24 HEURES TT DE FRANCE: LE MIRACLE SORTI DE L’ENFER….

DEPART MOYENNEMENT ENCOURAGEANT… LA SUITE SERA INFERNALE

 

5h18 du matin, dimanche 15 septembre. Après 24 Heures de pluie ininterrompue, la piste de 10 km, la plus longue d’Europe en TT, moins cependant que les grands du goudron comme le grand circuit du Mans ou la Norschleife du Nurburgring, cette piste est donc devenue un lac de boue, qui rend invisible les ornières de plus d’un mètre et les cailloux énormes qui viennent briser triangles et trains avant … la course est arrêtée, tout le monde a le moral à zéro, les pilotes comme Yves Tartarin me disent que c’est tellement dur de rouler que le plaisir n’est plus là. C’est foutu alors ?

Jean Louis Dronne et ses équipes se mettent au travail. Modifier 10 km de piste en quelques heures tu y crois toi ? Eux oui, et ils ont eu raison. A midi, la course est repartie pour quatre heures ! Et l’on aura eu, avec quelques heures de neutralisation, (on rappellera que même les célèbres 24 Heures du Mans ont eu récemment 6 heures de Safety Car…) une vraie course qui s’est terminée dans un délire de bonheur !

 

 EMOTION PARTOUT …

 

On commence donc à quatorze heures le samedi;

La course devra rouler jusqu’à seize heures le dimanche.

Ceci  pour permettre un deuxième départ de nuit, c’est le secret , un parmi les secrets de la réussite du truc!

Avec d’autres secrets comme la passion, l’amitié, le plaisir, la convivialité…

Et le côté sublime de Chevannes où se trouve le circuit…

Et aussi une préparation digne des travaux des pyramides grâce à l’aide technique de la société Clamens qui recycle des bouts de routes et de bâtiments détruits et apporte donc des centaines de camions de matériel de soubassement pour que la base de la piste soit dure comme le marbre, puis le tout est compacté et recouvert d’une couche de terre claire d’une qualité bijoutier.

 

L'ORIGINALITE FAIT PARTIE DU PLAISIR!

L’ORIGINALITE FAIT PARTIE DU PLAISIR!

 

Voilà le champ du désir et du plaisir prêt pour 24 Heures d’éclate.

70 engagés dont un totalement féminin, un autre familial, la voiture est emmenée par la famille Privé, en l’honneur du neveu, pilote lui-même, abattu à l’orée de sa vie par une saloperie de cancer.

Cette auto a pris le départ et a tenu la tête de la course pendant deux ou trois tours, la rage et la gloire ont été la réponse de la famille à la maladie.

On la voit au départ sur la photo d’ouverture de ce reportage, aux côtés du futur vainqueur.

 

LA LEGENDE EN MARCHE…

LA PASSE DE TROIS POUR LES VAINQUEURS

LA PASSE DE TROIS POUR LES VAINQUEURS

 

Il y a aussi un équipage particulier, le numéro 1, qui a déjà gagné deux fois les 24 Heures TT de France et voudrait faire la passe de trois, ce qui ne s’est jamais fait en 21 ans d’existence de la course.

Le team décroche la pole, mauvais présage !

En effet,  il y a une certaine malédiction sur les polemen, une seule fois dans l’histoire des 24 Heures TT de France l’épreuve a été gagnée par l’équipage parti avec la pole…

Cet équipage No1 est composé de Nicolas Clerget, Serge Finkelstein, Olivier Bossard et Christian Lavielle s’est joint au groupe, lui qui est Champion du Monde d’Endurance moto et dans sa nouvelle vie de pilote auto, entre autres, vainqueur du Rallye des Pharaons.

On part à 14 heures, puisque selon la tradition, on s’arrêtera à 21 heures pour deux heures de remise à neuf des autos, puis on prendra à 23 heures un nouveau départ, de nuit, dans l’autre sens de la piste.

Et ce jusqu’à 16 heures, pour que la totalité de la course fasse bien 24 heures.

