PORSCHE CARRERA CUP 2013. OLIVIER LOMBARD FAIT SES GAMMES…

AUTO - TESTS PORSCHE CARRERA CUP 2013

 

Après l’univers de l’endurance où il roulait depuis prèsde trois saisons, Olivier Lombard s’est fixé, cette saison, un nouvel objectif en choisissant de s’engager dans la redoutée et redoutable Porsche Carrera Cup !

Retour sur l’itinéraire d’un surdoué, victorieux des 24 Heures du Mans LMP2, à tout juste 20 ans

C’est en 2010 que le jeune Lombard découvre la compétition au plus haut niveau International. Auparavant, après une carrière entamée en karting, il a déjà goûté à la course en disputant quelques épreuves en monoplace en disputant quelques épreuves du Championnat Formule BMW, en Europe et aussi en deux occasions aux Etats-Unis

 

Formule-BMW-Elkhart Lake Olivier-Lombard 2009-

Formule-BMW-Elkhart Lake- Olivier-Lombard en 2009

 

Mais en 2010, il opte pour l’endurance. Mais ses débuts s’effectueront à mi temps – bac oblige – chez Hope Pole Vision, l’équipe suisse de Benoît Morand.

Saison sportive  entamée donc seulement en juillet, et ce, lors de la manche de Portimao au volant d’une FLM Oreca, avec Steve Zacchia et Luca Moro. Son apprentissage sera bref car la course des 1000 km s’était assez vite conclue par un abandon, à la suite d’un ennui technique.

 

LMS 2010- En FLM avec HOPE POLE VISION en Hongrie-Olivier-Lombard. Photo - Marco CORELLI pour autonewsinfo

LMS 2010- En FLM avec HOPE POLE VISION en Hongrie-Olivier-Lombard. Photo – Marco CORELLI pour autonewsinfo

 

Ensuite, il se retrouve à Budapest sur le Hungaroring. Avec ses deux complices, Olivier obtint son 1er résultat avec une belle 3éme place. Puis dans la foulée, le trio se classe second lors de la finale à Silverstone.

Satisfaction donc pour cette découverte de ce milieu qui l’attire et semble déjà bien lui plaire

En 2011, il rejoint le Team Greaves de Tim Greaves avec, comme équipiers, les très chevronnés Karim Ojjeh et Tom Kimber Smith. Mais ses débuts ne se feront qu’à partir des 24 Heures du Mans qu’il rêve de découvrir.

 

12 Heures de SEBRING 2011 - OLIVIER-LOMBARD Séance de dédicaces

12 Heures de SEBRING 2011 – OLIVIER-LOMBARD Séance de dédicaces

 

Auparavant, Olivier a disputé les très réputées 12 Heures de Sebring avec la FLM (Formula Le Mans) du Team Britannique WRO, en compagnie de Jonny Mowlen et Luca Moro. Hélas l’aventure Américaine sera de courte durée, suite à un abandon sur casse  moteur.

Puis on le voit à Spa. Où il est engagé dans le Challenge RADICAL  par le Team Greaves.

 

2011 A SPA  avec la RADICAL  du Team GREAVES - Olivier LOMBARD. Photo Patrick MARTINOLI

2011 A SPA avec la RADICAL du Team GREAVES – Olivier LOMBARD. Photo Patrick MARTINOLI

 

Olivier nous explique :

 » En fait, lors des tests d’inter-saison au Paul Ricard, Tim Greaves m’a proposé de rouler dans cette course de Spa, prévue avant la manche des 1000 km  et avec leur RADICAL. En fait, je l’ai su plus tard, le but était de me jauger avec l’idée de me recruter pour le Mans. A Spa, je m’en suis bien sorti dans un peloton bien fourni me classant lors de la 1ère course, septième. Hélas, la suivante a été purement et simplement annulée,  suite à un accident survenu pendant une épreuve qui se déroulait juste avant.  Comme le timing était extrêmement serré, décision fut prise par les commissaires sportifs d’annuler la deuxième manche RADICAL »

Malgré ce contre-temps et au vu de son comportement et de sa belle 7éme place, Tim Greaves lui offre le 3eme volant pour les 24 Heures du Mans.

