FRANCK MAILLEUX A TESTE LA DELTAWING A ATLANTA

 

 

Pilote de l’écurie Signatech – Nissan en Championnat du monde d’endurance WEC, Franck Mailleux a eu l’opportunité et la chance de pouvoir découvrir le pilotage de la fameuse DELTAWING, vu cette année aux 24 Heures du Mans

Ce test s’est déroulé le lundi 22 octobre, au surlendemain de l’épreuve de Petit Le Mans sur le circuit d’Atlanta à Braselton.

Entre les deux manches de clôture du Championnat du monde d’endurance qui se sont déroulées, elles, successivement à Fuji au Japon puis à Shanghai en Chine.

Faisant de Franck Mailleux, un sacré globe-trotter en ce début d’automne

 

 

Ce lundi, Franck nous a raconté cette superbe aventure vécue au volant de ce sacré engin. Tout en revenant d’abord sur sa saison en Championnat du monde d’endurance :

‘’ Le bilan 2012 ? Il est, je le reconnais assez compliquer. Engagé avec deux jeunes équipiers, dont l’un Jordan Tresson, ayant assez peu d’expérience en proto, on savait  qu’il fallait qu’il s’adapte à l’aéro d’une LMP2. C’est la raison pour laquelle, on débutait ce WEC avec un petit handicap. Comme envisagé et Jordan et Olivier – Lombard – ont commis tour à tour de petites erreurs au début de saison mais par la suite, ils ont bien roulés. Forcément, leur jeunesse s’est vite révélé un petit handicap. Car si en LMP2, qui se veut une catégorie Pro-Am, il y a bien un mélange dans chaque équipe entre pilotes pro et amateur, il y avait une énorme différence entre certains pilotes classés ‘Silver’. Au final, la saison est mitigée car Olivier a eu un peu de mal lui aussi à s’adapter à la conduite de l’Oreca comparé à la Zytek qu’il pilotait en 2011.  En plus lors de la course d’ouverture du Championnat aux 12 Heures de Sebring, il a eu la malchance d’arriver le premier sur une flaque d’huile non signalée dont a dans la foulée été victime l’une des Ferrari Luxury. Ensuite, chacun à leur tour, ils ont commis des petites erreurs, à Spa pour Jordan  puis au Mans pour Olivier. Fautes qui ne pardonnent hélas pas et ce eu égard à la qualité des écuries LMP2 en piste et de leurs pilotes dont les anciens de chez Peugeot comme Sarrazin ou Minassian. En endurance, si tu veux gagner ou finir sur le podium, la moindre petite erreur est désormais interdite avec 18 bolides en piste. Face à tous les très bons pilotes, cela ne pardonne pas. »

 

Et, Franck en vient aussi aux bévues du Team qui conjuguées aux fautes de ses équipiers, ajoute à sa déception :

« A Sao Paulo, la mauvaise fixation de la roue lors du changement de pneumatiques, la roue n’étant pas bien positionnée  nous pénalise. Bon, cela arrive en course même en F1. Là, cela tombe sur nous. Pas de chance. Sur le moment, tu es amère… Ensuite, il y a eu le problème de démarreur, subitement  en carafe, lors de l’épreuve au Fuji, lorsque je relai Olivier qui avait légèrement anticipé son relais. A Shanghai, en course on a rencontré des soucis d’écrous avec le changement de roue. Du coup, on se classe seulement 6éme au Championnat et c’est une grosse déception car j’attendais mieux. »

 

 

Comment se présente  ton avenir  et ta saison 2013 ?

«  Actuellement, je suis encore dans le vague. Je ne sais pas trop. J’attends de connaitre ce que va décider Nissan et aussi  bien sûr, l’équipe Signatech. Tous mes contrats sont terminés. Je suis libre. Mais forcément, j’aimerais poursuivre l’aventure et continuer avec l’équipe de Philippe Sinault. Ange Pasquali – son manager –  s’occupe de moi et regarde aussi dans d’autres Championnats, comme le Blancpain. Une discipline qui reste dans l’esprit endurance. Mais, je te répète que le proto reste ma priorité. Je désire refaire ce Championnat WEC et disputer à nouveau les 24 Heures du Mans que j’ai déjà couru 4 fois. Une épreuve que j’apprécie particulièrement. »

 

LA DELTAWING ‘’ GÉANT ‘’

 

Venons-en à la DELTAWING.

Franck nous explique :

« Suite à la course de Petit Le Mans ou la DELTAWING avait couru, Nissan avait invité M6 Turbo et deux journalistes dont Guillaume Coche. Et Nissan France, m’a alors offert et proposé ce roulage, le lundi au lendemain du Petit Le Mans, de piloter ce bolide.»

 

 

L’heureux veinard, nous raconte cette aventure :

«  J’ai donc couvert 5 tours du circuit d’Atlanta. Au début, c’est vraiment particulier, très diffèrent du pilotage d’un proto. Il y a beaucoup moins inertie. La 1ere impression ressenti concerne l’environnement. Du coup, on perd ses repères au point de corde car il n y a pas la même largeur à l’avant et à l’arrière. Donc, il faut ajuster un petit peu son pilotage. Cela vient relativement vite et au bout de 3 tours, c’est devenu naturel. Autre chose, la stabilité de la voiture au freinage est très performante. En accélération, la sensation la plus incroyable dans ce test comme il y a très peu de trainée en ligne droite est que tu as toujours l’impression de continuer à prendre de la vitesse comparé à un proto.»

Et, l’ami Franck de conclure à propos de cette DELTAWING :

«  Ce fut une expérience géniale. C’est vraiment  un véhicule très innovant. A Sebring en mars, lors de sa présentation la veille des 12 Heures, quand on l’à découvert, je n’imaginais franchement pas cela. J’ai indiqué à Nissan que j’aimerais bien rouler dedans en 2013 en ALMS. S’ils me proposent un volant, c’est une opportunité que j’aimerais saisir.»

 

 

Pour l’heure, Franck Mailleux peaufine d’autres réglages !

« Je me consacre cet hiver à ma thèse de marketing pour terminer mes études à l’ESSEC. Je dois la soutenir mi-décembre car je termine mon MASTER en 5éme année  à Cergy, incluant mon stage chez Nissan Europe au département Marketing Communication qui a duré 6 mois jusqu’en juillet dernier. »

Comme on le constate, l’élève Franck Mailleux après sa belle carrière de pilote pourrait fort bien postuler à un rôle de l’autre côté de la barrière.

Passant facilement de la piste et de son rôle de pilote de course, à un job en rapport avec ses capacités d’homme.

Il est vrai que le garçon à la tête bien pleine et qu’il est toujours agréable de converser avec lui.

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Patrick MARTINOLI – Thierry COULIBALY et DR

 

L’INTERVIEW DE PHILIPPE SINAULT, PATRON DU TEAM SIGNATECH-NISSAN PUBLIE LE 10/11/2012

http://www.autonewsinfo.com/2012/11/09/endurance-wec-le-bilan-de-signatech-avec-philippe-sinault-67049.html

 


FIA WEC Sport

About Author

gilles