ESSAI. DE GRANDS PLAISIRS AU VOLANT DU RENAULT CAPTUR.

 RENAULT Captur devant la magnifique abbaye des Vaux de Cernay Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo


RENAULT Captur devant la magnifique Abbaye des Vaux de Cernay. Photo Patrick MARTINOLI – autonewsinfo

 

Présentée en vedette au Salon de Genève, le Captur arrive sur nos routes ce week-end : un petit tour entre les mains de la presse ce jeudi, et il sera en concession pour les portes-ouvertes dès samedi

 

Renault-Captur-dCi-90-chevaux-Photo-Patrick-MARTINOLI-autonewsinfo

Renault-Captur-dCi-90-chevaux-Photo-Patrick-MARTINOLI-autonewsinfo

 

Captur est un véritable événement pour Renault. Un instrument de conquête dans la grisaille et la morosité actuelle. Il est construit sur les chaines de l’Usine de Valladolid en Espagne où il remplace partiellement la Renault Modus aujourd’hui arrêtée.

Et c’est bien d’une passation de pouvoir qu’il s’agit.

Après avoir produit avec plus ou moins de bonheur des minispace (le Modus), Renault a compris que le marché porteur était aujourd’hui celui des SUV. Pour preuve, les chiffres du segment B (segment des citadines) ou les SUV ont dépassé les monospaces avec 15% des ventes

Captur a repris le meilleur des trois mondes du segment : des SUV, bien entendu, il a repris la position haute, avec une garde au sol de 200 mm et une position de conduite située à 655 mm de la route, des jantes de 16 ou 17’’ selon les degrés de finition, et bien entendu le look général. Des monospaces, il a repris l’espace à bord et la modularité, avec notamment la banquette coulissante sur 16 cm et, les 27 litres de rangements à bord dont l’exclusif et très pratique tiroir de rangement Easy Life.

Et enfin, du monde des berlines, il a repris les moteurs, les mêmes que ceux plébiscités sur Clio 4, à savoir les 3 cylindres TCe90 et 4 cylindres TCe 120 (pour 90 et 120 ch) essence, ce dernier n’étant livré qu’avec la boîte EDC. En diesel, seul le Energy dCi 90 est retenu. Il sera disponible en fin d’année avec la boite EDC.

 

 Renault Captur il ne reste plus qu'à en choisir une Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo


Renault Captur, il ne reste plus qu’à en choisir une ! Photo Patrick MARTINOLI-  autonewsinfo

 

Le client d’un SUV urbain n’a bien souvent qu’un seul principal critère d’achat : le design. Aussi les équipes de Laurens Van den Acker ont elles dessiné un SUV avec une face avant expressive munie d’un losange imposant au milieu de la calandre, un profil composé de courbes évoquant mouvement et légèreté, avec un pare brise très avancé, et une vue arrière musclée renforcée par les grands passages de roues.

A cela s’ajoute une première pour Renault, la possibilité de commander sa voiture avec une peinture bi tons (avec choix de 3 couleurs pour le toit), ce qui affine encore le toit.

 

 RENAULT CAPTUR Tableau de bord ambiance foncée et liserets orange Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo


RENAULT CAPTUR Tableau de bord ambiance foncée et liserets orange Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo

 

Mais aujourd’hui pas de voiture branchée sans personnalisation. Au-delà de ses trois packs de finition (Life, Zen et Intens), Renault permet au client de composer littéralement sa voiture, à l’extérieur avec des joncs de calandre, de tour d’anti brouillard et des coques de rétroviseurs de couleurs différentes associés à plusieurs modèles de jantes. De même à l’intérieur il peut choisir une ambiance claire ou foncée (de loin la plus agréable à mon goût), des motifs de couleur sur le volant, les aérateurs, la console centrale et la poignée du tiroir de rangement.

Entre les peintures de carrosserie, de toit, les univers et les couleurs intérieurs, ce ne sont pas moins de 200 combinaisons qui s’offrent à l’acheteur.

 

 RENAULT CAPTUR La housse de siège dézipable Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo


RENAULT CAPTUR La housse de siège dézipable Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo

 

Enfin, pour le côté pratique, signalons que les sièges peuvent avoir des housses ‘dézipables’ et lavables. Deux atouts, l’un pour les familles avec enfants qui pourront passer les housses à la machine après les balades en forêt, l’autre pour les personnes d’humeur changeante qui pourront acheter de nouvelles housses avec de nouveaux coloris en accessoires…

Renault nous a confié le volant de ses dernières productions sur les petites routes départementales de la magnifique vallée de Chevreuse, tout au long d’un parcours de 90 km, au cours duquel nous avons alterné les volants d’une version TCe 120 ch et d’une version dCi 90 ch, en finition Intens.

