AMBIANCE DECONTRACTEE MAIS TRAVAIL SERIEUX POUR LES ESSAIS DES 24 HEURES DU MANS MOTO

_034autonewsinfo

Une mascotte… bien jeune ! Photo Alain MONNOT autonewsinfo

 

Un championnat du monde aux contours étroits donne une importance accrue aux courses de 24 heures et plus encore aux 24 heures du Mans, qui clôturent la saison avec un barème de points intéressant  : 40 points au premier !

Pour autant, on sait bien que le plateau des 24 heures est loin d’être composé par des écuries officielles et donc, de nombreux amateurs, français pour la plupart, saisissent cette occasion de disputer une grande course d’endurance. Il va de soi que la différence de niveau de pilotage et d’habitude de la course est un réel problème que les organisateurs manceaux tentent d’atténuer en autorisant, lors des deux journées de roulage des 27 et 28 août, toutes les équipes désireuses de courir les 24 heures dans trois semaines, à venir rouler sur le Bugatti avec les pilotes de leur choix.

 

David Checa Yamaha GMT N°94 Photo Michel Picard pour autonewsinfo

David Checa Yamaha GMT N°94 Photo Michel Picard pour autonewsinfo

 

Cela n’est pas forcément du goût des teams usines et de leurs pilotes qui redoutent toujours les trajectoires erratiques ou les différences de vitesse trompeuses pour les amateurs moins habitués. Quoiqu’il en soit une quarantaine d’équipes avait fait le déplacement dans la Sarthe et l’on pouvait se demander objectivement ce que les teams comme le SERT, le YART ou le GMT 94, les trois premiers actuels du Championnat du monde d’endurance pouvaient venir rechercher avec cette nouvelle séance de roulage sur un circuit dont elles connaissent toutes les données et que les pilotes pourraient parcourir les yeux fermés.

A priori, logiquement on pourrait penser que trois types de démarches sont mises en œuvre par les équipes engagées dans le championnat du monde.

En premier lieu, de nouveaux pneumatiques ont été développés et les manufacturiers veulent valider les avantages qu’ils entendent exploiter dans cette dernière course. Nos lecteurs comprennent aisément que Michelin est frustré de ne pas avoir réussi à prendre l’avantage au Championnat avec trois écuries de pointe :

YART, GMT et BMW, au point qu’il se murmurait que la firme  CLermontoise abandonnerait l’endurance moto en 2014 !

 

Michelin 3 Photo Michel Picard Autonewsinfo

Nicolas GOUBERT Photo Michel Picard Autonewsinfo

 

Nicolas GOUBERT, Directeur adjoint de la Compétition répondant à notre interrogation, nous a assurés que la firme de Clermont serait toujours bien présente en endurance la saison prochaine.

Il ne nous a toutefois pas précisé avec quelle écurie.

Le GMT qui semble avoir mis à l’écart Mathieu LAGRIVE, ne perdra-t-il pas Michelin, pour qui, Lagrive était un essayeur apprécié ?

Lâcher BMW et prendre le SERT dans son giron serait sans doute une quasi promesse de titre….et Michelin pourrait communiquer plus utilement, enfin!

N’oublions pas de remarquer que KAWASAKI gagne depuis trois ans au Mans et qu’une quatrième victoire consécutive pour Pirelli secouerait fortement le cocotier des retombées commerciales en cette période de crise.

Dunlop, pour jouer une fois de plus le titre avec le SERT,  ne négligera pas de « sécuriser » au maximum ses montes.

 

Equipage SERT Photo Michel Picard

Equipage SERT Photo Michel Picard pour autonewsinfo

 

En second lieu, ce sont les motoristes qui peuvent avoir besoin de vérifier si tel ou tel montage de nouvelles pièces, un réglage de cartographie ou un nouvel échappement, peuvent apporter une amélioration de performance, sans nuire à la fiabilité.

Enfin, pour les pilotes qui n’ont disputé que trois courses  d’endurance cette année, accumuler des heures en selle ne peut être que bénéfique.

Pour être précis, il convient de préciser que, contrairement aux 24 heures auto, ces essais ne sont ni obligatoires comme nous l’avons dit, ni chronométrés officiellement.

Nous avons donc lors de la seconde journée d’essais rencontré les trois équipes encore en lice pour le titre de Champion du monde d’endurance, elles répondent à nos questions.

