24 HEURES DU MANS 2013. BRUNO VANDESTICK : LA VOIX DES 24 HEURES

 

Bruno-VANDESTICK-interviewant-Henri-Pescarolo-Photo-Thierry-COILIBALY-autonewsinfo.

Bruno-VANDESTICK-interviewant-Henri-Pescarolo en 2010-Photo-Thierry-COULIBALY-autonewsinfo.

 

Bruno Vandestick ?

Si tout le monde ne connait pas son visage, une chose est sure, tout le monde par contre connait et saurait reconnaitre sa voix !

Sa voix ?

Oui, car Bruno est LA voix des 24 Heures depuis 1993 !!

VINGT ANS déjà.

 

BRUNO-VANDESTICK-portrait-du-speaker-des-24-HEURES-DU-MANS-2013-portrait-Gilles-VITRY-autonewsinfo.

BRUNO-VANDESTICK-portrait-du-speaker-des-24-HEURES-DU-MANS-2013-portrait-Gilles-VITRY-autonewsinfo.

 

Mais au fait, comment devient-t-on le speaker officiel de la plus grande course du monde ?

« En réalité, tout a débuté en 1983, dix ans plus tôt en intégrant une de ces fameuses radio locales ‘Le Mans FM – 104’ pour y présenter un magazine hebdo d’une heure le dimanche et qui était en fait, une façon pour moi, manceau pure souche, de pouvoir exprimer ma passion autrement que derrière un volant, car la au départ, était bien l’envie d’être pilote ! »

Se souvient –t-il, de la toute première fois, où il a entendu causer des 24 Heures du Mans ?

« Oui, parfaitement. L’image très, très forte ressenti la 1ére fois, reste une carte postale audio sans doute datant de 1972 – il est né le 7 avril 1968 – lorsque dans les gradins avec mes parents j’entends une voix dans les haut parleurs qui m’interpelle et j’apostrophe ma maman Josette et lui demande ‘ Est-ce Léon Zitrone qui parle ’ ? Elle me répondit ‘ Je ne sais pas ‘. Les années suivantes, j’ai souvenir d’avoir assisté ado au Mans avec mon radio cassette pour enregistrer l’ambiance mais aussi les commentaires. »

Ensuite ?

« Second souvenir, datant de 1977 cette fois. C’est Jurgen Barth qui pilote la Porsche 936 N°4 et effectue les derniers tours. Bien qu’ayant un chrono scotché sur le volant, il est arrivé à 15Heures 59’ 50’’ et donc avant le terme des 24 H et Charles Deutsch, le directeur de course d’alors lui a intimé l’ordre de repartir pour faire un ultime tour et couvrir vraiment les 24 Heures. A la TV, c’était vraiment bien expliqué par deux grands commentateurs disparus, José Rosinski et Bernard Giroux. A ce moment-la, je me suis dit ‘ J’aime trop cette épreuve et il faut que j’en sois ‘ »

Et, il reprend :

« Cela a pris un peu de temps je poursuivais ma scolarité et passe mon BAC en juin 1987. Donc privation des 24 H ! »

Et de nous expliquer :

«  Mais je continuais ma petite émission sur la radio devenu entre-temps, Arc-en-ciel. Finalement en 1988, je finis par intégrer Radio Maine, qui est en réalité la radio du grand quotidien Sarthois, Le Maine Libre et qui était à l’époque la radio partenaire de l’ACO pour Radio 24 H. Le principe était de retransmettre sur la bande FM, les commentaires de la sonorisation du circuit. »

 

 BRUNO-VANDESTICK-Cabine-speaker-mercredi-19-juin-2013-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo


BRUNO-VANDESTICK-Cabine-speaker-mercredi-19-juin-2013-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

 

Bruno, ajoutant :

« C’est également l’époque ou les micros HF, se développent et permettent, ‘oh’ miracle, d’aller faire des interviews de pilotes et teams-manager, en direct dans les stands. Il s’agissait d’une innovation et évolution extraordinaire dans le schéma des commentaires de la course. Tu pouvais retransmettre et réagir dans l’instant et être un réel acteur de la course et cela c’était nouveau. C’est ainsi que j’ai véritablement débuté dans les stands en plus de petites chroniques assurés aussi sur l’antenne de Radio 24 H. Néanmoins, c’est vraiment ma passion d’enfant qui m’a permis d’assouvir mon désir de devenir LA voix. De poser des bonnes questions qui n’existaient pas au préalable et d’entre ainsi, le tout 1er , a chaud au cœur de la course. Du coup, je me suis fait remarquer par les dirigeants de l’ACO (Automobile Club de l’Ouest) dont Jean Pierre Moreau et Jean Marc Desnues.

Et, Bruno de nous préciser :

« L’ACO, a donc fait appel à mes services, suite à ma démarche, ayant préalablement postulé pour être speaker – en ce temps-là, c’était Olivier de la Garroulaye qui occupait ce poste- lors des 24 Heures 1993. »

Il poursuit :

« Je me souviens de la 1ére fois ou je me suis assis dans le siège du speaker au 5éme étage du Module sportif. C’était en avril 1993 pour la journée des essais préliminaires. Et tout s’est bien passé malgré un tract terrible et ce bien que quelques semaines plus tôt j’ai déjà officié, lors des 24 H moto. La, je m’étais collé une pression inimaginable et bu une mixture avec du thé, du miel et du citron et cela m’avait retourné l’estomac. Donc, il était indispensable que je sois performant pour ma seconde prestation. Et cela l’a bien fait. »

 

BRUNO-VANDESTICK-portrait-du-speaker-des-24-HEURES-DU-MANS-2013-portrait-Gilles-VITRY-autonewsinfo.

