ENDURANCE WEC. BENOIT TRELUYER, LA FLECHE N°1 BRISEE AU TEXAS !

 

 

WEC 2013 AUSTIN depart des SIX HEURES avec les deux AUDI et la TOYOTA

WEC 2013 AUSTIN depart des SIX HEURES avec les deux AUDI et la TOYOTA

 

Il n’y a pas de bons westerns sans coups durs, règlements de compte et retournements de situation. A Austin, Benoît et ses frères de sang, Marcel Fässler et André Lotterer, ont mordu la poussière mais se sont relevés.

Le combat continue.

6 Heures du Circuit des Amériques – 5éme manche WEC

WEC-2013-AUSTIN-AUDI-N°1-aux-SIX-HEURES-AUSTIN-au-TEXAS

WEC-2013-AUSTIN-AUDI-N°1-aux-SIX-HEURES-AUSTIN-au-TEXAS

 

Ils étaient arrivés à Austin, Texas, avec la ferme intension d’en découdre. Bien décidés à déterrer la hache de guerre, nos trois « indiens » de la n°1 comptaient remettre un peu d’ordre au championnat en signant un nouveau succès.

Hélas, c’était sans compter sur l’un de ces imprévus dont seul l’ouest américain a le secret. Au détour d’un virage, gêné par une Porsche rebelle, la R18 e-tron quattro alors pilotée par Marcel Fässler s’envolait sur un vibreur avant de se faire percuter à l’arrière. Les espoirs de victoire du trio se voyaient brisés net, telle une flèche que l’on casse…

 

« Pourtant, tout avait bien commencé, notait Benoît.

Tracé superbe, infrastructures géniales, nous avons été séduits dès notre arrivée même si une pluie soutenue lors des essais libres n’a pas favorisé notre acclimatation. Comme nous avions convenu qu’André et Marcel feraient les qualifs, je n’ai pas trop roulé. Je n’étais pas inquiet pour autant car je m’étais bien préparé sur le simulateur. Le peu que j’avais roulé, j’avais bien conduit et j’étais assez confiant. »

 

WEC-2013-AUSTIN-AUDI-N°1-de-TRELUYER-LOTTERER-FASSLER-Photo-Team-AUDI

WEC-2013-AUSTIN-AUDI-N°1-de-TRELUYER-LOTTERER-FASSLER-Photo-Team-AUDI

 

Lors de la séance qualificative, Marcel Fässler devait composer avec une balance des freins un peu trop réglée sur l’arrière et il mettait deux tours à la réajuster. Quand il était en mesure d’attaquer pour réaliser son temps, le meilleur de ses gommes neuves avait disparu. Malgré les efforts d’André qui prenait la suite, la moyenne des tours effectués restait favorable à l’Audi N°2 de Loïc Duval, Allan McNish et Tom Kristensen.

 

« En course, Marcel s’en est bien sorti au premier départ, se plaçant derrière Loïc, poursuit le Français. Hélas une Lotus a eu un problème, et la Safety Car est entrée en action. Au re-départ, Marcel est bien parti et a tenté de doubler Loïc (Duval) au virage 1. Trop à l’intérieur, il est malheureusement mal ressorti et la Toyota en a profité pour s’intercaler. Il s’en suivait une bagarre des plus intenses avec Buemi… »

 

Après avoir pris l’avantage sur son compatriote, Fässler décollait des quatre roues en passant sur un ralentisseur alors qu’il tentait de dépasser une Porsche 911 RSR, cette dernière venant même le taper à l’arrière quelques secondes plus tard. A son arrêt au stand, l’Audi N°1 était poussée dans son box pour changer l’extracteur arrière et perdaient un tour dans l’aventure.

