24 HEURES TT DU MAROC : LE JOUR LE PLUS FOU…

LE PRO TRUCK DE GUILLOT

LE PRO TRUCK DE GUILLOT

 

Quatrième et dernière journée des 24 Heures TT du Maroc dans la région de Marrakech, avec une piste magique et des passages démentiels comme celui qui ouvre notre reportage…

Mais le vainqueur est  le buggy de Laurent Fouquet, Richard Gonzales, Bruno Seillet, qui  a finalement remporté cette quatrième édition des 24 Heures TT du Maroc, disputée en quatre manches de six heures à Aglou, Tiznit, Agadir et Marrakech.

 

FOUQUET VAINQUEUR DE L'EPREUVE

FOUQUET VAINQUEUR DE L’EPREUVE

 

Il n’y a pas eu de gros suspense au classement général, cette auto avait depuis le premier jour une avance très confortable sur les autres favoris. En revanche, pour les autres places du podium, la guerre a été totale…

 

LE BUGGY MD DOMINE L’OCEAN DES BLES…

a tt thomase poussiere

 

Au fond du décor, écrasant mais tellement sublime et infranchissable, sorte de Cordillère des Andes du Maghreb, le haut Atlas et ses sommets enneigés.

Autour de nous, le désert d’Agafay, pourtant couvert de blé aux tiges naines gorgés d’épis dorés, que les paysans moissonnent à la main.

La chaleur est  écrasante, le vent rafraîchissant du matin s’est transformé au fil des heures en fournaise…

Nous sommes sur un point haut qui permet de voir et d’entendre les autos qui courent la journée finale des 24 Heures TT du Maroc sur la quasi totalité des 25 km du parcours.

Il se trouve en effet que pour laisser le maximum de surface au blé, or jaune de la région, la piste est tracée sur les crêtes des collines qui jalonnent le désert.

Effet étonnant et piste inoubliable.

 

LE BUGGY DE PORCHERON

LE BUGGY DE PORCHERON

 

La journée s’y est déroulée en deux temps.

Le départ a été donné après le tour de reco vers 10h30, et les pilotes se sont éclatés pendant plus de deux heures, sur une piste hyper rapide mais bourrée  de pièges…

 

 

Une auto s’est vraiment éclatée dès le départ, en s’écartant de la piste et en plongeant dans une saignée de plus d’un mètre,  le Pro Truck de Marc Mazot a arraché son train avant dans le choc et malheureusement, le copi, Raymond Louin, un historique de l’endurance tout-terrain et du rallye-raid, s’y est cassé une clavicule et a dû être emmené à l’hôpital pour  des examens classiques après ce genre de choc.

A voir l’image ci-dessus, on imagine le choc en question!

Puis le Pro Truck Ironman magnifiquement emmené par Thierry Magnaldi a pris royalement ls choses en main, d’autant plus que le buggy MD  de Thomasse est lui aussi resté scotché un moment planté par l‘avant dans une saignée.

Derrière, suivait le très sage Laurent Fouquet, dont on pourrait imaginer, vu son pilotage sans aucune brutalité, qu’il assure sa première place au général…

Mais pas du tout…

Alain Rossignol me faisait justement remarquer que c‘est le privilège des grands pilotes, de ne pas lever une roue, partir en glissade voire contre- braquer en courbe !

C’est un cauchemar pour les photographes, avides de glissades et e panaches de fumée, mais il faut bien reconnaître qu’en suivant des pilotes comme Schlesser ou Peterhansel, on constate le même phénomène, ça ne bouge pas et au bout le chrono est un destructeur d’espoir pour les autres.

 

LE BUGGY BMW DE FOUQUET

LE BUGGY BMW DE FOUQUET

 

Bon, le premier jour Fouquet et ses amis avaient collé  une b… aux autres, tous victimes de problèmes techniques, et en effet cette avance leur a permis de rouler les trois courses restantes de l’épreuve avec peu de stress mais en plus la magnifique préparation de l’auto et du moteur diesel BMW ont permis de limiter les interventions mécaniques.

Derrière, c’est la guerre civile.

Entre le Pro Truck de la bande à Georges Lansac, un objet d’art dans sa façon de se mouvoir de façon totalement élégante et violente, dans ses glissades phénoménales en dérive, son gros bruit de moteur amerlo, ses sauts en descente…

 

 

En guerre aussi le missile MD de Pascal Thomasse, Pierre Vasseur, Regis Delahaye, Pascal Larroque, un buggy aux suspensions réglées comme une partition de Mozart, avec un moteur qui remplit comme mon estomac les jours où j’ai faim et un pilotage de bijoutier, le truc imbattable à condition de ne pas avoir de soucis techniques…

En ce quatrième jour, c’est cette auto qui gagne le scratch, et on a longtemps  cru que le Pro Truck Ironman pourrait le battre comme cela a été le cas la veille, mais…

Mais cette piste, à soixante km de Marrakech, est aussi connue des quaders du coin qui malheureusement, se sont mis à remonte la piste à l’envers…

Danger mortel, Loulou Dronne, l’organisateur  a préféré stopper tout le monde au bout de deux heures et demi de course.

Ensuite, c’est Jean Louis Schlesser,  devenu spectateur depuis l’abandon de son auto quand son coéquipier Radelet est parti en tonneaux, qui est donc parti avec un véhicule de l’orga pour expliquer aux jeunes où ils  pouvaient jouer et où c’était dangereux.

On est reparti mais le Pro Truck si brillant en début de course s’est posé sur une remontée d’oued devenue un mur au fil des passages et le buggy MD est parti seul vers la gloire…

 

PIERRE LACHAUME

PIERRE LACHAUME

 

Au classement général, Fouquet précède les deux Optimus de Thomasse et Lachaume.

