WRC. AU RALLYE DE L’ACROPOLE, VOLKSWAGEN PRÊT POUR L’EXTRÊME…

 

WRC-2013-ACROPOLE-OGIER-POLO-R-WRC Photo Jo LILLINI

WRC-2013-ACROPOLE-OGIER-POLO-R-WRC – Photo : Jo LILLINI

 

 

Volkswagen prêt pour l’extrême

Sur le relief rocailleux des pistes grecques, enveloppés dans des nuages de poussière et soumis à des températures pouvant atteindre 50° C dans les habitacles, les hommes et les machines vont endurer des conditions extrêmes au Rallye Acropole.

L’équipe Volkswagen Motorsport a parfaitement préparé cette 6 éme manche du Championnat du Monde des Rallyes WRC, qui se déroulera en cette fin de semaine, du 31 mai au 2 juin.

Après l’Argentine, les trois équipages d’usine, Jari-Matti Latvala – Miikka Anttila, Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Andreas Mikkelsen – Mikko Markkula, ont effectué plusieurs journées de tests en Grèce. Une préparation qui devrait leur permettre de défendre leurs positions en tête des Championnats pilotes et constructeurs.

 

Jost Capito, Directeur de Volkswagen Motorsport, explique :

 » En WRC, , vous avez à peine le temps de savourer un succès, qu’un nouveau challenge se présente aussitôt. Nous espérons faire aussi bien qu’en Argentine, où nos trois équipages ont terminé dans les points. Maintenant que le Safari Rallye n’est plus au calendrier du Championnat du Monde, l’Acropole l’a remplacé comme épreuve la plus difficile de l’année. Et nous sommes très heureux d’y participer pour la première fois avec nos Polo R WRC. »

 

Une grande classique qui a su évoluer

ACROPOLE-2012- Podium pour le duo LOEB-ELENA-DS3-1er

ACROPOLE-2012- Podium pour le duo LOEB-ELENA-DS3-1er. Mais cette année, le nonuple CHAMPION du monde est absent…. –  Photo : Jo LILLINI

 

Le Rallye de Grèce, qui a bâti sa réputation sous l’appellation « Acropolis Rally », est partie prenante de la légende des rallyes, c’est d’ailleurs l’une des manches fondatrices du Championnat du Monde en 1973.

A l’époque, l’épreuve s’apparentait à un… marathon, ce qui n’est plus tout à fait le cas aujourd’hui. L’Acropole a évolué avec son temps, d’autant que pour cette édition 2013, le parcours total des épreuves spéciales a été réduit d’une bonne centaine de kilomètres par rapport à l’an passé. Mais la complexité de l’épreuve reste la même, avec ce mélange savant de pistes rapides et cassantes d’un côté, et de portions sinueuses et plus conciliantes de l’autre.

 

Dès vendredi soir 31 mai, les choses sérieuses commenceront d’entrée avec la plus longue spéciale de tout le rallye, Kineta-Pissia (47,70 km). Le parcours du lendemain ne propose pas moins de huit spéciales totalisant 149,56 km chronométrés, juste interrompues par un break de 30 minutes en début d’après-midi !

La conclusion s’opérera dans la matinée de dimanche, avec deux passages dans Pissia et Loutraki, pour désigner les vainqueurs de cette 59éme édition.

L’an dernier, Volkswagen Group a participé à ce rallye avec deux Škoda Fabia. Vainqueur de la catégorie Super 2000, Sébastien Ogier, associé à Julien Ingrassia, avait terminé à une remarquable 7éme place au scratch, parmi des voitures beaucoup plus puissantes.

Les deux Français, aujourd’hui un an plus tard, confortables leaders du Championnat du Monde après cinq des treize épreuves au programme, vont pouvoir cette fois se battre à armes égales à bord de leur Volkswagen Polo R WRC. Tout comme les Finlandais Jari-Matti Latvala et Miikka Anttila, remontés en 4éme position grâce à leur podium en Argentine, et qui ont grandement contribué à la position occupée par Volkswagen en tête du Championnat constructeurs. Le Norvégien Andreas Mikkelsen et son coéquipier finlandais Mikko Markkula, qui ont marqué des points dans les deux rallyes auxquels ils ont participé à ce jour, compléteront la formation Volkswagen sur la troisième Polo R WRC.

