DA! DA! DA! LANCEMENT DU RALLYE RAID SILK WAY 2013

 

LOGO SILK WAY RALLY 2013

 

Le lancement officiel du cinquième Rallye Silk Way en Russie, du 6 au 13 juillet 2013, d’abord dévoilé à Moscou, a été célébré à la russe, au très célèbre cabaret Raspoutine à Paris. Un endroit où l’on fait la fête depuis des générations, près des Champs-Elysées.

Belles retrouvailles, entre des paquets de concurrents déjà légitimés par de nombreuses participations, beaucoup de nouveaux, ce rallye a bien des avantages, et beaucoup d’arguments, et les organisateurs Russes, dont évidemment Semen Yakubov, présentant la soirée aux côtés de Fredéric Lequien, son alter ego Français.

autonewsinfo s’implique beaucoup aux côtés de cette course, pour quelques raisons bien simples,dont celle-ci:  C’est avec l’Africa Race, une des deux épreuves les plus authentiques au monde, de l’univers du rallye-raid.

 

PARCOURS MYTHIQUE, PARRAINAGES PRESTIGIEUX…

 

On reviendra sur ce parcours, un vrai fantasme de pistard!

D’abord une rencontre, à l’entrée du cabaret, Bernard Richards lui-même…

Son nom n’est pas très connu du grand public, ses créations en revanche…

Voici donc un nouveau sponsor, qui apporte encore une légitimité supplémentaire à ce rallye de haut de gamme qu’est le Silk Way, en l’occurrence les montres BRM, indissociables de tout ce qui se fait d’authentique dans les sports mécaniques,  nous en avons présenté récemment les modèles « MotoGP ».

 

LA BRM SILK WAY

LA BRM SILK WAY

 

Des montres fabriquées en France, de très haut de gamme.

Son PDG, Bernard Richards, en présentant le modèle spécialement fabriqué à trente exemplaires aux couleurs du Silk Way, a annoncé que c’était la première fois qu’il sortait des circuits, son domaine réservé, pour parrainer un Rallye-Raid.

« J’ai réussi l’impossible », dit-il, « cette montre pèse cinquante grammes en ayant un système automatique. Cela n’existait pas! »

Bon, le prix est à la hauteur de l’enjeu technologique, 9200 euro, c’est en plus une série limitée, qui vaudra tout de suite des fortunes chez les collectionneurs!

Décidément, cette  épreuve séduit ce qui se fait de mieux dans les sports mécaniques!

On revient comme promis sur le parcours du rallye, incroyable.

 

Départ de la Place Rouge de Moscou, le 6 juillet,  peut-être l’endroit le plus connu au monde avec la Tour Eiffel!

La première étape a lieu le lendemain entre Tambov et Volgograd, ex Stalingrad, dont la Russie fêtera le soixante-dixième anniversaire de la fameuse victoire, terrible victoire, mais première victoire décisive contre l’Allemagne et donc début de la fin pour un peintre Autrichien et ses clowns sanguinolents qui ont déclenché le plus grand massacre de l’ère moderne, plus de 20 millions de morts.

Ce sera ce que que l’on appelle du roulant chez les Russes, c’est à dire pied dedans tout le temps, effroyable, même pour les pilotes.

Ce terrain est surnommé la savane russe…

On verra aussi les premières dunes, dites  « Archeda »,  moins connues que Merzouga au Maroc mais justement, le découvreur qui sommeille en  tout pistard a envie de nouvelles trouvailles!

 

 

Navigation au cap carrément!

La boucle autour de Volgograd est une nouveauté absolue pour le Silk Way, avec du pilotage assez aïgu pour commencer et des dunes au cap pour terminer.

Un océan de sable, nous disent nos amis Russes, et quand on sait l’échelle de leur pays, un océan ça doit être très grand! 300 km de spéciale pour 20 km de liaison, du nanan.

Le 9 juillet, descente plein sud vers la Mer Caspienne, 80 km de liaison et 500 km de spéciale!

C’est vraiment, et pas seulement pour faire un jeu de mot, le désert des Tatars.

On est authentiquement sur les terres de la Horde d’Or , celles de l’empire mongol de Gengis Khan, avec plus de 200 km de hors piste, dans les erg « Berguin » et « Scorpion ».

On arrive sur la Mer Caspienne, dont on sait qu’elle est celle des esturgeons et donc du caviar, on sait moins que c’est là que sont nées plusieurs civilisations:  russe, kazakhe, turkmène, iranienne, azerbaïdjanaise…

Ce rallye traverse et rencontre des millénaires culturels.

Le 10 juillet, on remonte sur Elista, on est chez les Kalmouks, qui parlent une langue mongole et sont bouddhistes, il y a une deuxième religion ici, les échecs.

On est loin, c’est sûr, et c’est génial!

La piste traverse deux déserts, les sables d’Astrakan et de Kalmoukie.

Les seuls habitants ici sont les chevaux sauvages.

Si ça ne vous donne pas envie de partir… et de nombreux nouveaux étaient à la présentation pour ce motif : la route de la soie est un voyage d’initiation!

Le 11 juillet, on redescend sur Astrakhan, qui sera l’étape des copis, on est en pleine steppe et question repères, zéro!

Et pour finir, 150 km de sable absolu, façon Ténéré ou Mauritanie.

 

 

Le 12 juillet, boucle autour d’Astrakhan, vitesses maximales sur les premiers cinquante km, et on entre dans un endroit étonnant, énorme comme tout dans ce pays, un paysage de fermes abandonnées, parsemé de puits, avec des pièges bien sûr puisque les pistes sont bourrées d’ornières.

Décor de cinoche? On croyait ça réservé à Ouarzazate!

Le 13 juillet, autre boucle, c’est aujourd’hui l’arme absolue pour réussir un rallye raid, car elle facilite incroyablement les transmissions (sécurité, presse) et les assistances techniques.

En d’autres lieux, dans des rallyes qui sont surtout du business, on doit traverser un maximum de pays qui versent obole et on se cogne 300 km de spéciale pour 600 km de liaison par jour…

Ici non, liaisons squelettiques, le b0nheur…

 

 

Du gravier ultra-rapide, des dunes, du pilotage et de la nav, une sorte de concentré des jours précédents, la spéciale ne fait que 100 km et amène directement au centre d’Astrakhan, au podium d’arrivée.

On longera même une voie de chemin de fer, ce qui rappellera aux puristes un endroit magique du (vrai) Paris-Dakar.

On est sur les bords de la Volga, le fleuve le plus long d’Europe, la vie est belle même si le rallye est fini…

 

AMBIANCE…LE GRAND VOYAGE

 

Si vous n’avez pas envie de partir en ayant lu ce qui est ci-dessus, c’est que je dois vraiment changer de métier et de passion!

On a rencontré au Raspoutine, où l’on parlait beaucoup russe, pas étonnant mais retrouver un petit morceau de Place Rouge à Paris, cela fait partie des trucs qui me fascinent (oui, je suis un môme) des gens étonnants, étonnés, parfois émerveillés…

Semen Yakubov par exemple, l’organisateur Russe…

 

FRED LEQUIEN (G) ET SEMEN YAKUBOV (D)

FRED LEQUIEN (G) ET SEMEN YAKUBOV (D)

 

 » Tu te rends compte, c’est incroyable où nous sommes arrivés, en notoriété, en nombre de concurrents, en termes de réussite, en seulement quatre ans! Quand Vladimir Poutine était venu sur le rallye, il m’avait dit qu’il savait que l’événement était largement connu mais qu’il  n’imaginait pas que ce soit aussi grandiose… »

Fred Lequien, directeur adjoint du rallye, organisateur côté Français donc, a rappelé que c’est un beau challenge, un VRAI rallye-raid, plein de choses étonnantes, inimaginables,  des steppes et des déserts, tout y est… Un pays où l’on est accueilli comme nulle part ailleurs.

