POLICAND avec le tee shirt DU TEMPS OU IL EST TOMBE AMOUREUX DE LA COURSE AUTOMOBILE – photo Claude MOLINIER

 

Quel est ton sentiment après ce titre ?

« Le premier sentiment, c’est le soulagement. Nous pouvions gagner quatre titres à travers notre double programme, et nous gagnons les quatre. 2013 restera une année exceptionnelle ! Nous avons été irréprochables avec un carton plein. Nous sommes satisfaits, forcément. Un gros travail a été accompli face à nos adversaires qui n’ont pas démérité. Ce titre concrétise une aventure humaine, entamée il y a cinq ans avec Fabien, peut être dix ans avec Morgan.»

Il ajoute :

« Ce sont deux pilotes que nous avons façonné, qui ont progressé avec nous et ça rend le sentiment plus fort encore. Nous sommes proches dans la vie. Même si on dit qu’il ne faut pas mélanger les genres, on vient tous de la même région et il y a tout un contexte qui fait et que l’émotion est intense. »

Tu parles de soulagement alors que l’équipe se refusait à parler de titre. N’est-ce pas paradoxal ?

« Il faut se rappeler que l’équipe a connu un hiver difficile, à tous les niveaux. Nous avons achevé 2012 sur deux places de vice-champion. D’ailleurs, les quelques points en plus cette année change tout. 2012 était une saison plus que correcte mais cet hiver la concurrence s’est renforcée, avec des jeunes, des nouvelles voitures, des teams venant de championnats internationaux. Ça nous a bousculé et on s’est remis en question. Les conditions étaient différentes avec des équipages très bon, mais pas dans les favoris sur le papier. Et puis à la mi-saison, compte tenu des performances de Fabien et Morgan, mais aussi de Jean-Luc (Beaubelique) et Soheil (Ayari), nous avons déjà rempli notre mission. Nous sommes des compétiteurs et nous voulions gagner. Passer à deux doigts du titre, cela aurait été décevant. »

Ce titre a une place particulière dans le palmarès du Team Sofrev-ASP ?

« C’est une étape importante. Nous avons gagné dans toutes les catégories depuis les débuts du team. Que ce soit en Clio V6, en Porsche Cup où nous avons connu des années fastes, ou en GT, avec notamment le Gentlemen Trophy et une victoire de catégorie aux 24 Heures de Spa, qui était aussi une étape importante. »

Et il enchaîne :

« Dans l’ensemble, je crois que personne ne peut dire qu’il avait une équipe faible en Championnat de France GT. C’était hyper serré et c’est une vraie satisfaction de décrocher le titre. Je ne dis pas que nous avons écrit une légende du sport automobile, mais mais nous avons fait plus que donner du fil à retordre à des grandes équipes, alors que nous restons une structure relativement petite. »

 

GT-TOUR-2013-PAUL-RICAR-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT-CHAMPIONS-2013

GT-TOUR-2013-PAUL-RICAR-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT-CHAMPIONS-2013

 

Un mot sur tes deux pilotes pour conclure ?

« Fabien, en dehors de ses aptitudes qui sont maintenant reconnues, je pense à son pragmatisme et sa fierté bien placée. C’est un sportif de haut niveau, qui vient pour faire un résultat, mais qui n’hypothèque pas les chances de l’écurie. Il a eu un déclic au niveau pilotage parce qu’à un moment, il faut des sensations, et ça s’est produit aux 24 Heures de Spa 2012, avant d’enchaîner en GT Tour. Il a encore une marge importante. Il est très rapide dans le technique, mais pour aller encore plus vite, il a besoin de gagner en confiance. »

Jérôme poursuit :

« Morgan… Il a été décisif. Juste décisif ! C’était un diamant à l’état brut qui ne demandait qu’à être poli. Sa première faculté, c’est qu’il est hyper doué. Mais jusque là, ce n’était pas un homme de championnat. Il l’est devenu. Fabien lui a beaucoup apporté, et il a pris de l’expérience, de la maturité. Mais est-ce qu’il avait eu l’environnement, avant, pour exprimé son potentiel ? Il a pu montrer son talent et nous en sommes tous très heureux. »

 

 FABIEN-BARTHEZ-Début-en-competition-en-SPIDER-PEUGEOT


FABIEN-BARTHEZ-Début en 2008 en compétition-en-SPIDER-PEUGEOT

 

Concernant Fabien, on peut vraiment parler d’exploit !

En effet, on se souvient de ses débuts en sport automobile, à l’époque ou après sa brillante carrière de footballeur, l’ancien gardien de but de la grande Equipe de France, celle couronnée en 1998 avec la victoire face au Brésil en finale de la Coupe du monder, débutait en course dans le Trophée Spider Peugeot.

En quelques saisons, le natif de Lavelanet a beaucoup appris, s’investissant à fond, à 100% dans cette seconde carrière.

Garçon discret, secret, ne cherchant nullement à se mettre en valeur en dehors de la piste, on ne peut que saluer ce titre décroché au Paul Ricard.

Chapeau à lui et RESPECT !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Antoine CAMBLOR – Claude MOLINIER – Gilles VITRY – GT TOUR DPPI  et Team

 

 GT-TOUR-2013-PAUL-RICARD-Podium-course-2-1er-BMW-TDS-ESTRE-HASSID-avec-en-plus-les-CHAMPIONS-2013-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT


GT-TOUR-2013-PAUL-RICARD-Podium-course-2-1er-BMW-TDS-ESTRE-HASSID-avec-en-plus-les-CHAMPIONS-2013-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT

 GT-TOUR-2013-PAUL-RICARD-Podium-course-2-1er-BMW-TDS-ESTRE-HASSID-avec-en-plus-les-CHAMPIONS-2013-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT


GT-TOUR-2013-PAUL-RICARD-Podium-course-2-1er-BMW-TDS-ESTRE-HASSID-avec-en-plus-les-CHAMPIONS-2013-BARTHEZ-MOULIN-TRAFFORT

 GT-TOUR-2013-VAL-DE-VIENNE-BARTHES-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-photo-Claude-MOLINIER.

GT-TOUR-2013-VAL-DE-VIENNE-BARTHES-FERRARI-F458-ASP-SOFREV-photo-Claude-MOLINIER.

 GT-TOUR-2013-LE-VIGEANT-1er-COURSE-1-MOULIN-TRAFFORT-BARTHES-sous-le-drapeau-a-damiers


GT-TOUR-2013-LE-VIGEANT-1er-COURSE-1-MOULIN-TRAFFORT-BARTHES-sous-le-drapeau-a-damiers

 GT TOUR 2013 LE MANS Course 2 FERRARI F458 ASP SOFREV BARTHES MOULIN TRAFFORT Photo Claude MOLINIE


GT TOUR 2013 LE MANS Course 2 FERRARI F458 ASP SOFREV BARTHES MOULIN TRAFFORT Photo Claude MOLINIER

GT TOUR 2013 LE VIGEANT 1er COURSE 1 MOULIN TRAFFORT-BARTHES - FERRARI F458 ASP SOFREV - photo Claude MOLINIER

GT TOUR 2013 LE VIGEANT 1er COURSE 1 MOULIN TRAFFORT-BARTHES – FERRARI F458 ASP SOFREV – photo Claude MOLINIER

 

 

GT Tour Sport

About Author

gilles