CHAMPIONNAT DE FRANCE DES RALLYES 2013 : RETOUR DE LA SUBARU D’ERIC BRUNSON

 

RALLYE FRANCE 2013 SUBARU ERIC BRUNSON

 

Bonne nouvelle. Très bonne nouvelle.

On va retrouver Eric Brunson en compétition !

On ne l’avait plus revu en Championnat de France des Rallyes depuis la lamentable affaire du Rallye Lyon-Charbonnières, l’an passé.
Pour une sombre histoire d’incompréhension, sa voiture accidentée gênant le passage en pleine spéciale, sa licence de pilote lui avait été retirée !

L’affaire s’est heureusement depuis résolue.

Aprés avoir écopé d’une sanction de six mois ferme, elle a été  fort heureusement ramenée ensuite à douze mois mais avec sursis
Et, Eric Brunson, le Normand de Deauville, a décidé de poursuivre sa carrière en 2013 et en Championnat de France des Rallyes!!!

C’est assurément un plus pour la FFSA (Fédération Française du Sport Automobile) en l’absence annoncée de plusieurs têtes d’affiche.
Dont le Champion de France en titre, Jean-Marie Cuoq.

Ce dernier ayant d’une part, vendu sa Ford Focus au Belge, Fredy Loix mais qui vit dans le sud de la France au Plan de la Tour.

Et, d’autre part, l’Ardéchois se dirigeant cette année vers l’autre Championnat de France des rallyes, celui disputé sur terre, avec la 207 Peugeot de l’équipe SYL de François Lethier.

Du coup, l’engagement et la présence de Brunson, ne peut qu’apporter de la notoriété au Championnat, car en plus de Cuoq, Stéphane Sarrazin, brillant animateur de l’édition 2012 avec Cuoq, sera lui aussi également absent !!!

Outre le Normand, le promoteur Olivier Pignon pourra compter sur la participation de quelques brillants rallymen.

Comme Julien Maurin et sa Ford Fiesta, Pierre Roché et sa MINI ou encore Gilles Nantet, l’ancien Champion de France, couronné en 2011. Et qui s’alignera toujours avec sa Porsche 996 Cup GT+

ERIC BRUNSON portrait Rallye de la Côte Fleurie 2012

Contacté ce samedi matin, Eric nous explique ses choix:

 » Pour différentes raisons, et après avoir bien réfléchi, j’ai opté pour conserver la Subaru. Après avoir pesé le pour et le contre. J’ai eu l’occasion d’essayer et la MINI WRC et la Ford Fiesta mais je n’ai pas ressenti les mêmes sensations qu’avec la Subaru à laquelle il est vrai je suis habitué. De plus, je connais bien la voiture et j’ai sagement choisi de jouer la sécurité. Sans parler du prix des autres autos. Avec la Subaru, je pense avoir une belle carte à jouer et de pouvoir envisager de viser enfin le titre. »

Il nous détaille sa réflexion et sa décision finale

« Avec mon entourage, on s’était fixé une date butoir, le 15 février. Comme nous disposions  de tous les éléments en notre possession, on a entériné de conserver la Subaru. »

Petit retour en arrière.

Eric nous raconte le cheminement qui l’a conduit à cette décision :

«  Je suis allé tester d’autres voitures en Angleterre au cours de l’inter-saison. D’abord, j’ai essayé la Ford Fiesta chez M Sport. Ensuite, la MINI WRC chez Prodrive. Mais j’ai vite écartée, cette éventualité. Concernant la Fiesta, j’ai bien apprécié. Mais, je reconnais que je n’ai pas été bluffé, loin de là. Certes, il s’agit véritablement de très belles autos au niveau conception, plus simple que ma Subaru. Mais,  sincèrement, je suis resté sur ma faim. Moins de sensations au volant en accélérations, pilotage plus agressif. Compare à la 1ére fois où j’ai roulé avec la Subaru, cela n’avait rien à voir.  »

Eric en vient au côté finance :

« Effectivement, les prix n’ont rien à voir. Le différentiel était très élevé. Beaucoup trop cher pour un privé. Ces voitures sont hors de prix. »

 

ERIC BRUNSON AU RALLYE DU TOUQUET EN 2012

ERIC BRUNSON AU RALLYE DU TOUQUET EN 2012

 

Du coup, il choisit de repartir avec l’équipe First et la Subaru.

Eric nous confie :

« Les gens de First sont venus m’accompagner en Angleterre. Mon ingénieur, Graham Quinn est d’ailleurs un ancien de chez Prodrive. C’était donc pratique d’avoir un  conseiller, parfaitement au courant et connaissant bien Prodrive et M-Sport aussi. En outre, je disposais aussi d’un excellent interprété, parlant l’anglais technique. »

Et, il enchaîne :

« Lui, évidemment était assez emballé par la Fiesta. Mais avec le recul, on était tous sur la même longueur d’ondes. Le projet M-Sport se révélait beaucoup trop cher et prématuré, sachant qu’il y avait toujours une belle carte a jouer avec la Subaru.

Eric ajoutant ::

«  Et ce d’autant plus que les rumeurs qui laissaient entendre que toutes les 2 litres seraient pénalisées ou bridées, afin de réduire la puissance, se sont finalement révélées fausses. Quand on en a eu la certitude et confirmation que ce ne serait pas le cas, on a dit on repart avec la Sub. »

 

Rallye du Touquet 2012 Podium  Eric BRUNSON Autonewsinfo Adrien CLEMENT

 

Ayant tiré un trait sur la vilaine affaire de sa licence retirée, à mi-saison, Eric Brunson, lâche :

«  C’est avec grand plaisir que je vais retrouver le Championnat de France des Rallyes. Auparavant, je m’alignerais dans la petite épreuve Normande, le Rallye de la Côte Fleurie. Je l’ai gagné en 2011 et 2012 et l’ai couru une dizaine de fois avec des petites autos. »

L’épreuve s’élance de Deauville et traverse le pays d’Auge par Honfleur avant d’aller dans les terres, du côté de Pont l’Evêque. 10 ES  développant 120 km, figurent au menu vendredi et samedi prochain

Eric conclut :

«  Ce sera une bonne remise en jambes. Une très  bonne séance d’essai. Si je gagne tant mieux. Mais, le plateau est de qualité, réunissant  Cédric Robert  – second en 2012 – avec une Mitsu EvoVII, José Barbara avec une MINI WRC, Knapick avec une 206 WRC.  Et aussi, Michel Nourry avec sa Porsche. Soit un joli et  beau plateau  »

 

Rallye du Touquet 2012 Saut Eric BRUNSON Autonewsinfo Adrien CLEMENT

 

Eric Brunson y peaufinera son entrainement en disputant, dans sa chére Normandie, la semaine prochaine ‘’ SON ‘’ rallye, le Rallye de la Cote Fleurie.

«  Cette course me tient toujours à cœur et elle me servira pour me remettre dans le bain de la compétition avant de m’aligner ensuite au Touquet. Mon objectif sera de reprendre mes marques et de tester la Subaru en configuration rallye. Mais si je peux gagner à nouveau et pour la 3éme fois, ce serait bien. »

En tout cas, une chose est sure, la présence d’Eric Brunson apporte une sérieuse bouffée d’oxygène au Championnat qui en avait vraiment bien besoin, eu égard au plateau des actuels inscrits

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Gilles VITRY et Adrien CLEMENT – Autonewsinfo

 

 

Sport

About Author

gilles