LA COMPLEXITÉ DE LA PILE A COMBUSTIBLE DE LA GREEN GT, A CONDUIT AU FORFAIT POUR LES 24 HEURES DU MANS

 

LE MANS 24 HOURS TEST DAY 2-3 june 2012 © CLEMENT MARIN

Présentation de la GREEN GT lors des journées test des 24 heures du Mans 2012

 

Comme nous l’annoncions dès 11 heures le samedi 1er juin, la voiture à pile à combustible GREEN GT a donc déclaré forfait pour les prochaines 24 heures du MANS, où il figurait comme concurrent invité au titre du 56ème stand.

Rappelons que ce 56ème Stand correspond à une place offerte sur la grille de départ à une voiture jugée technologiquement innovante par l’Automobile Club de l’Ouest, machine invitée à participer à l’épreuve hors classement comme le fit la NISSAN-DELTAWING, en 2012, première bénéficiaire de cette invitation.

 

GREEN-GT-H2-24-H-DU-MANS-2012-presentation2-Photo-Patrick-MARTINOLI-autonewsinfo

 

L’équipe GreenGT Technologies avait été retenue en  juin dernier par l’Automobile Club de l’Ouest pour aligner au départ des 24 Heures du Mans 2013, le tout premier prototype de compétition électrique/hydrogène. Or, insuffisamment préparée, GREEN GT a préféré sagement retirer son engagement, afin de poursuivre de manière rationnelle et pragmatique, un programme de développement complexe, notamment pour ce qui concerne la pile à combustible à haute puissance.

Pour notre part, nous étions très avides de voir la GREEN GT, que nous avions découverte l’an dernier, se frotter aux exigences terribles de la compétition. En raison du sérieux de l’entreprise, nous pouvons objectivement espérer que ce ne sera que partie remise.

 

GREEN-GT-2-Juin-2012-LE-MANS-LES-MEMBRES dun projet GREEN GT -avec-Pierre-FILLON-President-ACO. Photo Thierry COULIBALY AUTONEWSINFO

GREEN-GT-2-Juin-2012-LE-MANS-LES-MEMBRES du projet GREEN GT -avec-Pierre-FILLON-Président-ACO.

 

 

En attendant, il nous semble bon de rappeler les caractéristiques essentielles de cette voiture séduisante tant par son originalité technique que par ses lignes réussies. En effet, derrière l’appellation pile à combustible pas mal de représentations circulent et, il nous a semblé bon d’apporter quelques précisions.

La GREEN GT, est équipée d’une pile à combustible dont on peut dire que la pile ne contient ni pile, ni combustible… Il s’agit en réalité d’un générateur d’eau et d’électricité, alimenté par l’hydrogène et l’air. Les problèmes actuels des piles à combustible résident dans leur poids, leur complexité et leur coût.

La fabrication de l’électricité se fait grâce à l’oxydation sur une électrode d’un combustible réducteur, l’hydrogène en l’occurrence, couplée à la réduction sur l’autre électrode d’un oxydant, tel que l’oxygène de l’air. C’est l’inverse d’une électrolyse. La réaction chimique produite par l’oxydation et la rencontre de gaz produit de l’électricité, de l’eau et de la chaleur. La température de fonctionnement varie de 60 à 120°C selon les modèles. L’eau est évacuée sous forme de vapeur.

 

LE MANS 24 HOURS TEST DAY2-3 june 2012© CLEMENT MARIN

Les entrailles de cette auto particulièrement innovante

 

Les piles à combustible à membrane d’échange de protons, connues aussi sous le nom de piles à combustible à membrane électrolyte polymère (ou PEMFC selon l’acronyme des expressions anglaises : proton exchange membrane fuel cells ou polymer electrolyte membrane fuel cells) sont un type de pile à combustible développé pour des applications dans les transports aussi bien que pour des applications dans les portables.

Leurs caractéristiques propres incluent un fonctionnement des gammes de basses pressions et températures et une membrane électrolyte polymère spécifique.

Cette technologie présente de nombreux points forts au titre desquels on peut retenir :

L’absence de polluant : aucune émission de gaz, ni CO2, ni NOx (oxyde nitrique et dioxyde d’azote) ou autres polluants, n’est produite durant le fonctionnement d’une motorisation électrique/hydrogène.
Une énergie renouvelable : l’hydrogène provient de d’électrolyse de l’eau. L’eau est recomposée lors de la création de l’électricité dans la pile à combustible. Puis cette eau peut de nouveau être exploitée pour recréer de l’hydrogène.
Une production d’hydrogène propre : l’hydrogène peut parfaitement être produit par de l’éolien ou du solaire.
De plus, la fiabilité est au rendez-vous, en effet les moteurs électriques comportent 5 fois moins de pièces que les moteurs thermiques et de ce fait sont beaucoup plus fiables. La sécurité est tout aussi présente et travaillée, puisque l’hydrogène est moins inflammable que l’essence. Enfin, les réservoirs de la GreenGT H2 sont, quant à eux, 3 fois plus résistants que les réservoirs d’essence des prototypes homologués FIA.

La GREN GT, est donc une solution énergétique propre, performante et sûre, dont malheureusement nous n’aurons pas la chance de juger – du moins à brève échéance – de ses performances comparativement aux autres bolides Manceaux, sachant qu’en 2014, le 56ème Stand sera occupé par NISSAN, le constructeur Japonais, invité à son tour, avec une voiture dotée d’une technologie innovante de transmission électrique.

Alain MONNOT

Photos :  Patrick MARTINOLI – Thierry COULIBALY

 

LA FICHE TECHNIQUE DE LA GREEN GT

Motorisation

 

Type 2 moteurs expérimentaux BRUSA triphasés à aimants permanents

Puissance 2 x 200 kW, soit 544 chevaux DIN. RPM max 13.500 tr/mn
Couple 4.000 Nm aux roues

Transmission

Mode Transmission directe sans embrayage aux roues arrières
Type Boîtier différentiel à vectorisation de couple breveté GreenGT

 

pile

18 « Stack »  SymbioF Cell constituent la pile à combustible

 

Pile à combustible

Type 18 stacks SymbioFCell. Puissance 340kW linéaire .
Membrane expérimentale « haute température » Assemblage optimisé avec éléments spécifiques allégés type aviation pour un objectif de 500 heures minimum
La gestion du recyclage de l’air et de l’hydrogène ainsi que son refroidissement et sa gestion électronique sont spécialement conçus pour exploiter la pile à combustible en l’absence de batterie-tampon
Alimentation air : Deux turbocompresseurs

Stockage d’hydrogène

2 réservoirs de 160 litres en fibre de carbone et aluminium
Quantité d’hydrogène stocké : environ 4kg par réservoir. (équivalent à 25 litres d’essence), avec une autonomie d’environ 40 minutes. Réservoirs haute pression 350 bars avec détendeur incorporé à l’intérieur des réservoirs. Ils ont une structure capable de résister à des impacts trois fois supérieurs à ceux des châssis monocoques homologués FIA.

Châssis

Coque : Double-coque et crash box en fibre de carbone
Carrosserie: En composite fibre de carbone
Dimensions Long./Larg./Hauteur :5150x 2000 x.1200
Suspensions : Avant et arrière à doubles triangles acier et poussoirs
Freins : Etriers Brembo avec disques et plaquettes en carbone
Roues: BBS, avant 11×18, arrière 13×18
Pneus Dunlop, avant : 300 / 660 R 18, arrière : 310 / 710 R 18

Electronique

Module de gestion centralisé, basé sur un contrôleur de course gérant l’ensemble de la propulsion GreenGT et exploitant le «torque-vectoring»
Equivalent voiture thermique de 410 à 450 chevaux. +3600 Nm de couple à la roue.

Poids : 980 kg
Vitesse maximum environ 300 km/h

 

GREEN GT 2013 PESCATORI Premier roulage

Sport

About Author

admin