12 HEURES DE SEBRING 2013: POUR BENOIT TRELUYER, C’EST… L’AMERIQUE !

POUR BENOIT TRELUYER C’EST… L’AMERIQUE !

12 HEURES SEBRING 2013 AUDI 1 JARVIS TRELUYER FASSLER

 

C’est l’Amérique !

A l’issu dans la nuit de samedi à dimanche dernier d’un ultime relais d’une intensité rare, le trio Benoît Tréluyer, Marcel Fässler et Oliver Jarvis, s’adjuge la plus célèbre et emblématique course d’endurance d’Amérique du Nord.

Le pilote Français, déjà notamment double lauréat des 24 Heures du Mans et Champion du monde d’endurance, épingle ce monument du sport automobile mondial à son palmarès, et affiche ses ambitions pour la suite de la saison…

Intense, extrême, grandiose !

Les superlatifs manquent pour décrire – après onze heures d’un duel des plus serrés – l’explication finale entre Benoît Tréluyer et ‘Monsieur Le Mans ‘ alias Tom Kristensen.

Une explication fratricide entre les deux pilotes Audi digne des meilleurs westerns… Un suspens comme seule la firme d’Ingolstadt sait les orchestrer avec un écart de moins d’une seconde sur la ligne !

 

 12-HEURES-SEBRING-2013-AUDI-1-ET-2-FASSLER-TRELUYER-JARVIS-KRISTENSEN-MCNISH-DI-GRASSI


12-HEURES-SEBRING-2013-AUDI-1-ET-2-FASSLER-TRELUYER-JARVIS-KRISTENSEN-MCNISH-DI-GRASSI

 

Même si le pilote tricolore minimise :

« Tout s’est joué dans les derniers relais où il a fallu se bagarrer un petit peu, mais nous avions tout de même l’avantage de pouvoir compter sur un dernier re-fueling plus court. Un bonus de six secondes qui nous aurait permis de nous imposer même si Tom (Kristensen) était parvenu à me doubler lors du pénultième relais. Je n’ai pas pris de risque lors de mon retour en piste quand j’ai eu du mal à chauffer les pneus. Fidèle à son approche, Audi n’a pas donné de consignes de course et ce fut à nous de nous débrouiller. Vraiment, ce fut une belle course. Très disputée, très serrée entre les deux voitures. Très sympa ! »

Une course qui restera à jamais gravée dans les annales de cette grande classique Américaine.

Une épreuve chargée d’histoire, et riche d’un palmarès où les plus grands se sont illustrés.

Benoit poursuit :

« Mes équipiers et moi-même n’avions disputé l’épreuve qu’une seule fois l’an passé et c’était la dernière occasion de pouvoir s’y imposer avec une LMP1. A mi-course, nous avons vu que nous avions une bonne chance d’y parvenir. Quand nous sommes arrivés ici, nous savions que la version 2013 était plus rapide. Seulement, la préparation de nos équipiers a été retardée par une sortie de piste – Allan McNish – lors de la première séance d’essais, et ils ont perdu pas mal de temps. Ils n’ont pas pu mettre au point la voiture comme nous avons pu le faire. De plus, avec Marcel et Leena Gade, notre ingénieur de piste, nous avions l’avantage de bien connaître la voiture. On a bien réglé l’auto. Nous avions un bon équilibre qui a compensé le déficit en performance que nous avions par rapport à la nouvelle voiture. »

Des réglages parfaits que le p’tit Suisse, Marcel Fässler était en mesure d’exploiter merveilleusement lors de son tour de qualification.

Il signait la pole et tombait même le record de la piste !

 

12-HEURES-SEBRING-2013-AUDI-victorieuse-dimanche-17-mars-TRELUYER-FASSLER-JARVIS

12-HEURES-SEBRING-2013-AUDI-victorieuse-dimanche-17-mars-TRELUYER-FASSLER-JARVIS

 

Benoit enchaine

:« Ce week-end, Marcel avait vraiment le feu ! Avec Leena, on a vraiment senti qu’il était dedans, qu’il pouvait faire la pole. Il a relevé le défi et nous a sorti un tour de folie. Allan (McNish) a insisté deux tours de plus pour tenter de battre son chrono, mais il n’y est pas parvenu. Olly (Jarvis) qui nous a rejoint en remplacement d’André (Lotterer) a fait du très bon boulot également. Avec Marcel, nous avons eu une pensée pour notre pote qui nous a super manqué. André s’est montré très fair-play en acceptant de céder sa place à Olly pour qu’il ait plus de roulage. Ce ne fut pas une décision facile à prendre pour lui car c’était la toute dernière fois que nous roulions à Sebring. Olly l’a remercié à sa manière, en effectuant une très bonne semaine, un très bon relais de nuit qui nous a permis de prendre l’avantage sur l’autre voiture et de maintenir l’écart. »

A compter de la manche d’ouverture du Championnat du Monde d’Endurance le 14 avril prochain en Angleterre, c’est face à Toyota qu’il faudra cette fois maintenir l’écart.

 

12-HEURES-SEBRING-2013-AUDI-victorieuse-dimanche-17-mars-TRELUYER-FASSLER-JARVIS

12-HEURES-SEBRING-2013-AUDI-victorieuse-dimanche-17-mars-TRELUYER-FASSLER-JARVIS

Benoit lâche :

« Cela va être une saison très difficile et toutes les victoires que l’on peut prendre, il faut les prendre. Le championnat va être très relevé. Toyota a beaucoup travaillé, nous avons beaucoup travaillé aussi et nous allons continuer. Que la nouvelle voiture ait été en mesure de finir les 12 Heures de Sebring pour ce qui représentait son premier vrai test d’endurance est de très bon augure. Maintenant, il faut poursuivre le travail de développement de la nouvelle R18 e-tron quattro. »

 

12-HEURES-SEBRING-2013-Le-trio-AUDI-victorieux-TRELUYER-JARVIS-FASSLER

12-HEURES-SEBRING-2013-Le-trio-AUDI-victorieux-TRELUYER-JARVIS-FASSLER

 

Heureux d’offrir à la voiture 2012 une tonitruante fin de carrière, Tréluyer et ses équipiers vont maintenant essayer d’offrir à la nouvelle version sa première victoire lors des Six Heures de Silverstone.

Le Champion du Monde 2012 qui, dans la foulée, fera un petit détour par Toronto pour assister à une manche de Super Cross, discipline dont il est grand fan, conclut :

« Afin de parfaire notre préparation, nous prolongeons de quelques jours notre présence à Sebring.»

L’occasion, pour lui, d’une dernière récréation avant que le rideau ne se lève sur le WEC…

Dont il est le Champion en titre et sortant avec ses potes Fassler et Lotterer.

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Team

12H Sebring Sport

About Author

gilles