 

 RENAULT CAPTUR Intérieur clair et liserets bleus avec le tiroir Easy Life Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo


RENAULT CAPTUR Intérieur clair et liserets bleus avec le tiroir Easy Life Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo

 

L’installation à bord se fait aisément malgré la position de conduite haute du Captur. La position de conduite est facilement trouvée grâce aux réglages du siège et du volant (hauteur et profondeur). Au volant on n’est pas dépaysé par rapport à Clio 4. Devant nous, le compte-tours (aiguille de gauche), la jauge à essence (aiguille de droite) et le compteur de vitesse digital au milieu. Et curieusement aucune température moteur.

Au centre de la planche de bord, l’immense écran 7’’ qui regroupe six fonctions majeurs : la navigation, la téléphonie Bluetooth, les infos véhicules (et c’est là que l’on trouvera les infos de température moteur), les infos de services et système et enfin RLink, le système de communication de Renault. Il nécessite quelques minutes d’accoutumance mais s’avère ensuite très pratique.

RLink permet notamment d’avoir accès à des applications optionnelles comme Drive Eco 2, le logiciel d’aide à la conduite économique de Renault, Coyote (merci à lui, il y avait un radar sur le parcours !), Renault assistance ou RLink tweet (qui ne fonctionne que véhicule à l’arrêt).

Le moteur TCe 120 ch et la boite EDC font merveille sur Captur. L’ensemble est d’une grande douceur en mode automatique, répondant très rapidement aux sollicitations du pied. En conduite normale il est vraiment inutile de jouer du sélecteur séquentiel de vitesses. Le confort est bon, mais les dos d’ânes et autres gendarmes couchés, fort à la mode en cette période, se ressentent de manière… virile.

Nous aurions préféré une direction un peu moins assistée car si elle se montre particulièrement efficace en ville (c’est certes son terrain de jeu) et en manœuvres, elle demeure trop souple sur route. La tenue de route est sans défaut et la prise de roulis en virage est bien maîtrisée malgré la hauteur de la voiture. Le freinage n’appelle quant à lui à aucunes critiques.

Au bout de quelques kilomètres nous avons appuyé sur la touche ‘eco’, qui modifie à la fois la loi de passage des vitesses de la boite EDC et la cartographie moteur. Au milieu de la circulation, c’est sans aucun doute le bon mode de fonctionnement. La consommation s’en trouve abaissée (il faudrait garder la voiture une semaine pour en mesurer parfaitement l’effet), mais la voiture ne semble néanmoins jamais être à court de ressources.

 

RENAULT Captur version TCe 120 chevaux Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo

RENAULT Captur version TCe 120 chevaux Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo

 

A mi-parcours, passage sur la version diesel à boite mécanique. Et changement d’ambiance. Le diesel est bien présent après le silence de la version essence. La boite mécanique est tout aussi agréable que la boite automatique EDC. Le guidage est bon et le verrouillage franc. Sans être un monstre de vivacité, le moteur répond correctement à l’accélérateur. C’est un moteur plus réputé pour ses performances en consommation que pour ses montées en régime.

Les impressions de conduite sont les mêmes que sur la version essence.

Mais il y a aussi un bouton ‘eco’ sur la version diesel, qui modifie la cartographie de l’injection. Et en mode ‘eco’, à bas régime, il ne reste pas grand-chose. Au milieu de la circulation cela suffit peut-être, mais dès que l’on roule un peu, cela reste insuffisant. Pour obtenir une accélération digne de ce nom, il faut appuyer au réellement à fond sur la pédale de droite. Mieux vaut retirer le mode ‘eco’ sitôt sorti des villes…

Au terme de ce petit parcours d’essais, Captur nous est apparu comme un bel outil pour attirer les clients. Un physique de tombeur, des aspects pratiques séduisants, des sensations de conduite agréables, et encore plus en version essence qu’en version diesel.

Il trouvera sur sa route l’Opel Mokka, la Mini Clubman ou encore l’inévitable Nissan Juke au succès non démenti. Mais il va retrouver surtout le Peugeot 2008, présenté également à Genève, pour une lutte de prestige franco française des SUV urbains.

Et dans cette perspective, le Renault Captur ne manque pas d’atouts.

 

Texte et photos : Patrick MARTINOLI – autonewsinfo

 

 RENAULT Arrière musclé pour Renault Capture Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo


RENAULT Arrière musclé pour Renault Capture Photo Patrick MARTINOLI autonewsinfo

 

Sport

About Author

gilles