F1. OK CORRAL A LA FIA ENTRE MERCEDES,PIRELLI, LES AVOCATS ET LA FIA…

FIA-sieg-place-de-la-Concorde-a-Paris-photo-Bernard-BAKALIAN

FIA-sieg-place-de-la-Concorde-a-Paris-photo-Bernard-BAKALIAN

 

Jeudi matin 20 juin 2013, 8h45 :

Arrivée de l’homme qui va représenter le Team Allemand, l’ingénieur Ross Brawn, ce dernier étant accompagné d’une batterie d’avocats chargé de défendre les intérêts de l’équipe Mercedes devant le tribunal International de la FIA, place de la Concorde.

Aucune déclaration de leur part naturellement…of course !

 

FIA 20 JUIN 2013 TRIBUNAL INTERNATIONAL

 

8h53 :

Arrivée cette fois de la délégation Pirelli avec  le directeur de la compétition chez le manufacturier Italien, Paul Hembery, entouré des avocats de l’entreprise Milanaise

Comme l’aurait surement lâché le regretté Jean Gabin «  Que le combat commence !!! »

 

FIA - Entrée du siége Place de la Concorde a PARIS - photo Gilles VITRY

FIA – Entrée du siége Place de la Concorde a PARIS – photo Gilles VITRY

9h23 :

Surprise avec l’arrivée tout à fait inattendu du  patron de l’équipe …Red Bull Racing, Christian Horner, qui rejoint la salle d’Audience ! Serait-pas un peu venu souffler sur les braises cet homme-là ??

Et que  croyez-vous qu’il fasse celui par qui le scandale est arrivé sur la place publique ?

Eh bien, Horner s’installe tout simplement à la droite de …Paul Hembery !  Ce dernier de ce fait serre la mâchoire

 

FIA TRIBUNAL APPEL PLACE DE LA CONCORDE PARIS 20 JUIN 2013

 

Coup d’œil vers l’estrade.

Vous verriez le nombre incroyable et incalculable de classeurs et de documents en tous genres et qui trônent sur les tables du tribunal International !

De toutes les tailles… De toutes les couleurs… L’un de nos confrères, Julien Febreau confie silencieusement :

« On se croirait dans la maison des fous des 12 travaux d’Asrérix ! »

 

La séance s’ouvre enfin.

Tour à tour, Mercedes et Pirelli prennent cher par le « Procureur »…

En attendant que les deux parties prennent à leur tour, la parole

Mais des indiscrétions laissaient entendre ce matin que leurs avocats respectifs auraient aient bien verrouillé leur défense…

«  Vas savoir Charles … »

Et soudain, on en vient à la parole, à l’accusé Mercedes.

Et nous d’entendre, un argument qui tue au sujet des casques noirs que portaient Lewis Hamilton et Nico Rosberg, lors de ces trois jours d’essai à Montmélo

L’avocat de Mercedes, lançant :

« Etant donné le peu de service de sécurité présent sur le circuit Catalan malgré la célébrité de nos pilotes, nous avons considéré qu’il valait mieux demeurer discret. Nous nous excusons pour la confusion que cela à fait naitre. »

On croit rêver !

Car lorsqu’une équipe du niveau de Mercedes loue une piste, elle réclame souvent pour ne pas dire TOUJOURS,  la sécurité totale et comme le propose tous les circuits du monde.

On en arrive à ce que tous les présents attendaient…

L’allusion à la Scuderia Ferrari de la part de Mercedes…

L’avocat percutant de Mercedes, Paul Harris, lâchant :

« Si vous nous considérez coupable, alors Ferrari doit l’être aussi, car le simple fait d’avoir fait rouler une auto  en test… quelque soit l’année de la monoplace va également à l’encontre du règlement

Ces derniers jours en coulisses, il se murmurait que la Scuderia aurait parfaitement pu utiliser le châssis 2011 , truffé d’innovations 2013 !!

De toute façon, la défense des hommes représentants Mercedes est claire

« Il s’agissait d’un test réalisé PAR et POUR la firme Pirelli, alors foutez nous la paix et adressez vous à eux ! Et seulement à eux » 

 

Comme prévu tout ce petit monde joue sur les mots… notamment sur les articles 4.1 et 4.2 du contrat Pirelli…

Le coup de grâce  est alors jeté comme un pavé dans la mare par Pirelli et ce tout juste à peine 30 secondes après qu’on ait bien, voulu leur laisser la parole :

Et qu’apprend-t-on ?

« Nous n’avons pas de License FIA, nous sommes sommes un simple fournisseur…»

Comme le libraire du coin rue Boissy d’Anglas et qui fournit papiers à lettre et enveloppes en somme !!!

« Par conséquence vos règlements et vos sanctions ne nous concerne pas ! »

Emballez et tchao…

La réponse de la FIA et à vérifier :

 « Pirelli a souscrit contractuellement aux règles de la FIA et donc du Code Sportif International… »

Un partout, balle au centre !

Encore que !!!

Pas sur que devant un tribunal civil, cela soit validé

11h50 :

L’avocat de Mercedes à son tour contre attaque !

Un vari pit-bull, lui…

Et qui carrément renvoi la balle et toute la responsabilité sur Pirelli !

Le 2e round tenait donc toutes ses promesses !!

Au cours de sa plaidoirie, l’avocat de Mercedes a notamment révélé que la Maison Ferrari avait déjà effectué plus de 1.000 kilomètres d’essais privés pour le compte de Pirelli, l’année dernière, et cette fois avant le Grand Prix d’Espagne avec au volant de la monoplace Rosso, le Brésilien Felipe Massa. Cette annonce a fait l’effet d’une bombe, une information jusqu’alors tenue secrète, totalement nouvelle révélée au grand jour aux oreilles de tous !

Car connu de personne jusqu’à ce jeudi 20 juin 2013

Pour sa défense, le manufacturier Pirelli s’est, on l’a déjà indiqué, essentiellement contenté d’expliquer que le Tribunal International de la FIA ne pouvait pas légalement lui infliger de sanctions, estimant ne pas être licencié de cette institution.

Pour le manufacturier Milanais, seul le Tribunal de grande instance de Paris serait compétent.

A noter que le Tribunal International de la FIA ne rendra son verdict que ce vendredi

Le Président du Tribunal International Edwin Glasgow, ayant lâché une seule mais courte phrase :

« Vous aurez le verdict demain.  Nous ne déclarerons rien de plus ce soir » »

A suivre donc, le Grand guignol acte 2 – scène 1

 

Christian COLINET

Photos : Bernard BAKALIAN

 

F1

About Author

gilles