Une petite pluie, un peu genre crachin breton, qui diffuse une sale lumière grise, tombe sur ce départ, mais ce sont tous des pistards avertis, la pluie, pas grave, ça ne mouille que ceux qui ne sont pas dans les autos, entre autres les commissaires de piste et les gens de Forcing, l’organisateur, chargés de l’entretien de la piste. Il y a aussi dehors le personnel de sécurité.

Les photographes, les speakers, les spectateurs !

Mais dans les autos, c’est juste l’éclate, ça glisse bien, mais c’est génial.

Meteo France, que je vais avoir le plaisir de traiter de connards, avait prévu qu’ensuite la situation irait en s’améliorant avec soleil le dimanche.

Bref, la vie est belle, la course est summum.

Sauf que la météo s’est foutu dedans grave et que la pluie redouble au fil des heures, devenant des trombes par moments.

 

ICI COMMENCE L' ENFER!

ICI COMMENCE L’ ENFER!

 

La ligne des stands (800 mètres !) devient un cloaque, puis un lac de boue.

Les autos s’arrêtent souvent pour un ravitaillement… en eau, celui du lave glace !

Elle se couvrent d’une boue d’abord collante puis liquide qui va boucher les entrées de refroidissement et les radiateurs…

C’est d’ailleurs dans ces conditions qu’aura lieu une des plus belles histoires de la course, avec celles citées plus haut.

L’auto no 22, emmenée par Andrade, Duplé, Letang auxquels s’est joint mon ami Georges Lansac, qui joue le titre de Champion de France d’endurance car les 24 Heures TT en sont l’ultime épreuve, se voit privée d’essuie-glace dès la première heure parce qu’un auto collant qui s’est décollé du pare brise a bmloqué le système.

 

CHAMPIONS E FRANCE AU BOUT DU COURAGE

CHAMPIONS DE FRANCE AU BOUT DU COURAGE

 

Le pilote aveuglé est remorqué (au fait bravo à aux, chacun des tracteurs et des 4X4 chargés du remorquage fera environ quarante sorties dans la nuit!), le team perd un temps fou et se retrouve 54 ème au classement…

Au fil des heures, et dans des conditions dantesques, l’auto va repasser des concurrents par dizaines, terminer au pied du podium, en quatrième position, ce qui désespère Georges Lansac qui, lui, était venu pour gagner et avait la voiture pour ça, mais fait le bonheur de ses trois camarades de galère qui décrochent quand même le titre de Champions de France !

Bon, la course dans son ensemble devient difficile mais encore une fois, dans le tout-terrain, chat échaudé ne craint pas l’eau froide !

L’équipage numéro1 s’est emparé de la tête de la course dès le troisième tour et le la lâche pas.

Régularité absolue, tableau de marche bien réglé et respecté, pilotage qui permet d’éviter les ennuis, pas de lâchage d’essuie-glace ni de lave-glace, bref pas de ces arrêts imprévus qui vous flinguent une course d’endurance, fût-elle disputée par les meilleurs pilotes !

L’auto No5, du team Tartarin, avec Yves Tartarin, Gilles Billaut  et Jean Pierre Strugo, 21 (vrais !) Dakar à son actif mais qui n’avait pas tenu le cerceau depuis pas mal de temps est revenu avec ses potes, « just for pleasure » !

 

LE TEAM TARTARIN EN GUERRE!

LE TEAM TARTARIN EN GUERRE!

 

A cause de quelques ennuis, elle prend trois tours de retard, puis l’écart ne bougera plus, dommage pour le spectacle, les deux autos de tête étaient dans les mêmes temps, on aurait pu avoir une bataille serrée d’un bout à l’autre !

La bade à Tartarin finira donc seconde au sratch.

 

HIGHWAY TO HELL !

 

Quand on arrête la course à 21 heures, tout le monde est assez content en fait, la pluie incessante commençait à user pilotes, autos, mécanos, spectateurs, vip, car il ya aussi une tradition de fiesta sur cette épreuve, au moment de la pause, plusieurs centaines d’invités, après avoir pataugé entre l’auto et l’immense tente de réception, ont dansé, rigolé, probablement un peu bu, l’orchestre était top, l’ambiance kif kif…

23 heures, nouveau départ, dans l’autre sens….

