POUR SA QUINZIEME PARTICIPATION AUX 24 HEURES DU NURBURGRING, PIERRE DE THOISY TERMINE ENCORE PREMIER EN TOURISME GROUPE A 3 LITRES

 

NURBURGRING 2010 BMW De Thoisy

Déja en 2010 sur BMW

On pourrait dire qu’il a tout connu ou presque dans la compétition automobile depuis que, débutant en 1978, il a disputé des courses de Formule Ford, de Formule Renault, a piloté des voitures de Production ou s’est aligné dans des challenges de marques. Pourtant, c’est bien l’Endurance qui rallie encore tous ses suffrages. En effet, vous allez sans aucun doute identifier ce pilote quand vous saurez que ses courses favorites sont la Panaméricaine (avec 7 victoires sur des véhicules aussi variés qu’improbables) et les 24 heures, qu’elles soient du Mans ou du Nurburgring ou encore de Spa. Oui, Pierre DE THOISY s’est encore aligné le week-end dernier aux 24 heures du Nurburgring.

A 59 ans, cette passion dévorante pour la course l’habite encore et après 433 courses disputées, 52 victoires et 77 podiums, Pierre de THOISY parle encore avec chaleur et émotion de cette épreuve si particulière des 24 heures du Nurburgring qu’il disputait pour la 15 ème fois avec ses amis : Philippe HAEZEBROUCK (9 participations) et Maxence MAURICE qui débute là bas par une victoire de classe. Pierre de THOISY nous indique avoir une très bonne relation avec l’écurie allemande LEUTHEUSER MOTORSPORT et leur faire totalement confiance pour la préparation et l’exploitation de la BMW 1M N° 93 (avec un moteur 6 cylindres de 400 Cv pour 1120 kgs), qui aura permis aux français de se classer 42 ème au scratch (catégories Gt et Tourisme confondues) et de gagner la classe en Groupe A des Tourisme plus de 3L et, également premiers français.

PHOTO (2)

En course en 2013

La course du week-end dernier fut à la fois excitante et frustrante. Excitante encore plus que d’habitude avec bien sûr le circuit de 25 kilomètres et ses 85 virages, constitué par le circuit des Grand Prix et la boucle Nord, mais aussi avec une pluie tellement présente, que sur les 15 heures de course, 10 heures se sont disputées avec des pneus pluie. Le reste du temps a généré une grande frustration chez nos amis de la belle BMW N°93 car la course fut neutralisée pour raison de sécurité à cause de la pluie diluvienne et du brouillard ambiant.
Pourtant, Pierre de THOISY a comme toujours beaucoup apprécié l’ambiance formidable créée par les quelques 200 000 spectateurs qui communient avec les pilotes et les équipes de mécaniciens et, nous confie avoir disputé seulement deux relais : l’un épouvantable à cause des risques permanents inhérents aux conditions quasi dantesques et l’autre, impeccable, comme il les aime.

Nous lui demandons ce qui le pousse à courir avec autant de constance ces 24 heures du NURBURGRING, où en 15 participations il a terminé 14 fois ?
« J’ai couru 20 ans en championnat de France en Sprint et, depuis 15 ans, pour des raisons de timing ou familiales je ne me déplace plus pour une heure de course et je ne fais plus que de l’endurance. Pourquoi le NURBURGRING, parce que c’est un circuit unique au monde. Le circuit des Grands Prix plus la boucle Nord c’est 25 kilomètres et 85 virages. C’est un circuit difficile, voire dangereux si on n’est pas assez humble, mais passionnant car on a toujours à apprendre. Quand je vais au Nurburgring, depuis 15 ans que je cours là-bas, tous les ans mes chronos s’améliorent et pour moi c’est un grand bonheur. Autre chose, je suis opposé aux circuits à chicanes. Au Nurburgring, avec 2 chicanes et une épingle à cheveux, c’est parfait. Pour moi le pilotage c’est passer vite en courbe. Sur ce fabuleux circuit ce ne sont que des courbes supérieures à angle droit et on est en trois, en quatre , on décolle, on saute, c’est pour moi un vrai circuit. Que du bonheur ! Sur 85 virages on ne passe que cinq fois la seconde vitesse. J’aime bien également le circuit de Spa, mais quand les 24 heures sont passées aux GT, j’ai arrêté d’y courir. »

On mesure bien par ces propos l’attachement de Pierre DE THOISY à l’épreuve allemande qui attire pas moins de 15 usines toutes très attachées aux performances que peuvent réaliser sur ce circuit d’exception les véhicules de Tourisme notamment. Seuls 4 équipages intégralement français ont disputé cette édition 2013, même si des locomotives comme DUMAS, COLLARD ou PILLET étaient intégrés dans des teams officiels.
Pour les constructeurs cette course ouverte aux GT et aux voitures de Tourisme, est un vrai banc d’essai et la semaine dernière ce sont 176 voitures qui ont affronté la piste du Nurburgring et les éléments météorologiques déchainés. Mercedes a décroché sa première victoire qui ne manquera pas d’être largement exploitée.

PANAM 2006 Stude 2006 PDT

PANAMERICANA en 2006 sur la STUDEBAKER

Face à un tel enthousiasme quant à cette course mythique nous ne pouvons pas manquer de demander à Pierre de THOISY s’il n’éprouve pas quelque nostalgie à propos de la Carrera Pananamerica Mexico elle aussi tout aussi fabuleuse et qu’il a disputée 15 fois et gagné 7 fois ?

« Merci de rappeler cela. Je ne suis pas nostalgique mais fier d’avoir gagné 7 fois, tout en restant humble puisque c’est ma nature. Je suis également très content, je suis rentré en France entier à chaque fois. Au Mexique il y a plus d’argent qu’à mes débuts en 1997, il y plus de sponsoring, plus de voitures et de ce fait là, la concurrence fait que les écarts sont de plus en)plus resserrés et l’on prend vraiment plus en plus de risques. Ma dernière victoire en 2007 a été obtenue avec 20 secondes d’avance sur le second et ce,après 7 jours de course ! »

Pour revenir aux 24 heures du Nurburgring, nous évoquons l’ambiance très particulière crée par un public nombreux, connaisseur et enthousiaste. Pierre de THOISY en dresse un portrait haut en couleurs.

« Les 24 heures attirent 200000 personnes dont 100000 qui arrivent le lundi d’avant la course. Sur environ 15 kilomètres il y a des campings organisés avec sanitaires et douches et des petites boutiques dans la forêt. Les gens s’installent vraiment. Entre eux c’est la fête avec barbecue tous les soirs, grands feux d’artifice. La bière coule à flots. On voit même des sofas démodés installés dans les arbres à 5 mètres de hauteur avec des échafaudages et des spectateurs qui passent ainsi des heures à regarder les voitures. Quand on roule, on peut admirer ce public coloré et joyeux agitant des drapeaux, brandissant des banderoles : Vive Romain DUMAS, vive Bern SCHNEIDER, des panneaux partout, des peintures sur la piste, c’est vraiment inimaginable, c’est unique au monde. »

Cette course fascinante et ce circuit si particulier ont tellement marqué notre interlocuteur qu’en plus de ses nombreuses activités d’agence événementielle, notre pilote propose du coaching de pilotes et de particuliers, tant en individuel qu’en groupe. Il emmène de préférence ces personnes sur le circuit qu’il affectionne, et l’on peut imaginer qu’il sait faire partager son immense expérience automobile tout autant que sa passion pour le circuit du NURBURGRING.

513

Au départ en 2013

Avant de conclure ce sujet, nous avons demandé à Pierre de THOISY de nous livrer son regard sur la compétition automobile en France.

« Aujourd’hui  je trouve dommage qu’il y a moins de choix de courses. Le sport automobile est devenu très cher. J’ai envie de dire que l’avenir du sport automobile en France est dans son passé. Les courses en historique ont pris le dessus. Il n’y a plus de Formule France, de Formule Renault, de F3 France, pour le sport automobile en France. Moins de pilotes, moins d’argent et aussi on s’intéresse beaucoup à d’autres sports comme le football, le cyclisme….Il n’y a qu’à voir dans l’Equipe où il n’y a plus d’espace pour la compétition automobile. Aujourd’hui la compétition automobile, ce sont des seniors passionnés qui ont une bonne culture de la compétition automobile et aussi les moyens de courir,que l’on retrouve en voitures historiques. »

IMG_4910

Pierre de THOISY

Après cette très belle performance décrochée aux 24heures du NURBURGRING 2013, qui s’ajoute aux précédentes tout aussi méritoires avec rappelons le, 2 victoires et 10 podiums en 15 participations, il était évident d’entendre Pierre de THOISY nous confirmer sa future participation 2014 en ces termes :

« Oui tant que j’ai la santé et quelques partenaires et des copains pilotes, c’est évident. Je ne peux pas envisager de disputer cette course de 24 heures sans des pilotes amis. On se connait très bien, on part en vacances ensemble, on se respecte énormément, alors si mes amis sont d’accord, si j’ai encore la santé et si je trouve les budgets nécessaires, nous repartirons là bas, ça c’est sûr. »

En attendant, Pierre de THOISY a participé à IMOLA au Trophée « Nostra ROSSO » organisé par Patrick PETER et sans doute, participera à une ou deux courses du championnat allemand VLN, histoire de ne pas perdre le coup de volant et de se faire plaisir. Cet éclectisme lui va très bien et l’on peut dire que ce gentleman de l’automobile garde cette fraîcheur et cet enthousiasme qui font plaisir à voir.

Alain MONNOT
Photos : Frédéric WOJCIK

24 Heures du Nürburgring Sport

About Author

gilles