F1. LA RIVALITE DU CHAMPIONNAT DU MONDE 1976 ENTRE LAUDA ET HUNT EN FILM

 LA RIVALITE HUNT -LAUDA DE LA SAISON 1976

F1_lauda_hunt6

 

La célèbre rivalité ayant opposé l’Autrichien Niki Lauda et le Britannique James Hunt, de nouveau d’actualité !

Et bientôt sur les écrans.

En effet, les deux pilotes se retrouvent à l’honneur dans ‘ RUSH’, un film qu’a réalisé Ron Howard et qui sortira dans les salles Françaises, le 25 septembre prochain.

Les premières images du film viennent d’être dévoilées. La courte bande annonce de deux minutes, nous promet assurément un grand moment de cinéma et de grandes émotions

Scénarisée par Peter Morgan, qui a œuvré sur ‘ SKYFALL’ le dernier James Bond, l’histoire présente  les deux hommes, Lauda le Champion du monde en titre et Hunt le futur !

Le rôle de Niki Lauda, est interprété par Daniel Brühl (Good bye, Lenin !) et celui de James Hunt, est lui confié à Chris Hemsworth (Thor).

 

F1_lauda_hunt7

 

On y retrouve l’ambitieux et secret Autrichien pilote de la Scuderia Ferrari, Niki Lauda, face au très joyeux, cool, charismatique, beau gosse et donc séduisant James Hunt

Le film, évoque naturellement la dramatique saison 1976.

Où Niki Lauda, sacré Champion du monde l’année précédente occupe largement la tête du classement provisoire du Championnat du monde, millésime 1976

Hélas, le dimanche 1er aout 1976, à l’occasion du second tour du Grand Prix d’Allemagne – dixième des quinze manches- disputé sur le très dangereux circuit du Nürburgring et alors qu’il caracole en tête du Championnat, il compte 31 points d’avance sur le Sud-Africain Jody Scheckter et 35 sur James Hunt, Niki est victime d’un très grave accident.

 

F1_lauda_hunt4

 

Sa monoplace en feu, il est sauvé par plusieurs pilotes qui se sont arrêtés pour tenter de lui porter secours.

Parti en pneus pluie, à la fin du premier tour, il s’arrête au stand Ferrari pour chausser des pneus slicks et repart au cœur du peloton. Au cours de son deuxième tour, dans le gauche rapide précédant le virage de Bergwerk et pour une raison demeurée inconnue, l’Autrichien perd le contrôle de sa  monoplace qui frappe l’extérieur de la piste avant de rebondir en plein milieu de la trajectoire où elle est alors percutée par d’autres bolides lancés à pleine vitesse1.

Dès le choc initial, le casque de Lauda est arraché et sa voiture s’embrase. À moitié inconscient et prisonnier des flammes, Niki Lauda est sorti de sa voiture par Arturo Merzario, Brett Lunger, Guy Edwards et Harald Ertl.

Transporté à l’hôpital d’Adenau, Lauda est sérieusement brûlé au visage mais les médecins sont surtout inquiets pour ses poumons car le pilote Ferrari a inhalé des vapeurs d’essence hautement toxiques et souffre de graves difficultés respiratoires.

Son état étant jugé critique, un prêtre est appelé à son chevet pour lui administrer les derniers sacrements !

Mais, possédant une volonté de fer, Niki se bat pour rester en vie.

Et à peine six semaines plus tard, les brûlures de son visage encore vives, Lauda se présente au départ du Grand Prix d’Italie à Monza pour les essais le vendredi 10 septembre.

 

NIKI-LAUDA-FERRARI-Saison-1976-600x423

 

Entre temps, Hunt a gagné au Nurburg et deux autres GP se sont déroulés, celui d’Autriche remporté le  15 aout par  la Penske-Ford de l’Irlandais John Watson, Hunt se classant 4éme et le GP de Hollande à Zandwoort le  29 aout gagné par la McLaren-Ford Cosworth de James Hunt.