 

24 Heures du MANS 2011- Le pesage de la ZYTEK  du Team GREAVES avec Olivier LOMBARD Karim OJJEH et KIMBER SMITH Photo - Thierry COULIBALY

24 Heures du MANS 2011- Le pesage de la ZYTEK du Team GREAVES avec Olivier LOMBARD Karim OJJEH et KIMBER SMITH Photo – Thierry COULIBALY

 

Olivier s’en souvient :

 » Incroyable. Le rêve se présentait, courir le Mans, la plus belle course du monde mais aussi la plus prestigieuse. »

Et aussi fou, aussi inouï que cela puisse paraître, quatre semaines plus tard, au terme des deux tours d’horloge, ces 24 Heures se terminaient pour le jeune Olivier Lombard par une impensable  et inimaginable victoire dans la catégorie LMP2, la plus relevée, et ce, assorti en outre d’un TOP 10 au général, la Zytek Greaves du trio Lombard-Ojjeh-Kimber Smith, franchissant la ligne meilleure LMP2, se classant en outre 8éme au scratch !

 

 24 HEURES DU MANS 2011 - OLIVIER LOMBARD - 1er podium LMP2  avec la ZYTEK du Team GREAVES - Photo Thierry COULIBALY


24 HEURES DU MANS 2011 – OLIVIER LOMBARD – 1er podium LMP2 avec la ZYTEK du Team GREAVES – Photo Thierry COULIBALY

 24 HEURES DU MANS 2011- ZYTEK Team GREAVES - 1er  OLIVIER LOMBARD . Photo Patrick MARTINOLI


24 HEURES DU MANS 2011- ZYTEK Team GREAVES – 1er OLIVIER LOMBARD . Photo Patrick MARTINOLI

 

Performance rapidement confirmée et suivie d’une nouvelle victoire lors de l’épreuve suivante du Championnat LMS (Le Mans Séries) à Imola !

Mais ce n’était pas fini – et pour ne pas faire mentir le fameux dicton ‘ Jamais deux sans trois ‘ – nouveau sucèés lors des 1000 km de Silverstone, ou l’équipage Greaves termine encore 1er !!!

 

2011 - SILVERSTONE - ZYTEK du Team GREAVES avec Olivier LOMBARD Photo Patrick MARTINOLI

2011 – SILVERSTONE – ZYTEK du Team GREAVES avec Olivier LOMBARD Photo Patrick MARTINOLI

 

Olivier se souvient :

 » C’était génial mais tellement dingue. Gagner Le Mans et puis ensuite encore gagner en Italie.  Et rebelote, on triomphe encore dans le temple anglais de la course, Silverstone.  Je n’en croyais pas mes yeux sur le podium! « 

Et la moisson 2011 était loin d’être finie pour l’apprenti-champion qui,  avec ses équipiers, grimpaient tous les trois encore une fois sur le podium, en finissant second au Portugal, à Estoril, se classant second en LMP2 du  classement final du Championnat LMS

Olivier avec qui nous déjeunions à l’époque, un jour de décembre, reconnaissait alors que 2011 resterait assurément à jamais gravé dans sa mémoire de jeune débutant

 

12 Heures de SEBRING-2012- Team SIGNATECH-Olivier LOMBARD - Photo ROLEX

12 Heures de SEBRING-2012- Team SIGNATECH-Olivier LOMBARD – Photo ROLEX

 

Au printemps 2012, il rejoint l’équipe française Signatech de Philippe Sinault et Didier Calmels  qui se lance dans le tout nouveau Championnat du monde d’endurance WEC, créé au cours de l’hiver  précédent et où il conduit l’une des deux Oreca Nissan, avec Franck Mailleux et Jordan Tresson.

