24 HEURES DU MANS – COHÉSION ET EXPÉRIENCE: LES ATOUTS DE L’ÉCURIE LARBRE

LOGOS_24H_2013_2LIGNES_OR

 

N70_LARBRE COMPETITION _CORVETTE C6 ZR1_LM GTE AM_DSC4842

N70_LARBRE COMPETITION _CORVETTE C6 ZR1_LM GTE AM Photo Gilles MOLINIER

On ne pourrait pas présenter sérieusement la course des 24 heures du Mans sans parler d’une écurie majeure dans le monde des GT qui vise rien que moins qu’une troisième victoire consécutive en catégorie GT Am. Nous savions que les équipage et le staff avait quitté directement le Mans après la journée test pour se rendre selon une méthode bien rodée chez Larbre en stage de préparation.

Le soir même de la Journée Test, les 6 pilotes – Patrick Bornhauser, Julien Canal, Ricky Taylor, Manu Rodrigues, Philippe Dumas et Cooper MacNeil – ainsi que le Team Manager Jack Leconte se sont envolés directement vers le Golf du Médoc à Bordeaux pour le traditionnel stage de préparation d’avant course.

Après l’évaluation des pilotes réalisée par Jérôme Vassia, le préparateur physique, toute l’équipe se rendait le lendemain dans le Centre National d’Entraînement des Forces de Gendarmerie (CNEFG) à Saint Aster, près de Périgueux où un programme de haut vol, se déroulant la plupart du temps à 25 mètres du sol, avait été concocté pour renforcer l’esprit d’équipe.

IMG_0040

Un esprit d’équipe Photo Gilles VITRY autonewsinfo

Il faut dire qu’un membre du staff Larbre est ami du colonel commandant ce centre et qu’un partenariat original est établi entre l’écurie et le centre de Saint Astier.
Les deux pilotes d’usine Corvette, Taylor et MacNeil, sont ensuite repartis aux Etats-Unis pour la course de la République.

Nous avons retrouvé les pilotes de la N° 50 dans leur salon d’hospitalité fort bien agencé et dans lequel on peut découvrir en images que le stage ne devait pas être une partie de plaisir au plan physique et pourtant tout le monde en parle en termes tout à fait positifs.

Notre ami orléanais  Patrick BORNHAUSER, aborde sereinement ses 6èmes 24 heures, avec au compteur 2 victoires en GT Am. Il prend très au sérieux son rôle de grand frère en direction du petit jeune de l’équipage. Engagé avec Julien CANAL dans le Championnat WEC, les deux piliers du team accueillent avec plaisir Ricky TAYLOR pilote Chevrolet qui avant d’intégrer le team officiel CORVETTE doit apprendre le circuit si particulier des 24 heures.

DSC_4039

Patrick à la parade! Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo

A son propos, Patrick nous dit:

 » Ce jeune de 23 ans est fort sympathique, relaxe mais écoute ce qu’on lui dit. Avec Julien on lui balise le terrain par exemple, on lui indique où freiner, sur quel rapport s’engager dans telle ou telle portion du circuit. Tout se déroule au mieux et il avance step by step. »

Poursuivant notre échange nous abordons le niveau de concurrence dans cette catégorie GT Am.

 » La concurrence est la même qu’en GT Pro, on retrouve d’ailleurs les mêmes constructeurs. par contre on a du mal à comprendre comment certains pilotes peuvent se retrouver en ‘amateur’. Passons. On peut s’interroger aussi sur les ‘permissions’ accordées par rapport au règlement de base, qui ajoutées les unes aux autres font que nous perdons 13 kilomètres heure par rapport à Aston Martin! »

DSC_4041

Julien CANAL dédicace, à ses côtés le rookie Ricky  TAYLOR photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo

Julien CANAL disputera les 24 heures pour la quatrième fois chez LARBRE avec à la clé 3 victoire: en GT1 en 2010 et en GTAm en 2011 et 2012 avec Patrick en GTAm.

