ECONOMIE : RENAULT VEUT RÉDUIRE SES EFFECTIFS EN FRANCE POUR SAUVER SES USINES

Renault usine Flins Photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

Pour éviter de devoir avoir recours à la fermeture de sites et usines en France, le constructeur automobile Français Renault, souhaite réduire ses effectifs

Six mois après l’annonce de la suppression de 8000 emplois par la direction de son concurrent national, le Groupe PSA ‘Peugeot Citröen’, la seconde firme Française Renault, vient d’indiquer ce mardi, qu’elle souhaite absolument réduire ses effectifs.

Et d’avancer le chiffre de 7500 postes en France d’ici à la fin de l’année 2016. Ce qui représente 14% de sa masse salariale dans l’Hexagone.

 

renault-siege-1

 

La firme au losange, qui a tenu ce mardi une sixième réunion de négociations avec ses syndicats, compte notamment pour y parvenir sur 5700 départs naturels, et aussi dit-ton sur un prolongement et un élargissement du dispositif GPEC (mobilité, reconversions et aménagements de fin de carrière).

La direction de Renault, ayant fait savoir qu’elle excluait tout licenciement sec, économique ou plan de départs volontaires.

Comme PSA, Renault a vu ses ventes lourdement chuter en France et en Europe.

Du coup, les résultats financiers sont catastrophiques…

C’est donc la raison pour laquelle, Renault comme PSA se voit dans l’obligation de prendre elle aussi à son tour des mesures structurelles importantes, pour tenter de retrouver l’équilibre et de redevenir compétitif.

 

MONDIAL AUTO 2012 RENAULT CLIO 4 avec CARLOS GHOSN  photo Gilles VITRY autonewsinfo

 

En tout cas, le Président de l’entreprise, le Franco-libanais Carlos Ghosn, a indiqué que Renault n’a pas vraiment de problème de surcapacités de production comme c’est le cas chez PSA.

Carlos Ghosn confiant que son Groupe s’est adapté à une situation difficile sur en Europe avec de multiples journées non travaillées, du chômage partiel, des arrêts de production et un plan de réductions de coûts.

Le véritable problème de Renault en France, c’est essentiellement le coût du travail, qui plombe sa compétitivité.

Le dirigeant de Renault à de nouveau répété et précisé ce mardi que si la firme réussit à trouver un accord avec ses syndicats, il s’engageait à ne fermer aucune usine sur le sol Français. Et ce contrairement à PSA qui a confirmé sa décision de fermer son usine d’Aulnay-sous-Bois en Seine Saint-Denis, laquelle emploie 3300 personnes. Le site de Rennes-La Jannais, étant aussi touché.

 

Christian COLINET
Photos : Gilles VITRY

 

Economie Renault

About Author

gilles