SUPERBIKE FRANCE : GUILLAUME DIETRICH PLEIN DE CONFIANCE POUR 2013

SBKF Magny-Cours BMW Guillaume Dietrich

APRÈS UNE SAISON  CONVAINCANTE,  GUILLAUME DIETRICH VA  REPARTIR PLEIN DE CONFIANCE POUR LE CHAMPIONNAT DE FRANCE SUPERBIKE EN  2013.

 

Équipe de Guillaume Dietrich en SBKF

 

Guillaume DIETRICH est comme un poisson dans l’eau dans sa bonne ville d’Orléans où il avait convié en fin de semaine dernière, famille, amis, pilotes, partenaires et journalistes, pour remercier tout ce beau monde de  son soutien et aussi, pour parler un peu d’avenir.

A en juger par l’affluence, on peut affirmer que le pilote jouit d’une forte renommée capable de déplacer des gens de la France entière, séduits par le projet d’un « petit » privé qui, ayant créé avec difficulté sa structure voici deux ans, a réussi en 2012, à se classer troisième au championnat de France Superbike, alors que 5 motos officielles étaient engagées avec souvent de gros moyens financiers.

On se souvient d’une première saison un peu délicate en 2011, à l’issue de laquelle, Guillaume DIETRICH décidait de revoir totalement son organisation, pour disposer pour toutes ses courses du matériel optimum afin de se bagarrer avec les « officiels ».

 

SBKF Magny-Cours DIETRICH devant PHILIPPE

 

Pour ce faire, le pilote bien connu grâce à ses performances en endurance et à des titres de champion de France en vitesse, se tournait vers son copain pilote et, ex pensionnaire comme lui du Junior Team Suzuki, David FOULOI.

Un atelier de 100 m2 était installé dans le sous sol de David du côté de Roissy et, au prix d’un travail de tous les instants, la BMW N° 45 pouvait tenir les objectifs annoncés, à savoir, viser en permanence les cinq premières places des classements du Championnat FSBK.

Nous demandons à David de nous tracer un petit bilan de la saison écoulée.

« Déjà je suis très content de cette année, ça s’est très bien passé. Les résultats sont là. Il y a eu énormément de travail. Nous sommes une petite structure mais Guillaume comme moi, avons travaillé sans relâche. Nous avons obtenu de très bons résultats souvent devant des motos d’usine. Nous faisons tout nous-mêmes, nous restons simples, nous arrivons à avoir une bonne moto  et comme  Guillaume est un bon pilote, même si nous n’avons pas le budget dont disposent les grandes équipes, on termine troisième au championnat et c’est extraordinaire. »

 

David  FOULOI

 

Et l’année prochaine vous repartez sur les mêmes bases ?

« On est là pour toujours faire mieux. On sait que ça va être dur, mais  on ne s’arrête pas une minute, on essaie de faire progresser en permanence notre moto. Guillaume à beaucoup d’idées. Il y a toujours un petit truc en plus à essayer. Guillaume cherche toujours à savoir, à motiver les troupes, il en demande toujours plus et ça pousse toute l’équipe à aller vers le haut. »

Faut-il préciser que le team GD 45 (pour Guillaume Dietrich-Loiret) a étoffé en 2012 ses activités en préparant des motos pour le Championnat de Pologne et d’autres pour l’Européan Bikes destinées à Jean FORAY et Michel AMALRIC, obtenant là aussi,  des résultats plus qu’encourageants : seconde et troisième place de ces championnats.

 

SBKF Magny-Cours Podium Superbike Manche 2

 

Au cours  de la soirée à l’Entracte d’Orléans (nom prédestiné pour célébrer la coupure entre les saisons 2012 et 2013), les partenaires échangeaient entre eux sur les difficultés financières engendrées par la crise sévère qui touche toute l’économie et pourtant, il semblait bien que tous voulaient renouveler leur soutien à Guillaume DIETRICH. Allez savoir pourquoi ?

La réponse on la trouve dans  l’approche très professionnelle de la course et de la communication qu’a su mettre en œuvre Guillaume, s’appuyant sur des  performances en course toujours de premier plan. S’entourant de compétences techniques indubitables dans les divers domaines qu’il veut gérer, en véritable chef d’orchestre, il a su faire savoir ce qu’il faisait et donner ainsi de la visibilité à tous les partenaires techniques et officiels ou aux sponsors.

La gestion du site du pilote avec des vidéos en direct du stand durant les courses, ou les réceptions dans les loges tant au Mans qu’à Magny Cours des nombreux invités, sont autant d’opérations nouvelles qui ont été appréciées par le public comme par les annonceurs.

A l’heure du discours, Guillaume DIETRICH lâchait de nombreuses de salves de remerciements en direction de son équipe de fidèles, de tous ses partenaires, des diverses collaborations amicales, d’Adeline la discrète compagne (qu’il épousera en 2013) et de Lily Rose sa puce qui n’avait de cesse de retrouver les bras de son papa poule.

