INDYCAR. TRISTAN VAUTIER  » 1ére SAISON ENCOURAGEANTE  »

 

 

INDYCAR-2013-BALTIMORE-TRISTAN-VAUTIER-1er-septembre

INDYCAR-2013-BALTIMORE-TRISTAN-VAUTIER-1er-septembre

 

Aux Etats-Unis depuis 2010, le Grenoblois Tristan Vautier dispute cette saison le très relevé Championnat de monoplaces Américain Indycar.

Successivement Champion de la Star Mazda en 2011 et de l’Indy Light en 2012 aprés avoir fait son apprentissage et ses gammes en 2010 où il avait surtout appris les circuits qu’il découvrait, cette année le Grenoblois s’est lancé dans la folle aventure de l’Indycar

Un Championnat impressionnant avec la bagatelle de 19 épreuves, réparties entre mars et octobre.

A ce jour, Tristan occupe le 20éme rang et 1er ‘’ Rookie ‘’ sur 35 pilotes classés.

Ses meilleures performances ?

Une 10éme place a Barber et aussi un 3éme chrono en qualification sur cette piste en Alabama.

 

VAUTIER et Gilles GAIGNAULT Interview lors du GT TOUR à MAGNY COURS le 9 septembre 2013 Photo Claude MOLINIER

 

De passage à Magny cours, Tristan accompagné  de son attachée de presse Muriel Belgy, a fait en notre compagnie le point sur sa 1ére saison en Indycar.

« L’inter-saison a été assez difficile. J’avais un gros avantage c’est d’avoir remporté le Championnat Indy Light avec le Team Sam Schmidt devenu l’hiver dernier Schmidt-Peterson Motorosports. Lequel souhaitait me conserver pour me faire franchir l’étape menant à la catégorie Reine celle de l’Indycar, et au sein de la même structure. Cela me convenir parfaitement car il y avait déjà Simon Pagenaud mon compatriote et sa présence ne pouvait que m’être bénéfique a tout niveau. »

 

INDYLIGHTS-2012-FONTANA-VAUTIER-EST-LE-CHAMPIONPhoto-MBM-autonewsinfo

INDYLIGHTS-2012-FONTANA-VAUTIER-EST-LE-CHAMPION  – Photo-MBM-autonewsinfo

 

Et Tristan nous explique la suite :

« La confirmation de mon recrutement officiel m’a été communiqué fin janvier alors que je disputais les 24 Heures de Daytona avec le Team Mazda SpeedSource au volant de la Mazda 6 Skyactiv’. Cette officialisation que j’attendais et qui fut rendu possible grâce à ma bourse gagné avec le titre Indylight – 1 million de dollars – fut un grand soulagement. »

 

INDYCAR-2013-VAUTIER-EN-INDYCAR-SAM-SCHMIDT

INDYCAR-2013-VAUTIER- Découvre l’INDYCAR chez SAM-SCHMIDT à SEBRING

 

Mais petite précision, Tristan doit avant tout son volant à l’excellente performance signée lors de son tout 1er roulage à Sebring en décembre. Lors cette séance hivernale, il avait surpris à la surprise générale tout le paddock en réalisant le 2éme chrono derrière l’Australien Will Power, Vice-champion 2012 !

Lui qui découvrait pourtant ce jour-là, 13 décembre  2012 le pilotage d’une Dallara DW de Formule Indy.

 

INDYCAR 2013 ST PETERSBURG ABANDON VAUTHIER Photo VISION SPORT AGENCY pour autonewsinfo.

INDYCAR 2013 ST PETERSBURG ABANDON VAUTIER Photo VISION SPORT AGENCY pour autonewsinfo.

 

La saison 2013 débutait plutôt bien dans les rues de St Petersburg le 24 mars. 6éme des qualifications, il occupait une belle 4éme place en course lorsqu’une rupture d’échappement  le contraignait à l’abandon aux 2/3 de la course.

Lors de la manche suivante, celle de Barber il confirme tout le bien en signant le 3me chrono des essais et en course, il se classe 10éme.

