ECONOMIE. ETUDE EN COURS SUR LA REDUCTION DE L’AVANTAGE FISCAL DU DIESEL !

 STATION-SERVICE-les-Pompes essence et diesel -Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo


STATION-SERVICE-les-Pompes essence et diesel -Photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

 

ECONOMIE. Diesel

Une étude est actuellement en cours sur la réduction de l’avantage fiscal et ses conclusions devraient êrte rendues au plus tard en juin !

De quoi s’agit-t-il ?

Le Comité pour la fiscalité écologique vient de demander que soient établis, avant la fin du mois de juin, des scénarios étudiant la réduction de l’écart de la fiscalité entre l’essence et le diesel.

Et ce, tout en analysant les éventuelles conséquences pour les familles mais aussi naturellement les entreprises.

Une chose est d’ores-et-déjà évidente et certaine, cela ne sera pas sans conséquences!!!

D’ailleurs, l’impact sur la filière automobile devrait faire l’objet d’une évaluation spécifique. Laquelle n’est pas sans danger…

Quand on sait que le Groupe PSA – Peugeot-Citroen – est le leader de ce type de véhicules diesel !!!!

Evidemment, on va annoncer que le but de cette décision est avant tout de protéger la santé !

L’avis qui sera adopté par le Comité pour ce que l’on nomme déjà la  » fiscalité écologique  », et où siègent environ une quarantaine d’élus et de représentants de diverses associations, des entreprises et des syndicats, ‘placera en juin le gouvernement face à ses responsabilités’  selon les principales ONG, qui sont membres de ce Comité.

Dans cet avis,  qui a été adopté à l’unanimité moins six abstentions, parmi lesquelles celles des représentants agricoles, du patronat et des consommateurs, le Comité estime notamment que l’avantage fiscal du diesel ne se justifie plus au regard de son impact sur la santé.

 

STATION SERVICE vehicule de plus de dix ans diesel photo Gilles VITRY - autonewsinfo

STATION SERVICE.  véhicule de plus de dix ans diesel photo Gilles VITRY – autonewsinfo

 

Naturellement, les véhicules anciens diesels sont évidemment pointés du doigt et ce en raison de leur rôle dans la mauvaise qualité de l’air en ville alors que la France, en contentieux avec Bruxelles sur la question des particules, risque de sérieuses amendes.

C’est la raison pour laquelle, l’avis demande que soient établis des scénarios de réduction de l’écart de fiscalité entre l’essence et le diesel.  .

Précisons qu’actuellement, l’écart de prix entre le gazole et essence est de 17 centimes en France

Mais, il faudra assurément aller plus loin dans la réflexion car il ne faudra pas oublier qu’il existe… des exonérations supplémentaires dont bénéficient plusieurs secteurs d’activité (pêche, aviation, transport routier, taxis…) et qui s’élèveraient actuellement à plus de 3 milliards d’€ par an !!!

D’autre part, le Comité préconise aussi que soient étudiées des méthodes alternatives de soutien. Le parc automobile Français étant on lez sait mais rappelons-le, composé à … 60% de véhicules diesel ce qui représente tout de même …. 17 millions de véhicules !

Ce qui n’est pas rien !!!

L’écart de prix entre le gazole et  l’essence étant actuellement précisons-le, de 17 centimes en France, contre 12 centimes en moyenne dans l’Union Européenne.

 

 STATION-SERVICE-vieille-voiture-polution-photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo


STATION-SERVICE-vieille-voiture-polution-photo-Gilles-VITRY-autonewsinfo

 

 

Notons encore que le diesel mais à l’exception des véhicules les plus récents équipés de filtres à particules (FAP) environ 4 millions de véhicules, émet plus d’oxydes d’azote (NO2) et de particules fines,

Le diesel a été classé ‘cancérogène certain’ par l’Organisation mondiale de la santé en juin 2012.

Laurence Rossignol, la Sénatrice (PS) de l’Oise, explique :

« C’est une première étape qui montre qu’on avance sur le sujet, les convergences s’installent progressivement, c’est encourageant»

Quant à l’euro-député Europe Écologie-Les Verts, Yannick Jadot, lui il confie :.

« Le message délivré par le comité sur la fiscalité écologique doit être entendu par le gouvernement, afin d’engager dès maintenant le changement de notre modèle industriel»

Fabienne Keller, sénatrice UMP, favorable à une telle réduction, souligne néanmoins

« En l’absence de stratégie ambitieuse fixée par l’exécutif, le comité ne peut avoir qu’un rôle limité».

Mais qu’en pense le CCFA (Comité des constructeurs Français d’automobiles)

Lui naturellement, il conteste une possible hausse des taxes sur le diesel. Et son son porte-parole François Roudier, lâche :

« On va grever le budget des ménages et donc leur donner moins d’argent pour remplacer les voitures de plus de 15 ans qui sont l’essentiel du problème, c’est une double peine »

Ajoutant :

« Pour la filière automobile, ce n’est pas un bon signe, on a des commandes et un marché au plus bas et des sociétés d’équipement spécialisées sur le diesel qui seraient ruinées du jour au lendemain »

 

ARNAUD-MONTEBOURG-photo-Gilles-VITRY-autonewinfo

ARNAUD-MONTEBOURG-photo-Gilles-VITRY-autonewinfo

 

Concluons  ce délicat sujet, en rappelant que la Ministre de l’Écologie, Delphine Batho, si elle s’est prononcée en faveur d’une réduction de l’avantage fiscal du diesel et ce au nom de la santé publique, sa position est loin, très loin, d’être partagée par d’autres Ministres;

A commencer par celui du Redressement productif, Arnaud Montebourg !

Lequel considère que le débat sur le diesel était «clos», excluant ainsi des mesures dans le budget 2014.

Cela à l’avantage d’être clair!

Montebourg pense d’abord à l’industrie automobile et bien évidemment au Groupe PSA,  le leader mondial des moteurs diesel, déjà lourdement touché par la conjoncture et la crise économique qui perdurent…

Et donc aux conséquences éventuelles d’une telle mesure, laquelle ne pourrait qu’aggraver encore un peu plus le chômage !

CQFD

 

Christian COLINET

Photos : Gilles VITRY – autonewsinfo

 

STATION SERVICE Pompes

Sport

About Author

gilles