ISDE, ENDURO MONDIAL PAR EQUIPES, DEUX TITRES EN VUE POUR LA FRANCE

ANTOINE MEO IMPERIAL

ANTOINE MEO IMPERIAL

 

Le communiqué tant attendu de la FFM est arrivé. A la veille du Motocross final, la France est toujours en tête du Trophée et de la compétition Junior, bref, deux titres mondiaux à l’horizon. Comme d’hab’, ce sont les coachs qui commentent la journée de leurs pilotes.

 

ISDE 2013 – Jour 5. Quelques heures avant le sacre! 

LOÏC LARRIEU

LOÏC LARRIEU

 

La cinquième journée de course s’est achevée sur une nouvelle victoire des équipes françaises Trophée et Junior, sans menace réelle.

Pour autant, si les sourires sont sur tous les visages dans le Groupe France, la compétition ne s’achèvera réellement que demain après les six tours du motocross final, pendant lequel tout peut encore arriver.

Un grand moment d’émotion en perspective alors que deux titres de Champions du monde par équipe sont en jeu.

Les féminines ont bien défendu leur 3e place, mais ne pourront espérer mieux.

L’analyse de Frédéric Weill, Entraîneur national : «La journée a été à l’image de la veille. Aussi réussie ! Antoine Meo nous a offert une superbe fin de course pour le scratch de la journée, en signant des chronos incroyables dans les deux dernières spéciales et poussant à la faute l’Italien Alex Salvini. Johnny Aubert et Pierre-Alexandre Renet restent fidèles à eux-mêmes, : ils font une course de «costauds», en bagarre avec leurs adversaires directs. Fabien Planet a attaqué par une séance de mécanique qu’il a assuré sans problème. Jérémy Joly s’est bien repris après un début de course en retrait. Et Rodrig Thain a tenu toute la journée sa place de 6e homme. J’ai aussi été marqué par l’image de cette «colonne française» qui a défilé en spéciales en quelques minutes, tous très prêts les uns des autres au scratch, les deux Juniors le plus rapides compris. C’est la preuve de l’homogénéité et de la qualité des équipes. Le cross final sera comme toujours un moment sous haute tension mais tous nos pilotes ont pratiqué le motocross à haut ou très haut niveau. Prendre un bon départ, rouler placé, rester sur ses roues, ne pas se laisser bousculer sont les consignes pour demain. Tout devrait bien se passer.»

Classement Trophée Mondial après 5 jours
1. France
2. Etats-Unis (+14:19.43)
3. Australie (+17:59.82)

Les Juniors ont signé leur plus belle journée de la semaine en prenant une avance considérable.

De trois minutes hier, ils passent à six minutes aujourd’hui, ce qui permet d’envisager avec plus de sérénité le cross final. «Je crois que nos pilotes ont sérieusement entamé le mental de leurs adversaires. Tous les quatre ont très bien roulé : Loïc Larrieu et Mathias Bellino en tête ; Kévin Rohmer et Swan Servajean tenant leur place. Six minutes d’avance, cela commence à être un «matelas» confortable pour aborder le motocross final. Ce soir, l’ambiance commence à se détendre. Mais il faut rester concentré jusqu’au bout estime Frédéric Lambert, responsable de l’équipe Junior.

Classement Trophée Junior après 5 jours
1. France
2. Italie (+5:58.10)
3. Grande-Bretagne (+9:05.31)

 

AUDREY ROSSAT

AUDREY ROSSAT

 

En Trophée Féminin, Audrey Rossat et Géraldine Fournel ont eu une journée éprouvante. En particulier Géraldine, qui a accusé la fatigue de cette épreuve au long cours.

Pierre-Marie Castella, responsable de l’équipe féminine explique : «Elles ont assuré dans le CH serré et n’ont pas pris de pénalités, ce qui était la consigne du jour. Je suis très content de leur attitude sur ces ISDE. Géraldine a eu besoin de soutien aujourd’hui, ce sont ses premiers Six Jours et l’expérience lui manque encore. Finir 3e de cette compétition à deux est pleinement satisfaisant.»

 

Classement Trophée Féminin après 5 jours
1. Australie
2. Suède (+12:26.39)
3. France (+33:04.21)

Le mot de Philippe Thiébaut, Directeur Technique National : «Mon premier bilan porte sur la qualité de l’équipe qui a œuvré autour des pilotes. Cette année, il y a eu un renouvellement d’une partie des mécaniciens, suiveurs, bénévoles, etc. Et tout a parfaitement fonctionné. Ce qui prouve que l’expérience du groupe porte ses fruits : la qualité du travail des uns et des autres participe au résultat final sans aucun doute. Deux titres sont à la portée des sélection françaises Trophée et Junior. Deux Juniors figurent même dans les dix meilleurs au scratch individuel et pourraient courir en Trophée Mondial sans affaiblir l’équipe. L’enduro français est à son apogée ! Ce qui nous amène à réfléchir au projet d’organiser les Six jours en France, d’ici deux ou trois ans. Nous avons les meilleurs pilotes mondiaux, mais aussi probablement les meilleurs clubs organisateurs. Le moment est ven u de fêter la suprématie de l’enduro français dans notre pays. J’ai aussi ce soir une pensée pour nos pilotes féminines qui ont été particulièrement courageuses en parvenant au bout de ce cinquième jour, à deux.»

 

TEXTE FFM

PHOTOS B.SIMON

Moto Motocross Sport

About Author

jeanlouis