24 HEURES DU MANS. QUAND ALPINE SE CHERCHE UN PASSE A L’USINE RENAULT DU MANS

  

SAGA ALPINE 2013 DIEPPE - Logo ALPINE - Gilles VITRY autonewsinfo

 

ELMS 2013 LOGO ALPINE

 

 

N’en déplaise à l’ami Gaignault (notre super directeur d’Autonews avec de plus en plus de plein de clics et de visites…), admirateur inconditionnel de l’aventure Alpine, je suis de ceux, pour qui retrouver la référence peinture des berlinettes Alpine ne suffit pas pour endosser l’habit étincelant du passé de la marque Dieppoise.

Alors, quand Carlos Tavares et son staff, retrouvent la route du Mans et partent à la recherche du passé défunt de la marque Française, les vieux grigous de mon espèces, tiquent un peu du museau…

 

ALPINE 2013 LE MANS 8 MARS Pierre FILLON Président ACO Carlos TAVARES RENAULT et Bernard OLLIVIER ALPINE Photo Frederic VEILLARD pour autonewsinfo.

ALPINE 2013 LE MANS 8 MARS – Pierre FILLON Président ACO – Carlos TAVARES DG RENAULT et Bernard OLLIVIER Président  ALPINE – Photo Frederic VEILLARD pour autonewsinfo.

 

Ils ne manquent d’ailleurs pas de relever qu’il ne suffit pas de re-badger une Oreca (pardon une ex Courage) et un moteur Nissan Nismo (pardon un ex Zytek) pour refaire une héritière de la Renault Alpine victorieuse en 1978.

Même si la volonté du staff Renault est respectable. Même si le responsable du projet sait trouver les mots, il en faut plus à quelques vieux cuirs comme votre serviteur pour adhérer au projet. D’autant que quelques racines mancelles et losangiques m’autorisent à me souvenir d’une époque qui vit adhérer toute une entreprise, tout un lieu de production aux nécessités d’être autre chose qu’une bête machine à produire des 4L ou des R12.

 

En cette époque très assujettie aux postures de quelques dirigeants syndicaux staliniens purs et surtout très opportunistes, la conscience ouvrière n’était quand même pas très malléable et corvéable. Le Mans et ses rues de l’époque eurent même à entendre les cris souvent légitimes de ces bataillons ouvriers bien moins impressionnables que le sont les travailleurs aujourd’hui.

C’était l’époque du fameux rhume de Billancourt qui faisant frémir la France des beaux quartiers. C’était l’époque d’une Régie Renault qui fait sourire quelques étudiants d’HEC d’aujourd’hui mais en cette époque Gaullienne faisait de la France une exception.

Les chaînes de fabrication tournaient à plein et les OS réclamaient leur dû . L’ambiance était chaude et rude dans cette usine employant de nombreux jeunes hommes qui ne trouvaient plus de salut dans l’agriculture et qui venaient chaque matin des campagnes alentours pour effectuer des taches nécessaires mais répétitives.

 

ALPINE-Armada-avant-le-depart-en-1967 - Photo Berlinette

ALPINE-Armada-avant-le-départ-en-1967 – Photo Berlinette

 

Lorsque Jean Redelé intégra Renault, il devint le porteur des espoirs sportifs et mécaniques des 12 000 employés de l’usine mancelle. En ces temps-là, aller au circuit était un rite et pour rien au monde, les  »gars de la Régie » comme les autres Sarthois n’auraient oublié, de près ou de loin de suivre les stars de l’époque.

Alors quand les Alpine partir à la chasse de la gloire en Endurance, les admirateurs de l’épopée Matra, ils étaient nombreux au Mans, n’eurent qu’un souhait :

Que la  RNUR (Régie Nationale des Usines Renault) marche sur les trace des bolides bleus de France – MATRA –  fabriqués par un marchand de missile.

 

ALPINE 1978 PIRONI JAUSSAUD foncent vers la victoire photo BERLINETTE Jean Jacques MANCEL pour autonewsinfo

 

Arriva donc l’épopée Alpine Renault (déjà évoquée dans nos colonnes).

Au Mans, un atelier fut mit à contribution pour résoudre un problème de couple conique, une pièce qui ruina trop souvent les espoirs des Jaunes. En fait toute une usine adhéra à la quête du Graal Manceau. Pour le plus grand bien de l’ambiance interne. Pour la plus grand fierté des ces rudes gars trop fiers de leur Losange.