«  J’étais vraiment satisfait de ce début dans la discipline laquelle regorge de pilotes chevronnes et d’écuries de haut niveau.

 

INDYCAR-2013-TRISTAN-VAUTIER-a-Sonoma-avec-SAM-SCHMIDT

INDYCAR-2013-TRISTAN-VAUTIER-a-Sonoma-avec-SAM-SCHMIDT

 

Du coté du Team Sam Schmidt et Ric Peterson étaient eux aussi on l’imagine très contents des débuts de leur recrue.

En Mai c’est annuellement la période de préparation de LA course Indycar, les fameuses et tes prestigieuses  500 Miles d’Indianapolis.

«  Indy 500 représente pour un pilote une des épreuves les plus mythiques à laquelle tout pilote rêve un jour de participer.

 

INDYCAR-2013-500-MILES-Tristan-VAUTIER-arret-ravitaillement-au-stand-Sam-Schmidt-Peterson

INDYCAR-2013-500-MILES INDIANAPOLIS-Tristan-VAUTIER-arrêt-ravitaillement-au-stand-Sam-Schmidt-Peterson

 

1éres impressions ?

« La 1ére fois quand tu rejoins ton stand après 5 tours de repérage tu te dis ‘ c’est fou et magique je n’ai qu’une envie retourner en piste »

Côté sensations ?

«  Quand tu arrives au 1er virage qui est à 90° lancé à plus de 360KM/H, la seule chose que tu perçois est un mur blanc perpendiculaire à ta voiture . C’est alors la que tu réalises vraiment la vitesse vertigineuse a laquelle tu roules  »

 

INDYCAR-2013-500-MILES-Tristan-VAUTIER-Team-Sam-Schmidt-Peterson

INDYCAR-2013-500-MILES INDIANAPOLIS -Tristan-VAUTIER-Team-Sam-Schmidt-Peterson

 

Il enchaîne :

«  Dans le baquet tu ressens un mélange intéressant de plaisir et de stress alimenté par ce feeling de se trouver constamment à la limite. »

Le jour de la course suivi dans les tribunes par 500.000 fans qu’a ressenti Tristan ?

«  L’un des moments les plus forts est la cérémonie d’avant piste lorsque tu écoutes les hymnes aux cotes de tous les membres de ton équipe entouré par des tribunes archi pleines te donnant vraiment le sentiment de te trouver au milieu d’une arène. Ensuite avant que ne soit donne le départ, un silence impressionnant se fait jour quant tu fermes la visière de ton casque. Une fois le départ donné  au cours des 1ers tours, tu as du mal à rouler tout droit dans les lignes droites tellement les turbulences aéro créées par le peloton déstabilisent l’auto. La course est incroyablement longue, 3 heures. C’est terrible physiquement mais surtout au niveau des nefs car tu roules à 340 de moyenne et sur le fil, 3 Heures durant. A chaque virage, tu peux te retrouver avec une auto en vrac en pleine piste alors que toi, tu arrives lancé à 350 ! Avec le risque à chaque virage de découvrir une monoplace qui bloque la piste sous tes yeux»

 

 INDYCAR-2013-BALTIMORE-TRISTAN-VAUTIER


INDYCAR-2013-BALTIMORE-TRISTAN-VAUTIER

 

Après que Tristan nous ait conté ses débuts, nous lui avons posé d’autres questions

Bilan 2013 alors qu’il lui reste 3 courses (2 à Houston les 5 et 6 octobre et la der à Fontana deux semaines plus tard) ?

«  Très positif au niveau des perfs. Forcement un peu de frustration car nous avons parfois eu un peu mal à convertir ma bonne pointe de vitesse en résultats.  Comme le week-end dernier a Baltimore, ou après avoir mené la course, un podium me tendait les bras lorsque je fus coincé dans un embouteillage a un re start, ou plusieurs concurrents me précédant devaient encore faire leur arrêt ravito. A cause de cela, j’ai calé et le temps de redémarrer, j’ai perdu un tour et fini 11éme seulement »

 

INDYCAR-2013-SONOMA-la-dallara-de-vautier-arret-pit-stop

INDYCAR-2013-SONOMA-la-Dallara-de-Vautier-arrêt-pit-stop

 

Pour 2014, tu n’auras plus la bourse de 800.000 dollars attribué fin 2012 pour ton succés dans le championnat Indylight, est-ce un handicap ?

