MATHIEU MARCHAL AFFICHE DE FORTES AMBITIONS EN CHAMPIONNAT D’EUROPE SUPERSTOCK 600

 

598847_557531444281746_1965075028_n

 

Nom : MARCHAL
Prénom : Mathieu
Date de naissance : 3 novembre 1994 à EPINAL
Profession : Aspirant pilote moto professionnel

Si vous ne connaissez pas encore ce jeune homme soyez attentifs, chers lecteurs, aux résultats du championnat d’Europe Superstock 600, c’est là que Mathieu a décidé de percer cette année, ambitionnant de franchir rapidement les échelons afin de rouler dans un team de vitesse reconnu dès 2014.

 

Des débuts précoces…

 

Il faut dire que le gamin s’est toujours montré un peu pressé. Avec des parents motards (garagiste de profession), dès 3 ans Mathieu aime voir rouler son voisin en motocross. Son père le met rapidement sur 2 roues, un PIWI Yamaha. Puis entre 6 et 12 ans il roule en démonstration, avant de disputer le championnat de Lorraine, puis le championnat de France en 125 durant deux années sur une YAMAHA. Les résultats sont prometteurs.

La passion ne tarit pas bien au contraire et malgré des études engagées en bac professionnel de maintenance des équipements industriels et complétées, cette année, par un autre bac de mécanique moto, le jeune MARCHAL débarque en 2011 en championnat de France PIRELLI 600.

 

Mathieu Marchal Trophée Pirelli 600 en 2011

 

Pour cela la famille MARCHAL rachète la moto de Randy PAGAUD et, avec les moyens du bord, Mathieu, qui découvre les circuits et la course à ce niveau, se montre souvent à son avantage aux avant postes et récolte deux podiums. La Fédération française de motocyclisme le remarque et lui délivre une wild card pour disputer la manche française du championnat européen Superstock à Magny-Cours. C’est avec le team de Tony FALCONE qu’il s’aligne donc.

La 7ème place décrochée au milieu des furieux du championnat, porte la lumière sur ce jeune, qui avec les moyens financiers du bord (fournisseurs automobiles du garage paternel pour l’essentiel) a démontré son don évident du pilotage et prouvé sa détermination à poursuivre dans cette voie du professionnalisme.

Pour 2012, toujours avec une YAMAHA c’est avec le team GARNIER de Dijon que Mathieu MARCHAL s’engage dans le championnat d’Europe Superstock 600. A ce propos écoutons-le :

« Je découvrais à peu près tout. Je ne connaissais aucun circuit. Les trois premières courses ne se sont pas passées comme je l’aurais souhaité, à cause de chutes. Pour la quatrième épreuve à MISANO, je termine enfin, à la dixième place et je marque mes premiers points. Ensuite, à ARAGON je suis blessé et suite à des troubles de vision, je me vois interdit de compétition pour 3 mois. »

Impatient de revenir en course, Mathieu MARCHAL reçoit, à la mi- septembre, l’autorisation de reprendre la moto. Une YAM toute préparée est rachetée pour cette manche française du championnat d’Europe Superstock de Magny-Cours en fin de saison. Avec un coaching exercé par Stéphane COUTELLE, voilà notre vosgien relancé grâce à une superbe troisième place acquise de haute lutte dans une course qui n’avait pas vu de français sur le podium depuis deux ans.

 

Podium Europe Superstock 600 à Magny-Cours 2012

 

Evidemment, cette performance redonne le moral au garçon qui au cours de notre entretien nous confie à ce sujet :

« Je m’étais prouvé à moi-même que je n’étais pas là par hasard et croyez-moi, ça m’a donné de l’énergie pour chercher tout l’hiver des solutions financières afin de disputer en 2013 le championnat d’Europe Superstock 600. »

La famille MARCHAL arrive ainsi à finaliser un montage avec le team MRS d’Adrien MORILLAS et c’est Franck LARRIVE qui assure la prestation de préparation de la YAMAHA R6 et d’assistance course. Stéphane COUTELLE demeure le coach attitré.

 

assen11-stock600-2013

Mathieu coaché par Stéphane COUTELLE

 

La saison 2013 débute mal à ARAGON. Qualifié en neuvième position, Mathieu prend un bon départ et dès le troisième tour pointe en cinquième position, quand il est percuté par un autre pilote. Tirant tout droit en tentant d’enrayer un fort guidonnage, il verra son moteur se couper, un fil d’alimentation s’étant arraché dans l’opération de sauvetage.

La seconde course du championnat d’Europe se déroule à ASSEN avec de la pluie le premier jour d’essais. La qualification n’est pas à la hauteur des espérances : 19ème ! Mathieu sait parfaitement que débuter un championnat avec deux résultats blancs serait catastrophique pour la suite de la saison. Il nous précise à ce sujet, son état d’esprit du moment :

« Mon objectif premier était bien sûr de prendre un bon départ mais sans risques excessifs, il me fallait absolument rester sur les roues… »

C’est ce qui se passa, mais la remontée jusqu’à la 11ème place fut interrompue par un drapeau rouge raccourcissant l’épreuve. Qu’importe finalement, puisque les chronos réalisés étaient très proches des hommes de tête. Les espoirs demeurent grands de se qualifier dans le premier paquet lors de la course de Monza à venir le 12 mai prochain.

Après cette course, notre jeune pilote va se trouver à nouveau à la croisée des chemins. En effet il n’a aucune visibilité en termes financiers sur l’après MONZA. Dit autrement, il va falloir retrouver du budget pour continuer à participer au championnat. Quand on sait qu’une saison (hors achat de la moto) coûte en gros de 50 à 60 000 euros, on se doute bien qu’il est très difficile de réunir un tel budget pour un débutant.

