SEBASTIEN CLOUZEAU EST MORT

 

F3 CLASSIC. ACCIDENT MORTEL DU PILOTE FRANÇAIS SEBASTIEN CLOUZEAU.

SEBASTIEN-CLOUZEAU-Dernier-passage-à-lépingle-de-la-Source-900-m-plus-loin-au-sommet-du-Raidillon-Sébastien-Clouzeau-se-tue-en-percutant-le-rail...-Photo-Jean-Marie-BIADATTI-photoclassicracing.

SEBASTIEN-CLOUZEAU-Dernier-passage-à-l’épingle-de-la-Source-900-m-plus-loin-au-sommet-du-Raidillon-Sébastien-Clouzeau-se-tue-en-percutant-le-rail…-Photo-Jean-Marie-BIADATTI-newsclassicracing.com.

 

Placé en soins intensif depuis dimanche à Liège, et ayant contre toute attente passé la première nuit, Sébastien s’accrochait… et tous avec lui, à ce un mince espoir

Mais en fin de matinée ce mardi, Sébastien est parti suite à un très grave traumatisme crânien.

 

Ce dimanche sur le circuit Ardennais de Spa-Francorchamps, Sébastien Clouzeau était sorti de la piste dans le raidillon au volant de sa Martini MK42, la N°19, lors de l’épreuve F3 Classic.

Habitué des épreuves historiques de Formule 3, le pilote Français, d’abord annoncé par le service médical comme cliniquement mort car victime d’une grave lésion à la moelle épinière et après trente six heures de lutte dans le coma, n’a  hélas  pas survécu à ses blessures et nous a quitté ce mardi, en fin de matinée.

Notre ami Jean Marie Biadatti qui suit les compétitions Historiques pour son site newsclassicracing.com, nous a adressé une photo de l’infortuné pilote prise juste avant que ne survienne ce drame et prise au virage de la Source, avant que la monoplace ne dévale la descente vers le raidillon ou…

Voici son témoignage publié sur newsclassicracing il y a trois ans :

« Le « meeting » de Spa-francorchamps constituait le début de ma saison 2010 en F3 Classic. Un rendez-vous que je n’aurais voulu manqué pour rien au monde ! Ayant débuté dans la discipline en 2009, je n’avais jamais roulé à Spa. Je partais donc à l’aventure (ou presque) sur ce mythique tracé, que beaucoup d’entre nous, passionnés de sport automobile, considèrent comme le plus beau circuit au monde. Arrivé sur place dès le jeudi soir dans les Ardennes, je commençais à mesurer l’ampleur de la tâche qui m’attendait : le raidillon, Stavelot, Blanchimont…Comment tirer mon épingle du jeu, moi le quasi-débutant ? J’allais très vite être fixé le lendemain.
 

Et,il ajoutait :

L’unique séance d’essai libre prévue dès le vendredi en début de matinée allait être riche d’informations. Après plusieurs mois d’inactivité, je retrouvais rapidement de bonnes sensations au volant de la Ralt RT3. Autre point, et pas des moindres, je me familiarisais plus rapidement que je ne l’espérais avec le circuit et ses difficultés malgré un important trafic (l’organisation a fait partir en même temps les formule junior, F2 et F3). Comme quoi, le travail à la maison peut s’avérer payant ! En revanche, au bout de quelques tours, un concurrent en Formule 2 est parti à la faute à la sortie du raidillon, détruisant son auto ; drapeau rouge et fin de la séance. Tant pis…Mais les choses se présentaient bien pour les essais officiels qui se dérouleraient dans l’après-midi. »

Drapeau rouge qui lui a été fatal, dimanche 16 juin 2013…

RIP, champion passionné par la compétirion

 

Gilles GAIGNAULT

Photo : Jean Marie BIADATTI

 

Nécrologie

About Author

gilles