12 HEURES DE SEBRING. BENOIT TRELUYER ‘ TENTER DE GAGNER CETTE ÉPREUVE DE RENOM ‘

 

12 HEURES SEBRING 2012 BENOIT TRELUYER Portrait casque

 

Champion du monde d’endurance en 2012, Benoit Treluyer entame ce week-end à l’occasion des 12 Heures de Sebring, sa saison 2013

Mais cette année, la très réputée épreuve Floridienne ne comptera pas pour le Championnat du monde d’endurance WEC, les promoteurs de la discipline lui ayant préféré comme manche US, une course qui sera organisée au cours de l’été sur le tout nouveau circuit d’Austin au Texas !

Mais même hors WEC, la célèbre classique Américaine, donne le vrai coup d’envoi de la saison d’endurance.

Et de grandes équipes comme Audi donc mais aussi Rebellion er Greaves, ont pourtant eu égard à la notoriété de l’épreuve, effectué le déplacement outre-Atlantique !

Benoît Tréluyer et Marcel Fässler, exceptionnellement privés d’André Lotterer, espèrent bien étrenner leur titre de Champion du monde 2012, avec une victoire…en terre US

 

WEC-2012-SILVERSTONEPodium-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER-photo-MARTINOLI-autonewsinfo.

WEC-2012-SILVERSTONEPodium-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER-photo-MARTINOLI-autonewsinfo.

 

Ils auraient tellement aimé qu’André Lotterer soit des leurs mais pour des raisons d’équité de programme, l’Allemand les rejoindra à partir de la manche d’ouverture du Championnat du monde, aux 6 Heures de Silverstone, le 14 avril prochain.

A Sebring, le duo sera épaulé par le Britannique Oliver Jarvis et aura pour mission de décrocher la victoire avec l’Audi  R18 e-tron quattro de l’an passé alors que la version 2013, sera dévolue au trio Di Grassi-Kristensen-McNish.

Benoit qui lâche :

 « Il y a deux objectifs un peu différents. Avec l’ancienne voiture, nous sommes là pour finir l’épreuve et tenter de la gagner. Avec le modèle 2013, nos équipiers auront aussi la victoire en point de mire mais également l’objectif de tester les évolutions introduites au cours de l’hiver en conditions réelles de course.»

 

Depuis la dernière manche du Championnat 2012, l’écurie Audi et ses pilotes ne se sont pas endormis sur leurs lauriers.

Loin de là, d’ailleurs !

 

WEC SIVERSTONE 2012 AUDI N°1 TRELUYER en pole Photo PATRICK MARTINOLI autonewsinfo

 

Tests de pneus avant Noël, essais au mois de janvier pour définir certaines configurations, la nouvelle R18 e-tron quattro, évolution du type, aura pour mission au cours de la saison de contrer Toyota qui, pour sa part, n’a pas fait le déplacement en Floride.

« Ce sera un Championnat plus serré et forcément plus excitant que celui de l’an passé, et certainement moins stressant à l’intérieur de l’écurie. Depuis le lancement de la saison 2012, nous savions que le titre allait se jouer entre les deux Audi sœurs car Toyota allait avoir beaucoup de mal à rattraper le retard accumulé lors des premières manches. C’était donc un peu plus tendu. Cette année, nous allons devoir travailler ensemble plus intensément pour contrer Toyota dès le début. Et je préfère cet état d’esprit ! »

En fait, il s’agit aussi d’une lutte de générations …

Les anciens, pilotes chevronnés, expérimentés et qui depuis une décennie ont tout gagné…

Et les p’tits nouveaux, les ‘ djeuns ‘ au talent reconnu et qui roulent vite les diablotins !