Il ya eu tellement de grabuge en fin de première partie qu’il ya seulement 44 voitures, sur 70, qui repartent.

En file indienne, à la demande de l’organisation, la guerre civile sur un terrain dégradé serait dangereuse à l’extrême.

Notre confrère Jean Jacques Deverly, journaliste dans l’auto TT, et l’un des cinq ou six pilotes à avoir couru les 21 éditions des 24 heures TT, nous dira ensuite que son relais de nuit est un des pires souvenirs de sa vie.

 

NUIT D'ENFER!

NUIT D’ENFER!

 

Même Christian Lavielle, habitué aux conditions dantesques et de l’endurance et du rallye-raid, nous dit que dans deux parties du circuit, en particulier la traversée d’un bois, sont devenues inhumaines…

Yves Tartarin, l’indestructible, me dira même, je ne pensais pas entendre cela une fois dans ma vie de sa part,  qu’il n’y a plus de plaisir de rouler, que c’est juste un casse-bagnole.

Cinq heures dix huit du matin, la direction de course prend la décision de neutraliser l’épreuve.

On prévoit une reprise des opérations vers neuf heures.

Les mécanos se mettent au travail, vers 6 heures du matin la pluie s’est arrêtée !

 

RENAISSANCE…

 

A huit heures, les pilotes viennent voir le directeur de course et lui expliquent que la piste n’a pas assez séché, il est donc décidé, de neutraliser jusqu’à midi.

On est même allé jusqu’à imaginer repartir pour un seul dernier tour pour le drapeau à damiers !

Ce qui eût été une suprême humiliation pour tous ceux qui avaient œuvré jusque là pour que la course avance.

Jean Louis Dronne décide de faire un tour du terrain avec son responsable technique, et le médecin de l’épreuve, je suis convié au tour…

Il ya des endroits où la piste est carrément roulable, d’autres où en effet, Lavieille avait raison, il était juste suicidaire, côté mécanique s’entend, de rouler en compétition !

 

 

Nous avons tous vu des conditions de ce genre, j’ai perso eu de grands moments, en particulier lors de pluies genre tropicales, au Kenya ou en Amazonie, avec des difficultés incroyables de progression, mais pas en compète en tournant en boucle !

Etienne Smulevici me raconte un truc à se tordre, on sait qu’il a un nez de taille importante, et un humour colossal, il me dit qu’en plongeant dans une marre de boue de pas loin d’un mètre, son cockpit a été envahi, il doit aller vite, il est en deux-roues motrices, un enfer par ces conditions de piste, et il ne peut pas faire dans le détail.

Donc, il plonge.

La boue envahit tout.

Par reflexe, Il détourne la tête et se retrouve avec un œil et une narine bouchés par la boue liquide, mais de profil, son nez a protégé l’autre œil et l’autre narine !

Un commissaire lui dira plus tard son admiration parce qu’il freinait tard, Etienne répondra qu’il ne freinait pas tard, il voyait tard !

 

 

Décision est prise, deux secteurs, il ya en pour plus de deux kilomètres, sont remplacés, on refait une piste banderolée, qui reprend en partie une autre piste, qui double la première, réservée aux passages des navettes de photographes et le cas échéant à l’entrée et à la sortie des voitures de remorquages des concurrents bloqués.

J’ai assisté au truc médusé.

 

OUI,ILS AIMENT ROULER DANS TOUTES LES CONDITIONS!

OUI,ILS AIMENT ROULER DANS TOUTES LES CONDITIONS!

 

La motivation des troupes de Jean Louis Dronne est démentielle, à l’instar de celle des pilotes qui veulent remettre ça.

Et l’équipe technique a un  savoir-faire insensé !

En deux heures, ces km de piste sont équipés, les tracteurs et les gros engins de chantier s’y sont mis aussi, c’est la re-création du monde en 120 minutes !

Onze heures trente, les autos sont remises en pré-grille, et ils y vont de bon cœur, l’envie est revenue, on sait qu’il reste quatre heures sur un terrain difficile certes, mais où va pouvoir se faire plaisir, au moins par endroits.

Jean Louis Dronne a eu en fait une idée pendant ces heures de galère…

Doubler la piste…

Il y aurait donc l’an prochain une piste de secours pour le cas où un secteur deviendrait dangereux…

Comme quoi, il se vérifie qu’en sports mécaniques, c’est toujours au fond des conditions de merde que les grands pilotes et les grands organisateurs ont des coups de génie !

 

JEAN LOUIS ALIAS "LOULOU" DRONNE

JEAN LOUIS ALIAS « LOULOU » DRONNE

 

C’est donc reparti, et on s’en donne à cœur joie.

La piste n’a pas vraiment séché, la terre n’a plus aucune capacité d’absorption, mais elle est roulable.

L’auto no 22, celle des futurs Champions de France, continue sa remontée.

On a dit qu’au bout, ils ont décroché le titre de Champion de France.

L’auto no1, leader depuis la première heure de course, continue de tourner comme une horloge suisse.

 

TROISIEME VICTOIRE DE L'AUTO NO 1

TROISIEME VICTOIRE DE L’AUTO NO 1

 

Ils gagneront donc l’épreuve pour la troisième fois, le truc jamais encore fait et infaisable dans ces conditions de course !

Tartarin et sa bande s’offrent de grands moments de plaisir, des glissades de légende, sachant qu’ils ne reprendront pas trois tours aux leaders parce que malheureusement, la piste permet de se faire plaisir mais pas d’attaquer.

Il ya encore de belles histoires partout mais celle des filles est franchement exceptionnelle.

 

LE TEAM FEMININ

LE TEAM FEMININ

 

Cécile Douchez, Nadège Oboeuf, Adeline Jallet et Nathalie Lecoultre avaient participé à l’épreuve l’année d’avant, sur sol sec, en terminant 31èmes au général.

Cette année, à 23 heures, au deuxième départ, elles sont reparties la peur au ventre, dans des conditions démentielles que l’on a décrites plus haut.

Mais elles sont reparties.

Au troisième départ, elles étaient toujours là.

Avant midi, Jean Luc Reichmann, l’animateur TV bien connu, est venu au micro encourager le team, sa femme roule dans l’auto et il est resté 24 heures à des côtés, avec un mélange d’inquiétude et de fierté…

 

JEAN LOUIS DRONNE AVEC JEAN LUC REICHMAN: "QUI TOUCHE LA VOITURE DE MA FEMME EST MORT!

JEAN LOUIS DRONNE AVEC JEAN LUC REICHMAN: « QUI TOUCHE LA VOITURE DE MA FEMME EST MORT! »

 

Les filles vont superbement rouler durant les dernières quatre heures de course.

Elles étaient 25 èmes, elles trouvent la ressource et l’enthousiasme nécessaire pour aller encore grappiller des places, terminant en 20ème position !

Elles sont  la preuve que le mot héroïsme existe aussi au féminin.

Elles seront comme les autres l’an prochain, comme nous tous, comme eux tous, elles reviendront !

Car ces 24 Heures TT de France, c’est définitivement l’un des plus beaux trucs que j’aie pu voir dans ma longue vie de découvertes !

 

 Résultats 24 Heures TT de France 2013 

 

1 1 CLERGET … FINKELSTE… LAVIEILLE … BOSSA… BMC JMS EV2

2 5 TARTARI… BILLAUT Gi… STRUGO J… NISSAN QASHQAI  à 3 Tours

3 43 LHOSTE … BOUTRON … MARTIN P… BOWLER WILDCAT à 4 Tours

4 22 ANDRAD… DUPLÉ Céd… LETANG P… LANSA… A C NISSAN à 6 Tours

5 2 CHERVIE… VINCENDE… SALVATO… COQUE… NISSAN NAVARA à 8 Tours

6 12 ALESSAN… SIMON Lud… DELLUS G… SCHLE… BOWLER WILDCAT à 8 Tours

7 38 BROSSE… MOUNIER … SEGUARD … SUZUKI AUDI 1 T1B à 10 Tours

8 19 CUISINIE… COMBIER … HERVE Pie… TOYOTA KDJ à 10 Tours

9 36 BECART … HOLLOCO… GALLAND … MOILET … BOWLER à 13 Tours

10 14 PIVERT J… GAROSI Se… DUBOIS G… TORAN… ORC PORSCHE à 14 Tours

11 35 ROA Patri… PIERRE Be… DOMAS Ja… QUINET … BUGGY FOUQUET à 15 Tours

12 8 SKOKS Ig… SKOKS Ru… PIKIS Arvis SKOKS MITSUBISHI à 16 Tours

13 49 CORVAJA … CLEMENT … PARONNE… SANDRI… TOYOTA LAND CR à 19 Tours

14 78 SMULEVI… FLORANTI… CHATRIOT … HOUSIE… BMC à 21 Tours

15 89 BAUDRIL… PROT Patri… VANLAUW… LAND ROVER à 21 Tours

16 39 GUIGNAR… LARDEAU … BERTET Al… BERTE … PAJERO à 22 Tours

17 42 AUVOLAT … TERRIER J… DEPARDIE… BARD F… MITSUBISHI 1 T2 à  23 Tours

18 99 COUANA… DUVAL Jea… COUANAR… BUGGY ABCD PRO à 24 Tours

19 72 PHILIPPE … GAULTIER … GOUHIER … JOURD… TOYOTA KORO  à 24 Tours

20 15 DOUCHE… OBOEUF N… JALLET Ad… LECOU… NISSAN PATROL à 25 Tours

21 61 GOUINEA… TBA COTTRET … ESQUIE… TOYOTA KZJ à 26 Tours

22 31 SINTES Al… BEILVERT … DUPIECH … NISSAN PATROL à 26 Tours

23 21 BROCHA… SANTUCCI … RENAUDIN … CAZE NISSAN à 27 Tours

24 53 DUCROC… GEORGES … VIETTE Th… ROVER à 27 Tours

25 77 MORIZE … DOYEN Ric… WEISENB… MORIZE … RIVET BMW à 28 Tours

26 91 LECERF … FRANCHET … MOUCO Jo… PAJERO  à 29 Tours

27 113 HERMAN… BERNARD … GALINIER … NISSAN PATROL à 29 Tours

28 32 CÉOLIN G… INZERILLO … HOURLAY … RANGE ROVER à 30 Tours

29 16 CADET D… LAMIRAND … MARTIN P… NISSAN PATROL à 31 Tours

30 7 GILONNI… SOLER José FOUBERT … METAU… BOWLER WILDCAT à 32 Tours

31 33 GUGLIEL… BRUNET P… LABADIE C… BOUCA… BUGGY MONCE à 33 Tours

32 82 MICOULE… MICOULEA… CASZALOT … MMP RENAULT à 33 Tours

33 29 FAY Chris… LORMAIL F… BOURGAU… TOYOTA LAND CR à 34 Tours

34 20 PRIVE Re… PRIVE Olivi… PRIVE Séb… PRIVE T… FOUQUET NISSAN à 36 Tours

35 76 MORIZE … SEUTIN Syl… BERY Jean … ROYER … RIVET à 36 Tours

36 24 DARRAS … PIONETTI … BUTBOVIC … SUZUKI JIMMY à 36 Tours

37 46 KALVAS … RAVENET … BUREAU L… KALVAS MERCEDE à 36 Tours

38 60 MASSON … MARIN Didi… MARIN Kev… COX BUGSTER à 37 Tours

39 40 DESGRA… THORIN Do… CHARPEN… BUGGY BMC à 37 Tours

40 55 RUFFIN A… BEDEAU C… BEAUJON … BUGGY RL à 37 Tours

41 52 ZANOTTI … BELLINETT… SCHWAED… RANGE ROVER à 40 tours

 

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Alain ROSSIGNOL- DESERT RUNNER

 

 

 

Sport

About Author

jeanlouis