MOTOGP: VIVES DIVERGENCES DE VUE CHEZ TECH3…

CRUTCHLOW RUE DANS LES BRANCARDS

CRUTCHLOW RUE DANS LES BRANCARDS

 

Deux interviews viennent d’être publiées, l’une concernant Cal Crutchlow, l’autre Hervé Poncharal, qui laissent penser que bien avant la fin de l’année, l’ambiance chez Tech3 et Yamaha Factory va être tendue. Au départ, la constatation est simple, fin 2014, Valentino Rossi quittera Yamaha Factory et il faudra du lourd pour le remplacer. La suite devient une réaction en chaîne, qui touche beaucoup de monde et pas mal d’écuries. La première en cause est Tech3, où Cal Crutchlow rue dans les brancards et Hervé Poncharal, avec une très grande diplomatie, en colle une bonne à son angliche de pilote…

 

LA SUCCESSION ROSSI EST OUVERTE…

 

VALENTINO ROSSI

VALENTINO ROSSI

 

Comme dans toute enquête, on commence par s »appuyer sur les faits avérés, ou disons à peu près certains.

Le contrat de Rossi chez Yamaha « usine » se termine fin 2014.

Donc il faut lui trouver un remplaçant.

A partir de là, on entre dans une zone de brouillard, avec quelques pistes.

Logiquement, Yamaha Factory fait d’abord rouler ses futurs pilotes chez Tech3.

Deux solutions à l’horizon, sachant que Bradley Smith est encore très loin du niveau de pilotage d’une moto d’usine.

Cal Crutchlow, qui fait des résultats superbes depuis le début de la saison, il est actuellement cinquième, avec 35 points, au Championnat du Monde derrière les quatre « usine » de Marquez (61 pts), Pedrosa (58 pts), Lorenzo (57 pts) et Rossi (43 pts).   

Mais Yamaha montre de façon assez claire que son premier choix ne sera pas Crutchlow.

 

POL ESPARGARO

POL ESPARGARO

 

Pour l’instant, celui qui est en pole pour le guidon « usine satellite » de Tech3 est Pol Espargaro, que l’on pensait voir balayer le Moto2 cette année comme l’a fait Marquez l’an dernier, mais qui rame finalement pas mal, au point d’être seulement troisième, avec  41 points, derrière Rabat (52 pts) et Redding (51 pts).

Du coup Crutchlow, dont le contrat se termine fin 2013 avec Tech3, a en vue trois possibilités:

La première est de rester chez Tech3.

La seconde est la  Ducati de Hayden, lui aussi en fin de contrat, qui a fait peu de résultats mais qui est américain, or le marché US est énorme pour Ducati.

La troisième est la Suzuki que De Puniet va mettre au point cette année, nous avons expliqué dans un article précédent  que Crutchlow et Aleix Espargaro, le frère de Pol, qui est largement mieux placé en ce début de saison que Randy en catégorie CRT,  seraient donc mieux placés que Randy pour les deux guidons d’usine à venir.

Mais voilà, Crutchlow a plutôt une grande gueule, ce qui peut aller de pair avec le talent, et sa fidélité avec Tech3 n’a pas été un exemple, il a en particulier tout fait pour devenir pilote d’usine chez Ducati l’an dernier, il l’a bien crié sur les toits, qu’il voulait le statut et le pognon d’un pilote officiel et forcément, ça peut avoir agacé et Tech3 et Yamaha.

Voilà ce qui ressort des deux interviews annoncées en début de reportage…

 

LES DECLARATIONS DES INTERVENANTS…

CAL CRUTCHLOW PAS CONTENT

CAL CRUTCHLOW PAS CONTENT

 

Voici quelques lignes dites à la BBC, il s’agit de l’interview de Cal Crutchlow, qui révèle une conversation avec Hervé Poncharal, le boss de Tech3…

« Hervé Poncharal m’a dit que Yamaha avait dans l’idée de signer Pol Espargaro et que Tech3 serait obligé de le prendre pour sa première année. Le plan serait qu’il ait un contrat d’officiel de deux ans avec une moto aux spécifications usine. »

 Ce qui correspond plus ou moins à l’analyse faite ci-dessus. 
 
Mais ce qui est étonnant, c’est qu’en même temps, Hervé Poncharal a donné une longue interview, que nous reproduisons  in extenso, à motoGP.com, et où si l’on lit entre les lignes, on comprend que l’avenir de Crutchlow chez Tech3 est en pointillé…
 
 
 
HERVE PONCHARAL

HERVE PONCHARAL

 
  
 « On entend souvent Cal parler du matériel que Yamaha vous fournit et évoquer l’absence de nouveauté à tester. Quel est ton avis sur votre situation d’un point de vue technique ?

« Cal a aujourd’hui une machine ultra-performante, comme le montre ce qu’il a fait au Qatar, au Texas et à Jerez, pas seulement en course mais aussi en qualif’. Il a eu le meilleur temps plusieurs fois, au moins le meilleur temps des Yamaha. En MotoGP™, les moteurs sont scellés, fermés, et on ne peut donc pas savoir ce qu’il y a dedans mais les spécifications de notre moteur sont quasi-identiques au moteur de l’usine, et on en est à notre troisième évolution châssis depuis le premier test de l’année (Sepang 1). On a eu un premier châssis pour le test de début février, puis une évolution de châssis fin février (Sepang 2), et on a encore eu un châssis différent pour le test post-GP à Jerez. Je pense donc qu’on ne peut pas dire, et que personne ne peut dire, et surtout pas Cal, que nous n’avons pas un support actif et un matériel compétitif. »

