DAKAR 2013 : LE TEAM QATAR RED BULL EN FORCE AVEC SES DEUX ANCIENS VAINQUEURS, AL ATTIYAH ET SAINZ

DEUX ANCIENS VAINQUEURS, AL ATTIYAH ET SAINZ REUNIS DANS UNE NOUVELLE AVENTURE

 

Absent en 2012, l’ancien double Champion du monde des rallyes et vainqueur de l’édition 2010 du Dakar, va sortir de sa retraite – cela devient à la mode pour les anciens Champions – et sera bien présent au départ le 5 janvier prochain à Lima au Pérou, comme autonewsinfo s’en était fait l’écho.

Désormais âgé de 50ans – il est né le 12 avril 1962 –   Le pilote Espagnol, double Champion du monde en rallye (1990-1992) va effectivement revenir sur le terrain de ses derniers exploits, ‘’ El Matador ‘‘ ayant remporté l’épreuve après avoir triomphé le 16 janvier 2010, à Buenos-Aires, au volant de l’un des Touareg de l’imposante et impressionnante armada VW

Ne participant plus qu’épisodiquement à des épreuves de rallyes Historiques, il a d’ailleurs gagné cette année le Rallye d’Espagne avec la Porsche de l’équipe Française SMG de Philippe Gache, Carlos est devenu depuis deux ans conseiller technique et sportif de l’écurie VW.

Laquelle après deux ans de préparation, s’apprête à effectuer ses grands débuts en Championnat du monde des Rallyes WRC en janvier prochain à l’occasion du Monte Carlo. Avec deux ‘pointures’, d’une part le Français Sébastien Ogier, de l’autre le Finlandais Jari-Matti Latvala.

 

Néanmoins, Carlos n’a pu résister à l’appel et à l’offre de son ancien partenaire en rallye-raid au sein de cette même équipe VW, le Qatari Nasser Al Attiyah et qui lui avait succédé au palmarès du Dakar le 15 janvier 2011, Carlos se classant 3éme.

En effet, Nasser qui avait été déçu de l’arrêt en 2011 du Team VW et de la mise au musée des très compétitifs Touaregs et après une tentative avorté l’an dernier, avec l’un des Hummer du Team Américain de Robby Gordon, rêvait de rouler à nouveau au Dakar.

Engagé sur tous les fronts en compétition cette saison dans tous les types de Rallyes, qu’il s’agisse de ceux du Championnat du Monde WRC, de ceux de l’ IRC ou encore du Championnat du Moyen Orient, sans oublier les JO de Londres où il a décroché une magnifique médaille de bronze au tir à la carabine, Nasser a finalement décidé au début de l’été de monter sa propre structure.

 

 

D’où la création du Qatar Red Bull Team Dakar. Équipe qui fera donc courir deux Buggy californien 2 roues motrices, aux couleurs du Qatar et de la firme de boissons énergétiques Autrichienne.

Engins – c’est Luc Alphand qui officiait et était le Maitre de cérémonie pour le  » Baptême  » officiel du Team Qatar Red Bull – que piloteront donc les deux anciens co-équipiers et tous deux lauréats du Dakar sur Volkswagen Touareg. 2010 pour Carlos et 2011  pour Nasser Al-Attiyah.

 

Des experts en navigation occuperont les places de copilotes.

Lucas Cruz assistera Nasser tandis que Timo Gottschalk fera la navigation de Carlos. La distribution des rôles a été faite à l’inverse de l’histoire puisque Lucas était aux côtés de Carlos quand il a gagné alors que Timo était le complice de Nasser lors de sa victoire.

Et les deux copilotes sont prêts à relever le challenge du Dakar 2013.

Du coup, c’est une formidable nouvelle pour ASO, le promoteur de l’événement Sud-Américain qui présentait d’ailleurs ce mercredi à Paris et quelques heures avant, le programme 2013 du Dakar.

 

 

Avec le come-back de Sainz, la confirmation de la présence d’Al Attiyah, et celle du vainqueur de 2012, le Français Stéphane Peterhansel, les trois derniers vainqueurs seront donc au départ de Lima dans six semaines.

Et même les … quatre derniers, car le Sud-africain Giniel de Viliers, le lauréat de l’édition 2009 avec également un VW Touareg, sera lui aussi de la partie, ayant été recruté par l’équipe Belge Overdrive pour conduire l’un de ses Toyota pick-up.

 

 

Ce qui a fait dire à Peterhansel, bien présent à Paris ce mercredi pour la conférence de presse d’ASO et l’annonce de Nasser:

« Ce retour de Carlos me fait énormément plaisir mais constitue aussi pour moi une sérieuse menace »

On veut bien le croire !

Stéphane Peterhansel, défendra donc son titre, de nouveau  au volant d’une Mini de l’écurie X-Raid de Sven Qandt

Décuple vainqueur de l’épreuve créée par Thierry Sabine en 1978, 6 fois à moto et 4 en auto, il se réjouit du retour de Sainz et de celle d’Al Attiyah, estimant que leur présence offre une affiche très alléchante pour le public et que l’édition 2013, s’annonce palpitante et ouverte.

