CHAMPIONNAT DE FRANCE FFSA GT TOUR. A SPA VICTOIRE DE L’AUDI SPEED CAR DE LUNARDI ABRIL

GT TOUR 2013 affiche SPA

CHAMPIONNAT DE FRANCE FFSA GT – MANCHE 3 – SPA

GT-TOUR-2013-Victoire-pour-AUDI-TEAM-SPEEDCAR-de-LUNARDI-ABRIL-1ere-course-8-JUIN

GT-TOUR-2013-Victoire-pour-AUDI-TEAM-SPEEDCAR-de-LUNARDI-ABRIL-1ere-course-8-JUIN

 

Speedcar ouvre son compteur avec Vincent Abril et Dino Lunardi !

 

Partie depuis la pole position, l’Audi du Team Speedcar a décroché sa première victoire en Championnat de France FFSA GT. Vincent Abril et Dino Lunardi s’imposent à Spa Francorchamps, théâtre de la troisième manche du championnat.

Le duo devance la BMWdu Team TDS Racing, confiée à Henry Hassid et Ludovic Badey, et la Ferraride chez Sport Garage et pilotée par Eric Cayrolle et Arno Santamato.

 

Le film de la course.

Après avoir signé sa première pole dans la discipline, Vincent Abril (Audi/Speedcar) se fait chipper la première place par Grégoire Demoustier (McLaren/ART Grand Prix) avant l’entrée dans le raidillon de l’Eau Rouge. Suivent Henry Hassid (BMW/TDS), Gilles Vannelet (McLaren/ART) et Fabien Barthez (Ferrari/Sofrev-ASP). Derrière Laurent Pasquali (McLaren/Loeb Racing), Nicolas Misslin (Ferrari/JMB) prend le meilleur sur Huan Zhu (BMW/Just Racing Team China). Alors que la Porsche d’Attempto rentre prématurément aux stands (radiateur), les Porsche du Team Pro GT by Alméras, n’ont pas pris le départ suite à une décision du Team*.

Demoustier et Abril s’affrontent pour les commandes de l’épreuve. Après plusieurs intimidations, Vincent Abril trouve l’ouverture dans le dernier virage du quatrième tour en prenant l’avantage par l’extérieur. Les deux hommes sont désormais suivis par Gilles Vannelet, alors que Laurent Pasquali pointe au quatrième rang. Las, après un contact avec Henry Hassid, le pilote du team Sébastien Loeb Racing est contraint à l’abandon. Son vis-à-vis rétrograde à la 6e position.

Devant, Vincent Abril creuse l’écart sur… Gilles Vannelet qui a pris l’avantage sur Grégoire Demoustier à la fin du premier quart d’heure. Fabien Barthez est quant à lui en embuscade. A bord de la Ferrari de l’équipe Sofrev-ASP, il revient sur la McLaren d’ART, la n°12, avant de lui mettre la pression et de pousser son adversaire à la faute dans la 10e boucle. La course gagne encore en intensité avec Henry Hassid qui passe tout d’abord la Nissan de Nicolas Misslin, puis deux tours plus tard Fabien Barthez, et enfin Gilles Vannelet juste avant le début des changements de pilotes.

Les voitures de tête empruntent la pit-lane, hormis la BMW du Just Racing Team China, qui mène une épreuve du Championnat de France GT pour la première fois.!

 

GT TOUR 2013 SPA BMW Z4 Photo GT TOUR FFSA

GT TOUR 2013 SPA BMW Z4 Team TDS -Photo GT TOUR FFSA

 

Après les arrêts au stand, l’Audi de chez Speedcar, désormais aux mains de Dino Lunardi, est toujours aux commandes, devant la BMW du TDS Racing de Ludovic Badey et la Ferrari de Sport Garage d’Arno Santamato. Compte tenu des handicaps-temps de ses adversaires, la Nissan du JMB Racing est 4e. Derrière elle, trois pilotes s’affrontent : Olivier Panis (McLaren/Hexis), Antoine Leclerc (McLaren/ART) et Morgan Moullin-Traffort (Ferrari/Sofrev-ASP).

C’est ce dernier qui met tout le monde d’accord, avant de fondre sur la Nissan de Julien Briché, qui ne peut qu’abdiquer.

 

GT-TOUR-2013-SPA-COURSE-1-AUDI-ABRIL-LUNARDI-les-vainqueurs

GT-TOUR-2013-SPA-COURSE-1-AUDI-ABRIL-LUNARDI-les-vainqueurs

 

La hiérarchie est établie aux avant-postes et n’évoluera pas. A l’issue d’un sans-faute, Dino Lunardi et Vincent Abril offrent au Team Speedcar, son tout premier succès en Championnat de France GT, le premier de l’Audi R8 LMS ultra en 2013.

TDS Racing décroche son premier podium avec la BMW Z4 de Ludovic Badey et Henry Hassid, tout comme Sport Garage avec la Ferrari d’Arno Santamato et Eric Cayrolle.

Au pied du podium, Morgan Moullin-Traffort et Fabien Barthez réalisent la bonne opération au classement général, les tandems Demoustier-Amado et Pasquali-Beltoise ayant abandonné.

C’est finalement la McLaren de l’écurie ART d’Antoine Leclerc et Gilles Vannelet qui complètent le Top 5, la Nissan du JMB Racing ayant écopé d’une pénalité pour non respect de la ligne de course. Saintéloc se classe sixième avec l’Audi de Grégory Guilvert et David Smet, juste devant la McLaren Hexis d’Olivier Panis et Eric Debard.

 

GT TOUR 2013 SPA 1er Coupe de FRANCE GT.- Jean Paul BUFFIN

GT TOUR 2013 SPA 1er Coupe de FRANCE GT.- Jean Paul BUFFIN

En Coupe de France GT, la Porsche d’ASP Competition a mené la course de bout en bout. Après le premier relais de Jean-Paul Buffin, Jean-Paul Oudin a terminé le travail sans trembler. Les deux hommes précèdent la Ferrari du JMB Racing de Jérôme Demay et Patrice Madelaine, suivie de l’Aston Martin du Team Speedcar, confiée à Thomas Nicolle et Serge Nauges.

 

A l’arrivée, Dino Lunardi (Audi R8 LMS ultra n°36/Team Speedcar), 1er Course 1, lâche :

« Je voulais participer au Championnat de France GT mais cela n’avait pas pu se faire en début de saison. J’ai eu l’opportunité de rejoindre Speedcar, en remplaçant Sébastien Cabirou, que je connais bien. J’ai d’ailleurs une pensée pour lui après ce succès. Avec Vincent (Abril), Nous avions déjà travaillé ensemble cette hiver et je connais bien le team Speedcar, tout comme l’Audi. J’ai essayé de pousser l’équipe vers l’avant et de coacher Vincent, mais je crois que bientôt il n’en aura plus besoin. Il absorbe tout ! La mayonnaise a bien pris, le résultat le prouve. C’est la récompense d’un travail d’équipe. »

Son co-vainqueur, Vincent Abril, poursuivait :

« J’étais déjà très content de décrocher la pole ce matin. Nous avons continué à travailler et j’avais pour objectif de faire un départ parfait. Malgré tout, la McLaren n°12 m’a doublé. J’ai pu reprendre la tête dans le 4e tour, en passant un peu en force. Le freinage était chaud, un peu limite, mais ça l’a fait ! C’était le tournant de la course. Attendre la fin sur le muret était vraiment compliqué à vivre. Quand Dino a passé la ligne d’arrivée, c’était une vrai délivrance. On a fait pas mal de paris cet hiver, mais je savais que nous avions le potentiel pour gagner. Cette victoire prouve qu’on peut le faire. C’est le fruit d’un travail d’équipe. Enfin, j’ai encore une bonne marge de progression, donc c’est intéressant pour la suite. »

 

Quant à Jean-Paul Buffin (Porsche 911 GT3 R n°73/ASP Competition), 1er Coupe de France GT, lui il expliquait :

« Je ne connaissais absolument pas ce circuit dont tout le monde m’a dit du bien. C’était donc une grande découverte, et ce d’autant plus que j’ai très peu roulé en essais libres. Je suis très heureux de cette victoire. D’une part pour tous les membres du team Ruffier Racing, qui ont fait un travail impressionnant compte tenu du début de saison que nous avons vécu. D’autre part pour mon ami et coéquipier Philippe Ullmann. Je lui dédie cette victoire et lui souhaite un bon rétablissement. Mon nouveau partenaire Jean-Paul Oudin a fait un sans faute. Le départ était un peu compliqué mais finalement nous avons eu une course sans histoire. »

 

 Laurie GAUTIER

Photos:  GT TOUR- DPPI

 

 * COMMUNIQUE DU TEAM PRO GT

Suite à l’analyse des essais privés réalisés sur le circuit de Spa Francorchamps hier dans le cadre de la 3ème manche du Championnat de France GT, le team PRO GT a décidé pour des raisons de sécurité indépendante de sa volonté, de retirer ses 3 PORSCHE de cette épreuve de Spa et ce jusqu’à nouvel ordre.

Après la rupture prématurée des carcasses des pneus arrière pour des raisons inconnues, sur 2 de ses voitures en course à Imola (2ème manche du championnat), le team double Champion de France 2011 2012 sur PORSCHE GT3R avait imputé la responsabilité de ces explosions à la typologie du circuit d’Imola

A la suite du meeting d’Imola, l’équipe a décidé d’investiguer sur ce sujet en réalisant une simulation de course lors des essais libres 2 de Spa avec un train de pneumatiques quasi neuf

Après avoir adapté son set up post Imola et suivi rigoureusement les préconisations de son manufacturier pour préserver les pneus arrière, il s’avère que les ingénieurs PRO GT ont constaté exactement le même phénomène qu’à Imola

9 des 12 pneus utilisés, indépendamment de la vitesse du pilote, de la longueur des runs ou de la pression utilisée ont présenté des anomalies au niveau de la carcasse.

Après les essais qualificatifs 1 de ce matin, un pneu suffisamment suspect a suffi à ce que cette difficile décision soit prise.

 

 Laurie GAUTIER

Photos : GT TOUR -DPPI

 

 

Sport

About Author

gilles