 

SBKF Magny-Cours 2012 DIETRICH et sa fille Lily Rose

 

Il confirmait aussi avoir déjà bouclé 90% de son budget (ce qui est très rare à cette date) et mettait en exergue, notamment, l’importance et la qualité des liens avec Dunlop. Le fait d’être pilote de développement avec eux, autorise effectivement tous les espoirs pour 2013 et notamment ceux de victoires comme l’espérait aussi Roland WOZNIACK responsable compétition de la firme de Montluçon, à nos côtés lors de cette soirée.

Connaissant bien Guillaume DIETRICH depuis quelques années maintenant, je peux affirmer que le fait de pouvoir annoncer à  la mi novembre :

«  Je sais ce que je fais l’an prochain » est pour lui un élément libérateur qui va lui permettre d’être pleinement détendu au niveau psychologique et, de se consacrer corps et âme à une préparation technique et physique visant l’excellence.

L’objectif 2013 est clair : gagner des courses et terminer le Championnat de France sur la plus haute marche du podium. Cette saison, les 8 épreuves  –avec 2 manches par week-end– ont toutes été terminées, mais avec des fluctuations dans les résultats. En 2013, on visera clairement une plus grande constance vers le haut, mais il faudra aussi décrocher des victoires.

Toute l’équipe est effectivement convaincue que c’est une nécessité, mais aussi une chose tout à fait possible.

En effet, le paysage des concurrents pour le Championnat de France Superbike, va sensiblement évoluer en 2013 et comme nous le confiait Sébastien LORENTZ, Directeur marketing BMW Motorrad France :

« On aidera d’autant plus Guillaume à travers DUPONT concessionnaire orléanais, que BMW France ne disputera pas officiellement ce championnat de France, Sébastien GIMBERT ayant souhaité  voir autre chose et Erwan NIGON étant engagé par ailleurs en Allemagne. »

 

Guillaume DIETRICH avec MM. NYS et LORENTZ

 

Cette bonne nouvelle est confirmée par Lionel NYS, Directeur de DUPONT SA, qui brosse un portrait flatteur de leur pilote préféré :

« Pour nous, concessionnaire BMW à Orléans nous avons plaisir à accompagner Guillaume depuis 6 ans. Nous le suivons depuis l’époque de la Boxer Cup et, il est pour DUPONT SA, un ambassadeur avec une forte représentativité. Guillaume est un sportif de haut niveau  et nous nous trouvons bien à ses côtés. »

Lionel NYS confirme s’il en était besoin, que Guillaume serait en 2013 toujours  soutenu par la concession et que son rôle d’ambassadeur était plus que jamais d’actualité tant en 2 roues que sur 4 roues et qu’il se trouverait « associé à tous les événements de DUPONT SA ».

Guillaume DIETRICH veut bavarder avec  chacun de ses invités, poser avec  les fans aux côtés de sa rutilante moto : la BMW S 1000 RR. Les machines de la saison passée sont vendues et après les contacts, les réceptions, le bouclage du budget, les visites aux partenaires et la communication, la nouvelle année arrivera vite. Avec elle, les nouvelles motos vont être livrées et une préparation très poussée est prévue.

 

SBKF Le Mans 2012 Guillaume Dietrich P 3

 

En attendant, Guillaume accepte de revenir rapidement sur sa saison.

« Pour moi, 2012 a été une saison pleine de spectacle, pleine de vitesse, pleine de bagarres.. Intrinsèquement  ça n’a pas été ma meilleure saison car j’ai par le passé  gagné des courses et des championnats, et pourtant ce fut pourtant une saison exceptionnelle. Je me suis prouvé que je suis revenu sur le devant de la scène et ça, j’ai pu le faire avec mon équipe à moi  et, honnêtement pour moi ça équivaut à bien des victoires. Dans mon équipe tout le monde se sent associé  pour le même but et se montre hyper motivé et je t’assure que ça fait du bien en tant que pilote. J’ai, ainsi pu m’éclater en termes de pilotage et en termes techniques et c’est important à mes yeux. »

 

SBKF Magny-Cours Bagarre pour la seconde place derrière DA COSTA

 

Guillaume explique la légère différence de performance avec les BMW officielles non pas par une supériorité technique à priori, mais par une certaine retenue du pilote qui paye ses pièces et  ses motos et qui n’a forcément pas envie de prendre tous les risques pour aller chercher les derniers dixièmes, sachant qu’il a toutes les chances de devoir les payer cash.

