SILK WAY RALLY: SCHLESSER TOUJOURS TSAR … ET STAR!

 

C’était une étape où il fallait avoir du flair, de la stratégie, où il fallait rouler comme des damnés, ne pas se paumer et passer à travers un désert impressionnant, traversant la Kalmoukie des Tatars pour revenir à Astrakhan. Bref, un truc pour de vrais pros associés à de vrais copis…

C’est le Russe Vassilyev qui gagne la spéciale, huit minutes devant Schlesser qui a ouvert pendant un bon moment, faisant joujou avec son adversaire russe et le camion Kamaz de Shibalov, le tout à pas loin de 200 km/h par endroits, bref un vrai truc à se tuer, on rappelle aussi qu’il fait une chaleur inhumaine, à l’arrivée, le mot clé c’est « Ouf! ».

Album photo de ce jour démentiel en fin de reportage, avec Alain Rossignol.

 

JOUR TERRIFIANT,LUTTE AU SOMMET… 

VASSILYEV

VASSILYEV

 

Schlesser avait plus de 25 minutes d’avance sur Vasilyev, il en rend huit.

Les explications du « Grand » à l’arrivée…

« Le début était très dur et, vers le km 70, nous sommes partis sur une piste parallèle . Quand nous nous sommes aperçus de l’erreur, nous sommes revenus à notre point de départ. Cela nous a fait perdre 10 à 12 minutes et, en plus, nous nous sommes retrouvés avec les Kamaz et Vasilyev. C’était une autre journée très dure. »

 

SCHLESSER ET SHIBALOV

SCHLESSER ET SHIBALOV

 

D’où le duel à trois où tout le monde a été au bout de ce qui était humainement possible.

En tous cas, le grand bleu avec un buggy bleu est toujours en tête du Silk Way russe…

En troisième position de la spéciale du jour, Christian Lavieille est arrivé un peu sur les rotules aussi…

 

CHRISTIAN LAVIEILLE

LAVIEILLE-POLATO

 

Ce qu’en dit Christian à l’arrivée… « Tout a super bien marché pour nous aujourd’hui, il faisait moins chaud que dans la SP4, Volgograd-Astrakhan. Quand nous sommes arrivés vers le km 70, nous avons vu Schlesser revenir sur la piste, il était parti sur un mauvais cap… Jean-Michel a vraiment assuré en navigation et nous n’avons commis aucune erreur. Dans les dunes, par contre, cela n’a pas été facile car nous n’avions pas beaucoup de marge et le sable était très mou. Ce fut une semaine très positive et un très beau rallye avec des étapes longues et difficiles, un vrai rallye raid où l’on reste six heures assis dans le baquet ! Nous avons eu beaucoup de sable, avec de longs passages dans les dunes. Avec un tel rallye, chaque concurrent à l’occasion de se refaire s’il connait un mauvais jour. Ce rallye est très bien organisé et, sur le bivouac, on mange les meilleures soupes au monde ! »

 

LAVIEILLE EN ACTION

LAVIEILLE EN ACTION

 

Christian prend la cinquième place au général.

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL AUTO
1.Schlesser/Zhiltov (Schlesser) en 31h37’41
2.Vasilyev/Yevtekhov (GForce) à 17’09
3.Firsov/Filatov (Toyota Overdrive) à 1h37’10
4.Dabrowski/Czachor (Toyota Overdrive) à 3h53’49
5.Lavieille/Polato (Juke Dessoude) à 4h09’37
6.Issabayev/Podolyanyuk (Toyota Overdrive) à 5h12’12
7.Savenko/Maltsev ((Nissan) à 5h22’06
8.Pelichet/Decré (Toyota Overdrive) à 7h39’00
9.Rakhimbayev/Ashimov (Toyota Overdrive) à 8h44’45
10. Cenkov/Marinov (Opel) à 8h44’47

 

CAMIONS: LE JOUR DES TITANS… 

 

SHYBALOV

SHIBALOV

 

La journée en camions a été infernale aussi.

C’est Shibalov qui l’emporte et se retrouve troisième au général.

Mardeev est vraiment passé à côté du désastre…

Il est resté planté une heure et c’est Sotnikov, alors second, qui s’arrête pour l’aider.

Ceci pour que les « secours » soient donnés le plus vite possible au leader.

Les Russes ont une organisation démentielle en cas de pépin, Mardeev en carafe, on a appliqué le plan B,  Shibalov a eu comme consigne d’envoyer comme un malade pour prendre la tête en cas de défaillance grave de Mardeev…

 

MARDEEV

MARDEEV

 

Shibalov, c’est le pilote qui a gagné l’Africa Race au début de l’année, on imagine que ce vrai terrain africain, celui de l’ancien Paris-Dakar de Sabine,  a été pour lui un entraînement sublime pour ce genre de spéciale.

Ce qu’il en dit… »C’était vraiment un secteur sélectif très dur aujourd’hui. Piloter dans la steppe, sans pouvoir prendre de vitesse et gérer les trous et les bosses, ce fut difficile et épuisant. « 

Mardeev est reparti au bout d’une heure et garde la tête au général, devant deux autres Kamaz, Sotnikov et Shibalov.

Ou comment transformer un drame en triomphe, méthode russe éprouvée à Stalingrad, les morts en moins cette fois.

Encore une courte étape demain, mais vacharde, et on saura qui sont les rois de la steppe.

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE CAMION
1. Mardeev (Kamaz) en 34h21’17
2. Sotnikov (Kamaz) à 47’50
3. Shibalov (Kamaz) à 51’10
4. Viazovich (Maz) à 1h09’33
5. Valtr (Liaz) à 2h48’02
6. Vasilevski (Maz) à 3h09’03
7. Vildman (Liaz) à 5h38’42
8. Nikolaev (Kamaz) à 121h47’22
9. Tomanek (Tatra) à 162h57’49
10. Ardavichus (Kamaz) à 172h14’10

 

L’ALBUM D’ALAIN ROSSIGNOL 

a a a a album 2

a a a a album 6

a a a a album 7

a a a a album 9

a a a a album 10

VOILA LES VRAIS CHAMEAUX,A DEUX BOSSES. EN AFRIQUE,CE SONT DES DROMADAIRES.

VOILA LES VRAIS CHAMEAUX,A DEUX BOSSES. EN AFRIQUE,CE SONT DES DROMADAIRES.

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS ALAIN ROSSIGNOL/DESERT RUNNER ET ORGANISATION 

 

Rallye Raid SILK WAY Sport

About Author

jeanlouis