AFRICA RACE : PREMIERE ETAPE POUR MOTARDS SEULEMENT…

.  

 

Première étape de cet Africa Eco Race, à la fois mouvementée et bloquée au débarquement des bateaux sur le port de Melilla.

Le passage de la douane à l’entrée au Maroc, a été extrêmement long et du coup, tout le monde a pris du retard.  C’est assez habituel sur ce genre de voyage, et ensuite, il n’y a que deux façons de continuer, tout le monde roule de nuit et il ya de la casse ou on prend des décisions sages, ce qui a été le cas.

 

DEBARQUEMENT DIFFICILE..

 

 

 

Les deux bateaux affrétés par l’organisation ont lâché les concurrents dans la matinée sur le port de Nador.

Au programme de cette première journée au Maroc, 658 km au total, avec une première liaison de 245 km, une petite spéciale de 245 km et une autre liaison pour arriver à Boudnib.

Programme forcément un peu allégé car René Metge sait qu’un bateau peut arriver en retard, que la douane peut être plus longue que d’habitude, bref que tout est compliqué un premier jour.

C’est d’ailleurs ce qui s’est passé, mais c’est aussi ça l’aventure!

René Metge qui nous parle du tracé de la spéciale de ce samedi.

 

africa race profil 1

 

 

« La première partie du parcours jusqu’à Tendrara comporte de très belles pistes gravillonneuses ou sablonneuses. Seul souci, elles sont très nombreuses et engendrent une navigation extrêmement précise. Il s’agit d’un paysage composé de steppes avec beaucoup de campements. Sur la fin de la première partie, les concurrents les plus chanceux pourront peut-être apercevoir le train de la mine aux abords de Tendrara. La seconde partie de la spéciale jusqu’à Bouarfa est magnifique. Les concurrents quittent la steppe en se dirigeant vers le bassin du Tigri avec une végétation inattendue au Nord-Est du Maroc, composée d’herbes hautes, de grands buissons et d’arbres verdoyants, le tout, pour compléter ce tableau idyllique, en évoluant sur une superbe piste très roulante. La fin de la spéciale est à nouveau au cœur de la steppe en approchant de Bouarfa. Une étape que j’ai beaucoup aimée. »

Voilà, René trace au GPS mais aussi avec le coeur et son truc était, dans ce Maroc où l’on compte un nombre d’épreuves phénoménal, d’emmener ses concurrents dans des endroits inconnus.

 

POUR LES MOTOS SEULEMENT…

NORBERT DUBOIS

 

Il ya eu un tel retard à la sortie du bateau que les autos et camions ne pouvaient décemment pas prendre le départ, il fallait d’abord lâcher les trente motos, et il était déjà tard…

Jean Louis Schlesser m’explique ce qui s’est passé…

« La règle en rallye raid veut qu’en dehors des faits de course qui peuvent arriver, panne ou pépin, on ne donne le départ d’une spéciale que si l’on est sûr qu’elle sera finie de jour. Aujourd’hui, officiellement, la nuit tombe ici à 17 heures quatorze. Il était clair que si moi j’avais une petite chance de finir de jour, avec quelques autres autos, les camions et la majorité des autos étaient bons pour rouler de nuit. Les commissaires ont donc eu la sagesse de faire partir les motos en spéciale, avec toute la sécurité, les médecins, etc…, et les autos et camions ont pris le goudron ».

 

 

Sur la carte ci-dessus, l’itinéraire initial de cette première journée…

Mais pourquoi ce retard?

« On est victimes de notre succès! Les douaniers ont fait ce qu’ils ont pu mais quand près de deux cent véhicules arrivent en même temps! Beau bazar! On rate une belle spéciale mais pour de bonnes raisons…  »

Autos et camions ont donc poursuivi par la route, laissant les motards seuls dans leur Est, sur une piste qui longe tellement la frontière algérienne de près que là aussi, rouler la nuit ne doit pas être conseillé.

 

LE SANGLIER LABOURE…

STEFANO TURCHI

 

Comme prévu, l’Italien Stefano Turchi sera un sérieux client, parti sixième dans l’ordre des dossards,et donc dix minutes derrière le premier lâché, les motards partent de deux en deux minutes,  il ouvre déjà la piste au bout d’un tiers de la spéciale.

Et effectivement, selon ce qu’a dit Metge, en début de spéciale, ça envoie fort, on roule à plus de 110 km/h…

Un km derrière la KTM de Turchi, on trouve Klaus Kinigadner, évidemment sur une KTM.

Normal.

 

 

D’abord son frère Heinz est patron de la compète dans cette boîte autrichienne qui gagne tout en TT mais aussi depuis cette année, un Championnat du Monde de vitesse en Moto3 avec l’Allemand Sandro Cortese.