 

 WRC 2013 ACROPOLE LATVALA-POLO R WRC


WRC 2013 – Avanb ACROPOLE – LATVALA-POLO R WRC Photo : Jo LILLINI


A quelques heures d’entamer ce marathon Grec, Jari-Matti Latvala qui pilote la Polo R WRC n° 7, confie :

 » C’est le rallye le plus difficile de l’année. Les pistes en terre sont les plus exigeantes de toutes celles que le Championnat du Monde peut proposer. Les secteurs ultra rapides, sur des surfaces très dures et très cassantes, alternent souvent avec des endroits plus lents et plus souples. Vous devez faire face à des conditions radicalement opposées d’une minute à l’autre, et vous attendre à tout en permanence. Avec quelques 300 km de spéciales, le Rallye de Grèce est assez court, il faut donc être à fond tout du long et trouver le bon rythme d’entrée. Mais dans certaines spéciales, il faudra aussi ménager sa monture. Ce sera une affaire de compromis. Je me suis bien préparé pendant mes deux journées de tests juste après l’Argentine. Ma priorité était de travailler sur les suspensions et la traction. Le dernier point est particulièrement important en Grèce, où nous sommes confrontés à de nombreux dos d’âne, avec des sauts importants. L’an dernier, je me suis longtemps battu pour la victoire ici, jusqu’à ce que j’en fasse une qui a endommagé un pneu et m’a relégué en troisième position. Je ne veux pas refaire la même erreur, je souhaite vraiment me battre jusqu’au bout pour gagner. Mais c’est vrai aussi qu’un podium serait très important pour Volkswagen, dans la perspective du Championnat constructeurs… »

 

 WRC 2013 -Avant le Rallye Grec de l'ACROPOLE - Seb OGIER Portrait.


WRC 2013 -Avant le Rallye Grec de l’ACROPOLE – Seb OGIER Portrait. Photo Jo LILLINI

 

Pour sa part, Sébastien Ogier engagé avec la Polo R WRC n° 8, enchaîne :

 » J’aime ce rallye, parce que j’y ai des souvenirs très agréables, et pas seulement du fait de ma victoire de 2011. Ma deuxième place en 2009 sera toujours chère à mon cœur, parce qu’elle a symbolisé ma percée en WRC, et que depuis, les choses sont allées de mieux en mieux pour moi. Le Rallye de Grèce est l’un des plus exigeants de la saison. Lorsque nous avons effectué nos essais ici, nous avons fait en sorte de reproduire les conditions les plus extrêmes, afin de déceler les éventuelles faiblesses de la Polo R  WRC. Cela nous a amenés à faire de gros progrès et j’ai l’espoir que nous serons capables de décrocher à nouveau un bon résultat. Bien sûr, l’idéal serait de gagner tous les rallyes, mais il faut aussi penser au Championnat. Compte tenu de notre avance, aussi bien chez les pilotes que chez les constructeurs, nous ne sommes pas condamnés à gagner à tout prix. Il serait suffisant de marquer des points régulièrement. »

 

WRC 2013 Avant l'ACROPOLE -MIKKELSEN-POLO R WRC.

WRC 2013 Avant l’ACROPOLE -MIKKELSEN-POLO R WRC. Photo : Jo LILLINI

 

Le petit nouveau de l’équipe, le jeune Norvégien Andreas Mikkelsen qui roule dans le baquet, lui , de la Polo R WRC n° 9, poursuit :

 » Après mes deux premiers rallyes sur la Polo R WRC, je suis impatient de participer autroisième. Les tests se sont bien passés : 160 km au cours desquels j’ai autant travaillé la mise au point du bonhomme que celle de la machine, ce qui m’a permis de gagner en confiance. Ensuite, je suis resté deux jours de plus avec le Team, pour observer le travail de Sébastien et Jari-Matti. C’était très instructif de noter à quel endroit ils freinaient, comment ils plaçaient la voiture en courbe et de quelle manière ils abordaient les dos d’âne. J’en ai retiré de précieux enseignements sur la manière de mener une World Rally Car. Au Portugal, j’étais une bonne seconde au kilomètre derrière, en Argentine l’écart s’est réduit à cinq dixièmes mais mon but est de le réduire encore. « 

 

Enfin,  3 Questions à… François-Xavier (« Fix ») Demaison, l’ingénieur du Team VW:

 

– La Polo R WRC est la première World Rally Car dont vous avez la responsabilité du développement. Qu’en pensez-vous après ces cinq premières manches ?