Son absence temporaire, a permis à son rival et néanmoins ami James Hunt de refaire une grande partie de son retard au Championnat car en trois courses, il lui a repris 21 points des 345 points qu’il comptait avant le drame.

A Monza, Laura finit 4éme derrière la  March-Ford du Suédois Ronnie Peterson, la Ferrari de son équipier, le Suisse Clay Regazzoni et la Ligier à moteur Matra de Jacques Laffite. Mais Hunt ne termine pas !

Il reste alors trois épreuves, le GP du Canada à Mosport, celui des USA à Watkins Glen et enfin, l’ultime au Mont Fuji au Japon.

 

 UNE IMAGE DU FILM

F1_lauda_hunt5

 

A Mosport, Hunt triomphe et Niki finit seulement huitième. Au Glen, nouvelle victoire pour Hunt mais Niki se classe troisième.

À la veille de l’ultime épreuve du Championnat, disputée sur le circuit du Mont Fuji au Japon, Niki Lauda ne compte plus que trois points d’avance sur Hunt : 68 contre 65

Un temps de chien règne sur le Japon et de véritables trombes d’eau s’abattent sur le circuit de Fuji.

Du coup, Niki Lauda – imité par l’Argentin Carlos Pace –  renonce à poursuivre la course et s’arrête volontairement au stand Ferrari dès la fin du premier tour !

 

JAMES HUNT  Podium GP

 

Offrant ainsi le titre à Hunt qui en terminant, lui, troisième derrière la Lotus-Ford de Mario Andretti et la Tyrrell-Ford de Patrick Depailler, le coiffe sur le fil, totalisant 69 points contre… 68 à son adversaire malheureux mais comme il l’expliquera plus tard, en vie…

La décision de Lauda divise les observateurs.

La plupart y décèlent une extraordinaire force de caractère mais d’autres et bien évidemment en Italie et au sein même de la Scuderia, le signe que Lauda, bien que physiquement rétabli de son accident du Nürburgring, est définitivement perdu pour le haut niveau, que réclame le pilotage et le mental en GP.

 

NIKI-LAUDA-portrait-photo-Philip-MORRIS

 

À l’entame de la saison 1977, à Maranello, Lauda est donc ‘ dégradé ‘ et relégué deuxième pilote de la Scuderia, derrière l’Argentin Carlos ‘ Lole ‘ Reutemann.

Bien que se retrouvant désormais dans une ambiance interne délétère, Niki Lauda ne tarde pas à clouer le bac des sceptiques, en surclassant le pilote Argentin

Victorieux de trois Grands Prix, en Afrique du sud, en Allemagne, à Hockenheim et en Hollande et possédant suffisamment de points d’avance au Championnat et ne pouvant plus être ni rattrapé, ni dépassé et assuré de décrocher le titre, ayant vengé son honneur, le Champion du monde, s’offre même – ultime vengeance –  le luxe de claquer la porte de l’écurie Ferrari.

Et de renoncer ainsi aux deux derniers GP, celui des USA et du Japon

Et au terme de l’ultime GP celui du Japon, le 24 octobre, il décroche le titre mondial, le second après celui de 1975, totalisant  72 points.

Reutemann n’est lui que quatrième avec 42 points, également précédé par Jody Scheckter (55 pts) et Mario Andretti (47 pts).

Quant au Champion du monde en titre, James Hunt, il ne se classe que 5éme avec 40 points !

Quant à l’entrevue avec le Commendatore, l’Ingeniere Enzo Ferrari, à Modène, elle fut selon les proches, des plus tumultueuses …

Lauda ayant calmement expliqué au patron qu’il se retirait et abandonnait la Scuderia !

Pour sa part, Enzo Ferrari furieux, se disant trahi de voir son pilote ainsi quitter l’écurie avant le terme de la saison.

Mais l’histoire a une suite rigolote et restée célèbre.