Comment voit-il la course?

 » Cela va être très compliqué cette année et au delà de la politique des règlements évolutifs ça serait bien que le sport soit mieux respecté. A la régulière on ne peut pas gagner. Mais la fiabilité et l’expérience pourraient jouer en notre faveur. Notre équipe est homogène. Ricky est très professionnel. Le stage a contribué à assurer une très forte cohésion entre nous. Nous viswon clairement un podium. On va faire ce que l’on sait faire, et rester humble. On ne va pas se laisser démotiver par les événements. Jusqu’à maintenant ça a payé. »

Après ce premier contact avec les pilotes nous montons dans la salle de conférence du réceptif de l’écurie. Jack LECONTE vient de terminer un briefing technique il revient en quelques mots sur les objectifs du stage chez les gendarmes.

 » Cette année nous avons 3 rookies et il fallait prendre le temps de faire comprendre ce que sont les 24 heures. Comme en plus je suis baigné avec eux dans ce stage genre commando, les jeunes de 25 ans sentent bien que malgré mes 54 ans ma détermination est extrêmement forte et naturellement alors il la partage. Tout le monde ressort galvanisé de ce camp et l’état d’esprit général est tourtné vers la performance globale d’une vraie équipe. »

 

N70_LARBRE COMPETITION_PIT LANE AMBI_DSC6719

N70_LARBRE COMPETITION_PIT LANE Photo Gilles MOLINIER autonewsinfo

Vos pilotes Julien CANAL et Patrick BORNHAUSER parlent beaucoup des questions d’équivalence qui vous pénalisent. Comment vous le grand stratège vous allez faire pour remonter ce handicap?

« Remonter le handicap cela commence à ressembler à mission impossible et celle ci je ne l’accepte pas. Nous avons vu que, la voiture CORVETTE, suite aux fameuses équivalences mises en place par la FIA, souffre d’un manquer de performance tout à fait évident et considérable. Les relevés effectués sur les pistes sinueuse de SILVERSTONE et SPA notamment ont masqué la qualité de freinage de tenue de route et d’aérodynamique de la voiture. Ici on se trouve sur un circuit de lignes droites et de freinages et accélération, le résultat est simple et éloquent. Vous pouvez prendre le calque en GT Pro il manque 4 secondes aux CORVETTE et en GT Am vous mettez 4 secondes aux CORVETTE et on est dans la famille de nous voir. Aujourd’hui on se trouve à courir dans une barque avec des rames. On roule à 277 km/h en vitesse de pointe, c’est ce que ma PORSCHE RSR faisait en 1993 avec 350 ch. CQFD, il n’y a plus rien à dire. Actuellement on n’et pas dans le match. Ne vous inquiétez pas on mettra toutes nos ressources en marche, mais c’est bien peu passionnant de faire une course à ramasser les boulons. Le constructeur CORVETTE fait une démarche ce jeudi auprès du comité d’endurance, pour clamer l’évidence. Je ne me mêle pas à la discussion parce que mon constructeur connait beaucoup mieux que moi la conception technique de la voiture et peut argumenter pour les services techniques de la FIA sur la nécessité d’un remaniement urgent de la balance de performance. comme à l’évidence aucune décision n’est prise, et bien nous ferons une course en attendant les hécatombes des autres ça ne va pas être une édition très motivante ni passionnante, mais on essaiera de tirer notre épingle du jeu. Maintenant quand vous avez des voitures qui tournent 6 secondes au tour plus vite que vous peut on encore parler de compétition? On n’est pas là pour faire une démonstration commerciale d’une célèbre marque anglaise. »

DSC_5828-b

Le boss très déterminé! Photo Claude MOLINIER autonewsinfo

Pour vous connaître un peu, ça n’est pas dans votre tempérament de baisser les bras et vous allez déployer toute votre expérience et la stratégie qui a porté ses fruits avec les deux victoires les années précédentes.

