TORK ENGINEERING RACHETE PAR POCLAIN

 RICHARD TUR

TORK ENGINEERING RACHETE PAR POCLAIN !
Depuis quelque temps dans le milieu de la course, il se murmurait que «  l’on n’était pas très bien «  chez TORK Engineering. Pourtant, nous savions que la préparation de la Dacia victorieuse l’an passé sur l’Andros avec Alain PROST, se poursuivait et que l‘auto serait bien présente à l’ouverture de la saison, avec Olivier PANIS à son volant.
Mieux même, nous devions effectuer un reportage ce mardi à Amilly prés de Montargis dans le Loiret, sur les activités globales de cette officine Tork Engineering, au lendemain de cette première manche courue à Val Thorens le week-end dernier.
Le report de notre rendez-vous  a au dernier moment hier soir lundi été motivé par l’arrivée de nouveaux propriétaires, à savoir la firme POCLAIN en date du 7 décembre.
Ces changements méritent quelques explications.
Tork Engineering  est une filiale de FAM automobiles (Française d’assemblage et de montage automobiles) que cette dernière a rachetée en 1999 à Bernard BOUHIER (ex NC2I).
TORK est essentiellement connu pour la réalisation de ses voitures du Trophée Andros et notamment les DACIA Duster et Lodgy qui ont pêrmis à Alain Prost de remporter ces derniéres saisons la victoire finale dans le  Trophée; Sans oublier le Dacia de Jean-Philippe Dayraut de la célébre course de côte de Pike’s Peak
Le groupe FAM est installé , lui, près de Sochaux  à Colombier Fontaine et à Etupes, alors que TORK a conservé le site Bouhier d’Amilly (45).
TORK ne semblait pas connaître de difficultés particulières avec sa production de pièces spéciales, sa conception, fabrication vente et exploitation de véhicules spéciaux et de sport. FAM, par contre, qui s’est lancée dans la fabrication de véhicules électriques et la transformation de véhicules ( motricité renforcée) pour les grandes flottes, voit le volume d’activité décliner et  se place volontairement en redressement judiciaire, début juillet 2012.
Les relations avec les syndicats comme trop souvent en France, ne sont pas exemptes d’accrochages…
En effet ceux-ci comprennent mal que l’entreprise mise avec bonheur sur l’innovation et obtient une homologation pour son véhicule à hydrogène la F-City, mais procède à la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi touchant 19 salariés, alors même que les effectifs ont déjà fortement décru depuis deux ans.
Et puis, les informations se font plus précises et l’on apprend par Richard TUR, le Directeur de TORK Engineering que :
 » Afin d’accélérer le développement de son leadership sur le marché des véhicules « on-road », POCLAIN Hydraulics crée sa filiale «  POCLAIN VEHICULES » en reprenant les actifs des sociétés FAM Automobiles et TORK Engineering. »
On comprend bien la stratégie du groupe familial Français Poclain  – né au Plessis Belleville dans l’Oise où il a été créé par la famille Bataille –  le spécialiste des pelleteuses et autres tracto-pelles qui entend se doter  de compétences essentielles pour intégrer, homologuer et vendre ces dispositifs destinés à offrir une plus grande mobilité aux camions et aux véhicules utilitaires légers dans des conditions de circulation difficiles (boue, neige).
La production et la commercialisation de transmissions hybrides mécanique-hydraulique permettant une réduction des consommations de carburant et présentant un bilan environnemental favorable, est aussi à l’ordre du jour
De même, TORK Engineering qui maitrise les aspects industriels et a des savoir-faire forts de conception mécanique, d’industrialisation de composants et de fabrication de prototype, qui seront des atouts importants pour la vitrine et le développement des nouvelles activités de POCLAIN.
Pour être complets, n’oublions pas d’indiquer que cette reprise ne concerne que les 60 salariés actuels du groupe et que c’est Christophe de Montessus qui occupera les fonctions de Directeur Général de Poclain Véhicules. Il occupait précédemment le poste de responsable du support à la vente pour le Groupe Poclain Hydraulics.
Le groupe POCLAIN, c’est tout de même le leader mondial de la transmission hydraulique.
Il compte 1750 salariés dont 550 en France. Les activités s’exercent dans 16 pays. Le chiffre d’affaires dépasse les 250 millions d’euros et près de 6% sont consacrés à la recherche et au développement.
Gageons que dans un tel contexte TORK Engineering pourra faire étalage de tout son savoir faire et aura la possibilité d’innover pour la compétition de demain.
Alain MONNOT
Photos : Bernard BAKALIAN et autonewsinfo

Sport Trophée Andros

About Author

gilles