Mais la saison sera plus difficile que prévu ! Les années se suivent mais…

Le meilleur résultat, étant une seconde place aux Six Heures de Bahreïn

 

OLIVIER LOMBARD et Gilles GAIGNAULT interview 30 Avril  2012 - Photo autonewsinfo

OLIVIER LOMBARD et Gilles GAIGNAULT interview 30 Avril 2013 – Photo autonewsinfo

Pour

2013, Olivier se voit proposer une opportunité de découvrir une autre discipline, étant éligible pour le programme ‘Porsche Jeunes Talents’

Il nous en raconte les circonstances :

 » En fait, lors de la soirée de remise des prix de la Cup 2012, en décembre à Paris, Alexandre Gibot, l’organisateur de la Porsche Carrera Cup, m’a appris que j’étais potentiellement un candidat pour ce programme ‘ Jeunes talents Porsche ‘ . Il m’a proposé de découvrir la Cup et de m’inscrire. « 

Gràce à la confiance de Jean Michel Bouresche, le fondateur dela célèbre écurie JMB, il a alors été décidé de monter une structure pour me permettre de tenter ma chance et de m’aligner dans cette Cup

Celle-ci, installée dans les anciens ateliers de l’équipe Larrousse, à Signes à proximité du circuit Paul Ricard, est donc dirigée par JMB assisté de l’ancien pilote, Jean Pierre MALCHER

 

 PORSCHE-CARRERA-CUP-2013-LE-MANS-25-26-27-avril-1ere-course-2013-la-PORSCHE-de-LOMBARD-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo


PORSCHE-CARRERA-CUP-2013-LE-MANS-25-26-27-avril-1ere-course-2013-la-PORSCHE-de-LOMBARD-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

 

Arrive le 1er roulage, organisé pour tous les Teams à Magny-Cours

Olivier raconte  la découverte de sa nouvelle monture :

 » Pas simple…car les conditions météos étaient des plus difficiles car on a débuté sous la pluie. Mais je me suis vite senti à l’aise. En fait, j’ai très peu roulé. Seulement la matinée. Et ce, dans le but de ne pas entamer mon cota de pneumatiques qui est comme pour chaque pilote de 13 trains pour la saison  de 6 meetings de 2 courses. »

Et quelles furent ses premières réactions ?

 » la 1ére impression  qui m’est venue c’est que cette voiture est plus lourde que les protos avec lesquels, j’étais habitué depuis trois ans. Avec la Porsche, il y a beaucoup moins d’appuis. Il faut s’habituer à une autre façon de piloter. Mais cela m’a plu  et j’ai immédiatement pris du plaisir au volant. »

En débarquant dans cette discipline nouvelle et qu’il découvre, quel objectif s’est-t-il fixé pour 2013 ?

 » Me mettre en position le plus rapidement possible de rouler aux avants-postes et de gagner une course, avant la fin de la saison et ainsi de me faire remarquer par Porsche »

Mais, Olivier, il y a de la concurrence et une meute de jeunes loups qui pensent  comme toi ?

 » C’est une évidence. Cela va se jouer a la bagarre sur d’infimes détails »

 

PORSCHE-CARRERA-CUP-2013-LE-MANS-la-PORSCHE-de-LOMBARD

PORSCHE-CARRERA-CUP-2013-LE-MANS-la-PORSCHE-de-LOMBARD. Photo Claude MOLINIER – autonewsinfo

 

Ce week-end, Olivier Lombard a enfin disputé ses deux 1éres courses au Mans à l’occasion de la manche inaugurale du Championnat de France GT Tour  dont fait partie la Cup.

Retour sur ce premier rendez-vous

Essais libres : 2 fois 30′ sur piste sèche.

 »  Je n’avais pas roulé au Bugati depuis 2009, lors d’essais en Formule BMW. Le temps de reprendre mes marques quelques tours et on a vite commencé à travailler sur les réglages. Question chrono, je me suis trouvé au  milieu du peloton aux alentours de la 10-12éme place »

Les deux séances des chronos: 2 fois 10′ séparé de 5′ pour la course 1 et 2. Piste sèche.

 » Au bout de 2 tours, je me suis retrouvé dans le bac à graviers au virage du musée parce que j’ai souvent habitude en endurance des couvertures chauffantes  pour les pneus. Là, ce n’est pas le cas, donc, je me suis fait piéger tout de suite. Trop de confiance et pourtant, je le savais mais je voulais attaquer d’entrée car 10′ c’est juste. Résultat, dernier sur la grille pour la 1ère course »

Seconde séance.