« Je me souviens toujours de Furusawa (Masao, responsable du développement de la M1 de 2004 à 2010), qui disait qu’il n’y avait pas deux motos officielles et deux motos satellites chez Yamaha, mais quatre motos officielles. Je pense que Cal a une machine qui est très, très proche de celles des pilotes officiels. Dire qu’il a exactement la même ? Non, mais la performance est quelque chose de subjectif, notamment au niveau des châssis. Valentino (Rossi) n’utilise par exemple pas toujours le même châssis que (Jorge) Lorenzo. Un châssis est plus ou moins bon en fonction du pilotage et du ressenti de chaque pilote. Donc techniquement parlant, pour moi, la situation de Cal est très bonne, et il est considéré comme un pilote d’usine par Yamaha Motor Corporation. »

 

HERVE PONCHARAL,BOSS DE TECH3 ET LIN JARVIS,BOSS DE YAMAHA FACTORY

HERVE PONCHARAL,BOSS DE TECH3 ET LIN JARVIS,BOSS DE YAMAHA FACTORY

 

Les rumeurs racontent que Pol Espargaró courra en MotoGP™ sur une Yamaha l’an prochain. Est-ce que tu as été contacté par Yamaha à ce sujet et est-ce que son arrivée conditionnera la composition de l’équipe Tech3 pour l’an prochain ?

« Je suis actuellement en discussion avec Yamaha pour reconduire l’accord de support puisque le contrat qui lie Tech3 à Yamaha pour les deux M1 arrive à terme fin 2013. Aujourd’hui on discute pour prolonger pour 2014 et 2015, donc au moins deux ans, voire jusqu’à 2016. On discute encore des modalités et je ne peux évidemment pas parler avec un pilote, quel qu’il soit, tant que je ne suis pas certain de savoir quel matériel j’aurai à ma disposition pour 2014 et 2015. Personnellement, je n’ai jamais parlé à Pol Espargaró en tant que Tech3. »

« Que Yamaha et Pol Espargaró se soient rencontrés, c’est une certitude. C’est l’un des jeunes pilotes les plus talentueux en Moto2. Márquez, Smith et Iannone ont déjà fait le saut en MotoGP et ce sera une étape logique pour lui l’an prochain. La piste Honda est fermé puisqu’il y a déjà quatre pilotes sous contrat jusqu’à fin 2014, deux chez Repsol Honda, un chez Gresini et un chez LCR. Si Espargaró veut courir en MotoGP l’an prochain, il devra le faire avec une autre marque et c’est évident qu’il est en discussion avec Yamaha. Je ne connais pas la teneur des discussions, si c’est quasi-fait, fait ou s’il reste beaucoup à faire. Ce que je sais, c’est que Yamaha a quatre machines et que comme Cal Crutchlow est le seul des quatre pilotes à avoir un contrat d’un an, certains pensent que Espargaró pourrait prendre sa place. La situation actuelle est que nous sommes en mai, que j’ai un contrat avec Cal pour 2013, que Yamaha a des pistes de négociation, et rien de plus. J’adore Cal, je le tiens informé de ce que je sais et je lui ai simplement dit de faire la meilleure saison possible pour être le plus attractif possible sur le marché, que ce soit pour rester chez Yamaha ou aller ailleurs. »

« D’un autre côté, quand on avait renégocié mi-2012, Cal parlait avec nous mais était aussi en discussions avancées chez Ducati. Il m’avait dit que c’était sa priorité et je lui avais dit d’y aller s’il en avait la possibilité, comme à Andrea (Dovizioso), parce qu’ils voulaient tous les deux être pilotes d’usine. Ducati a choisi Andrea et Cal s’est, entre guillemets, rabattu sur nous. Il était donc déjà prêt à partir mi-2012 et au moment de prolonger, il n’a signé que pour un an, pour avoir l’opportunité de revenir sur le marché des pilotes en 2013, pour être éventuellement pilote d’usine, ce qui est son rêve. S’il avait signé pour deux ans, il ne serait pas dans cette situation. Pour lui Tech3 est peut-être une option B, mais chaque pilote gère sa propre situation et c’est vrai que Cal est parfois un peu bruyant. Il y a un marché et Yamaha est libre de faire son propre choix. »

 Et qu’en est-il des contrats entre Tech3 et ses deux pilotes actuels ?

 

BRADLEY SMITH

BRADLEY SMITH

 

« Aujourd’hui j’ai deux pilotes, Cal Crutchlow et Bradley Smith. On est sur la première partie de la saison 2013 et on est focalisés là-dessus à 100%. J’ai des sponsors qui ont investi chez moi pour avoir des résultats et des retombées en 2013. C’est ma mission et c’est ce qui m’occupe le plus aujourd’hui, plutôt que me demander si je vais en virer un, si j’en prends un autre ou si je dois recevoir tel ou tel pilote. On est comme les pilotes, il fait qu’on soit performants. Plus on sera performants en piste, plus on aura d’options pour préparer les saisons suivantes. »

« On est à la veille du Grand Prix de France, c’est un Grand Prix qui est important pour nous, pas seulement parce que nous sommes Français, et puis nous n’avons de toute façon pas de pilote français en MotoGP, mais parce que c’est le Grand Prix Monster, qui est notre sponsor titre, parce que Black & Decker, Stanley et DeWALT font beaucoup de choses là-bas, tout comme Motul et Yamaha Motor France. On est donc focalisés là-dessus. Les médias adorent discuter des tractations du futur mais ce n’est pas notre priorité à l’heure actuelle. »

Voilà.

Place au show énorme qu’il y aura ce week-end au Mans, ensuite, le silence des alcôves du MotoGP recouvrira bien des discussions polies mais viriles…

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS MOTOGP ET TEAMS  

 

Moto Sport

About Author

jeanlouis