H-KER FIRST: LA PREMIERE MOTO DE VITESSE ELECTRIQUE EST MADE IN FRANCE! GENESE ET TEST…

 

C’est à Carole que le FIRST, version commerciale de la moto laboratoire Luciole présentée ilya deux ans, a été proposée à la curiosité et aux envies de rouler « djeuns » des journalistes.

Jacques Bolle, Président de la FFM, y recevait la presse  et les concepteurs de la moto. 

Elle est française, fabriquée à Chartres, par H-KER, le H est celui du financier François-Xavier Huille, le KER est celui de l’ingénieur Yves Kerlo, deux génies dans leurs domaines respectifs mais tous deux passionnés de moto.

Le concept?

Faire une moto de vitesse électrique. C’est simple, c’est la seule en Europe.

Pas mal, pour un pays en crise et où les larmes de crocodiles de nos dirigeants et de nos patrons servent de politique…

 

LA GENESE DE L’ENGIN

LA LUCIOLE ET LA FIRST

 

Le ‘praize’ de la FFM, Jacques Bolle, a deux raisons de s’intéresser à ces motos.

Il est ancien pilote de vitesse et Président d’une fédé qui s’intéresse à l’electrique depuis 2009.

 « Il existe déjà une moto de trial électrique en catégorie Senior 2 du Championnat de France , qui se classe fort bien, et par ailleurs la ligue de Bourgogne fait rouler, en formation, des mini-motos électriques. Pour ce qui concerne la vitesse, c’est moins évident, car les motos électriques ne font pas de bruit et le bruit, en compétition, est important. Il existe des solutions de bruiteurs règlables en puissance, le meilleur rendu est celui de la turbine d’hélico. Ce problème là est seulement culturel, il en existe un autre, infiniment plus contraignant, celui du coût. Et c’est là que la Luciole et la First deviennent intéressantes, car ses coûts sont abordables. Enfin la moto électrique est vertueuse, c’est politiquement important »…

 

JACQUES BOLLE

 

J’aime beaucoup la diplomatie de Jacques Bolle, qui fait comprendre que dans un monde où il est du dernier chic d’attaquer la moto, engin polluant, bruyant, dangereux (on rappelle qu’aujourd’hui il est aussi interdit de se tuer…) être politiquement correct peut-être un argument redoutable. 

On peut aussi regretter le bruit des motos de compètes, ce qui est mon cas, je n’ai pas de projet politique et j’ai donc la liberté de réaffirmer ce que j’écris depuis des lustres, à savoir qu’une moto ou une auto de compète qui ne fait pas de bruit ça m’emmerde, qu’une batterie qui tient cent bornes et dont le témoin de charge au tableau de bord devient une fixette, c’ est pire que tout ce qu’a pu imaginer Freud, et qu’enfin pour charger la batterie dans la rue, il faut habiter Montréal…

Mais bon, dans cette histoire, car c’est l’avenir en marche, la FFM a fait ce qu’il faut, elle a financièrement aidé le projet.

 

FRANÇOIS-XAVIER HUILLE

 

François-Xavier Luille a réussi à trouver le financement de la création de ce projet. 300 000 euros… En rappelant que le projet américain, qui certes roule à 200km/h avec 120CV, a coûté trois millions et pèse 260 kg!

Alors que dans les cartons de la FIM, des motos de course électriques ne devraient pas dépasser 200 kg…

Il dit aussi que le prochain projet US a réuni vingt trois millions de dollars. Bref, le secteur de la vitesse moto intéresse beaucoup de beau monde, on rappelera que Honda, Mugen en fait, a aussi un projet de ce genre, avec là encore des budgets infréquentables…

François Xavier Lhuille:  » Nous pensons avec notre projet First  aux circuits qui aujourd’hui, pour ne pas nuire aux riverains, ne peuvent rouler entre 12 et 14 heures, ou après 17 heures. La First est idéale pour les écoles de pilotage, elle coûtera moins de 20 000 euros, et sera disponible en 2013… le problème bien sûr est que si les moteurs électriques sont aujourd’hui utilisés partout, il n’existe pas de techniques spécifiques pour aller vite. H-Ker s’est adossé à l’IUT de Chartres pour l’aider à trouver les bonnes solutions ».