Christophe GUYOT manager du GMT (YAMAHA N°94, 3ème place actuelle au championnat) :

« Notre moto de compétition évolue et l’on est contraint sans cesse de faire des réglages: électronique, boîte de vitesses, radiateur sont différents, ici au Mans. De plus, nous devons définir un protocole pour les pneus que MICHELIN met à notre disposition fonctionnent dans les conditions optimales de châssis et de suspension.

 

LE GMT bien prêt Photo Alain MONNOT autonewsinfo

LE GMT bien prêt – Photo Alain MONNOT autonewsinfo

 

Vous observerez que le niveau des machines prétendantes à la victoire est assez proche et, ce sont des réglages très fins qui peuvent faire la différence. A nous de les trouver et de les exploiter avec nos pilotes. C’est ça le sport et ces essais doivent nous permettre de démontrer que l’on a tout pour gagner. »

Ludo mécanicien du YART en charge de la télémétrie (YAMAHA N°7, seconde place actuelle au championnat):

 » Pour nous, notre présence ici est toute simple, il convient d’abord de faire rouler nos pilotes (Josh WATERS; Sheridan MORAIS et Broc PARKES) qui ne connaissent pas le circuit Bugatti contrairement à Igor JERMAN. De plus, MICHELIN proposant de nouvelles références, nous avons besoin d’adapter châssis et suspension à ces enveloppes. »

 

Broc Parkes Yamaha Yart N°7 Photo Michel Picard pour autonewsinfo

Broc Parkes Yamaha Yart N°7 Photo Michel Picard pour autonewsinfo

Dominique MELIAND, enfin, l’inoxydable manager du SERT (SUZUKI N°1 première place actuelle du championnat):

 » Ce genre d’essais , tu vois, sont toujours utiles pour plein de raisons. D’abord pour un reconditionnement des pilotes sur la course à venir, ensuite parce qu’une moto de compétition est toujours en évolution. Dès que l’on touche à un paramètre, tout est à revoir de A à Z. La difficulté est bien sûr, de tendre vers la perfection pour justifier notre rang de machine officielle, pour cela il faut faire des essais notamment en raison du fait que DUNLOP a beaucoup travaillé alors, nous devons à notre tour beaucoup essayer pour trouver une adéquation parfaite de notre moto aux pneumatiques. »

 

L'équipe du SERT Photo Michel Picard

L’équipe du SERT Photo Michel Picard pour autonewsinfo

Même si l’ambiance est assez décontractée et si les teams sont loin d’être au complet, le travail n’en n’est pas moins très appliqué et en bordure de muret chaque équipe dispose de son chronométrage qui n’exclut pas de relever les perfs des autres!

Toutes les équipes ne sont pas présentes et si 61 motos sont engagées pour 56 places disponibles sur la ligne de départ, il est évident que tout le monde veut se rassurer. Ces essais sont également l’occasion pour certains pilotes de proposer leurs services à telle ou telle équipe incomplète ou en recherche de meilleures performances.

C’est ainsi que l’on apprend que Guillaume DIETRICH, a proposé ses services au JUNIOR TEAM SUZUKI Le Mans Sud. Annoncé sur la N°2 du R2CL, celui qui a gagné deux fois les 24 heures, sans doute déçu des prestations du team, Guillaume (que nous n’avons pas pu joindre) irait remplacer Nans CHEVAUX qui n’est pas remis à 100% de sa déchirure des ligaments de l’épaule.

Pour les équipes amateurs, les 24 heures constituent parfois la seule course de l’année. On veut donc en venant aux essais se persuader que la machine que l’on prépare depuis de longs mois, autorise les performances escomptées et que l’on a déniché les pilotes qui en feront le meilleur usage en termes de chronos et… d’endurance.

Renaud LAVILLENIE Photo Alain MONNOT autonewsinfo

Renaud LAVILLENIE Photo Alain MONNOT autonewsinfo

Cette question cruciale se pose évidemment pour Renaud LAVILLENIE, le Champion Olympique et qui après sa récente médaille d’argent au Championnat du monde de saut à la perche, à l’esprit libre pour tenter de se qualifier aux 24 heures, contrairement au Bol d’Or.

Pour le moment, c’est en tant que quatrième pilote qu’il est prévu sur l’AZ moto N° 63. Le circuit Bugatti étant techniquement moins difficile à appréhender que celui de Magny-Cours, tous les espoirs sont permis dans trois semaines.

Nous avons été témoins de ses efforts et de sa volonté de progresser encore pour décrocher le Graal.

Pour la circonstance sur la SUZUKI N°63 de AZ Motos, l’élève LAVILLENIE suit les conseils de Philippe MONNERET – ancien vainqueur de ces 24 Heures moto – qui le souffle un peu court après un run d’essais, puisqu’il est engagé aussi sur la moto N°63, débriefe avec le sauteur, les trajectoires de celui-ci:

 » 52 secondes 8, c’est bien ! Tu cherches encore un peu trop tes trajectoires, tu ne regardes sans doute pas assez loin. Tu veux sans doute trop bien faire et passer vite, mais auparavant tu devrais soigner tes points de corde… Mais c’est déjà rudement bien. »

R. LAVILLENIE et P. MONNERET Photo Alain MONNOT autonewsinfo

R. LAVILLENIE et P. MONNERET Photo Alain MONNOT autonewsinfo

Renaud LAVILLENIE est dans son truc et difficilement accessible pour la Presse, malgré tout, nous lui demandons ce qui le pousse à vouloir courir et si la qualification est envisageable ici au Mans.

« Ici au Mans j’ai la même volonté de bien rouler et le plaisir de faire de la moto. Ici, techniquement le circuit est plus facile et j’ai plus d’heures de roulage qu’au Bol. Je sens mieux les choses. Si je ne me qualifie pas ça ne sera pas un drame et cela ne changera en rien mon envie de faire la moto. »

En cas de qualification, nous connaissons un autre Clermontois- Claude MICHY– qui chargé d’une mission de réflexion sur la promotion de l’endurance moto, serait ravi de servir de cette…  » perche » en termes marketing pour l’épreuve.

Sans prétendre aujourd’hui à une présentation des forces en présence, nous pouvons d’ores et déjà assurer tous les fans que la bagarre sera de toute beauté tant pour la victoire, que pour les titres en Championnat du monde EWC et en Coupe du Monde Superstock.

Bernard FOURCADET pour l’inusable NATIONAL Motos N° 55, nous annonçait son équipage définitif en vue d’entrer dans le Top 5, à savoir Olivier FOUR, Greg JUNOD et Arturo TIZON, alors qu’Hervé MOINEAU confirmait Gregory FASTRE, Mickael SAVARY et Claude LUCAS pour tenter d’arracher la Coupe du monde avec le Team Motors Events.

Motos impeccables chez Motors Events Photo Alain MONNOT autonewsinfo

Motos impeccables chez Motors Events Photo Alain MONNOT autonewsinfo

Chez KAWASAKI sur la N° 11 en revanche, on travaillait en silence avant de partir dans la foulée pour une épreuve de Championnat de France Superbike, au cours de laquelle Gregory LEBLANC pourrait bien être sacré Champion de France.

Gregory-Leblanc-Kawasaki-N°11-Photo-Michel-Picard pour Autonewsinfo

Gregory-Leblanc-Kawasaki-N°11-Photo-Michel-Picard pour Autonewsinfo

La passe de 4 au Mans constituerait pour KAWA, un exploit fabuleux, mais le SERT par la voix de Dominique MELIAND, ne concluait-il pas cette séance par ces mots:

 » Ces dernières courses, nous avons fait pas mal de petites conneries et nous sommes pas montés sur la plus haute marche… Nous n’avons plus envie de faire ces conneries et si possible ne pas laisser la première place. »

Nous avons constaté par ailleurs que BMW travaillait ferme dans son box.Il ne suffit pas en effet de se targuer d’être la moto la plus rapide, il faut aussi concrétiser en course !

Toutefois les pilotes qui ont été blessés (GIMBERT et CUDLIN) seront forcément un peu sur la réserve. Une autre chute est interdite !

Alors ?

_030autonewsinfo

Travail sérieux chez BMW Photo Alain MONNOT autonewsinfo

Alors oui, ces essais et les rencontres que nous avons pu y faire, désignent bien ces 24 heures à venir comme une épreuve à enjeux majeurs pour beaucoup d’équipes.

En plus des titres, les performances de fin de saison sont toujours scrutées à la loupe par les partenaires au moment de se pencher sur la saison suivante.

Et 2014 c’est déjà demain.

En attendant les 24 heures 2013 auront lieu les 21 et 22 septembre !

Vincent Philippe Suzuki SERT N°1 Photo Michel Picard pour autonewsinfo

Vincent Philippe Suzuki SERT N°1 Photo Michel Picard pour autonewsinfo

Alain MONNOT
Photos : Michel PICARD et Alain MONNOT

Moto Sport

About Author

admin