ENDURANCE MOTO : BILAN ET PERSPECTIVES POUR LE SERVICE COMPETITION MOTO MICHELIN

24 h du Mans 2012 MICHELIN de nuit

 

BILAN ET PERSPECTIVES POUR LE SERVICE COMPETITION MOTO MICHELIN

ENTRETIEN avec Nicolas GOUBERT

Au cours de la saison d’endurance moto écoulée, nous avons eu l’occasion de nous intéresser de près aux pneumatiques et de rencontrer les manufacturiers.
Michelin, nous a alors parlé de son engagement sur de nombreux autres fronts  (Dakar, Enduro, Trial et Vitesse) et nous avons souhaité, en fin de saison faire un peu le point avec Nicolas GOUBERT, qui avec sa casquette de responsable technique compétition, coiffe également la responsabilité pleine et entière de la compétition moto.
Vous avez raflé les titres dans les championnats vitesse en Allemagne et en Espagne, or il me semblait qu’un titre vous tentait à cœur plus que les autres : le mondial d’endurance, or vous êtes encore passé à côté, comment pouvez-vous expliquer cela ?
« Écoutez, nous étions effectivement présents avec nos partenaires BMW et YAMAHA, (YAMAHA sous les couleurs du GMT et du YART) et nous avons obtenu des résultats techniques excellents. Nous avons l’habitude de différencier les résultats techniques des résultats sportifs.

 La BMW Michelin

Quand on est pneumaticien en fait, le résultat technique qui compte, c’est lorsque les motos sont sur la piste, quels sont les rapports de force et les chronos relatifs de nos partenaires par rapport à nos concurrents. Je ne prendrai qu’un exemple pour illustrer cela. Regardez les 8 heures de Suzuka. Michelin ne gagne pas mais monte sur le podium avec le GMT, ce qui n’est déjà pas rien. De plus, si vous regardez bien, le meilleur tour en course est réalisé par la YAMAHA du YART, avec le record du circuit et une bonne constance avec les premières heures en tête. Malheureusement, les faits de course feront que ce team n’ira pas jusqu’au bout, mais pour nous, le résultat technique reste excellent et le résultat sportif n’était pas, malgré le podium du GMT, celui espéré. Sur la saison, nous étions très satisfaits de la performance de nos produits. »
Restons sur le sujet de l’Endurance si vous voulez bien, alors l’année prochaine vous repartez avec le GMT et le YART comme BMW ne repartent pas ?
« Le GMT a annoncé qu’il repartait et nous continuons notre partenariat avec le GMT et YAMAHA France. Nous sommes prêts à suivre les deux autres partenaires que nous avions cette année (YART et BMW). Ils n’ont pas annoncé officiellement leur participation, à ce jour, nous sommes en mesure de les accompagner. »

Relance de la YAMAHA GMT 94 Michelin

Vous avez obtenu des résultats flatteurs dans d’autres championnats, je crois?
« Au niveau des satisfactions on va commencer par l’IDM : Internationale deutsche Motorradmeisterchaft (Championnat de vitesse allemand), où nous étions présents avec Erwan NIGON sur BMW. Nous y avons remporté le titre pour notre première participation. 60% des circuits nous étaient complètement inconnus. C’était également le cas pour Erwan. Il a vraiment été excellent tout au long de la saison. Nous avons à nouveau remporté le titre vitesse en Espagne. On occupe d’ailleurs les quatre premières places au championnat, ce qui ne veut pas dire pour autant que la concurrence n’ait pas été vive. L’autre manufacturier a d’ailleurs remporté deux épreuves sur les 7 organisées. Pour continuer évoquer nos satisfactions, je voudrais parler du championnat vitesse en Italie. Nous y sommes présents depuis 3 ans, nous avons obtenu de bons résultats, 2 victoires je crois, et quelques pole position. On a brillé, on n’est pas champion, mais nous viserons le titre en 2013.

Prise de température au sol

En championnat de France, nous équipions le champion sortant Sébastien GIMBERT. On a eu ensemble un début de saison un petit peu en retrait et une forte concurrence  qui a caracolé en tête la première moitié de la saison. On a ensemble redressé la barre de façon tonitruante en remportant les quatre dernières manches, ce qui n’a pas suffi pour arracher le titre, mais finir sur une note très positive comme ça, démontre que les produits et tout le package étaient à nouveau très performants. »
Peut-on un peu parler de votre présence en moto sur le Dakar qui arrive bientôt ?
«  On sera sur le Dakar en moto. En fait, on est dans toutes les disciplines sur le Dakar 2013. En voiture, on peut signaler le retour de la marque MICHELIN, alors que jusqu’à cette année nous participions avec une autre marque du groupe BF GOODRICH. Il y aura donc des montes MICHELIN sur tous les types de véhicules. »