 «  Les teams sont toujours plus contents à pilote égal de recevoir de l’argent plutôt que de devoir verser un salaire! Donc théoriquement, la réponse est évidement oui. En revanche, contrairement à l’an dernier je ne suis plus un « Rookie » (les teams Américains ont souvent peur d’engager des Rookies) et ai eu une année pour montrer mon potentiel. Les teams savent donc à quoi s’attendre de ma part ce qui était beaucoup moins le cas l’an dernier. Ils savent que j’ai une saison entière derrière moi, m’ayant permis de faire un gros apprentissage, c’est un gros + .»

 

INDYCAR-2013-MILWAUKEE-Tristan-VAUTIER-équipe-SCHMIDT-Portrait-Photo-MBM

INDYCAR-2013-MILWAUKEE-Tristan-VAUTIER-équipe-SCHMIDT-Portrait-Photo-MBM

 

 

 Pourquoi ces changements incessants  de couleur de déco de ta monoplace ?

«  Tout simplement car nous avons des sponsors différents selon certaines courses

 

INDYCAR-2013-LONG-BEACH-TRISTAN-VAUTIER

INDYCAR-2013-LONG-BEACH-TRISTAN-VAUTIER

 

Es-tu bien accueilli par les pilotes ‘ sénateurs ‘ de la discipline ?

« Plutôt bien, les rapports entre pilotes sont en général plus conviviaux et amicaux qu’en Europe.

Avec qui entretiens-tu les meilleurs rapports ?

« Cela dépend des week-ends et de comment les bagarres en courses se sont passées!

Et avec Simon ?

« Tout se passe très bien et nous travaillons en bonne complémentarité.

Et Bourdais ?

«  On s’entend très bien aussi.

« Le bilan avant les 2 der?   Satisfait ? Déçu ?

« Très satisfait de la performance et du potentiel montré. Déçu de ne pas avoir pu conclure en course comme on aurait du/pu le faire. Parfois, les aléas de la course ne reflètent pas toujours le travail fourni.

La différence la plus visible avec les courses en Europe ?

« Le nombre de Safety-Cars qui rendent les choses plus aléatoires et imprévisibles notamment en termes de stratégie ainsi que le nombre de bagarres en course du fait que le plateau est extrêmement rapproché en terme de performance.

Tu vis ou ?

« A St-Petersburg, en Floride, à l’exception des mois de Mai et Juin ou je reste à Indianapolis car le calendrier s’y prête mieux.

Tu voyages comment ?

 « La plupart du temps en avion sauf quand les courses sont proches comme en juin où toutes nos courses ou presque sont à moins de 8 heures de route d’Indy. »

 

L’éloignement des circuits les uns des autres , n’est ce pas fatigant ?

 

 « Un peu, surtout en Mai-Juin quand tu enchaînes les 3 semaines d’Indy puis 5 week-ends à la suite, mais je dirais que c’est un bon problème à avoir! »

Tes rapports avec les medias Yankees ?

 « Tres bons, comme avec vous ! »

 

 

Entretien avec Gilles GAIGNAULT

Photos : Gilles VITRY- Claude MOLINIER-VISION SPORT Agency – Team et INDYCAR

 

INDYCAR 2013 TRISTAN VAUTIER TORONTO

INDYCAR 2013 TRISTAN VAUTIER à TORONTO

 INDYCAR-2013-MILWAUKEE-Tristan-VAUTIER-Team-Sam-SCHMIDT-Portrait-Photo-MBM


INDYCAR-2013-MILWAUKEE-Tristan-VAUTIER-Team-Sam-SCHMIDT-Portrait-Photo-MBM

INDYCAR-2013-TRISTAN-VAUTIER

INDYCAR-2013-TRISTAN-VAUTIER à LONG BEACH

 

Indycar Sport

About Author

gilles