DTM : BMW OFFRE UNE SÉANCE D’ESSAIS DTM… EN OR A ALEX ZANARDI !

DTM : BMW OFFRE UNE SÉANCE D’ESSAIS DTM…  EN OR A ALEX ZANARDI !

Pour le triple médaillé (2 en or et 1 en argent) des récents  Jeux Paralympiques de Londres, l’italien Alex ZANARDI, amputé des deux jambes depuis son terrible accident, survenu le 15 septembre 2001, lors d’une manche du Championnat Indycar US, laquelle était disputée sur le circuit ovale du Lausitzring en Allemagne, et où l’infortuné pilote Canadien Alex Tagliani, lancé à pleine vitesse – plus de 300 à l’heure – ne put rien faire pour tenter d’éviter la monoplace d’Alex immobilisé en plein milieu de la piste, ‘’St-Nicolas ‘’ était de passage un mois avant la date !

 

Grâce à la complicité de BMW Motorsport et dans le cadre des festivités de ses 40 années d’existence de son département course, Alex ZANARDI s’est vu offrir la possibilité de piloter la voiture victorieuse du renommé Championnat DTM (Deutsche Tourenwagen Masters) remporté à la surprise générale cette année par la BMW DTM du pilote Franco-canadien, Bruno SPENGLER lors de la dernière manche à Hockenheim en octobre dernier.

Et ce alors que la firme Bavaroise de Munich, effectuait son retour dans cette discipline après plusieurs années d’absence !!!

 

C’est lors de cette ultime manche, où l’ex-pilote de Formule-1 (41 GP entre 1991 et 1999 pour Jordan-Minardi-Lotus et Williams) et d’Indycar US (2 titres,15 victoires et 10 pole-positions en 50 courses) en tant qu’ambassadeur BMW était l’invité de la marque à l’hélice, s’est vu offrir l’occasion de tester la BMW M3 DTM.

L’amitié qui lie Alessandro « Alex » ZANARDI au constructeur bavarois remonte en fait à 2002, c’est-à-dire, la période qui a suivi sa longue rééducation après l’amputation de ses deux jambes à hauteur des genoux, à la suite de l’accident du Lausitzring.

Après de long jours de coma au centre hospitalier Berlinois de Marzahn en septembre 2001, où les médecins parvinrent à lui sauver la vie, alors
qu’au moment de son admission, il ne lui restait à peine qu’un litre de sang !!!

Et qu’auparavant, au centre médical du circuit de Lausitz, il avait dû être réanimé à…sept reprises avant de pouvoir être transférable, sa première volonté au sortir des soins intensifs avait été d’indiquer:

«  Je veux pouvoir reconduire une voiture un jour.»

Pendant sa  longue rééducation, Alessandro ne cessa de forger des plans quant à l’aménagement d’une voiture adaptée à son handicap et c’est alors qu’il fit appel à BMW qui lui aménagea un break Série 5 parfaitement adaptée à ses besoins spécifiques.

Dès cet instant, Alex ZANARDI pouvait à nouveau mordre dans la vie à pleine dents et sans jamais se départir de son célèbre humour, comme ces propos devenus célèbres:

« Depuis que je n’ai plus mes jambes, j’ai au moins l’avantage de ne plus chopper de rhume lorsque j’ai froid aux pieds. »
 

HOMME DE DÉFIS

 

A peine Alex, se sentit-il à nouveau autonome, qu’il se lança son premier grand défi dans sa « nouvelle vie », à savoir:

Terminer les 13 derniers tours de l’épreuve où il eut son dramatique accident et qui imposa une toute nouvelle orientation à sa vie.

Et vingt mois après son terrible accident sur l’ovale du Lausitz, Mo Nunn, son dernier patron en Championnat Indycar US, lui offrit la possibilité d’accomplir les 13 tours manquants à cette manche Européenne et qui aurait dû lui valoir sa 16ème victoire dans la discipline Américaine.

Et c’est sous les applaudissements nourris du public qu’il montra à la terre entière, en réalisant des temps qui lui auraient assurés une place en troisième ligne sur la grille de départ, quel cœur de battant animait dorénavant cet immense Champion Italien de 46 ans et diminué à tout jamais physiquement.

 

Entre 2004 et 2009, son défi suivant se porta sur le Championnat du Monde des Marques pour voitures de tourismes, à l’époque dénommé ETCC d’abord et qui par la suite allait devenir le  WTCC.

Épreuves qu’il disputa au volant d’une BMW 320 officielle du Team italien Ravaglia, spécialement équipée avec toutes les commandes au volant, sauf la pédale de frein

Lors d’un test à Spa en 2004, Alessandro nous avait lâché :

« Le plus bizarre au niveau de l’aménagement spécial des commandes, c’est qu’en freinant avec ma prothèse droite, j’ai la sensation de toujours avoir ma jambe. »

En 2005, il remporte la seconde manche de l’épreuve WTCC à Ochersleben et devint ainsi le premier pilote amputé des deux jambes à avoir triomphé dans une course comptant pour un Championnat du Monde.

