MOTOGP: ON INSTAURE LE PERMIS A POINTS…

 

Cela semble insensé mais c’est bien réel.

Comme on a eu l’impression que dans les cas, légitimes ou totalement illégitimes d’ailleurs, où les marshalls ont puni les pilotes considérés comme violents, cela s’est fait un peu à la tête du client, la commission Grand Prix sort une arme secrète, le principe du permis à points…

D’abord les textes officiels.

 

LE GRAND CONSEIL  PREND UNE DECISION ETONNANTE…

 

La Commission Grand Prix, composée de Messieurs Carmelo Ezpeleta (Dorna, Président), Ignacio Verneda (Directeur Exécutif FIM, Sport), Hervé Poncharal (IRTA) et Takanao Tsubouchi (MSMA), en présence de MM. Javier Alonso (Dorna), Mike Trimby, (IRTA- Secrétaire de séance), Paul Duparc (FIM) et Mike Webb (Directeur de Course), lors d’une réunion qui s’est déroulée le 13 décembre 2012, à Madrid, a pris les décisions suivantes.

La Direction de Course pourra sanctionner un pilote de plusieurs points, sur une échelle de 1 à 10.

Une pénalité de 4 points entraînera le départ en dernière position sur la grille pour la course suivante. 7 points : Départ de la pit-lane pour la course suivante.10 points : Disqualification pour le Grand Prix suivant.
Une fois la sanction prévue pour dix points appliquée, le compteur est remis à zéro. Les points ne se cumulent pas d’une saison à la suivante.

ET LE COMMENTAIRE D’AUTONEWSINFO…

 
1) Un pilote de GP sait en général jusqu’où il peut aller trop loin et surtout qu’une connerie se paie comptant et parfois très cher.
2) Parce que se retrouver à quatre pattes ou à plat ventre à 260 km/h, ça parle tout de suite…
3) La guerre en dentelles n’a jamais existé, ni à moto ni ailleurs…
4) Alors réglementer la guerre…
Mais justement, les GP, ce n’est pas une guerre, même si j’utilise souvent le terme.
C’est du sport.
Alors, ou bien comme en rugby, on a des règles précises et des videos pour aider les arbitres et les erreurs sont rarissimes.
Ou bien comme dans le foot, on laisse le truc à des hommes sûrement très respectables car ils font un boulot indispensable,  mais les yeux ne voient pas tout…
Ici on mélange les deux.
La vidéo est toujours et depuis longtemps l’aide des commissaires mais les règles sont floues…
Les marshalls pourront donc continuer à la tête du client, toi tu prends trois, toi quatre, toi rien…
Je continue de penser que vouloir pacifier un sport de « killers » où l’on se tue d’ailleurs vraiment, rarement mais vraiment, est absurde.
Quand un pilote balance littéralement un autre pilote, ce qu’a fait par exemple Bautista sur Lorenzo au GP des Pays Bas, , ce que l’on appelle « faire  un strike ou… faire un  un Bautista », et encore, il l’a plus fait par folie que par volonté de passer tout le monde au premier virage, bref quand il ya une évidence, il est normal qu’il ya ait des sanctions.
Car, on le répète, en GP, on se tue encore.
Mais quand on trouve des pilotes guerriers comme ceux qui mènent les catégories Moto3 et Moto2, où la guerre civile est permanente du début à la fin du GP et du premier au dernier placé, dire que l’on pilote dangereusement lors des dépassements  est une vraie connerie!
Le spectacle, depuis les jeux romains, est toujours cruel.
Bon bref, c’est fait, c’est leur organisation, ils décident…
Mais j’y pense, bon sang mais bien sûr…
La vraie solution pour qu’il n’y ait plus de violence, et même plus de danger, c’est quoi?
La limitation de vitesse!
Honnêtement, en plein milieu de la courbe Dunlop, ou aux Chemins aux Boeufs, ça aurait de la gueule non?
En plus, on n’aurait plus à s’emm… à trouver des pneus qui tiennent un GP entier, et quand il pleut on pourrait limiter à trente..!
Gé-nial!

AUTRES DECISIONS POUVANT ÊTRE IMPORTANTES

 

La hantise, pour les pilotes de tête, c’est le moment de dépasser ceux qui se prennent un tour dans la vue.
Donc on va essayer d’éviter les motos lentes…
Effectivement, si les CRT de tête sont à deux secondes voire moins, de la pole, derrière, il ya en qui vont.. moins vite, beaucoup moins vite…
On a vu Lorenzo (photo ci-dessus) se faire le high-side de l’année en passant une CRT à Valence.
MARC MARQUEZ EN MOTO2

MARC MARQUEZ EN MOTO2

Par ailleurs, il a été écrit noir sur blanc que les shifters des Moto2 seront contrôlés, ce qui était déjà le cas l’an dernier.
On se souvient que les écuries qui se faisaient tourner autour par Marc Marquez  hurlaient à la tricherie, l’écurie de Marc répondant qu’après chaque course, il était possible de tout ouvrir…
Et si les perfs de Marquez ont été vues par tous les spécialistes de bonne foi, dont je fais partie, ses chronos en MotoGP sont une vraie baffe à ceux qui ont dit de façon si perverse que c’est la moto qui faisait tout le boulot cette année…
Voilà donc les textes des décisions.
« Pour participer aux séances de qualifications, un pilote devra réaliser un tour qui ne dépasse pas les 107% du meilleur temps, lors de l’une des quatre séances d’essais. Il n’est plus possible de se qualifier pour la course grâce à un chrono réalisé lors du warm-up. Les systèmes de quick-shifter utilisés en Moto2 devront être approuvés par le Directeur Technique ».

JEAN LOUIS BERNARDELLI

Photos :  TOURISME TCHÈQUE, MOTOGP

 

Moto Sport

About Author

jeanlouis