Bref, une sacrée belle aventure.

Et sur ce point, pour avoir vécu la chose de l’intérieur avec Gilles Gaignault lors des 1éres éditions,, on est complètement d’accord avec lui.

J’ai parlé avec Leonid Kadychev, ministre conseiller à l’ambassade de la Fédération de Russie en France, qui m’a dit des trucs incroyables…

 

LEONID KADACHEV AU MICRO

LEONID KADYCHEV AU MICRO

 

« Vous allez rouler au milieu de notre histoire… Tambov, qui a été jusqu’au seizième siècle l’avant-poste de la défense de la Russie éternelle, face à l’empire persan, vous passerez à Stalingrad, où nous avons remporté en six mois la bataille décisive de la deuxième guerre mondiale, la ville a été décorée de la légion d’honneur par votre Président Mitterrand, ville incroyable d’ailleurs, elle fait 80 km de long, sur le cours de la Volga. La Kalmoukie, Astrakhan, que nous surnommons « La perle », avec son propre « Kremlin » .Tout cela dans une nature complètement sauvage »… 

 

JEAN LOUIS SCHLESSER ET MA POMME

JEAN LOUIS SCHLESSER ET MA POMME

 

Schlesser, blessé l’an dernier, et qui revient pourtant, parce qu’il trouve que le système des boucles c’est top, plus de facilités, moins de liaisons, il revient parce que c’est bien, dit-il à une TV Russe venue spécialement pour l’événement à Paris, et aussi parce que l’accueil est génial.

Et enfin c’est une course complètement originale…

 

ARNAUD DUBRISAY ENTRE GILLES GAIGNAULT ET MA POMME

ARNAUD DUBRISAY ENTRE GILLES GAIGNAULT ET MA POMME

 

Rencontré un futur concurrent, Arnaud Dubrisay, qui roule sur un Nemesis, il a fait six fois le Dakar et a envie d’essayer autre chose, moins cher et aussi bien. Il n’a pas couru depuis deux ans et trouve que pour un retour, l’épreuve Russe est idéale.

Il avait déjà fait la Transcontinentale de René Metge, et avait trouvé le pays superbe. Et il pense retrouver l’esprit originel du Dakar, l’esprit sportif et de famille.

Etienne Smulevici, l’homme qsui compte le plus de Dakar à son actif, est là aussi, totalement enthousiaste, alors que ce recordman de la piste a déjà effectué 471 500 kilomètres en course!

 

ANDRE DESSOUDE

ANDRE DESSOUDE

 

André Dessoude partira lui avec trois autos, celle pilotée par Christian Lavieille et deux autres préparées pour des clients.

Quant à Philippe Gache, le patron Team manager de SMG, lui il expliquait  :

 « Cette année, nous mettons deux voitures sur le Silk Way Rally. Pour Ronan Chabot qui a le buggy configuration Dakar 2013 et une nouvelle auto, qui aura les évolutions 2014, et dont nous annoncerons le pilote ultérieurement. Le Silk Way Rally est une très belle course, un terrain d’essais idéal, avec une vraie concurrence sur la piste et le tout encadré par une organisation de qualité. Du point de vue calendrier, c’est le meilleur moment de l’année pour nous. C’est la course parfaite et heureusement qu’elle existe ! »

Bref, rendez-vous à Moscou, en plus ce sera mon anniversaire, chose dont tout le monde se fout et moi le premier, ce qui m’évitera les cent coups de fil qui me rappelleront, même si c’est gentil et adorable, qu ‘un grand coup de plus vient de sonner à l’horloge!

 

 JEAN LOUIS BERNARDELLI

Photos : Arnaud DELMAS MARSALET 

 

Sport

About Author

jeanlouis