En 2006,il réitère cet exploit en s’imposant sur une manche WTCC à Istanbul.

Cet exploit le propulsa directement dans le cockpit d’une F1 lors des finales  Intercontinentales BMW , à la fin 2006, lorsqu’il put tourner à bord d’une SAUBER-BMW, spécialement aménagée et en réalisant des temps d’à peine une seconde supérieure à ceux d’un certain Sebastian VETTEL, le pilote d’essai officiel à l’époque de BMW !!!

En 2008, il épingla une nouvelle victoire WTCC à son palmarès en gagnant une manche à Brno en République Tchèque. L’année 2009 par contre fut beaucoup plus laborieuse en raison surtout de son handicap dans un Championnat de plus en plus relevé.

Si fin 2009, il décida de mettre sa carrière de pilote entre parenthèses mais non sans négliger de creuser pour se trouver de nouveaux défis.

A l’époque, Alex résumait :

« Dans la vie, il faut être curieux. Et la curiosité t’aide toujours à trouver de la motivation dans tout ce que tu entreprends. »

 
HANDYBIKE ET PARALYMPIQUES EN POINT DE MIRE

 

Après s’être remis en question, Alex ZANARDI dès 2010 décupla une nouvelle énergie en s’adonnant dorénavant au HANDBIKE, une espèce de vélo à 3 roues et qu’il faut mouvoir à l’aide de la force de ses bras.

Il faillit d’ailleurs être rapidement découragé car après ses premières tentatives, il en sortit complètement épuisé.

Toutefois, il en fallait plus pour démotiver Alex qui dès cet instant se mit à rêver de participer aux prochaines Olympiades pour handicapés (Paralympiques) où il comptait représenter dignement son pays, l’Italie.

Après un programme d’entrainement spécifique et l’élaboration du matériel en carbone, auquel il participa activement, en mettant toute son expérience acquise en sport automobile à profit, Alex ZANARDI récolta les premiers fruits en 2010, obtenant une quatrième place au célèbre Marathon de New-York, qu’il remporta un an plus tard.

Que ce soit à 300 Km/ ou à 60 Km/h sur quatre ou trois roues, un Champion reste un Champion et l’être est plus qu’un titre honorifique. C’est aussi un style de vie!

Et cela, Alex l’a acquis pour toujours.

Ses trois médailles (2 or et 1 argent) acquises en septembre dernier sur le … circuit automobile de  Brands-Hatch, au sud de Londres et où se déroulaient les épreuves Paralympiques, en sont la parfaite démonstration de la leçon de courage qu’Alex a donné pour l’éternité, non seulement à tous ses pairs mais aussi à tous les valides.

Dorénavant son nom est en bonne place au cénacle des légendes vivantes.

DE L’OR DE LONDRES A L’OR DU NÜRBURGRING

C’est dans le cadre du quarantième anniversaire de BMW MOTORSPORT, qu’Alex ZANARDI, fut convié pour réaliser un autre rêve, à savoir piloter la voiture Championne du dernier DTM.

Et pour l’occasion BMW MOTORSPORT n’avait pas hésité à mettre les petits plats dans les grands.

Caché sous une bâche, le bolide transformé et adapté pour l’occasion, revêtait en effet une superbe robe… dorée dès l’instant où Alex pu la découvrir.

Manifestement, BMW voulait se référer aux médailles conquises de haute lutte à Londres par son invité d’honneur 6 semaines plus tôt.

Jens MARQUARDT, le nouveau Boss de BMW MOTORSPORT après Mario THEISSEN, parti à la retraite, confiait à l’issu de ce test.
 
 « Je suis particulièrement heureux d’avoir pu ainsi contribuer à la réalisation de ce rêve d’Alex qui fait partie maintenant depuis de longues années de notre famille et dans laquelle il est devenu entretemps un membre à part entière et très apprécié de tous par son courage et son optimisme. Car son terrible handicap, il l’a vraiment maîtrisé avec bravoure. Ses médailles conquises à Londres lors des récents JEUX PARALYMPIQUES, tout comme ses 4 victoires en WTCC pour BMW sont autant de preuves de son immense énergie et courage. Tout comme le défi d’aujourd’hui d’ailleurs, car piloter une techniquement très complexe BMW M3 DTM, comme Alex l’a fait, relève tout simplement de l’exploit. »

C’est à 14 h 22 précises ce jeudi 8 novembre, qu’Alex ZANARDI, s’élançait au volant de la superbe BMW M3,  à l’assaut du petit circuit du Nürburgring.

Et le moins que l’on puisse dire est que le Bolognais retrouva très vite ses repères pour couvrir a un rythme soutenu la trentaine de tours prévus.
Il faut dire aussi que le Team RBM du belge Bart MAMPAEY, avait fait du beau travail pour rendre le poste de conduite de la M3 DTM aussi confortable que possible pour Alex, manifestement aux anges!

Ainsi avait-on enlevé les pédales d’accélérateur et d’embrayage du plancher pour les fixer à l’aide de palettes au volant, d’où elles pouvaient être commandées manuellement.

Quant à la pédale de frein, celle-ci restait en place mais en alignement de façon à permettre à Zanardi de freiner avec sa prothèse de droite.

A l’issue de cet essai dont rêvait Alex ZANARDI depuis des semaines, ses yeux brillaient, que dis-je, pétillaient de bonheur, comme ceux des enfants, le jour de la St-Nicolas.

A sa descente de sa BMW, l’heureux oui HEU-REUX p’tit veinard, expliquait :

« C’est un jour très spécial pour moi, et dont je me souviendrai toujours avec tendresse. Je tiens à remercier tout le monde chez BMW qui a contribué à faire de ce moment spécial possible pour moi. »

Et, le sympathique Champion Italien, qui a toujours été au cours de sa brillante carrière un réel Gentleman, enchainait :

 « Génial, absolument génial. Ce jour restera à tout jamais marqué dans ma mémoire. Et je remercie du fond du cœur tous les gens de chez BMW dont Jens Marquardt en tête mais aussi tous les ingénieurs et les mécanos qui ont mené à bien ce projet qui me tenait tant à cœur. C’était un défi pour modifier la voiture pour répondre à mes besoins et je suis surpris de la rapidité avec laquelle les ingénieurs de BMW Motorsport, ont réussi à terminer les adaptations nécessaires. Toutefois, c’est incroyable comment les gars ont fait un excellent travail. J’ai eu beaucoup de plaisir sur la piste Vraiment ce 8 novembre restera toujours une journée spéciale pour moi. »

Et, il ajoutait et poursuivait avec émotion :

« Quand j’ai vu la voiture dorée, j’ai été bouleversé. J’ai encore une passion pour la course. »

C’est alors que Bruno SPENGLER, le Champion en titre  du DTM 2012 , s’approchait et venait lui faire l’accolade.

Mais alors, cet essai restera-t-il un « one shot » ou envisage-t-on sérieusement une participation de ZANARDI au Championnat DTM de l’année prochaine?

Là, les réponses restent évasives, à commencer par Alex lui-même:

« En ce qui me concerne, cela ne dépend pas de moi seul. On verra bien ce que BMW décidera. Même si je me dis qu’en prenant de l’âge on se bonifie comme le vin, je n’ai pas l’arrogance d’y prétendre. Je sais aussi que justement l’âge risque d’être un handicap supplémentaire à mon handicap physique. Et si aujourd’hui j’ai pu savourer chaque tour accompli, je sais aussi qu’en compétition réelle, les contraintes sont toutes autres. Mais au fond de moi-même quelque chose me dit néanmoins que malgré tout, il serait peut-être opportun de me lancer un nouveau défi et qui sait peut-être au sein de cette formidable grande famille de chez BMW où je me sens toujours comme chez moi .Je sais aussi qu’un titre en DTM, me comblerait moi de toute façon, mais encore plus Mr Marquardt. En attendant chaque chose en son temps car je sais que même, si BMW cherche encore deux pilotes pour son programme DTM de 2013, en ce qui me concerne le chemin est encore long. »

Et il concluait sagement :

« Cependant, je ne suis pas sûr que ce test de démonstration aura une suites. Il restera comme un essai et rien de plus que cela. Il est vrai qu’aujourd’hui le niveau dans le DTM peut éventuellement s’avérer trop élevé pour quelqu’un de mon âge. Par conséquent, mon objectif principal est de m’orienter vers quelque chose de complètement différent après l’entraînement d’aujourd’hui. J’ai senti que la famille BMW est toujours derrière moi et que ses membres m’aiment. Ils l’ont montré encore aujourd’hui »

En fin de journée, c’est un Alex ravi et heureux qui s’éclipsa en direction de Bologne, pour aller conter cette merveilleuse journée à sa famille.

Vraiment un sacré bonhomme cet Alessandro dit Alex ZANARDI. Revoir Alex Zanardi en piste fut franchement un grand bonheur

Texte et photos: Manfred GIET (Publiracing Agency)

VICTOIRE A BRANDS-HATCH EN WTCC EN 2008

LE DRAME

DTM Evenements

About Author

gilles