BRUNO-VANDESTICK-portrait-du-speaker-des-24-HEURES-DU-MANS-2013-portrait-Gilles-VITRY-autonewsinfo.

 

Depuis, au fil des ans, Bruno continue dans cette voie et il faut bien reconnaitre qu’il le fait avec un certain talent

Bruno étant intarissable sur l’histoire de cette course légendaire, dont il est probablement l’un des mieux renseigné, en plus doté d’une excellente mémoire. Ce qui ne gâche rien, bien au contraire car même en pleine nuit Sarthoise, il vous sert toujours un tas d’anecdotes.

Bien évidemment, Bruno Vandestick adore les 24 Heures et la chose à laquelle il tient le plus, c’est d’associer le public au déroulement de la course.

« A ce sujet, la différence au niveau de l’appréciation du spectacle entre le déroulement de la course et par exemple un match de foot, ou le spectateur voit toute la surface de jeu, ici une immense partie de terrain échappe totalement a son champ de vision. Imaginez une voiture qui boucle un tour en 3’45’’, le spectateur ne la voit rarement plus de 15’’ sur ces 3’45’’. Il faut donc par les connaissances et les mots remédier à cette absence de vision, pour que le spectateur une fois les événements termines reparte en, ce disant ’ je suis venu, j’ai vu et j’ai su’.

Et il enchaîne :

« Donc mon rôle, par les mots et les explications, est d’aider le spectateur a s’approprier l’événement et en cela, désormais l’ajout des écrans géants est un atout de confort remarquable et on doit en remercier l’ACO. Comme cette année, l’installation de la Tour Michelin qui va proposer 24 Heures durant, tous les classements , un plus supplémentaire énorme pour le public, massé dans les tribunes, face aux stands. »

 

BRUNO-VANDESTICK-avec-VINCENT-CERRUTI-24-HEURES-DU-MANS-2013-portrait-Gilles-VITRY-autonewsinfo.

BRUNO-VANDESTICK-avec-VINCENT-CERRUTI-24-HEURES-DU-MANS-2013-portrait-Gilles-VITRY-autonewsinfo.

 

Naturellement Bruno ne pouvait œuvrer seul. Année après année, il a fait appel a un lieutenant Longtemps ce fut Philippe Debarle et depuis 1998, un certain … Vincent Cerutti, qui, par ailleurs est devenu une vraie ‘Star people’ à la télé, avec son émission ‘ Danse avec les Stars ‘.

Sans oublier évidemment la transmission permanente de toutes les informations sur la course que lui fourni l’équipe d’Infos-course présidé par Jean Louis Combeau et composé de Marc Aumonier, Jean Pierre Monier, Jean Michel Lefebvre, Michel Hermenault , Jean Frederic Harvey, Vincent Boucher, Olivier Borgeaud, Arnaud Cavaillez, Olivier Fortier, Sadri Skander entre autres…avec la complicité de la direction de course et de son directeur Daniel Poissenot et ce en toute confiance ce qui ne gâche rien et est plutôt réconfortant.
Cette année, ce sera le 20éme anniversaire de son accession à ce poste.

 

24-HEURES-DU-MANS-2012-PESAGE-Le-speaker-Bruno-VANDESTIC-avec-le-team-OAK.

24-HEURES-DU-MANS-2012-PESAGE-Le-speaker-Bruno-VANDESTIC-avec-le-team-OAK. Photo  Thierry COULIBALY – autonewsinfo

 

Bruno officiera donc pour la… 21éne année d’affilée.

Un mot encore de conclusion :

Comment voit-il, le déroulement de cette 90éme édition des 24 Heures du Mans ?

« A mon humble avis, la course va être super disputée et ce dans toutes les catégories. Je vois bien Tom Kristensen, décrocher une 9éme victoire et Toyota placer deux moteurs sur le podium, avec une voiture officielle et Nicolas Prost, avec la Lola à moteur Toyota de l’écurie Rebellion. Et je souhaite de tout cœur que le retour d’Alpine soit couronné de succès. C’est-à-dire avec au minimum un podium. En GT/Pro, je suis un grand fan de Goug Fehan, le manager de Corvette Racing USA et aimerait les voir briller. Mais quel que soit le résultat il me conviendra et ce dans toutes les catégories tellement tout le monde ici au Mans est sympa et mérite de bien faire.»

Souhaitons à Bruno, une belle semaine qu’il a attaqué des ce mercredi après-midi, avec la première séance des essais libres, qui débutaient à 16 Heures

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Gilles VITRY – autonewsinfo

 

BRUNO-VANDESTICK-et-VINCENT-CERRUTTI-Cabine-speaker-mercredi-19-juin-2013-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

BRUNO-VANDESTICK-et-VINCENT-CERRUTTI-Cabine-speaker-mercredi-19-juin-2013-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

 

 

Sport

About Author

gilles