 » Le temps que la dépanneuse ramène la voiture, j’ai loupé le débit de la seconde séance. Je n’ai pu  prendre la piste seulement pour faire les 5 dernières minutes. Résultat, 13 sur 20. J’étais un peu déçu et en colère contre moi mais je conservais le moral pour les deux courses. Depuis que je courre, je sais que le mental est un facteur de réussite. »

 

 PORSCHE-CUP-2013-LE-MANS-Olivier-LOMBARD-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo


PORSCHE-CUP-2013-LE-MANS-Olivier-LOMBARD-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

 

1ére course : Durée, 40′.

 » Evidemment, je pars en fond de grille, bon dernier. Et en plus sur une piste mouillée, la pluie ayant fait son apparition mais elle avait cessé trente minutes plus tôt  Donc, pour moi, course poursuite  difficile. Et ce, d’autant plus que la pression de mes pneus était trop haute. Du coup, mes pneus se sont donc vite dégradés et après être remonté jusqu’ à la 14éme position, je n’ai ensuite  plus réussi à exploiter l’auto. J’ai alors sagement choisi l’option d’assurer quelques points. »

En Cup, les points sont distribués jusqu’au 15éme

 

PORSCHE-CARRERA-CUP-2013-Olivier-LOMBARD-Team-Photo-Gilles-VITRY-auronewsinfo

PORSCHE-CARRERA-CUP-2013-Olivier-LOMBARD-Team-Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

 

2eme course : 20′

 » Je pars mieux, depuis le 13éme rang. Départ un peu chaotique avec des accrochages devant donc je me méfie  Au 1er tour, je passe 9, donc plutôt content d’avoir déjà gagné 4 places. Ensuite, je remonte encore deux places à la loyale, en dépassant d’abord  Tony Samon et ensuite Paul-Loup Chatin. Finalement,  je termine 7 et score encore de précieux points.

Alors, quel bilan tires-tu de ce premier meeting ?

 » Je quitte Le Mans,  11éme au Championnat. Je reconnais que j’espérais un peu mieux de ce 1er rendez-vous. Néanmoins, j’apprends face à une multitude de pilotes habitués de la Cup. Le pilotage en peloton est plus virile qu’en endurance, il faut faire gaffe car ça frotte de partout.  Devant, derrière et sur les cotés  Bonne prise de contact de cette discipline qui me plait. « 

Et Olivier d’ajouter en guise de 1ére conclusion :

 » Je remercie toute mon équipe BOX de m’avoir bien entouré et conseillé pour mes débuts en Cup. Je me sens serein avec eux et je sais que je peux compter sur leur solide expérience. C’est sécurisant. »

Sinon, tu n’es pas sans savoir que le prochain rendez- vous se situe à PAU ?

 » Bien-sûr. Je connais pas du tout. J’ai toutefois déjà roulé une fois sur un tracé urbain à Valence en Espagne en Formule BMW en 2009. A l’époque, J’avais apprécié et j’ai le souvenir que cela m’avait bien plu et j’en garde un bon souvenir. Pau c’est un RV mythique et j’espère, par conséquent, bien m’y  comporter et figurer aux avants-postes. »

Et Olivier termine en lâchant :

« Mais je sais que cela s’annonce compliqué !  » 

On lui rappelle alors qu’il a bien découvert en 2010, les 24 Heures du Mans et qu’il a quitté une semaine plus tard, le circuit sarthois sur … une victoire !!!

 

Gilles GAIGNAULT

Photos :  Gilles VITRY – Claude MOLINIER – Patrick MARTINOLI – Thierry COULIBALY – Marco CORELLI – autonewsinfo

 

Olivier-LOMBARD-Portrait-Photo-Thierry-COULIBALY-pour-autonewsinfo

Olivier-LOMBARD-Portrait-Photo-Thierry-COULIBALY-pour-autonewsinfo

 

Porsche Cup Sport

About Author

gilles