 

GHIDINELLI VAINQUEUR EN T2

GHIDINELLI VAINQUEUR EN T2

 

En T2, les anciennes classes Marathon ou de série, c’est le Mitsubishi Pajero de Ghidinelli et Lamart qui décroche le ponpon avec la septième place au scratch.

 

RENCONTRES…

CARBI ET SES GIRLS

 

Thierry Charbonnier, alias « Carbi », ex Champion d’enduro à moto, est aujourd’hui spécialisé dans la préparation d’engins TT.

Il a par exemple initié l‘arrivée en Europe des buggies Predator, puis il a construit avec son ami Cazé à Coincy des buggies deux roues motrices à moteur 1340  Ayabusa, les Tomahawk.

Et ces derniers temps, il se démène pour promouvoir le SSV, une auto à budget très réduit, de l’ordre de 30 00 euro en état de course, arceau compris.

Il a choisi le Wildcat d’Arcticat, qui roule avec un moteur 1100 spécialement développé pour l’engin, dont il dit qu’en course c’est zéro problème, avec des suspensions qui sont un véritable matelas.

 

LE WILDCAT DES FILLES DE CASABLANCA

LE WILDCAT DES FILLES DE CASABLANCA

 

Il en a préparé un pour un équipage du rallye des Gazelles, et un autre ici aux 24 heures TT du Maroc pour le team féminin que nous avons déjà présenté dans autonewsifo.

Il est à Clermont Ferrand et sa boîte s’appelle Harmatan Adventure.

Yorrick Vergeau, un copain de La Rochelle, m’a présenté son nouveau buggy Fouquet Porsche (moteur 3,6 litres) deux roues motrices, qu’il a acheté après les Pharaons au pilote Tarek El Arian.

 

YORRICK VERGEAU

YORRICK VERGEAU

 

C’est une auto et un châssis de bonne qualité me dit il, le moteur Porsche est simple et fiable, on peut donc acquérir un engin de ce genre pour 50 000 euro.

Il a tout refait sauf les suspensions et la boîte et quand ce sera fait, il aura l’auto dont il rêve.

Il a couru ces 24 Heures TT avec Bruno Marie, un homme prodige puisqu’il est à la fois navigateur et mécano…

Leur envie une fois la préparation terminée, est de participer à de plus grands rallyes, comme l’Africa Race ou le Silk Way.

 

A VENIR ET AVENIR…

I'M A POOR LONESOME PRO TRUCK, FAR AWAY FROM HOME!

I’M A POOR LONESOME PRO TRUCK, FAR AWAY FROM HOME!

 

Voilà, reste à aller voir Jean Louis « Loulou » Dronne pour les nouveautés 2014…

Les 24 heures TT du Maroc, l’an prochain, partiront de Casablanca, où se feront les vérifs et le prologue, on courra à Aglou, Tiznit, Agadir, il est même envisagé de courir deux épreuves de trois heures sur les circuits fragiles comme Aglou ou les forêts d’arganiers de la région d’Agadir.

Bref, on ne viendra plus à Marrakech,  ce qui est une excellente chose, cette ville est devenue une champignonnière hideuse qui se développe de façon totalement anarchique, la place Jemma El Fna qui était un b… génial est devenue aussi propre et rangée qu’une bibliothèque chinoise, les cigognes sont toujours là sur les remparts mais les terrasses d’où on les voyait en buvant un thé à la menthe sont devenues des bistrots branchés plus chers que les Champs Elysées…

Bref adios Marrakech, c’est une ville que j’ai adorée pendant trente ans, c’est fini.

En revanche, les 24 Heures TT c’est toujours génial et envoûtant.

Chers amis, ne changez rien !

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS ALAIN ROSSIGNOL/ DESERT RUNNER ET ARNAUD DELMAS-MARSALET

 Classement général 24 HeuresTT du Maroc 2013: 

 

1 FOUQUET / GONZALES / SEILLET 22:07:50,799

2 THOMASSE / VASSEUR / DELAHAYE / LARROQUE 21:55:40,240

3 LACHAUME / DUBUY / ROUCHON 22:23:28,989

4 BILLAUT / BOUTRON / BARBET 22:33:16,733

5 PORCHERON / RIVET / TOSCANO 21:04:01,461

8 LANSAC / MAGNALDI / CLERGET / AUVRAY 19:17:55,803

6 SALVATORE / COQUELLE 22:07:22,186

10 GUILLOT / GARCIN 22:34:50,003

11 GHIDINELLI / LAMARD 22:37:04,077

10 MORIZE / CLEMENT / SAUREL 22:26:46,359

7 FLORENTIN / SMULEVICI / HOUSIEAU / DELAUNAY 22:56:54,685

15 JUCHAULT / THIOLAT 22:28:23,735

16 TAURINES / LEMPERNESSE 22:34:45,006

9 RADELET / SCHLESSER / LAVERGNE 14:08:15,891

17 GANACHE / SINTES / LEGARDEZ 22:29:11,163

18 VERGEAU / MARIE 22:06:03,678

13 BARBIER / TOUSSAINT 16:17:21,923

14 BONJEAN / FAVEN 21:36:38,254

19 ROCAMORA / DENONCIN / CHAUVEAU CISARI / SANZ 22:57:31,959

20 BROCHARD / FERRET / CHARBONNIER / BOURNAT 21:36:18,730

21 SABATIER / FOUCAULT 14:56:32,756

22 KALVAS / BIDAULT 21:52:16,015

23 MAZOT / LOUIN 06:23:35,400

 

 

 

 

 

 

Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis