FUNCUP : AU PLAISIR DES AMATEURS

 

 FUNCUP-2013-LE-MANS-Freinage-énergique-au-virage-du-garage-ver


FUNCUP-2013-LE-MANS-Freinage-énergique-au-virage-du-garage-ver

 

FUNCUP

L’auto partage dans la course !

 

La FunCup, est un moyen de pratiquer le sport automobile à moindre frais.

Tout y est :

Un maximum de plaisir, la montée d’adrénaline de la compétition, une voiture originale apportant les vraies sensations des voitures de course (freinage, boite, tenue de route), la course en équipe, les relais, tout cela face parfois à des pilotes amateurs, même si certains ont plusieurs saisons derrière eux, mais aussi face à des concurrents parfois beaucoup plus célèbres et donc aussi capés !

Ainsi pour les 8 heures du Mans qui se déroulaient début avril, on retrouvait engagé un certain Alain Ferté, ancien pilote officiel Jaguar et Peugeot aux 24 heures entre 1989 et 1993, des journalistes de l’Equipe, et des commissaire de pistes des 24 heures, engagés par l’ACO en remerciement de services rendus sur la piste, et ce au côté de… leur Président Pierre Fillon, lui-même.

 

FUN-CUP-2013-LE-MANS-Le-Team-Defournoux-les-pilotes-et-le-journaliste

FUN-CUP-2013-LE-MANS-Le-Team-Defournoux-les-pilotes-et-le-journaliste

 

Et ce jour-là, Ils étaient quatre petits nouveaux venus de la région Bretagne.

Quatre à avoir fait de l’auto partage leur métier. Quatre à avoir décidé de partager aussi une auto… de course.

Et c’est ainsi que le dimanche 7 avril, ils se sont retrouvés tous les quatre, Pascal Roux, Didier Houal, Stéphane Tremier et Charles Emme, à partager sur le circuit Bugatti du Mans, le volant d’une FunCup aux couleurs d’e-colibri, le logiciel de leur conception permettant de gérer l’auto-partage dans une municipalité ou une entreprise.

Seuls deux d’entre eux avaient déjà tâté de la compétition, il y a plus de… 20 ans.

Pour les deux autres, hormis quelques séances de karting 4 temps grand public, aucune expérience de la course.

C’est donc come on peut aisément l’imaginer avec une certaine émotion que les uns et les autres sont montés dans la FunCup, la N°28 superbement préparé par Jean-René Defournoux et son équipe.

 

FUN-CUP-2013-Jean-René-Defournoux-a-largement-prodigué-ses-conseils-aux-4-pilotes-néophytes

FUN-CUP-2013-Jean-René-Defournoux-a-largement-prodigué-ses-conseils-aux-4-pilotes-néophytes

 

Une FunCup, vu de l’extérieur, c’est une VW Coccinelle  d’antan, avec un avant découpé et un aileron arrière.

Mais sous la carrosserie de plastique, se cache en réalité un châssis tubulaire, avec un radiateur d’eau et un réservoir d’essence à l’avant, et un moteur de VW Golf 1870cc, à carburateur double corps à l’arrière, développant environ 130 ch.

La boite de vitesse à 5 rapports est séquentielle avec un gros levier côté droit du volant. Le poids de la voiture est fixé à 760 kg. Cela pour la version essence qui courre en France. Car en Belgique on utilise des diesel avec 30ch de plus, mais par contre sans la boite séquentielle.

 

FUN-CUP-2013-LE-MANS-Sous-la-carosserie-de-Coccinelle-se-cache-un-vrai-chassis-de-course

FUN-CUP-2013-LE-MANS-Sous-la-carosserie-de-Coccinelle-se-cache-un-vrai-chassis-de-course

 

Particularité, le pilote est placé au centre de la voiture. La FunCup est donc… une monoplace avec un toit. Son châssis tubulaire (section carrée sauf pour l’arceau) est particulièrement robuste. On a vu il y a quelques années, une voiture faire 8 tonneaux à Spa et son pilote est sorti de l’épave tout seul, sans aucune aide !

Bref nos quatre amis, après s’être équipés en tenue de course, combinaison, casque, Hans, auprès de Max Mamers Management, l’excellent organisateur de la FunCup, n’en menaient pas large au moment de grimper dans l’auto.

Mais à l’issue des essais, tout le monde était à la fois ravi… et déçu.

Heureux car la voiture s’apprivoise finalement relativement facilement, déçu parce que les temps étaient loin des meilleurs : 2’13 pour 2’04 au premier ! Mais logique…

Il ne faut pas confondre apprivoiser et performer !!!

 

FUN-CUP-2013-LE-MANS-Virage-du-2eme-S-bleu

FUN-CUP-2013-LE-MANS-Virage-du-2eme-S-bleu

 

Le 49ème temps sur 51 voitures, signé par le pilote de pointe de la voiture, Pascal, ne satisfaisait pas l’équipage.

« Dommage que les essais s’arrêtent là », disait d’ailleurs notre homme de pointe, Pascal.