« Nous avons été agréablement surpris de voir comment tout s’est déroulé jusqu’ici. Personne, dans l’équipe, ne s’attendait à empocher trois victoires et des podiums à l’issue de chaque rallye. Bien sûr, nous avons été confrontés à quelques problèmes mineurs, mais heureusement, aucun d’entre eux n’a eu de conséquences fâcheuses. Au contraire. Nous avons bien terminé à chaque fois. Cela tient sans doute pour beaucoup à notre bonne préparation. L’an dernier, nous avons fait des essais dans toutes les conditions possibles et imaginables. L’ensemble de nos ingénieurs et de nos mécaniciens est riche d’une expérience de deux ans de travail acharné, et je suis plutôt fier de ce que nous avons fait jusque-ici. Il est certain, cependant, que nous en apprenons à chaque sortie, c’est un processus constant. Nous nous trouvons régulièrement confrontés à des problèmes dont nous n’avions aucune idée l’instant d’avant. Cela fait partie du sport automobile. Nous faisons toujours notre apprentissage cette saison, et tout ce que nous apprenons nous permettra d’être encore mieux préparés en 2014. »

– Quelles sont caractéristiques qui permettent à la Polo R WRC de se démarquer?

« La toute dernière version de la Polo de série est plus légère et ses porte-à-faux sont très courts. Elle a constitué une excellente base pour développer une WorldRally Car, et cela nous a facilité la tâche. Mais ce n’était que la première étape. La deuxième a consisté en un énorme travail de toute une équipe. Responsables moteur, châssis, suspensions, transmission, électricité : tous les départements ont travaillé en harmonie, et surtout, avec succès. »

– Quelles seront les prochaines étapes du développement de la Polo R WRC ? 

« Le fonctionnement du frein à main a pris récemment de l’importance, et nous y  avons consacré beaucoup de temps dans notre préparation avant la Grèce. Lorsqu’il l’utilise, Sébastien Ogier en particulier trouve que le train avant n’est pas découplé assez vite. En Grèce, nous utiliserons un nouveau système hydraulique qui a subi une série de tests intensifs nous permettant de l’adopter en course. Il privilégie la performance plutôt que la fiabilité. Nos concurrents ont un très léger avantage sur nous dans ce domaine. De façon générale, je dirais qu’il reste encore à faire sur ce plan de la fiabilité. Nous devons éliminer les petits problèmes que nous avons rencontrés au cours des cinq premiers rallyes, si nous voulons nous maintenir dans la course pour le Championnat du Monde. Mais vous savez, le développement d’une voiture est une question récurrente en sport automobile : Il y aura toujours quelque chose à améliorer quelque part ».  

 

Christian COLINET

Photos : Jo LILLINI

 

Le Chiffre : 317 

Le Rallye de Grèce est celui qui soumet les châssis des voitures aux plus fortes contraintes. Ainsi, au cours des dernières séances d’essais, les enregistreurs de données ont dénombré 317 mouvements de combinés ressorts-amortisseurs au kilomètre.

 

 

WRC-2013-ARGENTIN-VW-POLO-OGIER-Photo-Jo-LILLINI

WRC-2013-ARGENTIN-VW-POLO-OGIER-Photo-Jo-LILLINI

 

Championnat du Monde des Rallyes (WRC

 

Classement Pilotes:

1. Sébastien Ogier, 122 pts ; 2. Sébastien Loeb, 68 ; 3. Mikko Hirvonen, 57 ; 4. Jari-Matti Latvala, 49 ; 5. Mads Østberg, 38 ; 6. Thierry Neuville, 35 ; 7. Dani Sordo, 29 ; 8. Evgeny Novikov, 27 ; 9. Martin Prokop, 21 ; 10. Nasser AlAttiyah, 20 ; 11. Andreas Mikkelsen, 12 ; 12. Bryan Bouffier, 10, etc

Constructeurs:

1. Volkswagen Motorsport, 154 pts ; 2. Citroën Total Abu Dhabi Wrt, 140 ; 3. Qatar M-Sport Wrt, 73 ; 4. Qatar Wrt, 46 ; 5. Abu Dhabi Citroën Total Wrt, 29 ; 6. Jipocar Czech National Team, 23 ; 7. Volkswagen Motorsport II, 14; 8. Lotos Wrc Team, 12.

 

 

Sport WRC

About Author

gilles