Mais surtout parce que sur trente motards engagés, il ya seize KTM…

Norbert Dubois est venu jouer avec les grands de devant, mais il va jardiner un peu…

Bon, un premier jour, et sur un terrain bourré de pistes qui partent dans tous les sens, pas très grave mais agaçant…

La vitesse est tombée aux alentours de 70km/h en tête…

Tout à fait en queue de peloton, on trouve notre Championne du Monde des Bajas, Emmanuelle Clair, c’est normal, les quads partent en dernier, avec un détail qui n’en est pas un, elle a passé plusieurs motards…

 

EMMANUELLE CLAIR

 

Même un GPS peut être émouvant…

On peut suivre tous les véhicules quasiment en temps réel grâce à l’Iritrack, balise qui sert essentiellement pour la sécurité…

Et l’on constate qu’en bordure de piste, figure une voiture du raid,arrêtée… le raid est  une catégorie qui ouvre la piste, composée de gens qui veulent profiter du balisage, de la sécurité du Rallye sans chrono mais avec beaucoup de passion.

A bord de cette auto, un homme et son fils …

 

STEPHANE ET EMMA CLAIR

 

Il s’agit de Stéphane Clair, organisateur avec Emmanuelle des Rallyes Oilybia du Maroc et de Tunisie, directeur du circuit Paul Ricard, qui attend avec son fils  Tom, le passage de la Championne et épouse, c’est attendrissant mais on imagine aussi qu’il peut y avoir un peu d’inquiétude…

En tous cas, même si cela n’a aucune influence sur le rallye, j’adore ce genre d’histoire, le désert est parfois cruel mais quand il est généreux, c’est inoubliable…

En plus, Stéphane lui aussi est quader, il a rencontré Emmanuelle dans le désert, grâce au quad.

Bon j’arrête, on va croire qu’autonewsinfo, journal des purs et durs du chrono, devient fleur bleue…

Mais c’est beau…

Bien entendu, elle l’a dit avant de partir, son but est d’être la première féminine à amener un quad sur le Lac Rose…

Ce qui n’empêche pas de mettre du gaz…

Devant, Turchi mène la danse du sable et derrière, pas très loin, un groupe de trois, Norbert Dubois, Kinigadner et un autre autrichien, Martin Rabenlehner.

Tout ce beau monde roule KTM…

Kinigadner lâche le rythme le premier.

En tête de course, Turchi, lui ne lâche rien.

En Italie, après ses brillants résultats aux Pharaons, il a gagné la classe open, on le surnomme « Il Cinghiale Maremmano ». Le sanglier des Maremme, une région de la Toscane.

C’est dire que la garçon est costaud…

Mais la nuit avance, inexorable.

 

STEFANO TURCHI

 

On décide donc d’arrêter les motos quand la spéciale tangente le goudron, à Tendera.

Bon, en latin, aventure se dit « ad ventura », autrement dit, ce qui devait arriver.

On ne lutte pas contre le destin et encore moins dans le désert…

Décision sage, on rejoindra le bivouac par le goudron, en convoi avec les autos et les camions.

Je reconnais d’ailleurs bien là le génie du maître des lieux , René Metge, qui comme par hasard, a prévu des coupes le premier jour…

 

 

Au cas où…

Chapeau Grand Sachem…

Demain, premier vrai départ d’une vraie spéciale de Boudnib à Tagounite, 410 km de spéciale pour 20 km de liaison!  

Classement officieux de la journée…  

1: TURCHI STEFANO, Italie, KTM 690. 2.  PALACIOS JOSEPH, F, KTM 450. 3. FRAUWALLNER HELLY,AUT, Yamaha 450. 5; RABENLEHNER MARTIN, AUT, KTM 690. 6. MARTENS GUILLAUME, NL, KTM 450. 7. FONTYN MARTIN, B, KTM. 8.  HETZENAUER JOSEF, AUT, KTM.  9. PELZMANN KLAUS, AUT, Yamaha. 10.  DUBOIS NORBERT, F, KTM. 11. POIZAT PATRICK,. 12.  SCHATTAT THOMAS.13. LOGGIA MARCO. 14.MORETTI TOBIAS.15. SAUER JOACHIM. 16.CUSUMANO GUIDO.17. DALLA VALLE STEFANO. 18. CONREAU CHRISTOPHE.19. KINIGADNER KLAUS. 20. CLAIR EMMANUELLE. 21.BLOEB GREGOR. 22. LESAGE PIERRE.23. BOUCHET PASCAL.24.  HORWATH CHRISTIAN. 25 PROCACCINI ALFREDO. 

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

Photos :  ALAIN ROSSIGNOL-DESERT RUN – AUTONEWSINFO et TEAMS 

 

Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis