24 HEURES TT DU MAROC JOUR DEUX: LE DEBARQUEMENT DE LA NORMANDIE…

 

SAINT THOMASSE DE VILLEDIEU LES POELES...

SAINT THOMASSE DE VILLEDIEU LES POELES…

 

Autour de la charmante petite ville de Tiznit, à 100 km au sud d’Agadir, réputée pour ses bijoux, le désert est du genre terrifiant. Un tapis de pierres noires cuisant tout ce qui passe à sa portée comme une plaque à crêpes surchauffée par un soleil de plomb, voilé, et surtout un vent chaud et puissant  comme un sèche-cheveux. C’est clair, ça va être très sportif de rouler six heures à fond là-dedans. Le buggy de Pascal Thomasse, Régis Delahaye et Pascal Larroque, un team venu de Villedieu les Poëles, va l‘emporter à l’issue d’une journée invraisemblable.. .

 

UN JOUR D’ENFER…

De g. à d.: Porcheron, Fouquet, Radelet, Thomasse

 

D’abord un départ dantesque, en ligne de file et non en ligne de front, ce qui était une bonne idée, sauf que tout le monde a les crocs, le vainqueur de la veille bien sûr, qui veut garder son avantage et les autres, en particulier les favoris qui, la même veille, se sont joyeusement arrêtés à qui mieux-mieux pour des motifs techniques parfois mystérieux…

Le missile, car c’en est un, du team MD piloté par Pascal Thomasse fait le holeshot, un mètre devant le buggy Oscar de Jean Jacques Radelet qui reçoit une sorte de bombardement de caillasses grosses comme des œufs, puis vient le Pro Truck Ironman piloté par Thierry Magnaldi.

Dans cet enfer minéral, les trois autos vont en fait se battre toute la journée.

 

Le PRO TRUCK de Lansac , Magnaldi et Clerget

Le PRO TRUCK de Lansac , Magnaldi et Clerget

 

Sans trop se voir, il y a deux arrêts obligatoires de cinq minutes par auto et il va aussi y avoir des arrêts inopinés…

Ou des ralentissements non voulus…

Par exemple, Radelet est victimes de coupures, peut-être du vapor-lock, peut-être de l’essence de mauvaise qualité qui a encrassé les philtres, il lui faut donc rouler en cinq ou six, en appuyant de deux centimètres maximum sur le champignon,  il fait toujours de jolis chronos mais laisse partir les autres.

 

L'Oscar de Radelet et Schlesser

L’Oscar de Radelet et Schlesser

 

Quand il passe le cerceau à Jean Louis Schlesser, il faut quinze longues minutes pour redémarrer…

Et pour tout arranger, une crevaison lente les oblige à un arrêt de plus au stand.

Trois tours dans la vue, voilà le résultat…

Bon, il reste deux fois six heures de course…

A la fin du premier tour, une vingtaine de km que l’on fait en un gros quart d’heure, Thomasse est devant le Protruck de Magnaldi, qui passe dans de furieux nuages de sable et de pierre, puis viennent Porcheron et Radelet, ce dernier prend une minute au tour pour les raisons dites ci-dessus.

Puis, au fil des tours, alors que la température extérieure monte en flèche devenant quasiment intenable, il est clair que seul le Protruck s’accroche au buggy de Thomasse, dont le moteur remplit tellement bien que c’est un vrai plaisir de l’écouter passer.

 

a tt md

 

« C’est un 6,2 l Chevrolet » me dit Pascal, « dont on tire 380 cv. Le châssis a quatre ans mais on l’améliore à chaque course ».

Je rencontre alors, on est en fin de course, le gourou de cette auto, Michel Gambillon, on reste en Normandie, il a d’abord officié chez Dessoude à Saint Lo, ancien pilote, ancien Champion de France des Rallyes TT, le chef d’atelier de MD est tout fier de son poulain, ce mec, me dit-on, est un sorcier.

Il est clair que son poulain est un obus.

Et que ses chevaux arrachent les pneus, démonstration…

 

Michel Gambillon montre l'efficacité de sa préparation moteur!

Michel Gambillon montre l’efficacité de sa préparation moteur!

 

En fait, Magnaldi, Lansac, Clerget se battent juste pour une victoire d’étape, ils ont perdu deux heures la veille, un problème d’alimentation en essence, mais leur bagarre est superbe.

Problème, le navigateur de l’équipage est victime d’un blocage musculaire au cou, ce sont donc les pilotes qui vont se succéder en place droite, il est obligatoire d’être deux à bord.

 

 

C’est du temps perdu mais chez Thomasse, la journée n’a pas été facile non plus.

L’état des pneus à l’arrivée en dit long sur le martyre qu’ils ont subi de la part des 380 cv du moteur Chevrolet qui envoie comme un avion de chasse.

Avec Alain Rossignol nous voyons passer Régis Delahaye dans ses derniers tours et les trajos s’écartent et forment de furieux nuages de poussière et des contre-braquages de folie, on se dit qu’il est au minimum épuisé…

Ce qui est vrai mais la raison pour laquelle ses trajectoires sont un peu n’importe nawak est qu’il ‘a des pneus devenus lisses et il doit portant envoyer du lourd car le Pro Truck de Georges Lansac est là, dans la bagarre…

Le buggy MD a en fait crevé trois fois et s’est arrêté une fois de plus au stand pour changer les deux pneus arrière.

Vingt minutes perdues au total…

Le Pro Truck est en tête dans le dernier tour, Magnaldi crève et part en tonneaux…

Il parvient à revenir au stand, change de roue, repart mais le buggy MD de Thomasse, Delahaye, Vasseur et Larroque passe la ligne d’arrivée le premier…

Georges Lansac est énervé mais beau joueur.

Rendez vous est donné le lendemain dans les Six Heures d’Agadir!

Et le sur-surlendemain pour les Six Heures de Marrakech!

 

 

Mention spéciale à l’équipage féminin, elles sont nées au Maroc, ce sont des Bedaouia, originaires de Casablanca, des copines de longue date qui avaient envie de faire cette course ensemble.

Annick Denoncin est artiste peintre, ses élèves se sont cotisées pour lui offrir une partie du budget nécessaire, Cathy Rocamora a demandé l’aide de sa famille, qui vend des pneumatiques au Maroc, elles ont convaincu facilement Katia Chisari de se joindre à elles sur ce SSV Wildcat Arctic 1000, l’auto est rose, porte le chiffre 13, elles s’amusent comme des folles,elles  pensaient être derjos et sont loin de l’être…

Chapeau les filles…

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

POTOS ALAIN ROSSIGNOL

 

Classement général 24 Heures TT du Maroc 2013 après eux épreuves (quatre à courir)…

1  SODICARS RACING FOUQUET / GONZALES / SEILLET PROTO SODICAR BV6 37 t.

2  MD RALLYE LACHAUME / DUBUY / ROUCHON OPTIMUS  37 Tr.

3 MD RALLYE THOMASSE / VASSEUR / DELAHAYE / LARROQUE OPTIMUS 36 Tr.

4  LH ASSISTANCE BILLAUT / BOUTRON / BARBET BUGGY SMG 34 Tr.

5  MORROCO RACING TEAM RADELET / SCHLESSER / LAVERGNE BUGGY OSCAR OSC 34 Tr.

6 SODICARS RACING PORCHERON / RIVET / TOSCANO BUGGY SODICAR 32 Tr.

7  CLIM D’ENFERT SALVATORE / COQUELLE BOWLER 32 T

8  PREDATOR EUROREPAR FLORENTIN / SMULEVICI / HOUSIEAU / DELAUNAY PREDATOR X 18 31 T

9  IRONMAN LANSAC / MAGNALDI / CLERGET / AUVRAY PROTRUCK 30 T

10  AUTODISTRIBUTION MORIZE / CLEMENT / SAUREL MERCEDES ML 500 29 T

11  GCA’VENTURE GHIDINELLI / LAMARD MITSUBISHI PAJERO 29 T

12  TRUCKS RALLY AFRICA BARBIER / TOUSSAINT NISSAN NAVARA  28 T

13 33 GCL RACING ZZK GUILLOT / GARCIN PROTRUCK  27 T

14  BONJO BONJEAN / FAVEN PREDATOR X 18 25 T

15  JUCHAULT-THIOLAT JUCHAULT / THIOLAT TOYOTA KDJ 25 T

16  MONTPELLIER 4×4 TAURINES / LEMPERNESSE TOYOTA KDJ 23 T

17  DEFIS 4×4 COMPETITION VERGEAU / MARIE FOUQUET PORSCHE 23 T

18  OBLECTIFS DUNES GANACHE / SINTES / LEGARDEZ BUGGY SMG PORSCHE  22 T

19  CATHIM ROCAMORA / DENONCIN / CHAUVEAU CISARI / SANZ ART WILCAT 1000 22 T

20  BRIEFING ET DECOUVERTES BROCHARD / FERRET / CHARBONNIER / BOURNAT CAZE NISSAN 17 T

21  BUGG’AFRIQUE SABATIER / LORMAUD PREDATOR X 18 11 T

22  PROTO KALVAS EURO 4×4 KALVAS / BIDAULT PROTO KALVAS MERCEDES EVO 9 T

23  TECHNIBAT MAZOT / LOUIN PROTRUCK 4 T.

 

Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis