WTCC. YVAN MULLER : « DES VOITURES PLUS LÉGÈRES, PLUS PUISSANTES ET PLUS EFFICACES »

 

WTCC-2013-MULLER-EN-TESTavec-la-CITROEN-C-ELYSEE-sur-le-circuit-PAUL-RICARD.

WTCC-2013-MULLER-EN-TEST avec-la-CITROËN-C-ELYSÉE-sur-le-circuit-PAUL-RICARD.

 

Confirmé ce mercredi matin par l’équipe Citroën avec qui il va entamer en 2014, une nouvelle carrière dans le Championnat du monde WTCC, Yvan Muller de retour de la manche Argentine qu’il vient de disputer le week-end dernier, s’exprime sur sa future monture qu’il a pu découvrir brièvement lors d’un rapide galop d’essai effectué sur le circuit Paul Ricard avant de s’envoler vers l’Amérique du sud :

Quelles ont été vos impressions lors de vos premiers contacts avec Citroën Racing ?

« J’ai tout d’abord trouvé beaucoup de professionnalisme, mais cela ne constituait pas une surprise au vu du palmarès de l’équipe en rallye. Au cours de ma carrière, j’ai couru pour des structures italiennes, allemandes, espagnoles ou anglaises, et cela faisait longtemps que je n’avais plus collaboré avec des Français. Le mode de pensée et de fonctionnement est différent – je ne dis pas que c’est mieux ou moins bien – et je dois appréhender les méthodes de travail de Citroën Racing. Il faut aussi que je retrouve quelques automatismes dans mon langage, car je me rends compte que j’ai parfois tendance à chercher des termes techniques en Français ! Tout cela est très récent, mais je me sens déjà bien avec Citroën. »

Votre palmarès en WTCC est impressionnant. Quels sont les secrets de la victoire dans cette catégorie ?

« C’est simple. Il faut être performant et terminer toutes les courses en prenant un maximum de points ! Mais la discipline est beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît. La difficulté principale vient du format à deux courses par meeting. Avec le système de grille inversée, le poleman de la première manche part en huitième position de la seconde. Au sein du peloton, il faut savoir éviter les pièges tendus par les autres pilotes pour remonter sur la tête. C’est sans doute pour cela que les pilotes expérimentés ont tendance à truster les premières places. »

La finesse du pilotage semble également avoir une grande importance…

« Contrairement à la plupart des voitures de circuit, les WTCC sont des tractions. Cela signifie que les pneus avant se dégradent rapidement, puisqu’ils doivent à la fois supporter la direction et la motricité. Le pilotage doit s’adapter en conséquence pour gérer l’usure des gommes tout au long de la course. Je pense toutefois que la réglementation 2014 sera plus clémente à ce niveau. »

Vous avez justement roulé avec la Citroën C-Elysée WTCC. Quelles ont été vos sensations ?

« Par rapport à ce que j’ai connu ces dernières saisons, la voiture est plus légère, plus puissante et plus efficace sur le plan aérodynamique. Il y a également des pneus plus larges et des freins plus gros. En résumé, tout est mieux et cette nouvelle génération sera bien plus rapide que l’actuelle. Cela reste du touring car, avec un peu plus de facilité pour le pilote. Lors de mon premier contact, la Citroën C-Elysée WTCC m’a semblé être une bonne base de travail et j’ai hâte d’attaquer les essais de développement. »

Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Sébastien Loeb ?

« Oui, c’était à la fin des années 90, sur une course du Trophée Andros dans les Vosges. Nous faisions partie du même club et notre Président était venu me présenter le ‘petit jeune qui monte’. J’ai suivi son ascension et aujourd’hui je ne peux être qu’admiratif de son parcours. Rendez-vous compte, il a été neuf fois le meilleur pilote au Monde ! Je peux m’imaginer ce que cela représente, mais même si mes propres statistiques sont bonnes, ça n’a rien à voir avec ce qu’a réalisé Seb. »

Il est rare de réunir deux pilotes aux palmarès aussi fournis dans la même équipe. Comment envisagez-vous cette collaboration ?

« Je suis certain que cela se passera très bien. Nous sommes de grands garçons, qui n’avons plus grand-chose à prouver et qui savent ce que cela signifie de travailler pour un constructeur. Il faut penser à la Marque avant tout, c’est ce que j’ai toujours fait. Évidemment, je préfère être sur la plus haute marche du podium, mais le but premier est de faire gagner l’équipe. La solidarité entre équipiers est une des composantes essentielles du succès. »

 

 

WTCC-2013-LES-deux-futurs-pilotes-CITROEN-en-WTCC-en-2014-LOEB-et-MULLER

WTCC-2013-LES-deux-futurs-pilotes-CITROËN-en-WTCC-en-2014-LOEB-et-MULLER

 

Quoiqu’il en soit, l’équipe Citroën va débarquer dans l’univers du WTCC avec … deux Champions du monde.

Dont l’un, l’est déjà dans cette discipline. Qu’il connait par cœur, ayant décroché trois titres, le quatrième se profilant a vitesse V.

Quant au nouveau venu, lui, il est nonuple Champion du monde des rallyes et brille depuis plusieurs saisons partout où il s’aligne :

Coupe Porsche, GT, Endurance, X Game et Pikes’Peak.

Sur que ce tandem de choc, est le duo idéal ‘ magique ‘ qui va permettre à la firme aux chevrons de retrouver les plus hautes marches des podiums et ce après une année 2013 des plus difficiles en Rallye…

 

Gilles GAIGNAULT

Photos :  Jo LILLINI et Team

 

WTCC

About Author

gilles