 

« André (Lotterer) le remplaçait mais devait rapidement opérer un nouvel arrêt au stand, souffle Benoît. Sans doute lors du saut, un fusible s’était déconnecté, entraînant un blocage de la boîte de vitesses. André dut faire deux tours bloqués en cinquième avant que l’on ne trouve le problème. On a encore perdu du temps… »

 

Benoît finissait par prendre son premier relais qui s’effectuait sans problème. S’il le soleil brillait, la température était clémente et, vers la fin, il proposait à son stand d’enchaîner un deuxième relais.

« J’ai dit que je pouvais continuer en passant et que j’allais garder les mêmes pneus pour faire des essais potentiellement utiles pour la voiture de tête, mais ils m’ont mis des neufs. A la fin de ce second relais, j’ai encore dit qu’il était possible de poursuivre et j’ai enchaîné un troisième mais cette fois avec les mêmes pneus. »

Revenu dans les roues de la Toyota, le natif d’Alençon tentait alors une manœuvre que les « Marshals » n’apprécièrent guère…

« A un moment, dans l’enchaînement de trois virages derrière la tour de contrôle, j’ai attaqué la Toyota par l’extérieur du premier et quand nous sommes arrivés dans le troisième, nous nous sommes retrouvés avec une LMP2 au milieu. Personne n’a lâché ! Je suis resté à bloc et je suis passé à l’extérieur hors des limites de la piste. La pénalité n’a pas tardé à tomber. Nous n’avions rien à perdre de toute manière… Bon, je fais aussi le meilleur tour en course ; ce qui montre que nous avions une voiture pour gagner ! »

Un peu déçu des points encore abandonnés aux pilotes de la voiture sœur, Benoît ne s’avoue toutefois pas vaincu. Pas encore, tout du moins.

« Nous nous remettons un handicap supplémentaire, cela devient encore plus difficile mais la motivation ne retombe pas. Marcel n’a pas eu de chance, il s’est fait piéger par les circonstances. Il avait très bien roulé lors des essais, il était en confiance, puis le mauvais sort s’est acharné sur lui. Ce n’est pas grave, le principal est qu’il ait fait de bon relais en fin de course pour retrouver sa confiance avant le Japon. Nous sommes ravis de la victoire d’Audi pour qui le marché américain est important. Nous avons testé le double relais sur nos pneus pour être sûrs que la voiture en train de jouer la victoire pouvait éventuellement s’y risquer en cas de besoin. Ce beau travail d’équipe, c’est une nouvelle fois ce qui fait la force d’Audi. Il nous faudra des circonstances extrêmement favorables lors des dernières manches pour espérer conserver le titre, mais tant qu’il y a une chance arithmétique, nous tenterons de la saisir. Nous allons continuer à prendre les courses comme elles viennent, et nous ferons les comptes à la fin… »

Benoît va maintenant changer de costume pour la sixième manche du Championnat du monde d’endurance et revêtir un habit de Samouraï avant de rendre sur le circuit du Mont Fuji.

Après avoir couru dans le pays du soleil levant pendant plus de dix ans, le Français considère le Japon comme sa deuxième patrie. Il pourra à nouveau compter sur un accueil chaleureux de la part de ses amis et de ses nombreux fans.

 

 

WEC-2013-AUSTIN-LE-TEAM-AUDI-FETE-SON-100éme-SUCCES-en-Endurance

WEC-2013-AUSTIN-LE-TEAM-AUDI-FETE-SON-100éme-SUCCES-en-Endurance

 

Grâce à leur soutien, le trio de la voiture N°1 aura pour objectif de battre les Toyota dans leur jardin pour maintenir le sans-faute d’Audi en WEC cette saison et relancer leurs chances de conserver leur couronne mondiale.

Mais avec la seconde Toyota TS030 engagée sur ses terres, la N°7 du trio Wurz-Lapierre-Nakajima rejoignant la voiture-soeur, la N°8, la course ne sera pas si simple, au vu de l’excellente prestation du bolide Japonais à Austin …

Néanmoins, on n’oublie pas que la firme d’Ingolstadt, a remporté au Texas sa… 100éme victoire en endurance !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Team

FIA WEC Sport

About Author

gilles