RALLYE OILIBYA DU MAROC JOUR QUATRE : DU ROUGE A MOTO, DU RUSSE EN AUTO (ET EN MINI), DU BLEU EN CAMIONS…

 

On est donc passé du secteur de Zagora à la magnifique région d’Erfoud, direction plein est, qui a un inconvénient qui est aussi son avantage : ici pas d’aéroport, donc il faut beaucoup rouler, sur bitume ou sur piste pour y aller, mais bien sûr, contrairement à Marrakech qui est devenue du grand n’importe quoi où le Maroc authentique est loin, très loin, on est donc à Erfoud dans un endroit fréquenté par de vrais accros au pays.

Ce quatrième Jour du Rallye Oilibya du Maroc n’est guère révolutionnaire, une Honda gagne en motos, une Mini en autos, et un Man féminin en camions…

En revanche, rien n’est fait, au général moto, Coma, troisième, n’est qu’à deux minutes quarante du leader, en auto, la résistance de Sireyjol paie au milieu de l’armée Mini, il est second au général, certes à 28 minutes du leader mais c’est assez génial, tout seul contre une armée de Mini X-raid!

En camions, Jacinto fait encore une fois spéciale et classement général, elle est donc en tête des camions et dix-septième au général cumulé autos camions.

 

MOTOS : QUATRE SUR QUATRE POUR HONDA…

PAULO GONCALVES

 

C’est évidemment un triomphe pour le HRC, dont la moto a gagné quatre spéciales sur quatre, avec deux pilotes différents qui se retrouvent donc en tête du général.

Barreda gagne la première et la troisième, Gonçalves la deux et la quatre, et au général Gonçalves est leader, deux minutes dix devant Barreda et… deux minutes quarante devant la KTM de Marc Coma !

Coma qui a fini deuxième de ce quatrième jour.

Un jour où la navigation était terrifiante, et dans ces conditions extrêmes, Coma est un vrai bon.

Cela dit, il a face à lui une armée de Honda avec un paquet de pilotes hyper pointus qui ont aussi des porteurs d’eau qui les suivent de près.

C’est évidemment la vraie recette pour gagner.

Donc,  Coma ne gagne rien mais grignote fort le capital des Honda…

 

MARC COMA

MARC COMA

 

Parce que les vainqueurs se croisent justement.

Dans cette spéciale, Barreda a loupé un way point et donc perdu gros, Gonçalves lui reprend la tête dans la spéciale et au général.

Une troisième Honda arrive sur les feuilles de résultats, Helder Rodriguez est aujourd’hui troisième, super pilote mais qui a eu des difficultés en début de rallye.

Avec donc deux Honda au général, Gonçalves devant Barreda, et un Coma qui avance ses pions chaque jour, le final attendu n’est peut-être pas loin…

Paulo Gonçalves à l’arrivée :

«  Aujourd’hui, c’était une spéciale importante, longue et difficile. Beaucoup de poussière, du caillou, des portions très rapides, et tout s’est très bien passé. Je gagne l’étape et prends la tête au général. Cela dit, il ya encore deux jours de course, tout peut arriver, il faut donc que nous restions très concentrés ! »  

 

Résultats non officiels spéciale quatre moto :

http://rallyemaroc.npo.fr/classements/2013/RALLY_MOTO_SS4.pdf

Classement général moto non officiel jour quatre

http://rallyemaroc.npo.fr/classements/2013/RALLY_MOTO_OV4.pdf

 

 

AUTO : TROIS MINI SUR LE PODIUM DE LA JOURNEE

VLADIMIR VASILYEV

VLADIMIR VASILYEV

 

Un trio de Mini à l’arrivée, le team X Raid est assez imbattable, la quatrième jour est celui du Russe Vassiliev.

Deuxième chrono pour la Mini de Terranova, le leader au général.

Troisième chrono pour la Mini de Villagra.

Chez X Raid, une victoire, d’abord, ça se paie.

Chaque pilote loue auto et assistance d’usine pas loin d’un demi million de dollars.

Ce qui laisse de larges bénéfices à la petite affaire familiale de Sven Quandt, héritier BMW…

Ce qui permet aussi, sur des rallyes plus commerciaux, de s’offrir le pilote d’usine le plus capé au monde, Stéphane Peterhansel himself…

Ensuite, retour au Maroc, une victoire ça s’organise !

Vasilliev fait un bon chrono, il ne regrette pas le pognon qu’il a amené, et en plus il ouvre pour Terranova, le leader au classement général depuis le premier jour de course.

Donc imbattables…

Sauf quand on tombe sur un buggy qui ne lâche rien…

 

LE BUGGY DE SIREYJOL

LE BUGGY DE SIREYJOL

 

Patrick Sireyjol et François Beguin, un équipage franco-belge donc, sont ce soir seconds au classement général, et pourtant seuls face à l’Afrika Korps où effectivement les vainqueurs se suivent et ne se ressemblent pas.

Ce qui assez finement joué les garçons, faire un strike dans les jolies quilles du team X Raid, pas facile mais faisable, même seuls puisque  Ten Brinke, sur l’autre auto (Ford)  qui pouvait battre les Mini est parti la veille en tonneaux !

Sireyjol-Beguin sont à 28 minutes de Terranova, soutenu par une escadrille de Mini !

Eux soutenus par eux-mêmes personnellement et rien d’autre…

 

LE SOURIRE DE SIREYJOL

LE SOURIRE DE SIREYJOL

 

Bon, il y a une Mini que l’on aime bien à autonewsinfo, celle du Chilien Garafulic, qui est navigué par notre pote Picard, génial en nav’ et qui permet à cette auto d’être troisième au général.

Picard, c’est un vrai renard du désert…

 

Résultats non officiels spéciale quatre auto :

http://rallyemaroc.npo.fr/classements/2013/RALLY_AUTO_SS4.pdf

 

Classement général autos non officiel jour quatre

http://rallyemaroc.npo.fr/classements/2013/RALLY_AUTO_OV4.pdf

 

 

CAMIONS : JACINTO INTOUCHABLE !

JACINTO,LE PANACHE!

JACINTO,LE PANACHE!

 

Le Man bleu de la pilote portugaise  – celle qui ne s’ensable pas, bien sûr… –  a gagné cette étape en catégorie camions, avec une très belle dix-septième place au classement général autos et camions, elle était 21 la veille, bref, un camion aussi ça grignote…

Ce que dit Elisabete à son arrivée…

« Nous avons donné notre meilleur sur cette spéciale. Journée très compliquée en navigation, mais José Marquez a été une fois de plus excellent et la qualité de son boulot est une grosse partie de notre succès.  En plus, mon équipe d’assistance aux arrivées est géniale, ce qui nous permet de courir sans aucun souci mécanique ».

Ce vendredi sera l’avant-dernier jour du Rallye Olibya du Maroc, avec la spéciale la plus longue de toute  la course, 310km.

On va aller se bagarrer dans les dunes de l’Erg Chebbi, la navigation sera encore déterminante dans le résultat.

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Alain ROSSIGNOL – DESERT RUN

 

About Author

jeanlouis