Quand nous évoquons les souvenirs forts qu’il gardera de cette saison passée, les yeux du pilote s’allument et sans hésiter il déclare :

« Le souvenir positif, honnêtement ça  été les deux courses à Lédenon et Magny Cours où l’on a failli gagner. C’était top ! Mais franchement, la meilleure performance c’est peut être à Nogaro. On part dix septième  et on terminer deux fois troisième.  Là, on a vu vraiment qu’on était compétitif… »

Effectivement David FOULOI nous a également parlé de Nogaro comme étant une date importante de la saison. Le team s’étant prouvé à lui même qu’il avait atteint la maturité suffisante pour maitriser toutes les situations, rien ne lui est apparu ensuite comme insurmontable. C’est dire la confiance qui règne maintenant dans l’équipe, ce qui autorise en fait Guillaume à dire tout simplement :

«  En 2013, on va déjà gagner des courses, pour le championnat on verra bien…»

 

SBKF Magny-Cours G. DIETRICH P 2

 

L’information ne serait pas complète si l’on n’abordait pas le volet Endurance qui constituait encore en 2012 une partie non négligeable de l’activité de Guillaume DIETRICH. Sans doute pour ne pas parasiter sa communication toute centrée sur son projet personnel avec BMW et toute la cohorte d’annonceurs fidèles, Guillaume DIETRICH reste volontairement évasif sur une poursuite de collaboration avec l’équipe Motor Events managée par Hervé MOINEAU.

Pourtant, ce dernier, contacté, nous précise sans ambages :

« Il est certain qu’on a plus qu’envie d’avoir Guillaume pour la saison d’endurance, avec nous. On souhaite que les choses s’accordent. La question n’est pas bouclée en termes de budget. On avance mais un certain nombre de points sont encore à discuter avec  annonceurs, et pilotes. Bien sûr, nous souhaitons disputer le championnat complet en Superstock. J’espère pouvoir t’en dire plus courant décembre. »

Marc MOTHRE annonceur important de la structure Motor Events, présent à Orléans ne disait pas autre chose en laissant entendre que l’objectif était de faire rouler ensemble Guillaume DIETRICH, Claude LUCAS et Michel SAVARY pour les 4 courses du championnat du monde.

 

24h Mans Moto 2012 DIETRICH N50 Motor Events

 

Cette question d’un championnat du monde d’endurance un peu croupion a alimenté bien des conversations lors de cette soirée. Matthieu LAGRIVE présent se disait heureux d’avoir signé son contrat en octobre pour rouler sur la YAMAHA  GMT 94 et, avec malice il nous glissait :

« S’il n’y a  que 4 courses je serai bien payé ! ».

Plus sérieusement on  pouvait retenir des divers points de vue exprimés, une grande inquiétude pour l’avenir même de ce championnat. BMW confirmait  son retrait pour se resserrer sur les 24 Heures du Mans et le Bol d’or. KAWASAKI ne devrait pas faire autrement. On s’interroge également sur une présence ou non d’HONDA, alors que le YART renoncerait tout comme BOLLIGER, à disputer un mondial bien trop hexagonal, avec deux courses de 24 h et deux autres courses de 8 heures en Allemagne et au Japon.

Pour Guillaume DIETRICH, il est certain que ses performances passées avec  victoires au Bol d’or et aux 24 heurs du Mans, lui permettent de ne pas trop se soucier pour décrocher un excellent guidon en Endurance, c’est bien pourquoi il fêtait pleinement une sorte d’avènement de sa structure entièrement privée, mais avec déjà plein d’idées dans la tête pour la faire évoluer, encore et toujours, afin de vaincre en Superbike en 2013.

Pilote, préparateur, communicant… notre orléanais  loin de se disperser, réussit à maîtriser divers paramètres conditionnant la réussite dans ce monde ingrat de la compétition moto.

 

Guillaume DIETRICH

 

Ces diverses facettes correspondent à son hyper-activité qu’il a su gérer au mieux depuis quelque temps. La saison 2012 aura agi comme un déclic, lui faisant prendre confiance totalement dans son organisation, ses collaborateurs et dans ses orientations de carrière. En course, il reste ce gagneur  incisif et extrêmement déterminé, celui qui ne lâche rien et que ses adversaires redoutent dans les duels épiques qu’il engage sans aucune réserve.

Dans les paddocks et dans la vie de tous les jours, Guillaume DIETRICH n’oublie jamais de soigner son image, celle de sa monture, celle de son stand. Disponible pour les admirateurs autant que pour la Presse, il commente les courses avec enthousiasme et dit tout haut ce que beaucoup de pilotes plus timorés ne confessent qu’à demi-mot.

Oui, Guillaume  et son Team GD 45 comptent dans le paysage de la moto en France. L’autre soir, Jean-Jacques CASSEGRAIN  – lui aussi orléanais – qui a aidé Guillaume à ses débuts, nous confiait :

« Il y a longtemps que je sais que Guillaume est très doué, cette année il a franchi un palier et atteint la maturité, il devrait réaliser de belles courses ponctuées de victoires l’an prochain. »

Malgré la déprime économique ambiante, l’optimisme était de rigueur au cours de cette soirée, tout autant chez les membres du team que chez tous les partenaires.

Pour notre part, nous aurons à cœur d’aller vérifier en bord de piste les performances attendues lors des  épreuves du championnat de France Superbike en 2013, dont le niveau sera, n’en doutons pas,  encore très élevé.

Premier rendez-vous de la saison : les 30 et 31 mars au Mans !
Alain MONNOT
Photos : Michel PICARD

 

DUNLOP France avec Guillaume DIETRICH

Sport Superbike

About Author

gilles