KARTING – 24 HEURES DU MANS. FRANCOIS HUREL ‘’ C’ETAIT LA DERNIERE ‘’

 

 

 KARTING-2013-Jacky-FOULATIER-ET-FRANCOIS-HUREL


KARTING-2013-Jacky-FOULATIER-ET-FRANCOIS-HUREL. Les deux plus fidèles pilotes des 24 Heures

 

 

Notre confrère et ami François Hurel, qui disputait me week-end dernier ses … 25émes 24 Heures du Mans karting dans le baquet du chassus N° 91, nous a adressé un petit compte-rendu de ce qui restera son ultime participation à l’épreuve Sarthoise.

 

« Le nouveau circuit du Mans ?

Déjà dans légende !

Le nouveau circuit international du Mans a gagné ses lettres de noblesse à l’issue de ces 1éres 24 Heures. Côté look et niveau infrastructure, rien à dire, c’est de la belle ouvrage !

Les kartmen ne peuvent que se sentir flattés de voir l’ACO investir autant dans leur sport préféré.

Le circuit est rapide, mais je trouve qu’au volant d’un kart du Groupe 2, cette sensation de vitesse est assez diluée. Sans doute est-ce plus spectaculaire au volant d’un KF2 Groupe 1 ?

 Il n’y a pas vraiment de grand « juge de paix » comme on pouvait en trouver sur l’ancien tracé, qui reste inégalé à mes yeux. C’est moins fun, mais la piste est néanmoins plus technique et difficile qu’il n’y paraît.

 

L’un des points positifs est la quasi absence de vibreurs, ce qui explique qu’il y ait eu moins de casse cette année. D’ailleurs, c’est la première fois que je boucle les 24 Heures sans connaître d’ennui technique, ce qui est aussi à mettre au crédit de Technikart.

En revanche, le pif-paf au centre du circuit, avec sa compression, est très exigeant et si l’on veut ménager le matériel et le pilote, on n’a d’autre choix que de lever le pied.

 

L’absence de bacs à gravier me paraît être un bon choix, mais il faudra voir avec le temps si la sécurité n’y perd pas. Sur le circuit F1 de Montréal, on connaissait le « mur du Québec » où les voitures viennent se fracasser régulièrement.

Nous avons l’équivalent au début des stands, à l’endroit précis où se situait le nôtre. L’un de mes équipiers en a d’ailleurs fait la douloureuse expérience. Il n’était pas le premier à sortir ici et ne sera pas le dernier…

Ma première impression était que cette piste serait moins physique que l’ancienne :

Grosse erreur !

En fait, nous avons beaucoup souffert et dans notre équipage, plus personne n’avait envie d’y aller à la fin. Je ne pense pas que le sens antihoraire soit à la base de cette fatigue supplémentaire, je pencherais plus pour les nombreux changements d’appuis et le fait que la ligne droite ne permet pas de se décontracter autant que sur l’ancien tracé.

 C’est au mental plus qu’au physique que j’ai assuré l’arrivée, histoire de finir en beauté.

 J’avoue que pendant le tour d’honneur, j’avais la gorge un peu nouée car à la lumière de mes performances, j’avais pris ma décision pendant la course :

Pour moi, cette 25éme participation  serait la dernière. J’estime avoir été au bout de mes possibilités et il faut savoir s’arrêter  à temps. Ce fut une belle aventure et j’espère la poursuivre en tant que team-manager, si  quelqu’un souhaite tirer profit de mon expérience. A bon entendeur…

 

François HUREL

Photos : KART MAG et Christian TIMON

 

 KARTING 2013 24 HEURES DU MANS Le kart N° 91 de Francois HUREL Photo Christian TIMON.


KARTING 2013 24 HEURES DU MANS Le kart N° 91 de Francois HUREL Photo Christian TIMON.

Karting

About Author

gilles