 

YVES KERLO

 Yves Kerlo est l’ingénieur surdoué et qui rêve de compètes électriques. ces motos sont un peu ses bébés… « La First et la Luciole sont  fabriquées sur un concept totalement original. D’ailleurs, beaucoup de pays, en particulier dans le Nord, s’y intéressent. L’un de nos buts était de faire des motos à coût abordable. Par exemple, au lieu de créer une partie cycle qui eût coûté une fortune, la  base de la First est une YZF Yamaha 125, moto fabriquée en France. (Cocorico !) Il ya  quand même  une batterie à faire rentrer dans une moto électrique et le châssis Yamaha suscité est assez modifié… Sur la moto labo, il a été  découpé un paquet de fois! Bien sûr, il concède que côté batterie, ce n’est pas le Pérou. Si, sur un circuit,  les lignes droites sont longues, on n’ira pas au-delà de 45 minutes. Sur un circuit de kart comme celui de Mer où le team s’entraîne, on tient une heure. La vitesse de pointe de la moto est 135 km/h. La First  pèse 160 kg.  Le bruit en ligne droite, 60 décibels. La puissance, 35 cv »

Il est extrêmement clair que comme engin de nouvelle génération, cette First est très réussie.

 

ESSAI EN  PISTE… 

 

Bon, on est à Carole, il fait plutôt un temps à faire musher un attelage de traineau à chiens mais justement on manque de neige et d’ailleurs, la gelée blanche qui recouvrait le circuit dégèle et même sèche par endroits.

On propose donc aux journalistes de tester la moto.

Ce qui est curieux, c’est justement l’extrême curiosité autour de l’engin.

Car enfin, les très nombreux journalistes qui sont là, une quarantaine, ont l’habitude, toute l’année, de piloter ce qui se fait de plus beau, de plus cher, de plus puissant, de plus violent, et ils sont attroupés autour de la moto comme des gosses au moment de Noël autour d’un (gros!) joujou!

Ce pari là est gagné par H-KER.

L’engin attire.

Et on teste.

Inutile de répéter que la moto ne fait pas de bruit, je vous ai déjà bassiné avec ça…

Il n’empêche, ça fait drôle!

C’est le pilote d’endurance Christophe Michel qui roule en compet avec la Metiss de l’équipe managée par Emmanuel Cheron qui va se charger des premiers tours. Il a remporté à trois reprises les 24 Heures du Mans moto avec cette Metiss, en catégorie Open en 2009, 2010 et 2011

 

 

C’est la Luciole, la moto labo, qui servira de test-labo!

Une vraie petite moto de course.

Totalement amusante et qui fera fort dans les écoles de pilotage!

On imagine même, vu l’absence de bruit, que ces initiations pourraient se dérouler dans des endroits totalement inattendus comme des préaux d’écoles!

Avec un paquet de chevaux mais qui n’arrivent pas tous en même temps, le couple phénoménal permet de tirer dessus sans se retrouver le cul devant.

Aujourd’hui, en compète, sur des moteurs thermiques, on dépense des fortunes pour trouver des gestions électroniques de puissance et ici, le couple de l’électrique fait tout tout seul…

 

DAVID DUMAIN

 

Pour le reste, je laisse parler David Dumain du magazinz Moto-Journal, un des seuls journalistes capables de faire un vrai chrono en compétition…

« C’est une vraie moto de course. Simplement, comme il n’y a pas de frein moteur, il faut freiner comme des brutasses et surtout jeter la moto dans les courbes »...

 Court, mais bien dit.

Parce que ces simples gestes, freiner comme des bûcherons et jeter une moto en courbe, cela s’appelle limer le bitume et ce que font tous les pilotes, y compris les plus doués mais cela nécéssite du boulot!
 

 Bon, il faut quand même, dans cette avanlanche de dithyrambie, sortir une vacherie!

La voici, en images…

Quand on déshabille la belle…

BOF!

C’est clair, sans sa robe, la H-KER n’est pas franchement sexy.

En bref, la version « naked » n’est pas pour demain, ce qui n’est pas grave, c’est une moto de compète et forcément avec carénage!

Bon, le groupe H-KER présentera sa moto First au salon professionnel JPMS à Lyon en février.

Messieurs les présidents de clubs et d’écoles de pilotages, préparez vos budgets, ces motos seront alors sur le marché à moins de 20 000 euros et feront un malheur dans vos nouvelles générations de pilotes!

Infos : H-KER SAS, 9 rue du 19 mars 1962, 28630 Le Coudray.

Tel : 00 33 (0)2 37 30 03 31

www.hker-moto.com

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS GILLES VITRY

 

Moto Sport

About Author

jeanlouis