« Au niveau stratégie c’est une combinaison avec les éléments météorologiques on ne les connait pas encore. On a cette météo de 2013 qui est fortement agitée et qui pourrez même si elle s’aggravait aggraver le déroulement de la course. Souvenez nous, récemment la célèbre course des 24 heures a été amputée des deux tiers, le mois dernier. J’espère que nous n’aurons pas ce cas là. Les pilotes d’usine sur les prototypes sont très inquiets de la visibilité et de la difficulté qu’il y a sur la ligne droite aujourd’hui. Depuis qu’ils ont laissé les persiennes ouvertes sur les protos, il sort des geysers d’eau qui retombent en cascade et cela pose un gros problème. L’ACO d’ailleurs, amis des panneaux de freinage à 300 mètres, ça n’est pas parce que les voitures vont freiner aussi tôt , mais ça permet de découvrir au pilote qu’il arrive trop proche de la zone de freinage et permet ainsi une anticipation très salutaire pour la sécurité. Maintenant pour en venir à ce que nous allons faire, une course ça ne s’imagine pas , on doit réagir et prendre des décisions rapides et au fil de l’eau . Je verrai le fil conducteur pas avant samedi midi avec la météo et le déroulement qui peut arriver et on va essayer de combiner et bien entendu nous allons jouer nos cartes au mieux. »

Après les essais dont nous avons rendu compte les pilotes déclaraient:

DSC_5859-b

Patrick BORHNAUSER photo Claude MOLINIER autonewsinfo

Patrick Bornhauser:

« Jeudi soir, mon premier relais s’est fait sur une piste détrempée sur la moitié du circuitet sèche sur l’autre ; j’ai donc chaussé des pneus pluie et la voiture s’est bien comportée.
Malheureusement, je n’ai pu faire que trois tours suite à un enchaînement de drapeaux
rouges, néanmoins je pense que la voiture est prête pour la course. »

DSC_5852-b

Julien CANAL Photo Claude MOLINIER autonewsinfo

 

Julien Canal:

« Malgré des conditions météo difficiles, nous avons pu prendre la mesure de notre voiture
pour définir un bon équilibre châssis. Nous attendons maintenant la course pour nous confronter à nos rivaux, même si la piste reste sèche car les nouvelles balances de performance ne jouent pas en notre faveur. »

DSC_5857-b

Ricky TAYLOR photo Claude MOLINIER autonewsinfo

 

Ricky Taylor:

« J’ai pu faire mon premier roulage sur le sec au Mans mercredi soir. Hier, suite à l’arrêt anticipé de la première séance, j’ai principalement roulé de nuit. J’étais en train de prendre confiance, notamment dans les S Porsche, lorsque la voiture m’a échappé et j’ai touché le mur. Julien et Patrick ont été de bons professeurs et d’excellents équipiers et m’ont permis de bien prendre le rythme. J’attends maintenant la course avec impatience et je ferai tout mon possible pour aider l’équipe à remporter une quatrième victoire de classe d’affilée. »

N70_LABRE COMPETITION_DSC6927

Une sortie malencontreuse Photo Gilles MOLINIER autonewsinfo

Comme on le voit l’équipage de la N° 50 n’est pas abattu malgré les performances « rabotées » par les artifices réglementaires qu’ils déplorent.

GR5_3873-b

La N° 70 après la sortie de route Photo Jean François MANCEL pour autonewsinfo

Pour la N° 70, les choses vont être un peu compliquées puisqu’au cours du warm up Philippe DUMAS ( en temps ordinaire manager de l’écurie HEXIS en GT Fia) sortait de la piste à la chicane DUNLOP. Mais l’organisation de LARBRE saura, n’en doutons pas, remettre les choses en place sans trop de difficulté. Les mécaniciens en ont vu d’autres!

Alain MONNOT
Photos: Gilles VITRY, Patrick MARTINOLI , Claude MOLINIER, Gilles MOLINIER autonewsinfo et Jean-Jacques MANCEL BERLINETTE Mag

Sport

About Author

admin