Station de montage

Pour la compétition deux roues, quels sont vos objectifs pour 2013 ?
Nous allons nous recentrer sur les trois pays phares que sont l’Italie, l’Espagne et la France. En Italie nous allons accroître nos efforts. Nous avions 3 motos en Superbike cette année, nous en aurons 4, voire 5 en 2013. On visera le titre. En Espagne, on continue sur la lancée avec une très forte présence et bonne nouvelle, il y aura un manufacturier de plus. On sera  trois à se battre pneumaticiens  dans ce championnat très relevé. En endurance, on continue. J’espère que tous nos partenaires de 2012, vont annoncer leur engagement. »
A ce propos, on s’interroge de savoir si le YART et BMW repartiront vraiment. Quel est votre sentiment à ce propos ?
« On entend tout et son contraire. En tout cas nos partenaires nous ont demandé de nous tenir prêts. »

Un camion d’approvisionnement

Toujours à propos de l’endurance, où en est-on de la démarche visant à mettre en place une politique de réduction de la consommation de pneus ?
«  J’ai envie de dire que cette démarche va démarrer effectivement en endurance, en 2013. Nous, on y travaille depuis trois ans. L’idée fait petit à petit son chemin. Là, il y a eu une réunion menée par la FIM qui a convoqué l’ensemble des manufacturiers présents dans le championnat du monde (y compris ceux qui ne disputent pas toutes les manches), pour mettre ce sujet sur la table. En fait, tous les manufacturiers y sont très favorables. L’enjeu est d’importance et il ne concerne pas que les manufacturiers, mais la santé du sport en général. On va y aller par étapes. Il y a un projet, notamment de changement de format pour les qualifications, afin qu’il n’y ait pas de consommation effrénée de pneus de qualification. Pour 2013, ça va commencer par des mesures très logiques et faciles à mettre en place. Ensuite pour 2014 et 2015, nous allons établir un programme et un calendrier d’application de réductions qui seront bénéfiques à tout le milieu. La FIM entend prendre des mesures qui vont, à mon sens, dans la bonne direction et j’étais agréablement surpris des réactions positives de l’ensemble de nos collègues manufacturiers. »

Nicolas GOUBERT avec un technicien dédié à un Team

Comment appréciez-vous l’impact de votre implication et vos résultats sur le secteur commercial deux-roues ?
« Ce que je peux vous dire c’est que notre implication dans les différents championnats et dans les différents pays, elle est guidée par des raisons d’image et des raisons commerciales. C’est parce que nous voulons augmenter nos parts de marché en Italie que nous voulons nous servir de la compétition comme levier pour améliorer notre image de marque et déclencher des ventes supplémentaires. Cela est extrêmement clair chez nous. Par contre si vous me demandez  quel pourcentage de ventes en plus en Espagne parce qu’on a gagné le titre en 2012, je suis incapable de vous répondre. Les américains ont une expression du genre : vous gagnez dimanche, vous vendez lundi. C’est sans doute un petit peu exagéré mais on pense sincèrement, notamment en moto plus qu’en voiture, qu’il y a effectivement un lien entre la prestation et les résultats que vous pouvez réaliser sur le terrain de la compétition  et puis l’image que vont avoir les clients potentiels, de la qualité de vos produits et de votre capacité de faire de bons produits pour leur moto de tous les jours. »

Une auvergnate : la Suzuki 63 d’A Z Motos

Chez Michelin, on est auvergnat et l’on doit bien savoir en termes de chiffres ce que la compétition peut générer comme évolution d’un marché, par exemple celui de l’Espagne où vous avez fait un véritable carton ?
« Ce que je peux vous dire c’est qu’on est toujours convaincu que ça peut nous aider ! Après, nos commerciaux disposent de  X moyens pour développer leurs ventes, et au cours de l’année il s ne vont pas se reposer sur nos activités de compétition, mais déployer un panel d’actions pour faire progresser leur part de marché.»
On peut dire qu’il y une adéquation forte entre compétition et développement commercial ?
« Oui c’est au moins notre conviction. »
En élargissant un peu le cadre de notre interview, nous évoquons avec Nicolas GOUBERT qui prépare aussi le Rallye de Monte-Carlo, le retrait progressif de Sébastien LOEB. On peut craindre que cette disparition du rallye porte en quelque sorte préjudice à la discipline et c’est sans doute pourquoi Michelin va équiper Volkswagen dès 2013 avec LATVALA et OGIER, afin que cette absence soit vite comblée.
Sans vouloir ajouter du commentaire aux réponses de Nicolas GOUBERT, disons simplement qu’à autonewsinfo  nous serons particulièrement attentifs « aux mesures très logiques et faciles à mettre en œuvre » que la FIM doit promouvoir pour amorcer cette déflation de la consommation de pneumatiques.
En tout cas, nous remercions Nicolas GOUBERT pour sa disponibilité et nous lui souhaitons d’atteindre en 2013 ses objectifs. Gageons qu’en endurance il ne se contentera pas des succès techniques, mais voudra absolument décrocher un succès sportif, c’est-à-dire le titre mondial.
Alain MONNOT
Photos : Alain MONNOT, Michel PICARD et Michelin

Sport

About Author

gilles