NASCAR WHELEN EURO SERIES: DES COURSES MOUVEMENTEES: GABILLON GAGNE, VILARINO CHAMPION 2013

A13I9169

Des courses mouvementées_ Photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

Le soleil aurait bien besoin de se montrer généreux la température a du mal à grimper. Il faut dire que l’on part de loin avec moins quatre degrés au lever du jour, en campagne comme on dit . Mais le brouillard enveloppe progressivement le circuit.

Pour autant la piste est sèche et les passages des camions a quelque peu réchauffé l’asphalte du circuit. Les pilotes de la catégorie ELITE ont récupéré leurs autos sur lesquelles les mécaniciens se sont affairés tard hier soir afin de peaufiner les réglages en fonction des retours d’informations issus de la première course.
On perçoit une tension très forte dans les divers teams que nous avons visités.
En fait nous avons retenu trois écuries.

 

A13I8899

Monsieur PEREIRA supervise l’ultime préparation_ Photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

La première abrite Ander VILARINO. Il s’agit de TFT Banco Santander. Pour eux l’objectif demeure le titre de champion 2013 . Les calculs sont simples et une sixième place devrait suffire en cas de victoire de GABILLON.

Il faut donc à tout prix se mettre à l’abri des divers faits de course qui peuvent vous sortir de la piste pour le compte. Ander confirme, avant de se rendre en pré-gille, avoir pour seul objectif, le titre. Tony PEREIRA team manager de l’écurie basée à NOGARO est habituée des titres (2009, 2010 et 2012). Nous lui demandons quel est le secret maison pour réussir de telles performances.
La réponse fuse:
 » La passion d’abord. On essaie de maitriser le sujet. Nous avons la même équipe technique. Tout le monde sait ce qu’il a à faire. Ainsi, hier on a tout contrôlé et recontrôlé. Nous devons être absolument à l’arrivée, surtout ne pas tomber en panne. »
Ander VILARINO essaiera en plus d’éviter tous les pièges qu’une course NASCAR peut poser sous ses roues.

GABILLON quant à lui , chez Rapido Racing by STILL, n’a pas d’autre objectif que la victoire. Chacun sa course et VILARINO n’est pas son obsession majeure. Frédéric GABILLON plaisantant avec Eric HELARY son team manager qui nous déclare dans un large sourire:

 » on va jouer le titre, on n’a rien à calculer, tout dépend du résultat d’Ander VILARINO. « 


Le manager nous précise avoir procédé à une grosse révision de l’auto N° 5 avec quelques changements de réglages.

 

IANETTA

Romain IANETTA _Photo Thierry COULIBALY

Frank VIOLAS le boss de RDV Racing s’affaire autour des trois voitures du team, alors que Romain IANETTA se prépare au chaud dans le camion. Ecoutons le:

 » On a conservé tous les réglages d’hier. La voiture n’était pas mal du tout. On va voir si je peux faire la différence. Ander VILARINO comme Frédéric GABILLON en première ligne devant moi et qui jouent le titre comme tu le sais, sont venus me dire, tu ne nous pousses pas. Bien entendu je ne vais pas les bousculer mais tâcher de faire ce qu’il faut pour gagner la course, si l’ouverture se présente…sans risques. »

En fin de matinée donc, avant le départ de la course, Jean GALPIN pilote de la voiture de lancement de la course nous confirme que la direction de course autorise deux tours de lancement pour faire chauffer les pneumatiques.
On pouvait se douter que pour la dernière course de la saison, les ambitions de faire une belle place seraient décuplées, notamment pour les pilotes n’ayant pas réussi à engranger des résultats aussi significatif qu’attendus.

 

A13I8965

Départ chaud ! _Photo Gilles VITRY autonewsinfo

Le départ fut des plus chauds et, l’espagnol GARCIA sur la voiture N° 19 coupa la chicane Dunlop et Romain IANETTA N°1 arrivant, sans doute un poil trop vite, dut passer au large pour laisser un peu de place à VILARINO, qui n’entendait pas trop se laisser distancer.

Frédéric GABILLON entendait bien garder le tête qu’il avait pu préserver non sans mal. Mais dans le peloton, les choses se gâtaient rapidement avec un enchainement de jeu de quilles avec un ordre non garanti, mais du genre: ROUSSEAU N° 13 part en tête à queue dans le bac, NORDSTROM N° 44 se met en travers, GANDON N° 7 passe au large pour l’évier mais, malheureusement, AMADUZZI N° 68 tout en essayant d’éviter la N° 44 se fait toucher par GONNEAU .

 

A13I9012

C’est à la NASCAR ! _Photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

Derrière eux c’est sauve qui peut… avec un inévitable safety car à la clé. Le temps tourne et, à 12 minutes de la fin de la fin de la course un restart est donné. Nouvelle empoignade à la régulière, d’où émerge assez aisément GABILLON N° 5 suivi de Garcia et de IANETTA.

Le calme est de courte durée puisque Didier BEC N° 8 sortant de la piste assez violemment, perd connaissance en sortant de la voiture. Nouveau safety car donc !

 

A13I9120

Au restart ça chauffe toujours autant!_ Photo Gilles Vitry autonewsinfo

 

Pas pour longtemps, puisque au virage du raccordement Nathalie MAILLET N° 46 se fait accrocher par JAGGI N° 22. Simultanément Ander VILARINO se fait taper et mettre en tête à queue par ARMETTA N° 54.

On peut imaginer la frayeur du pilote espagnol dans la crainte de perdre tout le bénéfice de sa saison. Heureusement pour lui, il se remet en ligne rapidement , ne perdant qu’une place et terminant la course en quatrième position. En effet, le drapeau rouge est présenté et la course est terminée avec le classement suivant:

 

1- N° 5 Frédéric GABILLON 10 tours
2-N° 1 Romain IANETTA à 3″ 335
3- N° 33 Yann ZIMMER à 4″ 613
4- N° 2 Ander VILANDER à 4″ 981
5- N° 54 Fabrizio ARMETTA à 5″ 397
6- N° 92 Willy BOUCENNA à 9″
7- N° 3 Anthony GARBARINO à 9″ 868
8- N° 15 Vincent GONNEAU à 14″ 822
9- N° 7 Anthony GANDON à 15″ 914
10- N° 55 Bruno COSIN à 19″ 770

 

A13I9190

de g à d: IANETTA_GABILLON_ZIMMER_ Photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

Globalement pourtant, on pourra regretter une course un peu décousue, pour laquelle le public a besoin d’être informé pour ce qui concerne les us et coutumes de cette épreuve NASCAR, notamment pour les bonus du nombre de tours en tête, ou encore les points attribués pour la pôle. Quand en plus à l’arrivée on apprend que GARCIA N° 19 a écopé d’une pénalité, on se dit qu’il faut encore un peu de pédagogie pour rendre compréhensible cette Série NASCAR, au demeurant spectaculaire, mais pas toujours très lisible.

Outre le vainqueur de la course, furent évidemment célébrés les autres pilotes distingués par leur performance globale au niveau de la saison 2013.

 

A13I9198

UNe bien belle image de VILARINO champion 2013_ Photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

Au premier rang de ceux là nous trouvons bien entendu Ander VILARINO champion catégorie ELITE 2013. Avant d’aller recevoir sur le podium le magnifique trophée le pilote de San Sebastian ne cachait pas sa satisfaction d’en avoir fini de cette course un peu folle.

 » Oui, c’est fini! La N° 19 me coupe la chicane et ne me rend pas ma place, si bien que pour le restart je suis en mauvaise posture. Je me suis dit alors, laissons les furieux s’expliquer et tâchons d’éviter le KO. Ce que je fais. Ensuite c’est la N° 54 qui me tape…. Oui, je suis très heureux de cette saison. Il va y avoir la remise des prix à CHARLOTTE aux USA. Ensuite avec Jérôme GALPIN nous choisirons la course que j’irai disputer aux USA. Et puis en 2014, je vais refaire le championnat. »
On a envie d’ajouter, pour un troisième titre consécutif ?

 

Vainqueur

Un trophée pour la xsecon,de année consécutive_ Photo Thierry COULIBALY autonewsinfo

Nous sollicitons le team manager de la voiture N° 2, Tony PEREIRA que l’on aperçoit au pied du podium pour connaître ses sentiments après cette très belle saison.

 » Oh cette course fut un peu mouvementée. Notre seul objectif était de rester sur la piste, or vous avez vu que l’on nous a donné deux occasions d’en sortir. Ce genre de course c’est toujours très dur à vivre, impuissant en bord de piste. Mais ce drapeau rouge est en fait une belle délivrance. »

Yann ZIMMER, le jeune dont nous parlions dans un sujet hier, remporte avec panache ( troisième place) le trophée Jérôme SARRAN destiné à récompenser le meilleur Junior de la saison.

Alors que Guillaume ROUSSEAU décroche de haute lutte, le trophée du Challenger.

Nous voulions bien entendu recueillir les réactions des deux premiers de cette course.
Frédéric GABILLON nous demande quelques instants de récupération avant de nous répondre.

 

A13I8910

Frédéric GABILLON deux fois vainqueur au Mans_ Photo Gilles VITRY autonewsinfo

Il échange avec beaucoup d’exubérance avec son pote IANETTA qu’il a connu quand ils étaient tous les deux moniteurs chez PROPULSION, puis il s’adresse à nous:
 » Je n’avais rien d’autre à faire que de gagner. C’est fait. Ander savait aussi ce qu’il devait faire pour être champion. C’est fait pour lui aussi. Je suis arrivé à la finale avec un peu trop de retard sans doute, à cause de courses difficiles à Brands Hatch et à Monza. L’année prochaine je vais sans doute repartir en NASCAR, pour le titre. Je tenterai d’aller courir au moins une fois aux USA. Je devais partir mardi à Road Atlanta, pour une course là bas, mais ils ont détruit la voiture… »

Romain IANETTA qui se croyait troisième, comme en course 1, apprend qu’il est second par suite de la pénalité infligée à GARCIA.
«  C’est un week-end très positif, troisième hier, second maintenant cela est très bon pour le team et pour remercier les mécaniciens de leur excellent travail. »

Et l’an prochain quel programme ?
 » Je ne peux rien te dire de très concret pour le moment, mais tu dois savoir que je programme une participation aux 24 heures de Daytona. Après on verra. »

 

open

Un départ à peine moins saghe en OPEN qu’en ELITE_ Photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

La dernière course de la saison était réservée aux pilotes de la catégorie OPEN. Il n’y avait aucune raison que les choses soient plus calmes qu’en catégorie ELITE. Pour autant nous n’avons pas eu droit ni au safety car ni au drapeau rouge, ce qui ne veut pas dire que les accrochages ne furent pas nombreux. Certains furent sanctionnés par un passage par les stands pour les fautifs de ces événements courants en NASCAR mais qui ne doivent pas apparaître comme intentionnels ou conduite anti sportive. GOUPY N° 44 et ROUSSEAU N° 5 furent donc obligés de marquer cette pénalité.
La grande information à retenir par rapport à cette course est sans doute l’immense déception de l’australien Josh BURDON qui jouait le titre face à Anthony GANDON et se retrouvait dans l’obligation par suite de friction ? de repasser par son stand et perdre ainsi toutes les chances de décrocher le titre OPEN 2013.

 

GOUPY

Julien GOUPY toujours rapide et .. incisif _ Photo Thierry COULIBALY autonewsinfo

 

Classement course OPEN:
1- N° 7 Anthony GANDON 17 tours
2- N° 15 Vincent GONNEAU à 24″ 402
3- N° 44 Julien GOUPY à 26″727
4- N° 54 Fabrizio ARMETTA à 30″ 711
5- N° 5 Joaquin GABARRON à 46″ 530

 

_12D3518

Belle joie du champion OPEN 2013_ Photo Thierry COULIBALY autonewsingfo

Anthony GANDON vainqueur de la course et titré 2013 ne manqua pas d’ailleurs lors de la cérémonie du podium et de remercier Jérôme GALPIN pour la superbe organisation NASCAR WHELEN EURO SERIES et de féliciter Josh pour sa très belle saison et regretter la malchance dont il avait été frappé lors de cette dernière course.
Le trophée Gentleman a été décroché par Joaquin GABARRON N° 5.

 

A13I8905

Eric HELARY, un patron d’écurie récompensé_ Photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul l’équipe d’Eric HELARY Rapido Racing by STILL recevait le trophée du meilleur team de la saison 2013, ce qui fera chaud au cœur de Claude GALOPIN ingénieur bien connu qui apporte son concours amical à l’écurie.
Terminons ce reportage par un bulletin de santé positif de Didier BEC qui après des examens s’en sort avec un tassement de vertèbres sans doute douloureux mais aucunement grave.

 

La voiture bien chiffonnée de Didier BEC_ Photo Thierry COULIBALY

Alain MONNOT
Photos: Gilles VITRY et Thierry COULIBALY autonewsinfo

Nascar Sport

About Author

admin