 

 

 

Concernant, leurs engins, Nasser nous en a dit un peu plus, car jusqu’alors, peu ou pas d’informations n’avaient encore filtré !!!

« En fait, tout s’est réellement décidé il y a 4 mois. Je cherchais une idée de voiture. Et c’est en pianotant  sur internet que j’ai découvert un fabricant de buggy américain qui les préparait pour les Baja californiennes. »

Et Al Attiyah enchaine :

«  Du coup, je l’ai contacté et suis allé le rencontrer dans le Nevada entre Las Vegas et Los Angeles. »

 

 

Convaincu que l’affaire était jouable pour se présenter au départ du Dakar 2013, Nasser  a donc au milieu de l’été, et après avoir bouclé le budget avec le soutien du Qatar et de Red Bull, lançait ce beau projet : Deux buggy 2 roues motrices et propulsé par un moteur de Chevrolet Corvette développant 320 cv.

Il poursuit :

«  C’est un programme qui porte sur trois ans (2013-2014-2015) et qui outre le Dakar comprend nos participations à la Coupe du Monde FIA des Rallyes-raid. »

Et de nous expliquer :

«  Ces engins ont été conçus avec la philosophie européenne. Donc beaucoup plus légers que les engins typiquement américains. Nos buggys sont franchement bien différents et plus petits que les leurs.»

 

 

Les premiers essais se sont parfaitement déroulés dans la région de Las Vegas dans le désert du Nevada. D’ailleurs, Carlos et Nasser y repartent car de nouveaux tests sont déjà programmés à partir du 2 décembre.

Le Qatari visiblement heureux et constamment souriant, nous précisant :

«  Nous devons toujours à Las Vegas, procéder pour chaque buggy à de nouvelles séances. Que j’estime à 1000 km par engin. »

Avant de les convoyer par avion à destination du Pérou début janvier.

 

 

A ses côtés, Carlos Sainz  piaffe d’impatience de rouler, tout en nous rappelant qu’il s’agit d’un projet qui porte sur trois ans !!!

Et que par conséquent, 2013 sera avant tout une année d’apprentissage.

Mais avec deux lascars de la trempe de Sainz et d’Al Attiyah derrière le volant, sur que ces deux-là, ne viennent pas sur le Dakar pour faire du tourisme sur les pistes Péruviennes, Argentines et Chiliennes…

 

 

D’ailleurs, lorsque nous avons dit aux deux intéressés qu’ils étaient volontairement humbles et que leurs leitmotivs avaient jusqu’alors toujours été ‘’ Maximum Attack’’ , ils nous ont regardé… tout sourire !!

Ce qui en dit long sur leurs intentions qui sont réellement de jouer devant, avec les Peterhansel, Roma, de Villiers, Holowczyk et autres Chicherit

Mais au fait pourquoi ce come-back de Sainz ? Par ailleurs fort occupé avec le dossier VW-WRC.

 

 

Carlos, nous lâche :

« Avant tout pour la passion de l’automobile. La passion de la course. »

Cela ne vous rappelle rien… Le retour de Schumi il y a trois ans. Lequel tenait rigoureusement les mêmes propos !

Et   » Maitre Sainz  », d’ajouter pour bien prouver sa motivation:

«  Ce nouveau challenge que m’a proposé Nasser m’a véritablement séduit. Alors, je n’ai pas hésité.»

Avant d’expliquer :

« C ‘est un énorme challenge de préparer une toute nouvelle voiture pour un Dakar et ma première impression est que ce buggy est très impressionnant. Le team a de gros espoirs pour réaliser une belle performance sur le Dakar 2013. Il est un peu tôt pour établir un pronostique et prévoir jusqu’où nous irons dans la compétition mais nous travaillons chaque jour pour établir les meilleurs réglages. Il y a encore beaucoup de travail à faire avant le début du rallye et la première spéciale du Dakar à Lima au Pérou..»

Et Carlos, conclut :

«  J’ai été définitivement convaincu du potentiel de ce buggy en voyant comment il s’est comporté sur le terrain très accidenté sur lequel nous avons réalisé des tests. Nous devons encore aller plus loin dans la préparation car le Dakar n’est pas seulement un terrain accidenté avec quelques bosses. C’est beaucoup plus difficile que cela. Pour le Dakar on a besoin d’une voiture qui passe aussi bien dans les dunes que sur la piste. Elle doit être agile et avoir du répondant. Définitivement une voiture pour réussir au Dakar doit présenter de très nombreuses qualités.»

 

 

Quoiqu’il en soit,  ce ne sera que du bonheur que de revoir sur le Dakar, cet artiste du volant qu’est Carlos. Tout comme Nasser, son partenaire de cette nouvelle et folle aventure.

Sûr, que les deux amis vont faire le spectacle… en autos. Comme leur copain motard, Cyril Despres et son compère Marc Coma sur deux roues !

Même si les tests dans le désert du Nevada se sont révélés très concluants, ce n’est qu’après le départ le 5 janvier prochain que le Qatar Red Bull Rally Team, sera véritablement et en configuration course, en mesure d’appréhender et de jauger, quel résultat ils pourront obtenir pour leur début dans le Dakar.

Gilles GAIGNAULT
Photos : Gilles VITRY – autonewsinfo et Team

Sport

About Author

gilles