MONTE CARLO HISTORIQUE : ANDRUET ET BICHE NOUS RACONTENT LA VICTOIRE AVEC L’ALPINE EN 1973

ANDRUET BICHE : UN  SACRE TANDEM, LE COUPLE MAGIQUE !!!

ANDRUET et BICHE MONTE CARLO HISTORIQUE 2013 Photo autonewsinfo

 

A l’honneur sur ce Monte Carlo Historique, l’équipage vedette de l’armada des cinq Berlinettes car victorieux il y a quarante ans, de la prestigieuse épreuve monégasque, celui que forme le couple indissociable, Jean Claude Andruet et Biche, nous a raconté ce qui, à l’époque, avait été un fabuleux exploit.

Au cours de la dernière nuit, la fameuse nuit du Turini que Radio Monte Carlo retransmettait intégralement en direct sous la direction de son reporter vedette, Bernard Spindler, l’Alpine Renault, avait, en effet, créé la sensation, en enlevant le Monte Carl’, un peu à la surprise générale.

40 années ont passé depuis cette nuit inoubliable !

Mais, ni Jean Claude, ni Biche n’ont oublié…

Et, au départ de Reims, ce sacré tandem reconstitué, nous a raconté sa course

 

ANDRUET-MonteCarlo73-ALPINE

 

Retour sur cette nuit du 25 au 26 janvier 1973

En ce temps-là, le père Andruet était arrivé gonflé à bloc et un peu en pétard sur le Monte Carlo.

 

ANDRUET Au depart REIMS MONTE CARLO HISTORIQUE 2013

 

Explications :

« En 1971, j’étais un peu déprimé, à tel point que j’avais même failli tout arrêter et abandonner la compétition ! Je n’avais jamais réussi à finir un Monte Carl’. Chaque année, soit, j’avais des pépins mécaniques, soit, il m’arrivait de sortir de la route et d’en rester la. C’st pourquoi, j’ai finalement décidé de poursuivre ma carrière, car, avant de tenter autre chose, et notamment une carrière de chanteur – nous en avons été témoin, en week-end chez lui, JC connait par cœur les répertoires de Trenet, Brassens, Brel – je me suis dit que je devais, au moins une fois, finir ce rallye mythique.

Et, il poursuit :

« En 1971, donc, sans entraînement, je me suis présenté au départ. Et j’aurais pu gagner sans une crevaison survenue en fin d’épreuve. Mais, enfin, je suis parvenu à terminer et même sur le podium, en me classant 3ème. Du coup, j’ai pigé certaines choses, et notamment, la manière pour le gagner. Un an plus tard, en 1972, j’aurais du le gagner avec une belle avance, mais des spectateurs avaient jeté de la neige, juste avant mon passage et cela m’a fait perdre.

Jean Claude, enchaîne :

« En 1973, je dominais. Lorsque j’ai failli sortir de la route, car on m’avais communiqué de mauvais renseignements sur l’état des routes. Dans ma tête, je m’imaginais que je nous n’allions pas assez vite alors qu’en réalité, avec notre Berlinette, nous avions signé les scratchs. Et, tout à coup, patatras, crevaison !

Il raconte la suite :

«J’ai bien cru que c’était fini, et que ce malheur allait ruiner tous nos espoirs de victoire. Mais ce pépin m’a transcendé, et par la suite, j’ai signé 3 exploits qui m’ont permis de gagner au finish, au terme d’un énorme suspens, l’emportant devant mes équipiers : le suédois Ove Anderson et Jean-Pierre Nicolas. Offrant à Alpine une magnifique 1ère victoire au Monte-Carlo, assortie d’un sensationnel triplé ».

 

BICHE ALPINE ANDRUET MONTE CARLO HISTORIQUE 2013

 

A ses côtés, Biche, sa navigatrice se souvient :

« Moi, ce qui me vient en premier à l’esprit ? Ouh la-la c’est loin. Mais, j’ai souvenir d’un épatant et extraordinaire pilote qui survolait les spéciales cette nuit-là, et qui après notre crevaison a fait un incroyable et insensé festival, dans la nuit du Turini, reléguant un Anderson médusé, loin derrière. Nous permettant d’arriver en grand vainqueur à Monaco. »

Le temps final de l’Alpine victorieuse ?