Et qui, victorieux des 24 Heures du Mans en 2011, ont récidivé en 2012 et ont brillé, devenant en outre les 1ers Champions du monde WEC

Comme un passage de témoin chez Audi …

 

24-HEURES-DU-MANS-2012-Arrivee-des-4-AUDI-avec-la-1-victorieuse-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER

24-HEURES-DU-MANS-2012-Arrivee-des-4-AUDI-avec-la-1-victorieuse-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER

 

Mais revenons à Sebring.

De plus, le travail ne va pas manquer car, déjà, tous les regards se tournent vers 2014 qui verra l’entrée en vigueur d’une toute nouvelle réglementation.

Benoit qui précise :

« Ce qui ne veut pas dire que nous sommes face à une saison de transition car elle va être très importante dans l’optique de 2014. Tout ce que nous allons apprendre cette année va nous être utile pour l’an prochain où il s’agira bien plus que d’une simple remise à zéro des compteurs. C’est à un nouveau concept que nous allons nous frotter. Nous sommes satisfaits des évolutions apportées à la R18 mais, maintenant, il va falloir apprendre à les maîtriser et à en tirer un bon profit ! »

 

SEBRING-2012-AUDI-Num-1-Treluyer-Fassler-Lotterer

SEBRING-2012-AUDI-Num-1-Treluyer-Fassler-Lotterer

 

Pour ce faire, le tracé de Sebring est un terrain d’apprentissage idéal tant il est exigeant pour la mécanique. Le Français en sait quelque chose car, l’an passé, il avait été contraint à un long arrêt au stand. D’où, cette année, un petit parfum de revanche…

« Il est certain que j’aimerais bien gagner. C’est une épreuve difficile avec beaucoup de trafic, avec des stratégies différentes des courses européennes. En plus, c’est la dernière fois que nous pouvons y rouler avec un proto, et j’aimerais l’épingler à mon palmarès. C’est une course un peu à l’ancienne sur une piste en partie en béton. Il y a des changements de revêtement, de largeur, et on enfile certaines courbes très rapides au ras des murs… Bref, c’est incroyable ! C’est une course à part, un peu comme les 24 Heures du Mans toutes proportions gardées. »

 

NDURANCE-WEC-2012-ISTANBUL-Remise-des-prix-pilotes-CHAMPIONS-du-monde-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER

NDURANCE-WEC-2012-ISTANBUL-Remise-des-prix-pilotes-CHAMPIONS-du-monde-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER

 

Ce premier rendez-vous de la saison est aussi l’occasion pour Benoît d’étrenner son titre de Champion du monde.

Humblement, il explique :

 « C’est un plus au niveau de la confiance. On sait que c’est difficile de remporter un championnat et qu’une simple erreur peut avoir de graves conséquences. L’an passé à Sebring, justement, nous n’avions pas pu finir aux avant-postes et nous avions perdu beaucoup de points. Ce qui nous avait obligés à cravacher tout au long de l’année sans faire la moindre erreur. Nous abordons cette nouvelle saison avec la même philosophie ! »

Une approche mesurée, réaliste et enthousiaste comme l’aiment le pilote originaire de Normandie et la marque Audi.

Une approche qui a séduit de nouveaux partenaires au cours de l’hiver comme GT bicycles, l’équipementier vélo Sram (dérailleurs, freins.) ou encore KTM, le fabricant de moto tout terrain.

Benoit , s’en réjouit :

« Des partenaires en relation avec mes entraînements physiques. Vélo et enduro forment la base de mon programme au cours de l’hiver et c’est un immense plaisir d’accueillir ses marques aux côtés de mes fidèles sponsors que sont Ellip6 (simulateurs de pilotage), Michelin, Motul, Alpinestars, Arai. »

Comme on le constate, Benoit Treluyer semble prét pour poursuivre la formidable moisson des victoires glanées en 2012, avec en point d’orgue  une seconde victoire consécutive aux 24 Heures du Mans et surtout le titre mondial.

 

Christian COLINET

Photos : Patrick MARTINOLI – Gilles VITRY et AUDI

 

12H Sebring Sport

About Author

gilles