Et il précisait :

« Je commençais à me sentir  vraiment bien. Quelques tours de plus et je pouvais tomber encore une ou deux secondes ».

Jean- René Defournoux qui compte à son actif, 7 participations aux 24 heures du Mans, de son côté souriait :

« L’essentiel est de se faire plaisir en FunCup. Mais très vite l’esprit de la course prend le dessus. Et, ils vont s’améliorer. Trois relais de 40 mn chacun en course et les temps vont descendre ».

 

 FUN-CUP-2013-LE-MANS-Prêt-à-partir-pour-la-grille-de-dépar


FUN-CUP-2013-LE-MANS-Prêt-à-partir-pour-la-grille-de-dépar

 

Dimanche, jour de course sur le circuit Bugatti. Il fait beau, mais encore un peu froid. La grille de départ a été tirée au sort la veille au soir. Les 26 premiers des essais dans un premier chapeau, et les 25 derniers dans un deuxième.

La FunCup N°28, a bénéficié d’un formidable coup de chance dans le tirage au sort du deuxième chapeau : elle se retrouve en 14ème ligne. Charles, qui prend le départ est inquiet :

« Je vais avoir 20 furieux plus rapide que moi derrière moi au départ. Je vais devoir faire très  attention. En plus je n’ai qu’un tour de mise en grille plus un tour de chauffe pour roder et chauffer les nouveaux disques à l’avant, ainsi que les plaquettes et lles pneus neufs sur les quatre roues ! ».

Et de fait, durant les deux premiers tours, il se fait passer par un grand nombre de ces ‘furieux’, pour se stabiliser à la 43ème place.

Un tête à queue et deux places supplémentaires perdues n’entament pas son ardeur. Et il ramène la voiture intacte pour Didier qui prend le relais.

Ce dernier, sans expérience aucune de la course auto, mais pratiquant assidu des sports de glisse, se sent de plus en plus à l’aise. Les temps tombent régulièrement et le rythme s’améliore petit à petit.

Après un tour en 2’17, Stéphane, l’autre néophyte qui doit prendre le relais suivant grommelle :

« Il  me met la pression, il sort le grand jeu. Je m’étais fixé 2’20 comme objectif, mais je vais devoir faire  mieux !!! ».

Didier sort de la voiture en levant les bras. Il est visiblement plus que satisfait :

« J’ai appliqué les  différents conseils et j’ai commencé à… ne plus freiner, enfin plus trop tôt. Et à laisser la voiture  glisser. Ça va beaucoup mieux ».

Stéphane a pris son relais. Lui aussi se met en jambes. Hélas quand ses temps commencent à descendre, jusqu’à 2’19, le safety car sort pour permettre aux commissaires de nettoyer la piste, notamment au Dunlop, et enlever les graviers qui la recouvre partiellement.

Et il est blanc de colère en descendant de voiture.

« Je râle un maximum. Ça allait de mieux en mieux et j’ai pris ce safety qui  m’a déconcentré mais quel pied ! »

 

Au fil des relais

 FUN-CUP-2013-LE-MANS-Il-faut-apprendre-à-faire-glisser-la-FunCup


FUN-CUP-2013-LE-MANS-Il-faut-apprendre-à-faire-glisser-la-FunCup

 

la position de la FunCup rouge et noir s’est maintenue à la 43ème place. Puis grâce au jeu des ravitaillements, une place a été gagnée. Puis une autre en piste au prix d’un beau dépassement au Garage Vert. Charles met la pression sur Pascal alors que celui-ci monte dans la voiture pour le dernier relais.

« La 42 est juste 30’’ devant nous et c’est le pilote le  moins rapide qui  est au volant. C’est jouable pour la 40ème place ».

 

FUNCUP-2013-LE-MANS-La-42-est-encore-devant-au-Chelins-aux-boeufs-mais-plus-pour-longtemps

FUNCUP-2013-LE-MANS-La-42-est-encore-devant-au-Chelins-aux-boeufs-mais-plus-pour-longtemps

 

Pascal est partit le couteau entre les dents et en 10 tours, est remonté dans les roues de la voiture verte. Il passe la 42 dans la ligne droite des stands, sous les yeux de toute l’équipe. Ses trois coéquipiers hurlent des encouragements.

Avec la 40ème place, ils passent du troisième écran de classement au deuxième !

Après l’arrivée, la voiture est tirée au sort pour le contrôle technique. Heureusement l’excellente préparation de Defournoux Evènementiel, n’est pas prise en défaut et la 40ème place des quatre amis est validée.

 

 FUN-CUP-2013-LE-MANS-Vérification-techniques-OK-à-lissue-de-la-course


FUN-CUP-2013-LE-MANS-Vérification-techniques-OK-à-lissue-de-la-course

 

Ils n’ont plus qu’une seule interrogation…

Comment faire pour recommencer ?

Et de  tirer des plans sur la comète pour trouver des sponsors et acheter une voiture pour faire une saison entière.

Le virus de la course automobile a encore contaminé quatre personnes de plus !

 

Texte et photos : Patrick MARTINOLI 

Sport

About Author

gilles