Et, enfin, le dimanche 11 juin 1978, à 16 Heures, une Renault-Alpine pilotée par le tandem Jean Pierre Jaussaud-Didier Pironi, franchit victorieusement la ligne d’arrivée des 24 Heures

 

ALPINE-VISITE-usine-du-MANS-lundi-10-juin-2013-photo-JM-LEROY

ALPINE-VISITE-usine-du-MANS-lundi-10-juin-2013-photo-JM-LEROY

 

Le temps a passé. Les OS sont désormais ailleurs.

Hier, dans l’enceinte de l’usine, ils furent nombreux sur les deux mille et quelque ouvriers et techniciens de l’usine du Mans à venir entendre les dirigeants d’Alpine et les pilotes de la voiture qui tentera de décrocher les lauriers en LMP2.

Pierre Ragues, Nelson Panciatici et Tristan Gomendy, eurent droit à une visite des structures de fabrication et visiblement les trois jeunes hommes étaient surpris du haut niveau technique et humain des ateliers Manceaux entrevus.

 

ALPINE-2013-Atelier-RENAULT-TRISTAN-GOMMENDY-Portrait. Photo Bernard BAKALIAN

ALPINE-2013-Atelier-RENAULT-TRISTAN-GOMMENDY-Portrait. Photo Bernard BAKALIAN

 

Tristan ne manqua pas d’avouer qu’il fut fort impressionné par ce petit tour parmi ses nouveaux  »collègues » de travail.

 »Ici, on rencontre des choses que l’on ne soupçonne pas. Nous, nous sommes à un bout du processus. Nous ne voyons que le produit fini. En fait nous sommes une des extrémité d’une véritable chaîne. »

En face, les visages étaient graves mais attentifs. Comme deux mondes qui se regardent et qui apprennent à se respecter. Un même projet, un même désir de victoire, un même but.

 »En ce moment, poursuivait Gommendy, je me rends compte que nous avons un lourd héritage à assumer. On se doit de perpétuer cette tradition de l’engagement de Renault et d’Alpine dans la tradition du sport automobile et du Mans. »

Fernand, cinquante quatre ans avoue qu’il n’est pas un ancien de Renault. Mais il possède une solide culture sportive puisqu’il a travaillé vingt et un ans chez… Matra !

 »Je me souviens de la maquette en plâtre de l’Espace ! Je retrouve au Mans, la même passion de l’automobile. Tout le monde parle des 24 Heures évidemment. Et souvent, on retrouve des traces du grand passé d’Alpine au Mans.  »

 

ALPINE-VISITE-EQUIPE-SIGNATECH-usine-du-MANS-lundi-10-juin-2013-photo-JM-LEROY.j

ALPINE-VISITE-EQUIPE-SIGNATECH-usine-du-MANS-lundi-10-juin-2013-photo-JM-LEROY.

 

Loïc et Stéphane sont plus jeunes et avouent être moins intéressés par les modèles sportifs de la gamme de leur employeur que par les berlinettes Alpine venues en voisines faire une haie d’honneur à la nouvelle voiture bleue

 »Celles-là, ce sont des vrais voitures de sport. Et chez nous avec la nouvelle Alpine (sortie prévue 2016), on aura de nouveau une véritable GT.  »

 

De nouveau, peu à peu,  la passion Alpine investit l’usine Pierre-Lefaucheux du Mans. De nouveau, les employés du Losange vont s’en aller du côté du Tertre Rouge et d’Arnage, avec la fierté d’un travail bien fait, même si pour l’instant tout cela semble un peu extérieur à leurs préoccupations.

Et puis même si ce n’est pas encore une véritable Alpine, le message est néanmoins passé, Renault revient peu à peu au Mans et Alpine, encore une fois, y sera son porte parole.

 

Texte et photos :  Jean-Michel LE ROY

 

ALPINE-VISITE-Team-SIGNATECH-usine-du-MANS-lundi-10-juin-2013-photo-JM-LEROY

ALPINE-VISITE-Team-SIGNATECH-usine-du-MANS-lundi-10-juin-2013-photo-JM-LEROY

 

EN ROUTE POUR LA NOUVELLE AVENTURE ALPINE  RENAULT

 

ALPINE-SIGNATECH-CAMION-ATELIER-Photo-Gilles-VITRY

ALPINE-SIGNATECH-CAMION-ATELIER-Photo-Gilles-VITRY

FORZA ALPINE….

 SAGA-ALPINE-2013-U -vent nouveau-souffle sur ALPINE-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo


SAGA-ALPINE-2013-Un vent nouveau-souffle sur ALPINE-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

Sport

About Author

gilles