Lorsque Lauda prend les commandes de son avion privé sur le petit aérodrome de Modène, les contrôleurs aériens le font attendre et patienter deux longues heures !!!

Enervé, le Champion du monde Autrichien ne peut que constater qu’il est puni …

Le contrôleur lui indiquant

« Monsieur Lauda, vous quittez Ferrari,  alors fini les privilèges ! ».  

En 1978, Lauda signera avec l’écurie Brabham-Alfa Romeo, propriété d’un certain Bernie Ecclestone.

Il remportera deux victoires en 1978. D’abord en Suède, à Anderstorp avec la fameuse Brabham BT46B, dite aspirateur.

Mais surtout, il triomphe sur les terres de la Scuderia, gagnant dans le temple de Monza, le dimanche 10 septembre, le GP d’Italie.

Une course de sinistre mémoire car marquée par l’accident fatal à Ronnie Peterson !

Au Championnat qui couronne Mario Andretti , le pilote Lotus, équipier de l’infortuné Peterson, Niki Lauda termine quatrième.

Après une semi- retraite de 1979 à 1981, Laura revient à la compétition en 1982 chez McLaren aux côtés de John Watson avec qui il fera équipe deux saisons. Il gagne à nouveau à deux reprises en 82, à Long Beach en Californie et au British GP couru lui à Brands-Hatch.

 

En 1984, il est associé au jeune espoir Français Alain Prost. Fort de quatre succès en Afrique du sud, en France, en Angleterre, en Autriche et à nouveau dans l’arène de Monza, il redevient CHAMPION du monde, le dimanche 21 octobre, à l’issue du GP du Portugal, disputé à Estoril prés de Lisbonne.

En effet, en se classant troisième, derrière son équipier Alain Prost et la Toleman-Hart, du jeune espoir Brésilien Ayrton Senna, Niki Lauda, décroche sa 3éme couronne totalisant 72 points contre… 71,5 à Prost.

Sacré pour…. un demi-point !!!!

Un an plus tard, il gagne encore le GP de Hollande à Zandwoort. Ce dimanche 25 aout, il triomphe d’ailleurs pour la 25éme et dernière fois de sa prestigieuse carrière .

Il prend, cette fois définitivement, sa retraite sportive et met fin à sa magnifique carrière, le dimanche 3 novembre 1985, au soir du GP d’Australie couru à Adelaïde et remporté par la Williams-Honda de Keke Rosberg, devant les deux Ligier-Renault, de Jacques Laffite et Philippe Streiff.

 

Alain PROST. Champion du Monde F1 - 1985. 20ème Anniversaire de son premier titre.

 

Un peu plus tôt, le dimanche 6 octobre, c’est le Français Alain Prost, son partenaire chez McLaren-Honda, qui, avec 73 points, avait décroché le 1er de ses quatre titres mondiaux, devançant la … Ferrari de Michele Alboreto, second avec  53 points.

Ultime revanche ! Dernière vengeance…

Voilà la belle histoire en GP de Niki Lauda.

 

JAMES-HUNT-Portrait-Team-MCLAREN-photo-Philip-Morris-543x680

 

Reste plus qu’à attendre la sortie du film sur l’inouïe saison 1976 et son duel avec le regretté James Hunt, décédé à 45 ans, il y aura bientôt vingt ans, le 15 juin 1993 à Wimbledon, d’une crise cardiaque.

Hunt, un sacré pilote, un mec génial, un authentique Gentleman.

Un immense Champion que nous avons eu la chance de côtoyer à nos débuts.

A l’époque ou le matin des GP, on pouvait à l’hôtel prendre son p’tit déj aux côtés des Champions qui vous racontaient les essais et leurs vies…

 ‘’ May i seat ? ‘’  Réponse immediate  ‘’ You, welcome ‘’

Autre temps !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Bernard Asset – Bernard BAKALIAN- Philip MORRIS et DR

 

 

 

 

Evenements F1

About Author

admin