NÉCROLOGIE. GIULIO BORSARI NOUS A QUITTE…

NECROLOGIE. GIULIO BORSARI NOUS A QUITTE…

GIULIO BORSARI portrait

 

Jean Claude Garconnet nous informe d’une triste nouvelle.

Un des plus grands mécaniciens de course vient de nous quitter : GIULIO BORSARI

Il a côtoyé, durant ses années d’activité, qui s’étalent de 1945 à 1976, périodes où il a collaboré avec les plus prestigieuses écuries  comme MASERATI et FERRARI.

Travaillant avec toutes les générations de pilotes légendaires, allant de l’époque des Nuvolari, Ascari , Villoresi, Fangio, Hawthorn , Surtees, Bandini, jusqu’à celles plus récents des Lauda, Regazzoni, Villeneuve, Pironi et autres Alain Prost …….. pour ne citer que quelques-uns d’entre eux.

Et comme il l’exprimait dans son livre : « « La FERRARI IN TUTA » »

« L’appréhension de chaque mécano est la crainte de ne pas voir revenir au stand ‘Son Pilote ‘ »

Aujourd’hui, c’est GIULIO qui ne rentrera plus …….

Notre correspondant en Emilie-Romagne,  nous dresse le portrait de cet homme aux doigts d’Or…

Giulio vient de nous quitter pour rejoindre à son tour le paradis de la compétition, où il va retrouver bien des visages connus.

Giulio Borsari était né en 1925 à Montale, un petit village près de Modène, où s’était installé René Arnoux, lorsque le Grenoblois courrait pour Ferrari. Immédiatement après la guerre, il rejoint la Scuderia Maserati en tant que mécanicien.

Et, il y restera jusqu’en 1957, année où il s’occupait du grand campionnisimo Argentin  Juan-Manuel Fangio – la Maserati ayant cessé toutes ses activités sportives.

Recommandé par Stanguellini, il descend à Naples pour  travailler plusieurs mois avec Paganelli. De retour à Modène, il se voit alors confié par Mimmo Dei, la voiture de la Scuderia Centro-Sud.

Après la fermeture de Centro-Sud, en 1962, il rejoint alors la prestigieuse Scuderia Ferrari, où Borsari, officie en tant que mécanicien. Deux deux ans plus tard, il se voit nommé chef-mécanicien de l’équipe F1, un poste  qu’il conservera pendant dix ans de 1964 à 1973.

De 1974 à 1976, il a dirigé en Grand Prix, la voiture du Suisse Clay Regazzoni. Plus tard, il a assuré le suivi de celui qu’il nommait le ‘ petit Prince’,  Gilles Villeneuve, lorsque le Canadien est arrivé à Maranello, après qu’Enzo Ferrari lui ait déclaré  ‘qu’il était convaincu de parier sur les jeunes graines inconnues’ du grand public.

Plus tard et même à la retraite, il a continué à suivre avec le même enthousiasme le monde de la course, à qui il a dédié son livre « La Ferrari en salopette », écrit par Cesare De Agostini.

En 1988, il avait fondé le «Club des mécaniciens de F1 en retraite »

 

Massimo ORLANDO

Photo : DR 

Nécrologie

About Author

gilles