ECONOMIE: CARLOS GHOSN CONFIRME EMBAUCHER POUR L’USINE DE FLINS

RENAULT ÉTUDIE UN PROJET D'ALLIANCE AVEC DAIMLER

 

Après l’annonce hier vendredi de la production de modèles de marque Nissan Micra dans l’usine Française de Flins, Carlos Ghosn, le Président Franco-libanais Groupe Renault-Nissan, a confirmé ce que les syndicats attendaient à la suite de cette nouvelle

« Pour produire la Micra, Renault va recruter à Flins. » 

Et l’emblématique patron de préciser ce samedi matin sur la radio Europe 1 :

« On va être obligés d’embaucher»

Si l’on en croit les syndicats, 1000 personnes pourraient être recrutées.

 «C’est une bonne nouvelle pour l’usine, pour Renault, pour la France».

L’usine de Flins qui se trouve en région Parisienne dans les Yvelines produit actuellement sur ses chaînes de montage plus de 120.000 véhicules par an, parmi lesquels la Clio 4 et aussi le modèle électrique, la Zoé.

Carlos Ghosn a reconnu

« La montée en cadence de notre production ne peut pas se faire avec le nombre de personnes aujourd’hui dans l’usine. On va donc être obligés d’embaucher »
D’après  les chiffres fournis par la marque au losange, l’usine de Flins emploie actuellement près de 3600 salariés, dont 750 intérimaires et 200 personnes qui s’y trouvent en mission et venues d’autres sites de Renault.

Selon Patrick Liénard du syndicat FO, secrétaire du comité d’entreprise de Renault, l’arrivée de la Micra sur les chaînes de montage de Flins doit conduire l’entreprise à embaucher une équipe supplémentaire, qu’il estime et évalue à environ 1000 personnes.

Carlos Ghosn qui n’a fourni aucun chiffre ce samedi martin, a néanmoins admis que le choix de Nissan de produire en France et dont une autre option était de poursuivre la production de la Micra en Inde pour continuer de l’exporter en Europe  était une conséquence directe de l’accord de compétitivité  signé avec les syndicats le mois dernier.

Le patron expliquant :

« Les efforts consentis par les salariés lors de l’accord de compétitivité récemment signé commencent à porter leurs fruits »

Rappelons-en, le contenu

Cet accord de compétitivité prévoit en effet une réduction des effectifs en France de 7500 personnes avant 2016, essentiellement à travers des départs à la retraite mais sans départs contraints, un gel des salaires pour l’année 2013 et une augmentation du temps de travail de 6,5% par an.

En contrepartie, Renault s’est engagé à ne pas fermer de site industriel en France et à monter les volumes de véhicules produits tous les ans en France à 710.000 au cours des quatre  prochaines années, contre 530.000 l’an dernier.

Si l’on en croit certaines rumeurs qui circulent actuellement en coulisses, la décision de produire la Nissan Micra ne serait qu’une première annonce

En effet il se murmure que l’annonce de la production de la Micra pourrait être assez vite suivie d’autres annonces, dont la production serait effectuée également en France.

On parle notamment de la production d’un petit utilitaire … Nissan dans l’usine Normande de Sandouville, en Seine-Maritime !

Mais on évoque encore la gamme Citan du grope Daimler-Mercedes dans l’usine de Douai dans le Nord.

Carlos Ghosn, n’a pas parlé de ces éventualités laissant toutefois entendre

« Que d’autres acteurs du secteur automobile pourraient se laisser tentés par une production en France.»

Arnaud Montebourg, le Ministre du développement productif confiant lui :

« Je salue dans l’annonce faite par Nissan, la reconnaissance du label ‘Made in France’ »

 

Aurélie ELBAZ

Photos : Gilles VITRY – autonewsinfo

Sport

About Author

gilles