CONCEPT- CAR TWIN’RUN : LA CITADINE DE RENAULT QUI DÉCOIFFE !

CONCEPT-CAR TWIN’RUN – LA CITADINE QUI DÉCOIFFE !

 

RENAULT-TWIN-AIR-Presentation-au-GP-de-MONACO-2013

RENAULT-TWIN’RUN – Présentation-au-GP-de-MONACO-2013

 

Renault lève le voile sur Twin’Run à l’occasion du 71ème Grand Prix de Monaco. Ce concept-car de citadine qui décoiffe cultive l’esprit sportif de la marque et la passion automobile en rendant hommage aux mythiques R5 Turbo et Clio V6.

Véritable voiture de course, Twin’Run est doté d’un châssis tubulaire directement issu de l’univers de la compétition et d’un moteur V6 de 320 chevaux en position centrale arrière, dérivé de Mégane Trophy.

A l’image de son jumeau Twin’Z, Twin’Run propose une approche moderne et ludique de la citadine. Ces deux concept-cars représentent la 5ème étape de la stratégie Design de Renault basée sur les grandes étapes de la vie. Ils illustrent, chacun dans leur univers, le temps du jeu (pétale PLAY) et démontrent le potentiel de personnalisation d’une citadine en phase avec son époque.

Le concept-car Twin’Run préfigure les lignes de style de la future petite citadine de Renault.

 

I. TWIN’RUN : UN CONCEPT-CAR PASSION QUI REVIENT AUX SOURCES

 

 RENAULT-TWIN-RUN-au-GP-de-MONACO


RENAULT-TWIN-RUN-au-GP-de-MONACO

 

C’est à l’occasion du Grand Prix de Monaco que Twin’Run a fait ses premiers tours de piste devant le Grand Public. Quel meilleur théâtre que le tracé légendaire de la cité monégasque pour présenter ce concept-car. Positionné dans l’univers du sport automobile et cultivant la passion de la marque pour la compétition, Twin’Run s’inscrit dans la lignée des célèbres R5 Turbo et Clio V6.

Le public a pu suivre les trois bolides lors d’une course poursuite organisée comme un clin d’œil à l’histoire de Renault : en tête Twin’Run avec à son volant, Carlos Tavares*, Directeur Général Délégué aux Opérations, poursuivie par une Clio V6 emmenée par le pilote de F1 Charles Pic, et par une Maxi 5 Turbo aux mains de son pilote fétiche Jean Ragnotti,

Twin’Run trouve naturellement sa place dans la lignée de concept-cars illustrant la stratégie design de Renault. La face avant identitaire, dessinée autour du losange fait le lien avec la nouvelle signature stylistique de Renault. Le domaine d’expression de Twin’Run est cette fois celui de l’univers de la compétition.

 

Twin’Run : compact, survitaminé… et sympa !

« Twin’Run est un cocktail d’énergie, de passion et de sportivité. Il ravive le souvenir les véhicules emblématiques du sport automobile de la marque. Après son jumeau Twin’Z, concept-car urbain et branché, Twin’Run montre que la personnalisation est au cœur de notre stratégie. » Laurens van den Acker, Directeur du Design Industriel du Groupe Renault

Twin’Run affiche une silhouette ramassée très dynamique : ses roues positionnées aux quatre coins associées à des porte-à-faux courts et sa ceinture de caisse haute participent au dynamisme de l’ensemble et suggèrent une grande agilité. Ses flancs légèrement creusés, dessinés ‘près du corps’ et surmontés d’une ligne d’épaule marquée, plus généreuse encore au niveau des passages de roue, parachèvent son tempérament sportif.

 

Bleu et rouge

Sa livrée bleue rappelle que Twin’Run symbolise aux côtés de son jumeau Twin’Z, la 5ème étape de la stratégie Design de Renault, dédiée au jeu. Son traitement opaque accompagne au plus près le travail mené sur les surfaces et met en valeur avec précision l’ensemble de ses volumes.

Laissant entrevoir son terrain propice à la personnalisation, Twin’Run associe le rouge au bleu, tantôt pour asseoir son style graphique, le long des épaules, ou renforcer son caractère et ses attributs sportifs : bandes rouges parcourant le pavillon, bandeau de calandre, rétroviseurs ultra-fin, entrées d’air de bouclier, extrémités de l’aileron arrière, liseré soulignant la périphérie des jantes blanches et noires..

 

Hommage à une aînée prestigieuse

 

Sur les portières, le numéro « 5 » fait référence à la R5 Turbo, redoutable voiture de rallye des années 80.

De nombreux détails rendent hommage à cette aînée, tels que le dessin des projecteurs avant ou les hanches généreuses à l’arrière. Les quatre projecteurs additionnels ultra-plats à technologie LED réinterprètent de façon moderne les rampes de phares utilisées durant les spéciales nocturnes. Entièrement configurables, les séquences d’éclairage sont gérées par un système embarqué. La mise au point a constitué un véritable challenge avec une forte puissance d’éclairage délivrée dans un projecteur de seulement 25mm d’épaisseur.

« Twin’Run, c’est le petit grain de folie que Renault entretient au fil des décennies pour le plus grand plaisir des amoureux du sport automobile. Personne n’a oublié la R5 turbo ou la ClioV6. Twin’Run est la digne héritière de ses petits bolides sur-vitaminés et porteurs d’un fort capital sympathie. » déclare Axel Breun, Directeur Design Concept-Cars

II. TWIN’RUN : UNE VRAIE VOITURE DE COURSE

 

Twin’Run a été développé, avec le soutien de la société Tork Engineering du Groupe Poclain Véhicules, dans ses ateliers d’Amilly dans le Loiret prés de Montargis et spécialiste de la préparation des châssis pour la compétition automobile. Ce concept-car est donc une vraie voiture de course : la carrosserie en matériau composite repose sur un châssis multitubulaire en acier et le moteur, en position centrale arrière, est dérivé de Mégane Trophy

Un moteur V6 de compétition.

 

Twin’Run est équipé du moteur V6 3,5L de l’Alliance Renault-Nissan équipant Espace, Laguna et Latitude, et également utilisé en compétition notamment sur Mégane Trophy. Disposé longitudinalement en position centrale arrière, ce moteur de six cylindres en V de 3498cm3 délivre une puissance de 320 chevaux à 6800 tours/minutes et un couple de 380 Nm à 4850 tours/minutes. Plein et généreux dès les bas régimes, ce V6 musical délivre des accélérations linéaires et assure une excellente motricité en courbe ainsi que dans les phases de relance. Le V6 est secondé par une boîte de vitesses SADEV séquentielle à 6 rapports équipée d’un différentiel autobloquant à glissement limité, favorisant l’inscription et la motricité de Twin’Run en courbe. L’embrayage bi-disque métallique est directement issu de la compétition.

Les entrées d’air d’’admission sont positionnées au niveau des passages de roues arrière. Des extracteurs d’air dans les custodes arrière contribuent au bon refroidissement du moteur. Le système de refroidissement a fait l’objet d’un traitement design original avec des conduits en aluminium poli bien visibles dans le plancher de l’habitacle. Le moteur est séparé du poste de conduite par une vitre en plexiglas.

Afin d’assurer une bonne répartition des masses, un certain nombre d’éléments ont été implantés sous le capot avant. C’est le cas du réservoir de carburant, de la batterie, du radiateur et du système d’assistance hydraulique. Le concept-car est bien équilibré avec une répartition des masses de 57% sur l’avant et 43% sur l’arrière.

Une carrosserie composite

 

La carrosserie en matériau composite fibre de verre-polyester bénéficie elle aussi de l’expertise de la compétition. Elle intègre des habillages tissu-carbone noyés dans la masse, utilisés pour. la lame avant, le pavillon, le diffuseur arrière et les arches de roues La technologie tissu carbone, permet d’allier esthétique et efficacité, tout en maîtrisant les coûts.

Un traitement aérodynamique issu de la compétition

L’architecture bi-corps de Twin’Run génèrant de la portance à haute vitesse, l’ L’aérodynamique a fait l’objet d’un soin particulier avec l’intégration d’un diffuseur canalisant le flux d’air sous la voiture et d’un aileron fixe ajoutant de l’appui aérodynamique à haute vitesse.

 

Un châssis digne d’un véhicule de compétition

 

Twin’Run repose sur un châssis multitubulaire en acier hautes performances dérivé de l’aéronautique et utilisé en compétition. Ce châssis a été entièrement mis au point par Tork Engineering.

La liaison au sol est assurée par des trains avant et arrière munis de suspensions à double-triangles à pivots indépendants. Ces quatre pivots, taillés dans la masse, sont en aluminium de qualité aéronautique et assurent une haute performance sur piste. Pour la filtration et le maintien de caisse, Twin’Run est équipé de ressort-amortisseurs OHLINS à l’avant et à l’arrière.

Enfin, les trains reçoivent une barre anti-devers de 22mm de diamètre à l’avant et de 25mm à l’arrière, Le roulis est parfaitement maîtrisé au bénéfice de l’agilité et de la réactivité.

Les jantes aluminium au moyeu spécifique avec écrou central sont démontables en 3 parties et chaussées de pneumatiques 18 pouces Michelin.

 

La performance en tête

 

La conception de Twin’Run a été guidée par une volonté permanente de ne pas tout réinventer. Le châssis et les liaisons au sol sont une combinaison de sous-ensembles déjà éprouvés sur des véhicules de compétition. Cette démarche a permis de concevoir un concept-car remarquablement efficace sur la piste en un temps record.

 

Jean Ragnotti : l’avis de l’expert

 

Sollicité lors de la phase finale de mise au point de la liaison au sol de Twin’Run, l’ancien Champion automobile, Jean Ragnotti, nous livre ses impressions et se remémore la R5.

« A l’issue de ces premiers tours de roues, je trouve ce concept-car très sain et très facile à mener. On sent immédiatement que c’est une voiture de course ! Au niveau de l’équilibre et du comportement général de la voiture, je retrouve un peu les sensations de la R5 Turbo. La boîte de vitesses est sympa et le freinage performant. Une bonne motricité avec un moteur très souple, plein à tous les régimes, plus rond et plus coupleux que la R5 Turbo ce qui rend la voiture particulièrement efficace tout en étant facile à piloter, contrairement à la R5 qui demandait du doigté.»

Et, Jeannot, conclut :

« C’est une voiture performante qui reste étonnamment confortable en vertical y compris dans les zones de compression où on est encore loin de la limite des butées. Il ne manque plus que des pneus de course pour pouvoir attaquer encore un peu plus. Une prise de roulis légère mais pas de sous-virage. La voiture est progressive, pas de surprise, les courbes sont faciles à enrouler. Ce concept-car est une belle héritière de la Maxi 5 Turbo. »

 

Christian COLINET

Photo : Constructeur

 

Sport

About Author

gilles