GP2 SERIES. TOM DILLMANN A L’HEURE RUSSE…

 

GP2 Series. Tom Dillmann à l’heure Russe

GP2 2013  TOM Dillmann Portrait B

 

 

Quel incroyable retournement de situation en moins de deux semaines pour Tom Dillmann !

Loin d’être résigné, il était parfaitement conscient de ses maigres chances de pouvoir poursuivre en monoplace, après neuf ans de pratique parsemés de bons résultats, mais aussi d’embûches liées au manque récurrent de moyens financiers.

 

Et voilà le jeune Alsacien de Rixheim (près de Mulhouse) embauché cette fois avant les ‘ Trois coups ‘ pour la saison complète, par le nouveau Team Russian Time, repreneur de iSport !

Un choix qui s’appuie naturellement uniquement sur ses performances et son talent.

Dillmann fit des débuts remarqués en GP2, fin 2011 avec, coïncidence, le même Team iSport, rebaptisé tout récemment Russian Time et ce lors du Final à Abou Dhabi, hors-championnat

Pige qui le vit monter sur la troisième marche du podium de la manche sprint !

L’an passé, commençant la saison grâce à l’accord signé par son sponsor Luxury Racing avec l’équipe Rapax, il remporta le sprint de la seconde manche de Bahreïn.

Le staff de l’équipe italienne aurait voulu le garder toute la saison, et lui fit même faire bien plus d’épreuves que prévu par les échéances réglées.

Mais Rapax pour survivre, dut hélas se résoudre à le remplacer par des pilotes disposant du budget.

 

GP2-Ericsson-Calado-Dillmann-Podium-Abu-Dhabi-2011

GP2-Ericsson-Calado-Dillmann-Podium-Abu-Dhabi-2011

 

La dernière fois que Tom pilota une GP2 remontait à juillet dernier, à Hockenheim, le jour du Grand Prix d’Allemagne.

Contacté par plusieurs Teams GP2 ou FR 3.5 depuis l’automne, il était dans l’impasse et ne pouvait qu’avouer de n’avoir aucun soutien financier.

Malheureusement pour lui car sinon comme nous le répétait Gilles Gaignault, ami de son père depuis plus de trente ans, le fiston dispose de tout le package qui fait les grands pilotes de demain : le talent, la vitesse ! Et l’intelligence en course…

A maintenant 23 ans, espérer poursuivre en monoplace devenait pourtant incroyablement de moins en moins réaliste.

Et pour envisager une carrière de pilote professionnel, le moment n’était-il pas venu de se tourner vers d’autres disciplines ?

C’est pourquoi Dillmann commençait à chercher dans leurs relations qui l’ont souvent aidés avec de petits moyens à rouler depuis ses débuts, un budget pour viser la Supercup Porsche, histoire de rester dans la périphérie des Grand Prix.

Cette discipline se déroulant en lever de rideau des épreuves de F1.

 

WSR 2013  TOM Dillmann PORTRAIT A

 

Il y a de cela quelques jours, l’avant-veille des premiers tests collectifs 2013 des WSR Formula Renault 3.5, Tom reçoit un coup de fil de l’équipe ISR.

La même équipe Tchèque avec laquelle il s’était distingué, sur le même circuit de Motorland Aragon,

lors des tests “rookies“ fin 2010, où il était invité par Renault Sport Technologies, en tant que Champion d’Allemagne F3.

Un Team ISR dont le Français Loïc David (ex Toyota F1 ex DAMS et ex GDBA), nouveau Team manager, aurait bien aimé convaincre son boss, Igor Salaquarda de l’engager.

 

 GP2-2013-JEREZ-Test-26-fevrier-TOM-DILLMANN-Team-Hillmer


GP2-2013-JEREZ-Test-26-fevrier-TOM-DILLMANN-Team-Hillmer

 

Durant ces tests d’Alcaniz, réduits à une seule journée par la neige et le gel, Dillmann est alors contacté par le nouveau Team GP2, Hilmer Motorsport.

Et le voilà reparti quelques jours plus tard pour Jerez !

Pendant les deux premiers jours, tout se passe si bien qu’il trouve une monoplace efficace et signe le meilleur chrono chaque jour.

Le Team Allemand décide de ne pas rouler le troisième jour, mais le Français conserve le meilleur chrono et s’entend promettre une suite pour les tests de Barcelone, voire pour le début de saison.

L’affaire se complique agréablement pour Dillmann : ISR et Zeta Corse, autre Team de FR 3.5, le démarchent pour les prochains tests collectifs.

 

WSR-2013-TOM Dillmann-Test

WSR-2013-TOM Dillmann-Test

 

Mais surtout, Tom est contacté par Timo Rumpfkeil, le propriétaire de l’écurie allemande de F3 Motopark Academy. Celui-là même qui le tient en haute estime et qui l’emploie depuis plus d’un an pour coacher ses nouveaux pilotes.

Car il faut bien gagner sa vie !

Auparavant, il avait été employé par l’entreprise Parisienne TCM –FERALU, des frères Philippe et Jean-François  Peauger, le sponsor de Jean Claude Andruet dans les Rallyes Historiques, pour pouvoir courir en ayant l’assurance entre les courses épisodiques où on le conviait et l’invitait, d’un salaire et donc d’un job. Au cas où !

