24 HEURES DU MANS 2013 : LE POINT DE VUE D’UN PILOTE SUR LES QUALIFICATIONS

24 HEURES DU MANS 2013 : LE POINT DE VUE D’UN PILOTE SUR LES QUALIFICATIONS

par Lionel ROBERT *

 

CIRCUIT-DU-MANS-2013-Vue-aerienne-Photo-Stephane-CAVOIT

CIRCUIT-DU-MANS-2013-Vue-aerienne-Photo-Stephane-CAVOIT

 

 

42 pilotes débutants au Mans cette année et une météo plutôt perturbée lors des essais qualificatifs, il n’en fallait pas plus pour que l’ACO se retrouve avec un nombre impressionnant de pilotes et ou voitures non qualifiées réglementairement. Pourtant aucune équipe n’a été priée de retourner chez elle et l’aspect sportif a dû une fois de plus s’incliner devant la loi du sport spectacle.

 

Lors des dernières 24H du Mans, j’étais invité au club house du Golf de Mulsanne pour assister au dîner que le club des pilotes des 24Heures, offre annuellement à ses membres grâce à la générosité de son principal partenaire Rolex. Cette année, j’ai eu le plaisir de partager ma table avec Philippe Farjon que j’ai connu lorsqu’il avait piloté une Courage C2 en 1989. Il m’avait à l’époque proposé d’être le pilote suppléant de son équipe mais le règlement ne permettait alors pas d’enregistrer le nom d’un 4ème pilote. De toute façon, il s’est bien débrouillé sans moi, remportant même la catégorie C2 cette année-là en compagnie d’Andruet et Kasuya.

Cet épisode m’amène une réflexion concernant l’édition 2013 des 24 Heures et la présence importante de pilotes débutants dans l’épreuve. La météo capricieuse des deux journées d’essais a entraîné la non qualification de beaucoup d’entre eux mais tout ce petit monde a été repêché par le collège des commissaires sportifs.

Et pouvait-il en être autrement, sachant que le règlement oblige les équipes, sauf cas de force majeure, à être constituées de 3 pilotes ? Et puis même si l’on autorise un équipage à prendre le départ à deux pilotes (ce qui s’est fait pendant plus de cinquante ans, tout de même), ne va-t-on pas à l’encontre de la sécurité du dit équipage fortement éprouvé en fin d’épreuve ?

Dans ce cas, pourquoi ne pas introduire la notion d’un pilote suppléant comme cela s’est fait par le passé. A la différence d’un 4ème pilote, le suppléant ne peut participer à l’épreuve que s’il remplace définitivement un titulaire soit avant l’épreuve, soit au cours de l’épreuve sur raison médicale justifiée.

L’instauration d’un pilote suppléant permettrait à l’organisateur de pouvoir appliquer des règles de qualifications par pilote, règles qui existaient en 2013 mais qui n’ont pas été appliquées puisque tous ont été repêchés.

Mon autre suggestion serait de mettre en place des minimas de qualification dès les essais préliminaires. Aujourd’hui la seule règle qui s’impose est l’accomplissement d’un minimum de dix tours par pilote novice mais aucun niveau de performance n’est exigé. Puisque les équipes ont le droit de faire rouler aux essais préliminaires jusqu’à cinq pilotes différents par voiture, qu’est-ce qui empêche les organisateurs d’imposer une barrière de qualification à ces pilotes novices ?

Les règles du jeu étant fixées à l’avance, cela redonnerait plus d’intérêt sportif à ces premiers essais tout en œuvrant dans le sens d’une meilleure sécurité par un niveau de performance à atteindre pour prétendre prendre part à l’épreuve.

Par des règles simples telles que suggérées ci-dessus, je suis persuadé que l’Automobile Club de l’Ouest peut renforcer l’aspect sportif de son épreuve sans nuire au spectacle ni aux impératifs ‘’commerciaux’’ de la course moderne.

A suivre …

 

Lionel ROBERT

Photos : Thierry COULIBALY et Stéphane CAVOIT

 

 

LIONEL ROBERT  - portrait - photo Thierry Coulibaly.

LIONEL ROBERT – portrait – photo Thierry Coulibaly.

 

 

*Lionel Robert, pilote sarthois surtout connu pour ses huit participations aux 24Heures du Mans, a débuté en septembre 1983 lors des 2H groupe N sur le circuit Bugatti. Il fête donc cette année ses 30 ans de sport automobile. Toujours actif comme pilote à bord de prototypes d’endurance, il est un des fidèles du championnat  VdeV Michelin Endurance Séries, sorte de championnat d’Europe de la classe deux litres.

Ces dernières années, il a gagné plusieurs courses à bord de prototypes ou de GT modernes mais aussi en voitures de courses historiques (champion de la série VdeV en 2009) et même en karting.

 

CIRCUIT DU MANS VUE AERIENNE (1)

 

Sport

About Author

gilles