5heures 42’04’’

Celui du Suédois : 5Heures 42’30’’.

Le troisième, Jean Pierre Nicolas qui complétait le podium et le triomphe Alpine, étant crédité, lui de 5Heures 43’’39’’

 

ANDRUET-BICHE-ALPINE-1973
On l’a dit, quarante années se sont écoulées et revoici Jean-Claude dans le baquet d’une Berlinette Alpine, sortit du Musée Renault à Flins et engagé par Hugues Portron, qui dirige Renault Classic, le patrimoine de la firme au losange.

Il est à la tête du clan Alpine, inscrit pour honorer et la victoire au Monte-Carlo et le renouveau de la firme voulu par Carlos Tavares.
Lui-même concurrent de ce Monte-Carl’ avec l’homme qui a été choisi pour piloter le projet Alpine : Jean-Pascal Daucé.

 

MONTE CARLO HISTORIQUE 2013 JEAN CLAUDE ANDRUET et Gilles GAIGNAULT Depart Reims dimanche 27 janvier

 

Alors, comment Jean-Claude vit-il l’annonce de la renaissance d’Alpine ?

« Comme tout le monde, j’ai appris la nouvelle et bien-sûr, j’en suis ravi. J’ai toujours estimé que l’abandon d’Alpine par Renault était manifestement une erreur de stratégie. Je n’ai jamais compris pourquoi, la direction de Renault ne se servait pas de l’image d’Alpine pour valoriser sa marque.Alpine ayant un capital sympathie extraordinaire, emmagasiné au fil des années par la collection des victoires que nous avons remportées, et notamment, le titre de champion du monde des rallyes. J’estimais dommage que Renault ne se serve pas de tout ce qu’Alpine avait apporté. Avec tous ces fabuleux pilotes qu’étaient les Darniche, Nicolas, Therier, Piot, Vinatier, Serpaggi et plus récemment Jeannot Ragnotti. »

 

MONTE CARLO HISTORIQUE 2013 ALPINE Andruet Biche  quiiten Boulogne Billancourt samedi 26 janver pour rejoindre REIMS photo Fred Espinos pour autonewsinfo

 

Mais à propos, que ressent Jean-Claude en reprenant le volant sur une berlinette sur le Monte-Carlo

« Il y a bien longtemps, oh oui, vraiment très très longtemps que je n’avais pas piloté une Alpine. C’est un clin d’œil à l’histoire que de revenir au Monte-Carl’ au volant d’une Berlinette. Qui plus est, avec ma fidèle navigatrice : Biche. Ensemble, nous courons depuis quelques années dans les épreuves historiques dans l’équipe TCM-FERALU de Philippe Pauger. Mais c’est fou, l’ambiance qu’il y a sur ce Monte-Carlo historique autour de notre présence et de celle d’Alpine. C’est incroyable les encouragements que nous ne cessons d’avoir. Partout c’est la folie.

 

ANDRUET MONTE CARLO HISTORIQUE 2013 A

 

Et, Jean Claude Andruet, plus bavard que jamais, de conclure :

« Le public est visiblement très heureux de revoir les berlinettes Alipine et, partout où nous passons, nous ne cessons d’entendre les gens applaudir à cette présence des Alpine, mais aussi, nous disent-ils, au renouveau et à la relance de la marque par Renault. »

Jean-Claude, qui est un garçon hyper-sensible n’en revient pas de voir comment à 73 ans bientôt, il reste extrêmement populaire.

Sûr que cela lui fait chaud au cœur !

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Bernard CANNONE – Jean-Jacques MANCEL – François HAASE- autonewsinfo

ANDRUET Plause Num 18MONTE CARLO HISTORIQUE 2013

ANDRUET Plaque mineralogique ALPINE MONTE CARLO HISTORIQUE 2013

ANDRUET BICHE MONTE CARLO HISTORIQUE 2013

Monte Carlo Historique Sport

About Author

gilles