Mais revenons à ces derniers jours.

 

WSR-2013-TOM-Dillmann-Test avec RUSSIAN TIME

WSR-2013-TOM-Dillmann-Test avec RUSSIAN TIME

 

Rumpfkeil vient d’être mobilisé par le Russe Igor Mazepa pour constituer la nouvelle équipe Russian Time, après la reprise du matériel de iSport International.

Une partie du personnel du Team Anglais met alors le cap vers Barcelone pour les tests prévus à partir de mardi dernier.

Au moment de reprendre l’avion pour s’envoler vers l’Espagne pour la troisième fois en dix jours, Dillmann est déjà assuré de rouler pendant les trois jours.

Et même d’être du voyage dès la première manche en Malaisie du 22 au 24 mars, pour disputer la manche d’ouverture du GP2 à Sepang, dans le cadre du second GP F1 de la saison.

 

WSR-2013-TOM-Dillmann-Test-a Montmelo

WSR-2013-TOM-Dillmann-Test-a Montmelo

 

Titularisé pour une saison complète, cela n’était plus arrivé à Dillmann depuis le début 2007, lorsqu’il avait été intégré au Red Bull Junior Team.

Sa première saison de F3 avec ASM s’était moyennement bien passée.

Avec des hauts et des bas sur le plan sportif, mais aussi une fin de collaboration entre l’écurie Française et le sponsor Autrichien.

Ceci expliquant cela…

Conservé par le Red Bull Junior Team en 2008, Dillmann en fut cependant écarté brutalement après trois meetings, alors qu’il était revenu chez SG Formula, l’écurie lui ayant permis de se révéler en FR 2.0.

Et où Helmut Marko, l’œil du patron de l’entreprise de canettes de boissons énergétiques Dietrich Mateschitz, en sport automobile, l’avait repéré.

SG débutait en F3 Euro Series et ne pouvait espérer s’y imposer rapidement. Mais le manque de résultat reproché à Tom par l’Autrichien, seule raison invoquée, masquait une autre réalité :

La conséquente somme réclamée, que son entourage n’avait pas trouvée dans les délais. Car les sponsors des débuts de Dillmann en FR 1.6 Belge puis en FR 2.0, les André Cholley (AGS), Robert Sarrailh (Ascenseurs ATS), les Transports Deret ou TCM, ne pouvaient plus suivre à ce niveau.

C’est d’ailleurs Jean-François Peauger, le patron de TCM, qui en 2009, répétons-le, avait garanti à Tom un emploi lui facilitant des congés, en cas d’occasions pour courir.

 

F3-Tom-Dillmann

F3-Tom-Dillmann

Depuis, le parcours de Dillmann, n’a plus tenu qu’à une succession de petits miracles, et l’on ne compte plus le nombre de personnes ou de Teams qui, ayant pris en compte le talent affiché en piste, ont fait appel à ses services.

La liste est impressionnante… Preuve que le garçon sait tenir un cerceau et s’en servir à merveille !

En F3, citons les Teams du Suisse Jo Zeller, les Autrichiens HBR Motorsport et Neuhauser en 2009.

Puis Michael Hasic et son Team HS Technik en 2010 qui l’a, au coup par coup, amené jusqu’au titre en ATS F3 Cup allemande.

En Italie aussi, ses compétences ont été sollicitées, en test par Dueppi ou Ghinzani, ou en course avec des Mygale de la Scuderia Victoria ou Eurointernational.

 

2011-GP-3-ISTANBUL-POLE-TOM-DILLMANN.

2011-GP-3-ISTANBUL-POLE-TOM-DILLMANN.

 

Au fur et à mesure, celui qui traînait l’image nourrie par certains d’ado pas encore mature, est devenu un jeune mercenaire aux qualités professionnelles avérées, et prêt à rebondir à la moindre occasion.

Cette succession d’invitations à rouler lui a permis de se forger un bon bagage technique.

Volskwagen l’a d’ailleurs employé plusieurs fois pour le développement de son moteur F3.

Le constructeur Russe de F3 Arrtech aussi pour son châssis.

Les promesses affichées en GP3 en 2011, avec Carlin Motorsport puis Addax Team, et celles plus récentes en GP2, si elle ne lui ont pas permis de disputer un Championnat complet, ont eu le mérite de faire monter sa cote.

 

2011-GP3-ISTANBUL-Podium-DILLMANN

2011-GP3-ISTANBUL-Podium-DILLMANN

 

Et l’on retiendra que c’est grâce à un financement Russe que Tom Dillmann va pouvoir aborder la saison plein gaz, sans cette incertitude permanente très mauvaise pour le mental, d’être ou pas sur la grille de la manche suivante.

Un vieux dicton ne dit-t-il pas :

«  Pour être réceptif à une lumière, il faut une grande disponibilité intérieure »

Le temps de s’adapter à cette nouvelle aventure, sur qu’ensuite très vite, on va le retrouver aux avant-postes.

Pour la 1ére fois depuis des années, il va pouvoir s’abandonner et se donner à fond…

 

 

Sam SALVADON

Photos :  Alastair STALEY- GP2 Media Services – GP3

 

WSR-2013-TOM-Dillmann-Test- Montmelo

WSR-2013-TOM-Dillmann-Test- Montmelo

 

Formule 2

About Author

gilles