Cette année, sans doute à cause d’une saison tronquée en 2012, Mathieu MARCHAL n’a plus le statut de sportif de haut niveau, ce qui le prive d’une aide de la Région. Les sponsors locaux ayant déjà consenti de gros efforts, devront être relayés par de nouveaux partenaires pour pouvoir continuer la saison. C’est dire combien l’échéance italienne est capitale !

Pourtant ce qui pourrait en paralyser plus d’un, n’empêche pas Mathieu de nous parler de ses objectifs :

« L’objectif principal c’est de toujours rentrer dans les cinq premiers, montrer qu’on est là et au fur et à mesure de la saison, c’est de toujours essayer de jouer le podium. En raison des difficultés que nous avons pour le budget et afin de trouver de nouveaux partenaires, il faut absolument du résultat. »

Votre souci majeur c’est donc le budget ?

«  C’est exactement ça, le souci c’est les finances, et encore les finances… Effectivement après la course de Monza, les finances seront vraiment à zéro et l’on est à la recherche de nouveaux partenaires pour pouvoir continuer. »

En espérant avec vous cette question de budget 2013 résolue, quel profil de carrière envisagez-vous ?

« Si cette saison ça se passe bien, l’année prochaine je me verrais bien évoluer peut-être en Superstock 1000. Après, je ne sais pas trop, la DORNA a semble-t-il décidé d’arrêter ces catégories Superstock. Alors on est un peu dans le doute. »

 

assen10-stock600-2013

En course à ASSEN en 2013

Vous avez d’entrée de jeu choisi de rouler en championnat d’Europe et pourquoi pas en championnat de France ?

« En Europe, d’abord parce qu’il y a un  très gros niveau. Tous ces pilotes étrangers ont le même objectif que moi, celui de gagner. Dans ces conditions à chaque course je progresse. Je pense que j’apprends beaucoup plus dans ce championnat d’Europe que si je redescendais en championnat de France. »

N’est ce pas malgré tout vouloir monter ses gammes trop rapidement ?

«  Je ne le pense pas, parce que  tous mes concurrents ont à peu près le même âge que moi. Après, si on est ‘vite’ dans ce championnat, les teams participant au championnat du monde Supersport sont toujours entrain de jeter un œil sur notre catégorie, afin de pêcher de nouveaux  poulains pour leur équipe. On en a la preuve avec Michael VAN DER MARK qui a gagné le championnat d’Europe Superstock 600 et, qui cette saison court en championnat du monde Supersport où il  réalise d’ailleurs de belles performances. »

On sait que vous assurez des formations solides, mais vous n’envisagez pas une seconde ne pas être pilote professionnel ?

« C’est sûr que c’est le rêve de tout pilote comme moi de faire de la moto son métier. Si ça ne fonctionne pas pour telle ou telle raison, je resterai dans le domaine de la mécanique moto tout en restant sur les courses. Depuis des années je suis passionné par la mécanique  et la pratique de la moto, et à l’heure actuelle, je me concentre à fond pour être pilote. Après …. »

Apanage de la jeunesse,  l’Après, à priori incertain, ne bloque pas les fortes ambitions de Mathieu MARCHAL.

Nous ne pouvons que souhaiter à ce jeune pilote, d’abord de réussir sa course de MONZA, puis d’attirer vers lui quelques partenaires avisés qui viendraient rejoindre SOLUTION F et SYNFLON sponsors de ce début de saison, pour lui permettre d’assouvir une vraie passion doublée d’un réel talent. Son Président de Club  Moto Club de Lunéville, Gérard LAGUERRE, ne confirmait-il pas avec émotion, tout le bien qu’il pensait du jeune qu’il a fait débuter sur le circuit de kart de CHARMES et qu’il voit bien tutoyer les plus grands, sans trop tarder ?

 

Alain MONNOT
Photos : Michel PICARD, Cybermotard et fournies par la famille MARCHAL

 

Des débuts sur Conti 80 cc

UN PARCOURS IMPRESSIONNANT

2012
• Première saison en championnat d’Europe Superstock 600 (WSBK).
– 10ème place sur le circuit de Misano (SAN MARIN).
– 3ème à la finale sur le circuit Français de Nevers Magny-Cours.

2011
• 4ème au championnat de France Superbike catégorie trophée Pirelli Junior 600.
• 7ème et 1er Français de la manche du championnat d’Europe Superstock 600 à Magny-Cours.
• 15ème à la dernière manche du championnat d’Europe à Portimao (Portugal).

 

Mathieu Marchal P7 à Magny Cours en 600 Superstock en 2011

 

2010
• 3ème au championnat de France classementCadet Superbike 125. 5 podiums en 5 courses.

2009
• Championnat de France Superbike 125 Open (Challenge de l’avenir).

2008
• Vice Champion de France 80 Open.
• Vice Champion de Lorraine 80 Open.

2007
• Vice Champion de Lorraine 50 Open.

2006
• Champion de France Conti School (-12ans).

2005
• 3ème au championnat de France minibike (-12ans).

2001 à 2004
• Championnat de Lorraine Kid Bitume

 

LES COURSES A VENIR :

12 Mai : ITALIE à Monza
9 Juin : PORTUGAL à Portimao
30 Juin : ITALIE à Imola
4 Août : GRANDE BRETAGNE à Silverstone
1er Septembre : ALLEMAGNE au Nurburgring
6 Octobre : FRANCE à Magny-Cours
20 Octobre : ESPAGNE à Jerez

 

Moto Sport

About Author

gilles