BOL D’OR: MALGRÉ DE BELLES PERFORMANCES ENTREVUES, MICHELIN COURT ENCORE APRES UNE VICTOIRE

_004autonewsinfo

Pascal COUASNON avec le boss de Louitt Moto

Traditionnellement MICHELIN invite la Presse lors des courses d’endurance afin de présenter ses options pour l’épreuve à courir. Ce Bol d’or correspondait non seulement à l’ouverture de la saison, mais aussi à la prise de fonction sur le terrain d’exploitation de Piero TRAMASSO responsable moto.
Pascal COUASNON et Nicolas GOUBERT, directeur et directeur adjoint de la compétition accompagnaient Piero TRAMASSO qui confiait avec le sourire avoir passé la moitié de sa vie (23 ans) chez Michelin.
Au cours de conférence, les responsables rappelaient la philosophie de Michelin, à savoir que la firme courait à la fois pour apprendre mais aussi pour gagner dans le but de développer des technologies que l’on pourra ensuite mettre sur la route.
Pascal COUASNON tint à souligner le rôle d’acteur local que la marque clermontoise entendait jouer avec le soutien apporté au team VILTALIS YAMAHA 333 de Moulins.

_ADR8218

La 333 VILTALIS

Pour la course, MICHELIN s’est aligné aux côtés de la BMW , des YAMAHA du GMT 94 et du YART en catégorie EWC et soutenait tout aussi officiellement, 5 motos en Superstock: les 33, 333,63,64 et 22.
Pour piste sèche étaient disponibles 2 pneus avant et 3 arrière, alors que pour le mouillé, 1 avant polyvalent était proposé et 3 arrière. Pour cela 1200 pneus avaient été amenés à Magny-Cours.
A propos d’un championnat du monde trop franco-français, Nicolas GOUBERT confesse bien volontiers:  »
« Qu’il vivrait mieux un calendrier de 8 épreuves car la visibilité du championnat est moindre que celle souhaitée. »
Concernant la réduction du nombre de pneumatiques disponibles pour chaque course, des réunions conjointes avec la FIM et les autres manufacturiers ont débuté et une échéance semble se dessiner pour 20015, avec des spécifications qui restent à définir.
Poursuivant de manière plus personnalisée la conversation avec Nicolas GOUBERT, celui ci nous précise :
« Avoir de quoi couvrir toutes les situations, mais qu’il faut, pour les teams et techniciens Michelin dédiés, bien connaitre les pilotes , chaque pilote, la piste, la moto pour que le pari soit optimal pour les 45 minutes suivantes. « 
Ce qui convenons-en n’est pas forcément évident d’autant que Michelin n’entend pas se doter d’une expertise spécifique concernant la météo.

 

_045 1autonewsinfo

Nicolas GOUBERT

Nicolas GOUBERT accepte de nous parler de tout le travail de débriefing très important qui suit chaque épreuve. Les temps sont décortiqués, rapportés aux contions de piste , mis en commun entre les divers techniciens pour orienter le développement et/ou la validation des choix techniques.
Notre interlocuteur concède que le team BMW est encore bien jeune en endurance et précise que Michelin rivalise bien, grâce aux belles performances du GMT par exemplme, face aux PIRELLI de la KAWA.
Il lâche: « on progresse constamment. »
On aurait envie de dire à sa place, une victoire nous ferait du bien.
Cela n’aura malheureusement pas encore été le cas à l’issue du 77 ème Bol d’or.

Un monteur en action

Texte et Photos Alain MONNOT

Sport

About Author

admin